AccueileCommerce ➟ Le succès d’Etsy et le potentiel de ALittleMarket

Le succès d’Etsy et le potentiel de ALittleMarket



Le site Etsy pour vendre des produits artisanauxLe site américain Etsy.com est une plateforme marchande CtoCqui permet aux individuels et petites structures de vendre des produits artisanaux directement au consommateur.
Basé sur un modèle résolument anti-eBay, le succès ne se fait pas attendre Outre-Atlantique puisque Etsy est devenu l’endroit de prédilection pour mettre en vente des objets fabriqués de manière artisanale qui sortent du giron des marques.

Concernant la France, ALittleMarket.com adapte le modèle Etsy et semble se diriger dans la bonne direction pour  faire son trou parmi le top des pur players nationaux.

C’est un billet sorti le 11/09 sur Techcrunch qui m’a donné envie de parler d’Etsy et aussi de ALittleMarket.

Parfois, on tombe sur un site e-commerce qui fait « Tilt ». Un site qui fait « Tilt » est habituellement composé d’un concept génial et d’une réalisation remarquable. Parfois, la réalisation n’est pas aussi remarquable que ça, mais le principal concerne le potentiel qui peut marquer de son empreinte l’histoire du Web commercial (et faire la fortune de ses fondateurs).

J’ai fait « Tilt » lorsque je suis tombé sur Etsy en rédigeant un banal billet sur un autocollant Macbook.

Selon l’article Techcrunch, Etsy propose aujourd’hui plus de 6,7 millions de produits à la vente. Parmi toutes les catégories, c’est Bijouterie qui sort du lot avec 1,5 millions de références. Les autres catégories populaires sont Vintage et Art Supplies.

Par rapport à eBay et ses 117 millions de références, Etsy peut sembler insignifiant. Pourtant, en comparant les catégories correspondantes, Etsy propose le double d’Ebay pour des produits similaires.

Décryptage du succès

Esty a progressé rapidement depuis son lancement en 2005. Aujourd’hui, on remarque son internationalisation fulgurante qui rassemble 150 pays et 23 monnaies. Une telle étendue acquise aussi rapidement est assez rare pour être soulignée  lorsqu’on sait les énormes difficultés pour être performant dans le monde entier. C’est d’ailleurs assez étrange pour un médian dont l’universalité est un pilier fondamental.

Mais je m’égare…

Au niveau de la structure interne, les 125 employés sont dédiés à 90% pour la technique et le support.

Le site gagne de l’argent en facturant le vendeur 0,20$ par produit référencé pendant 4 mois – sans préoccupation pour le prix de vente spécifique à chaque produit. En plus, une commission de 3,5% est prélevée sur chaque vente.

L’analyse de Techcrunch est assez intéressante au niveau des prédictions puisque Etsy devrait clôre l’année avec 30M $ en revenus. La fête ne s’arrête pas là puisque le cinquième tour de table, qui a pris place cet été, a levé 20M $ pour totaliser 51,6M $. La confiance des investisseurs est de mise puisque la majorité des nouvelles actions a été raflée en deuxième intention. Il faut dire que la société a commencé à dégager un profit l’an dernier, confirmant qu’il s’agit d’un bon plan dans le monde impitoyable des start-ups.
Le fondateur et CEO Robert Kalin (qui est parti et revenu à la tête de la société) espère que la valeur totale des biens vendus sur le site double cette année pour atteindre 400 millions de $. Pour l’année prochaine, l’objectif est d’atteindre 1 milliard de $. Les leviers accélérateurs de la progression sont la hausse du volume de transactions et l’augmentation du prix moyen de vente (de 12,25$ à 18,16$ entre janvier et août 2010).
Techcrunch relève un détail important puisque l’analyse fait apparaître que le facteur cadeau est un net atout. Les gens trouvent des cadeaux originaux pas chers sur le site et reviennent pour d’autres occasions – fêtes de fin d’année en tête.

Du côté vendeur comme acheteur, Etsy se démarque de la référence eBay par une simplicité et une efficacité à tous niveaux. Pas de système compliqué pour calculer le coût de mise en vente et une structure d’achat limpide basée sur un prix fixe. Le site est même aux antipodes ergonomiques de notre PriceMinister national et franchement plus attirant que LeBonCoin.
L’effort de clarté et d’efficacité transpire dans tous les recoins du site. On sent la volonté de servir une plate-forme qui a appris les leçons de ses prédécesseurs. Un exemple parmi tant d’autres avec le guide du vendeur qui est parfaitement limpide et complet.

