AccueilRéférencement ➟ Popularité, notoriété et autorité sur le Web

Popularité, notoriété et autorité sur le Web


Les notions de popularité, notoriété et autorité pour le référencementEn référencement, les trois notions de popularité, notoriété et autorité sont des piliers fondamentaux du succès d’un site Web.

Bien souvent les responsables de sites focalisent uniquement sur le critère de popularité. C’est peut-être le plus évident à appréhender, mais il ne compose par la solution complète d’un site qui prétend posséder une certaine ambition.

Affirmer sa présence et réputation sur le Web

Lorsqu’on souhaite lancer le référencement d’un site, il est indispensable de prendre conscience de ces trois notions complémentaires qui vont se travailler différemment tout en ayant des connexions plus ou moins évidentes. La résultat du travail sur la popularité, notoriété et autorité se traduit par une présence et une réputation qui seront les meilleurs atouts d’un site Web.
D’ailleurs, il vaut mieux parler de visibilité lorsqu’il s’agit d’évoquer la présence et la réputation en ligne car le terme référencement est assez réducteur.

Popularité

Sur le Web, la popularité se traduit par les liens entrants (backlinks). Ce sont les fondateurs de Google qui ont eu l’idée au début des années 90, pendant leurs études à l’université de Sandford, d’évaluer la pertinence d’une page Web a partir du nombre de votes qu’elle reçoit sous forme de liens. Cela se traduit par une note de 0 à 10 affichée par la fameuse petite barre verte du PageRank dans la Toolbar Google.  Plus de liens ne veut pas forcément plus de popularité car encore faut-il que les pages émettrices du lien soit suffisamment populaires pour que la valeur de leur vote soit intéressante.

Ça c’est fait au cas où vous étiez dans une grotte pendant ces 10 dernières années et que vous ne connaissiez pas le principe du PageRank.

Maintenant passons aux deux autres critères qui sont un peu plus subtils.

Notoriété

La notoriété avec Ségolène Royal

Comme dans la vrai vie, la notoriété se construit en bâtissant un réseau de relations. Contrairement à la popularité, cela implique une certaine notion de renommée qui fait qu’on se rappelle de vous.

Si votre site possède une notoriété suffisante, l’exemple le plus flagrant de ce concept se traduit par les internautes qui sont capables de se souvenir du nom de domaine pour le taper directement dans la barre d’adresse ou plus communément dans le champ de recherche Google.

La notoriété s’exprime également lors des recommandations si quelqu’un demande à sur quel site acheter un produit. Le site qui sera recommandé spontanément peut se vanter d’avoir une certaine notoriété.

La notoriété se travaille en référencement naturel aussi au niveau du contenu car les résultats de recherche sont un canal important par lequel les internautes vont trouver votre site.

Par exemple, on peut dire que votre notoriété est en bonne voie lorsqu’un internaute voit votre site dans les trois premiers résultats de recherche sur Google, remarque aussi votre site dans un lien Adwords sur la même requête et va également noter votre présence dans des bannières sur les autres sites de la requête.

Autorité

L'autorité avec Albert Einstein

Nous voilà dans le must de la présence en ligne. Il s’agit de posséder un certain niveau de compétence et de connaissance pour exprimer des avis qui seront respectés.

Certains iront même jusqu’à parler d’expertise, mais ça se rapproche beaucoup du terme « expert » qui me semble plus galvaudé qu’autre chose lorsqu’il s’agit des choses du Web. Méfiez-vous d’un expert auto-proclamé puisque l’autorité se jauge par le biais du jugement des autres, mais certainement pas de sa propre déclaration.

En d’autres termes, il faut arriver à décliner son autorité ou expertise en propageant sa bonne parole qui sera jugée pertinente par les autres.

Comment faire ?

Pour la popularité, tout le monde dira qu’il faut faire des liens. Je profite simplement de l’occasion pour glisser un critère important qui est de ne pas faire des liens uniquement vers la racine du domaine. En effet, la majorité des sites que j’audite ont un profil de liens qui pointe en grande majorité vers la page d’accueil du site. Pourtant, la page d’accueil possède une portée hyper limitée. La véritable valeur se trouve dans les pages internes qui sont mieux équipées pour cibler des requêtes précises et la Longue Traîne. De ce fait, il faut envoyer du lien vers ces pages afin d’augmenter leurs chances de se positionner convenablement.
Pour ma part, je vise toujours un profil de liens qui partage 50% vers la homepage et 50% vers les pages internes. C’est un ratio purement subjectif, mais qui m’a toujours réussi.

Pour la notoriété, il est évident que le travail sur la popularité va aider, mais il n’est pas suffisant. Le principe de base est que l’internaute soit bombardé suffisamment par l’image du site pour que l’URL soit imprimée dans son esprit. Cela passe donc par  des canaux de visibilité possibles qui ne sont pas forcément compatibles avec le référencement naturel. Pour ce faire, il faut envoyer la sauce en publicité « on line » et « off line », bouche à oreille, etc.

