AccueilRéférencement ➟ Les amateurs et le spam sont-ils la Peste ?

Les amateurs et le spam sont-ils la Peste ?


Ce billet est une réponse à Les amateurs sont la Peste qui va durer (en anglais).
L’auteur, Joe Hall, attaque violemment les amateurs que l’appât du gain ont attiré sur Internet.

Hormis le fait que la plupart des professionnels du Web sont de purs autodidactes, il est malvenu de s’insurger contre les amateurs, le Black Hat SEO et le spam en général car la liberté sur Internet doit être préservée.

Joe Hall

Dans son article, Joe Hall souffle un bon coup en déversant son venin sur les monceaux de spam reçus dans sa boîte mail, de demandes d’échanges de liens peu pertinentes, de réseaux sociaux saturés avec du contenu pauvre, etc.

Ensuite, il fait un amalgame entre les amateurs et les spammeurs pour finir par déclarer que le spam ne marche pas.

A la fin, Joe Hall décline quelques conseils de base comme :

  • Etudier les Web marketeurs qui ont réussi.
  • Apprendre à écrire.
  • Rejoindre la communauté.

La liberté sur Internet

Franchement, je déteste les Joe Hall qui se croient permis de réguler le Web. Que ça soit Hadopi, Google ou Joe Hall, même combat qui est de prétendre à un réseau Internet  contraint de suivre des règles et valeurs érigées au nom de certains dogmes.

Pour commencer, le spam fonctionne très bien. En plus, cela n’a rien à voir avec l’amateurisme; bien au contraire…
Que ça soit du référencement Black Hat ou n’importe quelle stratégie de spam comme l’emailing de masse, il est tout à fait possible de gagner (beaucoup) d’argent avec ces techniques. Ceux qui remportent le pactole en prenant des chemins de traverse sont tout à fait professionnels. Le Black Hat SEO ou le spam en général sont l’apanage d’entités qui disposent de moyens financiers conséquent, d’une stratégie impeccable et d’une technique de pointe. Pour réussir du côté obscure de la Force, il faut mettre en place des moyens conséquents qui sont juste appliqués différemment d’une stratégie «propre» ou White Hat.

De quel droit Joe Hall peut-il interdire certaines pratiques ou empêcher n’importe qui de se lancer dans l’aventure Internet ? Il peut détester les pratiques de Black Hat SEO ou spam, mais c’est plutôt ses principes qui sont détestables. Les aspérités du Web marketing nous rendent libres; chacun peut choisir sa voie comme il l’entend.
Pour ma part, j’ai opté pour travailler proprement tout en ayant une bonne maîtrise des techniques SEO Black Hat. «Il faut savoir faire le mal pour faire le bien».

Ce billet est d’autant plus consternant que les conseils prodigués par Joe Hall sont d’une banalité affligeante.

Au fait, ce monsieur est le fondateur et PDG de Whos Talkin (un moteur de recherche social dont personne n’a jamais entendu parler).

Pourquoi j’en parle

Vous allez me dire que ce n’est pas la peine de relever ce qu’il dit et encore moins la peine de se fendre d’un billet. Sauf que ça fait un moment que je n’avais pas poussé un coup de gueule et son torchon m’a fait bondir.
De manière plus globale, c’est l’occasion de répéter la nuance importante lorsqu’il s’agit de spam ou Black Hat SEO. Le débat n’est pas du tout par rapport au soi-disant amateurisme de ceux qui pratiquent le Black Hat. Le débat concerne ceux qui pensent que c’est un raccourci pour ne pas entreprendre le travail besogneux qui s’apparente au White Hat.

Il m’arrive couramment de discuter avec des entrepreneurs qui ont entrepris une stratégie de référencement ayant franchi la ligne des guidelines Google. Mon discours est toujours le même puisque je ne vois pas en quoi un moteur de recherche devrait nous interdire de travailler d’une façon ou d’une autre. Le but du jeu est de ne pas se faire choper, mais franchement rien à faire des règles de Google.