Les chiffres montrent que les vendeurs et acheteurs sont aisément fidélisés. Pourtant, Etsy ne dépense quasiment rien en marketing pour l’acquisition client. En fait, l’accent est plutôt mis sur la stratégie d’animation sociale (SMO pour faire branché). Cela paye puisque la communauté d’artisans a atteint le point d’inflexion critique pour toute initiative communautaire en ligne. Voilà un bon exemple de valeur ajoutée pour une stratégie de SMO qui change des gadgets « sociaux » et autres effets spéciaux communautaires que je croise de plus en plus ces jours ci sur des sites qui trempent le petit doigt de pied dans une bassine d’eau froide en espérant recevoir les bienfaits d’un Jacuzzi.

Forteresse imprenable ?

Certains vendeurs affichent une franche réussite comme Tracie Howarth qui revendique plus de 30 000 ventes depuis 2006 avec plusieurs bijouteries sur Etsy.
Je ne connais pas le revenu moyen des vendeurs, mais l’intensité de la fidélisation laisse penser que la majorité est satisfaite.

Pourtant, d’autres plateformes marchandes poussent des coudes comme ArtFire qui semble racoler les déçus d’eBay et Etsy, puis surtout l’ancêtre Ruby Lane qui date de 1998, mais est élue meilleure plate-forme marchande en 2010. Le petit dernier du genre que j’ai remarqué est 1000Markets qui cible les petits commerces et focalise sur la qualité avec une modération élevée pour la présentation des produits et aide accrue pour la gestion des boutiques.

La force communautaire d’Etsy est un atout que les concurrents ne semblent pas vouloir attaquer. Le véritable ennemi commun reste eBay, dont l’hégémonie est toujours en question; même si le mastodonte ne semble pas être perturbé outre mesure par les efforts des autres pour faire mieux.

Mon sentiment est que le potentiel pour des plateformes marchandes CtoC intelligentes ne va pas faiblir. Le marché pour les produits artisanaux est gigantesque, avec une mention spéciale aux Etats-Unis où la tradition du Arts & Craft est fortement ancrée dans la société.

Maintenant, il faut voir si le modèle peut réussir en France.

ALittleMarket.com

AlittleMarket est le Etsy françaisJ’ai fait connaissance avec ALittleMarket au travers d’un tweet que j’ai envoyé pour annoncer le départ d’une levée de fonds. La magie du Web aidant, j’ai été contacté par Nicolas d’Audiffret, co-fondateur de ALittleMarket, afin de discuter d’une éventuelle prestation de conseil en référencement.

Finalement, la prestation n’a pas abouti avec moi, privilégiant une solution en interne. Peut-être que nous arriverons à collaborer un jour car finalement la majorité de mes interventions concerne des structures qui possèdent déjà des ressources internes dédiées au référencement. L’intérêt d’un consultant externe est parfaitement complémentaire à la nécessité de posséder des ressources en interne; cela apporte une vision extérieure qui ouvre forcément de nouveaux horizons.

Mais je m’égare encore…

Les fondateurs de ALittleMarket on eu l’intelligence de s’approprier les meilleurs atouts de ses prédécesseurs comme la facilité d’utilisation pour le vendeur comme pour l’acheteur et surtout l’intérêt de l’aspect communautaire d’Etsy n’a pas échappé au français.
Parmi les initiatives à remarquer, il y a le Blog Shop qui permet au visiteur de découvrir les produits de la boutique, tout en approfondissant le profil du vendeur au travers de son blog bien mis en évidence. La recherche ludique me semble aussi très intéressante avec une remarque pour la zone géolocalisation qui mérite d’être largement approfondie. Un enjeu majeur du référencement naturel et de l’animation sociale se situe dans la visibilité au niveau local.  Il est possible d’aller beaucoup plus loin « on line » et « off line » qu’un simple listing des marchands.
L’atout remarqué par Techcrunch concernant les acheteurs à la recherche d’un cadeau original sur Etsy me semble aussi un élément à exploiter au maximum. Pour l’instant, je n’ai rien remarqué de probant sur ALittleMarket à ce niveau.

Après, la France est un marché très particulier, notamment par rapport à la culture du Arts & Crafts qui me semble plus ancrée de l’autre côté de l’Atlantique.
Remarque, le besoin pressant de générer des revenus complémentaires va peut-être ouvrir des vocations, mais je ne le ressens pas comme un facteur culturel profond.
Néammoins, je suppose qu’il y a largement suffisamment de produits artisanaux à vendre en France pour contenter ALittleMarket qui devrait aussi lorgner du côté de l’international si j’en crois la sonorité du nom de domaine.