Pour l’autorité, c’est un peu plus compliqué. Surtout si vous ne possédez pas une expertise suffisante sur la thématique qui vous préoccupe, il va bien falloir trouver le moyen de faire valoir le bien fondé de votre vision. Dans ce cas, le mieux est d’embaucher quelqu’un qui possède l’expertise et qui pourra exprimer publiquement votre vision.
Si vous possédez suffisamment de compétences et de connaissances, il faut absolument l’exprimer sur tous les canaux adéquats. Analysez où se regroupe votre cible et insérez votre voix au milieu de la conversation. Cela peut-être sur les médias sociaux, blogs, forums, groupes de discussion et n’importe où les gens parlent de votre thématique.
L’étape suivante est d’exprimer votre vision sur votre propre plateforme. Pour ce faire, le blog est la structure la plus facile à mettre en place et à gérer. Encore faut-il l’alimenter sur le long terme et ouvrir les vannes à la conversation.

En étant conscient de ces trois concepts, il suffit ensuite de mettre à plat une stratégie suivie d’une méthodologie qui seront la clef du succès. Lorsqu’on néglige l’un ou l’autre des pans du triptyque, le site va forcément présenter des faiblesses au niveau de sa présence et de sa réputation.

Désolé pour ceux qui pensaient qu’il suffit d’inscrire un site dans des annuaires et spammer les commentaires de blogs pour obtenir des résultats probants. En réalité, il faut vraiment prendre son site comme une tortue porte sa carapace. Cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas obtenir des résultats sans prendre en compte tous ces critères un peu compliqués, mais à partir d’un certain niveau d’ambition, il ne faut pas se leurrer car cela passe forcément par les notions dont j’ai parlé aujourd’hui.
La chance que nous avons est que les moteurs de recherche ont des interprétations simplistes de ces critères, rendant la tâche beaucoup moins ardue qu’elle peut sembler au premier abord. En plus, si la méthodologie est bien goupillée, certains liens vont apporter une valeur aux trois notions en même temps. Bien entendu, ce ne sont pas les liens les plus simples à acquérir qui sont capables d’apporter de la popularité tout en propageant la notoriété et en posant de l’autorité.

Edit 14/01/10 : à lire chez Raph « Notoriété et autorité : utilisez celles des autres »

Crédits photo :

Autre lecture intéressante

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.



63 réponses dans “Popularité, notoriété et autorité sur le Web”

  • Marie dit:

    AMHA ton explication sur la notoriété est confuse. On pourrait croire que le fait que les gens voient mon URL dans un magazine papier améliore mon référencement.

    Tu écris au sujet de la notoriété « Cela passe donc par des canaux de visibilité possibles qui ne sont pas forcément compatibles avec le référencement naturel. »

    Et ton titre parler de « autorité, popularité et notoriété pour le référencement »

    Bref je ne trouve pas ça très clair. J’ai pourtant relu 4 fois. Ca ne veut pas dire que je n’ai pas compris, d’ailleurs ces notions ne sont pas nouvelles et tout bon référenceur devrait connaître ces bases. Cette piqure de rappel est donc bienvenue 🙂

  • Sam dit:

    Une bien belle démonstration, bravo pour la définition détaillée de cette Sainte Trinité du référencement, qui me conforte dans l’idée que lorsque l’on vit de ses propres sites, il est devenu obligatoire de privilégier la qualité (des sites) à leur quantité.
    Le ref, un boulot d’artisan, pas d’ouvrier spécialisé…

  • Sam dit:

    @Marie, je ne suis pas d’accord, sur certains de mes gros sites, des internautes arrivent via la requête « mot-clé + mon NDD » … CQFD

  • Laurent dit:

    @Marie : si tu connais bien ces notions, pourquoi te tracasser à relire 4 fois mon billet ? 😛
    J’ai noté au début qu’il valait mieux parler de « visibilité », mais la notion admise du « référencement » dépasse largement le simple fait d’indexer des pages Web.
    Donc je suis sûr que la plupart des lecteurs comprendront de quoi il s’agit.
    Et je ne peux pas grand chose pour ceux qui pensent qu’une parution dans un magazine papier va leur offrir un backlink qui compte pour Google…

    @Référencement Nantes : bien sûr que nous sommes des artisans et pas des scientifiques ou des artistes. Dans ce sens, pour une fois, je suis moyennement d’accord avec le billet récent de l’ami Sylvain aka Axe-Net.

    @Sam : je vois également passer ce type de requêtes. Il faudrait une analyse plus précise, mais à vue de nez cela représente une portion intéressante.

  • Marie dit:

    Laurent, j’ai relu 4 fois parce que ça m’a embrouillée 😀 Je viens de relire une 5ème fois et je ne trouve pas ça clair, ton explication de la notoriété est confuse et ne me convainc pas.
    Cette notion de visibilité n’est effectivement pas nouvelle et ce n’est pas parce-que je connais les notions dont tu parles que je ne lis pas tes billets 😉
    Après si Google pouvait scanner les magazines papier et accorder du poids aux liens contenus dans ceux-ci, on assisterait à un vrai spam des petites annonces 😀

    @Sam : je n’ai pas dit que je n’étais pas d’accord 😀

  • Laurent dit:

    D’où tu sors que je ne dois pas parler de choses que les référenceurs doivent connaître ou qui sont « nouvelles » ? Bien à toi si tu cherches seulement le scoop et l’inédit, mais je n’ai pas la prétention de cibler ce créneau.
    Puis si ces notions étaient si bien connues, j’en verrais plus de traces. Ce qui est loin d’être le cas et pas pour les sites les plus insignifiants.
    Si tu n’as vraiment pas compris le texte, regarde les images.

  • Marie dit:

    « D’où tu sors que je ne dois pas parler de choses que les référenceurs doivent connaître ou qui sont « nouvelles » ?  »

    Roooh j’ai pas dit ça non plus 😀
    Laissons tomber, j’ai rien dit, je crois que nous sommes en mode « quiproquo » 😉
    Je suis d’accord avec ton billet, voilà, oublions le reste ok? Et merci pour la piqure de rappel (mais je l’ai déjà dit)

  • Patrick Ligeron dit:

    Cet article devrait selon moi, servir d’introduction à toute formation sur le référencement ! Le caractère fondamental de ces trois composantes est bien trop souvent zappé, plus par mauvaise habitude de travail que réelle ignorance.
    La popularité a bien souvent le monopole de l’attention des webmasters et référenceurs (en raison de la notoriété du PageRank ?) et trop souvent une stratégie de référencement se limite à une course effrénée au backlink.

  • Aurélien dit:

    La version papier permettra aux internautes de chercher le ndd sur Google, donc indirectement cela peut jouer Marie. 🙂
    Mais globalement le but est de faire connaitre la « marque » ou nom de domaine pour nous.
    Certaines photos font peur, mais l’explication peut-être utile pour certains.

  • Amanda dit:

    Créer un site qui fait autorité implique un réel investissement et une maitrise technique du sujet.

  • Chris dit:

    @Référencement Nantes : j’aime bien « artisan, pas d’ouvrier spécialisé ». Sympa le contraste avec l’image qu’on se fait habituellement de l’artisan !

    @Laurent : tu ne devais pas écrire un article sur Publi** ? Quand j’ai vu mon GG Reader ce matin j’étais tout excité pensant que j’allais assister à un démontage en bon et du forme !!!

  • royan dit:

    merci pour l’article, cependant un peu lourd à digérer

  • @DWynot dit:

    @royan @mar1e Quand c’est important,
    j’imprime et je surligne. Ca fait mémoriser.

  • CWM dit:

    Bonjour Laurent !

    Et merci de ton article. Contrairement à @Marie, je ne trouve pas ton article confus en ce qui concerne les termes où ce que tu veux faire passer.
    Mais je me demande quelle est ta cible pour un tel article ? Il est très intéressant mais, je le crains, un peu inaccessible (voire « touffu » comme dit l’autre) pour ceux qui ne connaissent rien au web et confus pour les autres…

    Pour autant, j’aime bien la réflexion derrière 😉 Tu mets des mots sur des notions importantes de la communication !

  • baume referencement dit:

    J’aime bien la différenciation que tu fais.
    Même si pour ma part, j’ai tendance à simplifier en ne retenant que les notions de popularité et d’autorité.

    J’aurai tendance à dire que la notoriété est une conséquence des deux autres, mais je chipotte peut-être, et je ne voudrais pas embrouiller Marie 🙂

    Pour revenir sur mon billet, je suis bien d’accord avec toi sur le mot « artisan » associé à « art ».
    D’ailleurs, au sein de notre agence, nous nous considérons comme tel.
    Plus spécifiquement pour le SEO, je pense que l’on est plus des artisans que des artistes (ceci clarifie peut-être mes propos).

    ps : bon choix d’illustration.

  • Sebastien dit:

    Ok pour la piqure de rappel sur ces trois notions clefs. Mais le fait de les encastrer de la mnière suivante popularité<notoriété<autorité, me semble un peu réducteur.
    On peut être reconnu comme un expert dans un domaine très précis et ne pas être populaire en dehors de ce milieu. On peut également être reconnu comme un pseudo-expert dans un milieu et être reconnu comme un expert par la majorité des gens…

  • Sylvain dit:

    Tiens, à peine 1 minute d’écart entre le spam de « comparateur mutuelle » chez toi et chez moi 🙂

  • Marie dit:

    Sylvain, j’ai eu le même 1 minute après Laurent 😀

  • julienb dit:

    Il est pas mal cet article, j’irai un peu dans le sens de Marie en disant que ton explication de la notion de notoriété est un poil floue … mais bon il faut dire aussi que c’est pas évident de poser des mots dessus.