Comme quelques autres pures players français qui ont réussi à appliquer une idée piochée aux Etats-Unis, ALittleMarket va atteindre certainement atteindre ses objectifs.  Les échanges avec Mr. d’Audiffret me confortent dans le sentiment préalable que j’avais sur la validité du filon.

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.



25 réponses dans “Le succès d’Etsy et le potentiel de ALittleMarket”

  • Balma dit:

    J’adore les succes story de ce type !
    Cela force le respect et donne envie :-)

  • vincent dit:

    Analyse intéressante, je ne connaissais pas l’équivalent Français d’ Etsy, je vais aller y faire un tour.

    Après, je doute que cela ai le même succès qu’outre atlantique, eBay a été détroné par le boncoin qui lui est bein ancré en leader et va être difficile à bousculer à moins de se focaliser sur une niche

  • julienb dit:

    Bonne analyse,

    C’est vrai qu’ici Etsy s’est fait une veritable petite place au soleil. Et sa success story ressemblerait un peu a celle de Zappos … quelque part

  • YvanDupuy dit:

    Ces sites sont vraiment très intéressant en terme de marketing internet, avec des carroussels photos des produits conviviaux, tout en alliant la puissance d’un CMS au niveau du référencement…

  • providenz dit:

    Etsy c’est tout de même 300M$ (dont une levée de 20M$ en aout dernier). Ça aide . Il viennent juste de commencer à réaliser des bénefs.
    C’est vrai qu’en terme d’experience utilisateur, c’est très abouti. On peut vraiment parcourir les offres comme on le souhaite: par couleur, chronologiquement, par pays etc.
    J’aime particulièrement leur geolocator

  • Sylvain dit:

    « Concernant la France, ALittleMarket.com adapte le modèle Etsy… » Oui, à tous les niveaux même. Je ne connaissais aucun des deux sites (jusqu’à aujourd’hui :) ). le moins que l’on puisse dire c’est que la ressemblance est frappante.
    Sinon, pour rebondir sur les propos de vincent, il est vrai qu’en France, le boncoin s’est maintenant taillé la part du lion. C’est un sacré morceau à déloger, même si l’expérience utilisateur n’est pas du tout la même sur les deux sites. Mais pas sûr que ça suffise…

  • LaurentB dit:

    @Vincent : j’ai un début de billet dans un tiroir qui parle du cas LeBonCoin. Le truc étrange à propos de ce site est qu’il y a une impression générale qu’il soit sorti de nulle part. Même moi je pensais que sa réussite était purement virale.
    En vérité, c’est un énorme groupe média avec beaucoup d’€ aux fesse. Le modèle est déjà bien éprouvé dans son pays d’origine (Norvège) et à l’international.

    @Mobile Website : tiens, toi qui est un Frenchy expatrié. Tu confirmes le sentiment que j’ai à propos de la culture Arts & Crafts aux USA?

    @Yvan Dupuis : pour tout avouer, je n’ai pas réellement audité ces sites en termes d’opti SEO, mais je vois clairement passer Etsy dans les SERPS. C’est encore un peu tôt pour ALittleMarket.

    @providenz : pour une start-up qui revendique la réussite, il y en a 6 qui meurent et 4 qui survivent à peine. Les levées de fonds ne sont pas garants du succès.

    @Sylvain : je ne crois pas que la domination de LBC soit imprenable. Rien qu’avec le niveau d’arnaques important qui prend place sur le site, ils faut qu’ils améliorent la modération ou va y avoir comme un souci.

  • julienb dit:

    @Laurent
    Je confirme – Les ricains Adooooooorent l’artisanat local, parfois un peu tropet tout ce qui se rattache a l »arts and craft », au vintage etc … Du coup ce n’est pas tres etonnant de voir un site comme Etsy sortir du lot.

  • Sebastien dit:

    Je suis assez d’accord sur la fait que les français aiment moins l’artisanat amateur que les américains. Mais j’ai aussi l’impression que de plus en plus de personnes s’y mettent. Et pour l’aspect communautaire, surfer sur une tendance peut être très bénéfique.

  • JMO dit:

    http://fr.dawanda.com/ du groupe ebay n’a pas vraiment percé (en tout cas en France). Un peu comme leur startup sur les annonces avant leboncoin.

  • Philippe dit:

    Laurent B :
    « En vérité, c’est un énorme groupe média avec beaucoup d’€ aux fesse. »
    Des hémorroïdes en forme d’Euros ? C’est pas banal !

  • Marie dit:

    Après avoir découvert Etsy grâce à toi j’avais cherché l’équivalent français car je trouvais l’idée géniale. Et c’est au détour d’un tweet d’une amie qui vend ses créations en ligne que j’ai découvert ALittleMarket.
    J’ai ensuite lu plusieurs analyses intéressantes sur la stratégie de Etsy que ton billet complète bien. Merci c’est très intéressant :)

  • Damien dit:

    Je ne connaissais pas Etsy, et après l’avoir visité il n’y a pas photo, c’est vraiment un site génial ! Très intéressant comme billet.

  • lucie dit:

    Site génial, je confirme!

  • Citation dit:

    Bon article Laurent
    je ne connaissais pas ces sites
    jusqu’à lire ces posts

    interessant comme concept
    et cela permet à de petits artisans de s’en sortir de présenter des produits de qualité
    et atteindre un public impossible à atteindre avec un petit site « dans son coin »

    a propos du bon coin , oui ce site est sorti de nulle part
    et le groupe derrière a beaucoup de moyen

    je reviens sur les commentaires de Sylvain et Laurent
    oui il y a beaucoup d’arnaques et même de plus en plus
    ils doivent avoir du mal à modérer vu le nombre d’annonces

    ils ne sont pas imprenables mais cela ne va pas être facile
    car ils ont une bonne notoriété

    en ref, ils sont bons mais ils n’arrachent pas tout

    en fait le bon coin est un vrai cas d’école

    le site n’est pas beau, il n’est pas trop catégorisé comme la plupart des sites d’anonces

    mais leurs forces, ce sont les millions d’annonces
    un exemple : je cherchais une bombe pour l’équitation pour ma fille
    j’en ai trouvé une d’occase pas chère à 2 kms de de chez moi

    c’est l’anti ebay et la possibilité de trouver pas chere quelque chose pas loin de chez soi

    cela fait longtemps que j’ai abandonné E bay
    comme bcp de monde.
    et Ebay a senti le vent tourner car ils ont aussi un module d’annonces avec une carte etc…. comme le bon coin

  • Arf dit:

    J’avais eu l’idée du concept, il y a quelques mois de cela. J’avais bien vu qu’il y avait des sites plutôt spécialisé mais aucun de généraliste.
    Au moins je sais qu’il existe outre atlantique.
    PS : la nouvelle version graphique de ton blog est plus clair, j’aime bien ;)

  • mbinfo dit:

    Ces sites web devront selon moi avoir un référencement super complet si ils veulent faire concurrence au gros Ebay parce que sinon, ce sera très difficile.

    Quelqu’un est au courent de combien ils font par année ?

  • Me dit:

    Je connaissais Etsy mais pas son équivalent français. Pas sûr que ça marche aussi bien.
    Merci pour l’info et l’analyse.

  • Frou dit:

    tout le monde a le droit d’être riche et d’avoir le grand success.

  • Kit dit:

    En fait il y avait aussi Craftiz dans le même genre qui n’a jamais pris, qui a fusionné avec Siandso maintenant.
    Concernant Dawanda, c’est super galère à gérer au niveau produit car le backend est pas rapide.

  • bill dit:

    Personnellement, je trouve cette idée plutôt bonne, mais la commission prélevée de 3.5% en plus des 20 centimes alourdissent quand même la facture. Ce n’est pas mois que ce que prélève e-bay, qui est d’ailleurs lui aussi en nette baisse en France depuis l’emergence du « bon coin ». Je ne pense pas que ce site pourra devenir un poids lourd du e-commerce Français, je pense plutot que ce sont des sites gratuits comme « le bon coin » qui vont écraser le marché.. mais ce n’est que mon avis…

  • e-novation dit:

    C’est sur, it’s a long way pour dépasser les gros sites en place. Je pense aussi à des sites comme « Le Bon Coin » ou leur force est qu’il y a vraiment de tout… Mais j’aime bien les histoire de boite comme ca, c’est comme ca qu on apprend aussi !

  • CMust dit:

    Le site Dawanda est aussi un site de fait-main à surveiller : http://fr.dawanda.com/

    Il a une présence mondiale grâce à ses plateformes française, allemande et anglaise ce qui fait de lui le leader européen. Nul doute qu’il présente un gros avantage pour les vendeurs qui y ont ouvert une boutique puisque ils peuvent proposer leurs produits à une communauté qui dépasse les frontières françaises !

  • kokhere dit:

    C’est la magie du web, nous voyons un peu le future dans un autre sens

  • Michel dit:

    Bien que ce site est aussi disponible en français, il est peu connu dans l’hexagone pour le moment, et pour y réussir il faut déjà avoir une offre importante..