  • Nicolas Chevallier dit:

    Bonjour,

    Je réagis pour défendre un peu Marie quelque peu chahutée.

    Je ne suis pas du tout d’accord avec vous concernant ces 3 notions. On dirait justement un article écrit par quelqu’un qui débute en référencement (attention, j’ai bien mis « on dirait », je ne veux insulter personne, juste donner mon opinion).

    A part la partie popularité, fondamentale en SEO, la notoriété et l’autorité ne servent à rien à mon avis:

    – combien de sites reçoivent une majorité de leur trafic sur leur nom de marque ou en accès direct?
    – est ce que kelkoo, acheter-facile et autres comparateurs ont un début d’autorité?

    En parlant de notoriété, les exemples donnés ne sont même pas liés au référencement :
    « La notoriété s’exprime également lors des recommandations si quelqu’un demande à sur quel site acheter un produit. » ???

  • YvanDupuy dit:

    Bonjour Laurent,

    Qu’entends par des profils de pages 50/50 sur l’accueil et les pages internes ?

    IL est sur que l’autorité en fait rêver plus d’un , mais acquérir ne serait-ce que la popularité est déjà très bien pour ma part.

    Article fort intéressant

    Yvan,

  • julienb dit:

    @Nicolas chevalier

    WoW … « A part la partie popularité, fondamentale en SEO, la notoriété et l’autorité ne servent à rien à mon avis »

    La tu as tout faux! la notoriété et l’authorité sont 2 concepts fondamentaux et qui sont trees important dans le concept global de popularité.

    « combien de sites reçoivent une majorité de leur trafic sur leur nom de marque ou en accès direct? » – Beaucoup, le nom de marque est en general le meilleur mot clé si ce n’est pas le cas tu as un vrai probleme de branding, d’ou l’interet de mettre son NDD un peu partout

    – « kelkoo, acheter-facile et autres comparateurs ont un début d’autorité? » a priori quand on parles de comparaison de prix oui – si on parle de neurochirurgie la ca devient plus delicat.

    La notoriété est tres liée a la popuolarité car de la meme maniere que les liens tu dois mettre ta marque en valeur sur d’autres sites du web (banniere, liens – avec le NDD, images, video, groupe Facebook etc …) – c’est ce qui fait que les gens vont finir par te chercher via ton NDD a un moment ou a un autre

  • Nicolas Chevallier dit:

    Concernant la notoriété :

    Beaucoup, le nom de marque est en général le meilleur mot clé si ce n’est pas le cas tu as un vrai probleme de branding, d’ou l’interet de mettre son NDD un peu partout

    On a donc un point de vue totalement différent : pour moi plus le pourcentage de visiteurs venant à partir du mot clé représentant la marque est important, plus le site est mal référencé, dans le sens ou il n’utilise pas toutes les capacités de trafic qu’il pourrait.

    Ex:
    Leboncoin c’est 70% du trafic moteur qui provient des dérivés du nom de la marque. Très bonne notorité donc, mais pas forcément bon référencement. Lorsque je cherche une annonce je ne tombe généralement pas sur leboncoin.

    Vivastreet c’est 15% du trafic. Généralement on tombe dessus lorsqu’on cherche une petite annonce.

    Facebook c’est 40% du trafic moteur qui provient des dérivés du nom de la marque.

    123people.fr c’est 2% du trafic. On tombe sur ce site dès qu’on cherche un nom+prénom sur le net.

    La notoriété influe sur la popularité ce qui peut faciliter le référencement.

    Un autre exemple qui me revient : sitedesmarques.com
    aucune recherche sur la « marque » et pourtant un joli trafic. Je ne dis pas que c’est un exemple et qu’il faut spammer ou parasiter des noms de marque, mais clairement il y a toujours des choses à améliorer lorsque son % de visites venant du nom de la marque est élevé : ajouter du contenu, optimiser on page, …
    Leboncoin n’est pas encore bien optimisé pour le ref, ni facebook (mais la c’est voulu).

  • Laurent dit:

    @Marie : je crois avoir trouvé la faille. J’essaye désormais de rester dans une longueur d’article raisonnable. Puisque je ne suis pas Seth Godin qui peut expliquer les mêmes choses en 3 lignes, il y a forcément des moments où je prends des raccourcis.

    @Patrick : le SMO introduit peut-être des notions qui tendent un peu plus vers les autres volets au lieu de focaliser simplement vers la popularité.
    A la base, il est bien plus facile de tout mettre à plat pour savoir où on va, sinon c’est au petit bonheur la chance.

    @Aurélien : fondamentalement, on oublie que le Web est un médian de communication. Ces principes sont simplement tirés des règles immuables de la comm qui est beaucoup plus ancienne que le Web.

    @Amanda : je ne te le fais pas dire.

    @Chris : Publika ne perd rien pour attendre.

    @Royan : les stratégies et méthodologies de visibilité de sites Web sont lourdes à digérer de manière globale.

    @DWynot : tout pareil.

    @CWM Consulting : comme je viens de répondre à Marie, je crois que la confusion vient de mon effort de synthèse. Ça oblige à raccourcir, pensant que les notions sont comprises.

    @Sébastien : bien sûr que tes remarques sont bonnes par rapport au cloisonnement possible, mais je ne vois pas en quoi c’est réducteur de délimiter les notions.

    @Comparateur Mutuelle : merci pour ton spam (et au revoir ton lien).

    @Julien aka SMS Marketing : pour aller plus loin, il faudrait que je découpe les notions en 3 billets distincts. Sinon, c’est parti pour un article de 4000 mots.

    @Nicolas Chevalier :
    – Un bon modèle de trafic serait 1/3 referers, 1/3 direct et 1/3 moteurs. J’y arrive quand je m’y efforce. Je ne voudrais pas revenir vers un modèle 90% Google comme j’ai connu par les passé, notamment pendant les heures de gloire du MFA.
    – La recommandation n’est pas cantonnée « off line ». Tu n’as jamais vu de questions sur des forums, blogs, réseaux sociaux ? Y en a même qui en ont fait un business (Yahoo Answers & Co.).
    – J’ai regardé ton site. Ta mention sur Télématin n’a servi à rien ? J’ai vécu la même chose et le trafic a été remarquable. Cela entre dans le champ « notoriété ».
    – Ou alors c’est les gens du Sud qui se serrent les coudes (toi à Nice et Marie à Cannes)?

    @Yvan Dupuy : je suggère 50% des backlinks qui pointent vers la page d’acccueil et 50% vers les pages internes. Voir aussi le modèle de trafic que je recommande juste au-dessus.
    Bien sûr que la popularité est essentielle. Je veux juste signifier qu’il s’agit d’un bout de la solution pour ceux qui possèdent un minimum d’ambition pour leur site.

    @Julien aka website development Houston : le cas Kelkoo est intéressant car il a pris du plomb dans l’aile lorsque les abus des comparateurs a été étalé dans les médias. C’est une défaillance d’autorité et de notoriété sur lesquels certains acteurs ont réagi comme je mentionne dans mon billet sur la tromperie des comparateurs de prix.

    @Nicolas Chevalier (bis) : tu ne te contredis pas carrément par rapport à ton premier commentaire?
    Maintenant, tu ne dis pas que c’est de la foutaise, mais que ça peut engendrer un déséquilibre. Voir le modèle que je recommande dans ma première réponse.
    Il y a un concept que tu oublies. Sur le Web et plus particulièrement en référencement, ni toi ni moi ne sommes bons. Ce sont les autres qui sont carrément mauvais (voir les exemples que tu cites).

  • Nicolas Chevallier dit:

    Un autre bon exemple : wikio dont la marque est connue mais le % de trafic sur ce mot clé n’est que de 0,71%. Avec une stratégie qui a totalement changée : aujourd’hui un des mots clés les plus apporteurs de trafic pour wikio c’est « code promo cdiscount »…

  • Nicolas Chevallier dit:

    – J’ai regardé ton site. Ta mention sur Télématin n’a servi à rien ? J’ai vécu la même chose et le trafic a été remarquable. Cela entre dans le champ « notoriété ».
    15 ou 20 000 visiteurs sur 2 jours. Pas plus!
    Il ne faut pas croire qu’un passage télé va faire décoller un site (encore moins un passage radio ou presse). La notion de vu à la tv peut influer sur l’autorité (je reprends volontairement ce terme) une fois le visiteur sur le site.

    – Ou alors c’est les gens du Sud qui se serrent les coudes (toi à Nice et Marie à Cannes)?
    J’ai eu la chance d’assister à une de ces conférences sur Sophia, et j’ai trouvé son approche du ref très sympa (pas assez agressive mais très sure sur le long terme).

    tu ne te contredis pas carrément par rapport à ton premier commentaire?

    Effectivement, il fallait lire :
    – combien de sites BIEN OPTIMISES reçoivent une majorité de leur trafic sur leur nom de marque ou en accès direct?

  • Nicolas Chevallier dit:

    Un bon modèle de trafic serait 1/3 referers, 1/3 direct et 1/3 moteurs

    Encore une fois je ne suis pas d’accord : un bon site de mon point de vue (niveau référencement, attention!) c’est 90% de trafic venant des moteurs (donc 95% de 90% venant de Google). Pas forcément un MFA, mais un MFG (Made For Google). C’est un peu la définition du référencement, non?

  • Laurent dit:

    – 1% du trafic sur le nom de marque peut être très significatif. Pour un site à forte notoriété, c’est d’avantage.
    Puis tu peux citer tous les exemples que tu veux, ça ne change rien à la problématique globale qui relève l’importance de ces notions que tu sembles éluder.

    – ah ok 15 à 20k de Vu en + par le biais d’une mention TV est que dalle!? Passe à Capital pour voir si ton serveur va tenir la charge.
    Puis n’oublie pas que ta mention est le fait du hasard. Travaille ce volet comme il faut et tu n’as pas besoin d’attendre que Laura du Web tombe sur ton site par la plus grande opération du St Esprit.

    – Tu confonds autorité et notoriété. Être mentionné par Laura du Web n’a rien à voir avec l’autorité.

    – Si tous les sites sont bien optimisés, je peux changer de métier.

  • Sylvain ( Agence web AxeNet ) dit:

    @ Nicolas

    Un référencement correct, c’est bien évidement 90% du trafic des moteurs qui provient de Google, puisque celui-ci a 90% de part de marché (en France).

    Il n’empêche que Laurent à parfaitement raison.
    Si ton trafic se limite aux moteurs, et ne provient pas de referers (liens d’autres sites) et de trafic direct, la situation est super dangereuse. Avec la règle des trois tiers, si un jour tu disparait de GG, tu ne perds qu’un tiers de tes visites.

  • Laurent dit:

    Tiens, d’ailleurs ça me fait penser que je compte les requêtes liées à la marque comme trafic moteurs, alors qu’on pourrait l’inclure dans le traf direct.

  • Nicolas Chevallier dit:

    1% du trafic sur le nom de marque peut être très significatif. Pour un site à forte notoriété, c’est d’avantage.
    J’ai jamais dit le contraire.
    Je dis juste que si c’est significatif, c’est qu’il y un fort potentiel SEO sous exploité.


    ah ok 15 à 20k de Vu en + par le biais d’une mention TV est que dalle!?

    Oui car ce n’est que du oneshot. Que ce soit 10 000, 100 000 ou 1 000 000, ca ne va probablement durer (cf bernardtapie.com). Ca ne joue en tout cas pas sur le référencement, sujet de l’article.

    Puis n’oublie pas que ta mention est le fait du hasard.
    Pas vraiment, ni dans Turbo, ni dans les autres médias d’ailleurs. Je dis seulement qu’en terme de référencement (et de trafic en général) ca n’apporte pas assez par rapport au temps consacré.

    Il n’empêche que Laurent à parfaitement raison.
    Si ton trafic se limite aux moteurs, et ne provient pas de referers (liens d’autres sites) et de trafic direct, la situation est super dangereuse. Avec la règle des trois tiers, si un jour tu disparait de GG, tu ne perds qu’un tiers de tes visites.

    Donc il faut avoir un site mal référencé pour rester dans ce pourcentage?
    La c’est des maths : si j’ai un site qui 3000 visites avec une repartition 30/30/30. Demain Google me bannit il reste 2000 visiteurs.

    J’ai un autre site qui fait 100 000 visiteurs avec une réparttion 1% direct/1% referer/ 98% moteur. Demain Google me bannit je ferai 2000 visiteurs.

  • AxeNet dit:

    @ Nicolas

    Je ne comprends pas ta démo.
    La logique est pourtant simple, si google représente 90% de tout ton trafic et que pour n’importe quelle raison il te désindexe, et bien tu perds 90% de ton trafic.
    Ce ne sera pas le cas si tu as travaillé de manière à recevoir du trafic de la part d’autres sources que Google.

    C’est aussi des maths, mais en respectant les règles mathématiques. Dans ton explication, tu compare des choux et des carottes.

    C’est pour troller ?

    Reprenons pour les pas doués

    Deux sites font 1000 visites /jour

    le site A a 90% de son trafic par Google.
    Le site A est désindexé, il tombe à 100 visites / jour

    Le site B à 1/3 en accès direct, 1/3 en referers, 1/3 par mes moteurs. GG représente 90% des moteurs.
    Le site B est désindexé sur GG.
    Il tombe à 703 visites / jour

    Pas la peine de s’appeler Cedric Villani pour comprendre.

  • Nicolas Chevallier dit:

    C’est pour troller ?
    Pas du tout.
    Je ne comprends pas ta démo.
    Tant pis.
    Dans ton exemple si 2 sites font 1000 visites/jour c’est que le site B n’est pas optimisé pour le référencement, il pourrait faire 10 000 visites/j.

  • Laurent dit:

    Tu fais vraiment des efforts pour tenter de défendre ton point de vue, mais ça ne tient pas debout.
    En quoi une répartition du trafic en 3 tiers est un signe de faiblesse en réf nat ? Cela n’a rien à voir, mais absolument rien du tout.
    C’est plutôt un signe que tu appréhendes correctement tes canaux et surtout que les visiteurs apprécient ton site.

    Et si un trafic conséquent par le biais d’un canal notoriété ne va pas impacter ton référencement, je crois que tu as encore des notions à assimiler.
    Sans même parler de backlink pur et simple, tu ne sais peut-être pas qu’il y a d’autres critères liés au vote de confiance signalé par l’internaute. Toute une émulsion est générée à ce niveau.
    Mais ce sont des concepts bien trop avancés si tu ne maîtrises pas les fondamentaux exprimés ici.

  • Chris dit:

    Et en plus il n’y a pas que les effets sur le référencement qui sont importants.
    Prenons un exemple : lorsque je cherche un livre, qu’est-ce qui est le plus intéressant du point de vue d’Amazon ?

    1/ Que je cherche sur Google et que je vois Amazon en premier dans les SERPs

    2/ Que j’aille directement sur son site pour chercher mon livre parce que je pense que c’est LA référence de la vente en ligne

    Le SEO pur c’est utile mais selon le client il faut admettre que ce n’est peut-être pas l’unique (ou la meilleure) stratégie à suivre.

  • AxeNet dit:

    @ Nicolas

    N’importe quoi?
    J’arrête là.

  • julienb dit:

    @Nicolas

    Ecoute petit – Un site « équilibré », BIEN OPTIMISE et qui en plus A DES BONS RESULTATS ca doit avoir les pourcentages suivants:

    Trafic direct – 20% a 30%
    Referring websites – 10% a 30%
    Moteurs de recherches – 40% a 70% (et encore 70% je me ferai du souci)

    Si tes sites ont 90% de trafic moteur ca veut dire que tu as un vrai souci de visibilité. Ton site n’est pas assez présent sur les autres sites de la toile!(referrer) – Les gens ne connaissent pas ta marque (trafic direct).

    Ta marque doit etre dans le top 5/10 de tes mots cles sinon encore une fois ca veut dire que les gens NE TE CONNAISSENT PAS/ ou NE REVIENNENET PAS chez toi.

    Maintenant si tu veux pas piger… on peut demander a Marie de te filer un coup de main elle sera,je pense, du meme avis que nous

  • vincent dit:

    Complétement d’accord avec ton dernier commentaire LeJuge

  • nicolas laustriat dit:

    Laurent, si en analytics tu prendS les requetes contenant la marque c’est de la notoriété pour moi. Si ca contient ton nom de domaine oui on peut le considérer en trafic direct…

  • Jacques dit:

    Salut Laurent
    sujet intéressant avec beaucoup de commentaires pertinents
    les 3 fondements du web ne vont pas sans un travail acharné,
    « Sam » disait que le seo est un travail d’artisan et il a bien raison
    sans cesse sur le métier remettre son travail….
    la notoriété et la popularité ne s’acquiert qu’au bout de longues années
    et le plus important dans tout cela
    est la persévérance, surtout quand il y a des moments d’abattement parce que cela n’avance pas comme on veut …

    c’est à ce moment la qu’il ne faut surtout pas lâcher
    🙂

  • providenz dit:

    Sur ce coup là, ton article est limpide.
    A faire trop de référencement, on oublie parfois que ce n’est pas une fin en soi. Le but, c’est de générer d’avantage de CA.
    Peut être aurait il fallu préciser en gros disclaimer que cet article ne traitait pas que de référencement mais d’acquisition de trafic en général.
    Les commentaires me rassurent, je ne suis pas le seul à avoir des difficultés pour l’expliquer aux clients.
    Pour être efficace, je peux me contenter de Paris Hilton, ou dois-je faire appel aux deux autres ?

  • Nicolas Laustriat dit:

    Nota pour certaine marque c’est pas simple : la Maison du chocolat, le Ciment Français etc…

  • Philippe dit:

    Veni, vidi, spami… 😀

    Les sites Web ça ne sert à rien : de bons flyers dans les boîtes à lettres il n’y a que ça de vrai.

  • Marie dit:

    >>Tiens, d’ailleurs ça me fait penser que je compte les requêtes liées à la marque comme trafic moteurs, alors qu’on pourrait l’inclure dans le traf direct.

    Xiti classe ce trafic dans « notoriété » contrairement à Analytics qui ne le distingue pas.

  • kaizen dit:

    Il est vrais que beaucoup de webmaster oublient « d’envoyer » des liens vers les pages profondes de leurs sites…
    Grave erreur 😛

  • jeremie dit:

    Concernant l’autorité (quel mot barbare quand même) on en revient quand même à la même chose : proposer du contenu pour le référencement c’est bien, mais si ca intéresse le visiteur c’est mieux.

    C’est sur que si en plus le contenu l’instruit et qu’il nous voit comme parole d’évangile… du pain béni

    (mes excuses pour ces références religieuses, sans rapport avec le Dieu Google)

  • Caroline dit:

    Très bon article !

    Merci beaucoup…

  • Med N dit:

    Effectivement, pour réussir sur internet il faut se placer en tant qu’expert dans votre domaine.

    Merci pour l’article

  • springbutterfly dit:

    Salut, Laurent! J’ai déjà eu l’occasion de lire tes opinions et de profiter de ton expérience, dans plusieurs discussions, sur d’autres blogs. Mais là, même si les notions de popularité-notoriété-autorité se travaillent séparèment, je ne crois pas qu’on puisse les séparer car l’un entraîne les autres. A mon avis, la popularité entraîne la notoriété, qui entraîne, à son tour, l’autorité, à une condition, toutefois: avoir assez d’expérience et de compétence dans son domaine pour convaincre ses lecteurs. L’expérience est la clé de tout car, contrairement aux apparences, n’est pas bloggeur qui veut!

  • Nicolas 60560 dit:

    Je suis assez d’accord, le métier de référenceur évolue après l’aspect technique, après le wording c’est maintenant les « relations publiques » qui ont le plus d’importance.

  • Antivirus dit:

    La notoriété est un point essentiel, c’est un fait. D’où une notion de linkbaiting ( creer du contenu assez intéressant pour avoir des backlinks spontanés ).

    Faire du ref c’est bien mais il faut proposer un bon contenu en général pour avoir de bon retour des visiteurs.

    Etre pointu dans son domaine est une obligation, je dirais. Si l’on veut être « reconnu » et augmenter sa popularité ^^

  • SWCF dit:

    @AntiVirus
    Intéressant ce nom de « linkbaiting » !!

    Je suis à plus de 40 % des liens vers les pages internes. Je trouve déjà pas mal. C’est d’ailleurs à la lecture de ce blog que j’ai commencé à développer mes backlinks vers des pages secondaires. Merci Laurent !

    Devenir Paris Hilton a l’air plus facile.

  • Nounours dit:

    Merci beaucoup pour l’article :D, il est temps de prendre son temps pour faire évoluer ca notoriété

  • Sablage de plancher dit:

    Il faut penser aussi que certain lien ayant une autorité très basse n’apporteront pas grand chose aux sites si ils ont des liens pointant.

    Merci

  • Laurent dit:

    Une réponse sous forme de billet à lire chez l’ami Sylvain le seo ne fait pas tout travaillez votre notoriété

  • Yaclk dit:

    Avec l’avènement des médias sociaux, les moteurs de recherche ont de plus en plus les moyens de tenir compte de critères de notoriété et d’autorité.

    Il serait intéressant de savoir de quel manière le fait d’avoir un compte Facebook ou Twitter contenant un nombre important « d’amis » ou de « followers » influe sur la manière dont un site est évalué par les moteurs de recherche.

  • sebastien133 dit:

    On en revient ainsi aux classiques de la communication, ceux qu’on souhaitait oublier tellement il est difficile de les faire monter rapidement.

    Une notoriété, comme une autorité et une popularité dans une moindre mesure, se fabrique dans le temps…

    Au boulot !!!

  • NOBODY dit:

    Sujet très intéressant mais je n’arrive pas à savoir dans quelle langue vous vous exprimez !!!
    Sérieusement si vous écrivez à vos client dans le même style, cela craint !!!!

  • mcts dit:

    Même sur les réseaux sociaux, il devient de plus en plus difficile de s’imposer comme une authorité. Vu le nombre de sites, ce n’est pas très étonnant.

  • sebastien dit:

    et bien voilà des réponses à mes questions !

    merci pour cet article, je vais bien faire la différence maintenant grace à Paris, Sego et Albert !

  • ttusaisqui dit:

    J’ai remarqué sur certains réseaux sociaux les liens en DOfollow, contrairement aux plus gros qui malheureusement (mais je les comprends) ne le font pas. Donc je privilégie d’abord ceux en DO et ensuite je fait les autres.

  • introduction à la notion de référencement post-moderne dit:

    […] sera jamais opportun ; sauf bien sûr dans certains contextes où le site possède suffisamment de popularité, autorité et notoriété pour se permettre à peu près tout ce qu’il […]

  • Construire un trafic qui ne dépend pas de Google dit:

    […] à acquérir, mais ce n’est pas non plus long ou compliqué. Principalement, les notions de popularité, notoriété et autorité se travaillent selon des fondamentaux établis. Omettre ces principes rapproche le projet […]