Le danger vient lorsqu’on s’engage dans une stratégie Black Hat sans en connaître les risques. C’est pourquoi il est important pour un référenceur de maîtriser les principales techniques utilisées dans le Black Hat SEO. Même sans suivre l’actualité du secteur, il est sain de connaître les grands principes de base qui restent immuables dans le temps. J’en parle dans mon billet Ne tirez pas sur le référencement Black Hat.

Néanmoins, il réside un cadre légal qui condamne tout acte de hacking ou piratage. Au sein de ce cadre légal, chacun fait ce qu’il veut. Il n’y a pas de thématique tabou selon moi et je ne refuse pas une collaboration sous prétexte qu’il s’agit d’un site vendeur de vidéos porno, viagra ou tout ce que la bonne morale réprouve.

Pour conclure, je travaille sur Internet justement parce que ce médian me permet d’être libre. Je suis parti de France car je trouvais que ma liberté d’entreprendre était étouffée. On se fait déjà chier à supporter la loi de Google, mais je défends mon droit de spammer si jamais l’envie me prend.

Autre lecture intéressante

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.



24 réponses dans “Les amateurs et le spam sont-ils la Peste ?”

  • Didier Sampaolo dit:

    La clé de ton post est l’opposition de concept entre la Loi et la Bonne Morale. Je suis ENTIEREMENT d’accord avec le sentiment d’étouffement qui plane un peu, et que des gens comme Joe Hall renforcent en posant des barrières qui n’ont pas lieu d’être.
    Franchement, j’aurais poussé le vice jusqu’à mettre le lien vers son moteur en nofollow. T’es beau joueur.
    (By the way, très très beau call-to-action « Devis » !)

  • Laurent dit:

    Tu as raison; j’ai ajouté le nofollow 😉

  • YvanDupuy dit:

    BOnjour Laurent,

    Billet très intéressant. Il est vrai que certains entrepreneurs du web ne se cachent pas de faire du spam, par tel ou tel moyen, surtout pour récupérer des mails.

    Même si cette stratégie est beaucoup ciblée qu’une campagne marketing classique, il m’est déjà arriver de tomber sur certains spam « intéressants », j’entends par là, tout ce qui hors Casino, Viagra, re:, et autres conneries du genre.

    Après, tout est une question d’éthique personnelle, dans la manière de procéder. Pour ma part, je n’aime pas être envahi, donc je ne pratique pas ce genre de méthodes.

    reste le pink hat…

    Amicalement,

    Yvan,

  • Marie dit:

    @Yvan : Pink Hat? J’arrive 😀

    Perso, je connais pas ce Joe Hall et je n’ai pas envie de le connaître.
    J’ai toujours dit à mes fils « pas vu, pas pris, vu, pris ». La leçon a été enregistrée car quand j’ai demandé à mon cadet s’il avait été puni par la maîtresse aujourd’hui, il m’a répondu « non, elle ne m’a pas vu » 😉 Avec Google, c’est pareil!

  • fran6 dit:

    Feinter google pourquoi pas, c’est de bonne guerre, par contre le spam c’est quand même bien différent, c’est une activité illégale

  • Sylvain dit:

    J’aurais dit la même chose que Didier s’il ne l’avais pas fait avant.

    Après, en terme de mail, j’avoue que le Spam me gonfle sérieusement.

    Pour ce qui est des moteurs de recherche, je relativise ce spam. Personne ne va tenter de se positionner sur la requête « location voiture » s’il ne propose pas un service qui est associé à celle-ci. Alors même si le site ne respecte pas la « loi googlienne », l’utilisateur ne subit pas de vraie gêne.

    @ Marie,
    C’est du joli. Moi qui me disais que ton prénom avait quelque chose de biblique 🙂

  • Laurent dit:

    @YvanDupuy : on pointe toujours du doigt les mêmes concernant le spam par email. Sauf que ces mails ne passent pas mon filtre. Ce qui passe sont des spams de sociétés beaucoup plus mainstream et 100% français.

    @Marie : du moment que mon fils n’est pas aussi puni que moi à l’école, ça me va.

    @fran6 : voilà! Il faut faire la différence entre la loi et les règles de Google.

    @Sylvain : bien sûr que le spam par email gonfle tout le monde. Mais le truc est que ça marche toujours.
    Je me rappelle un client qui envoyait quelque chose comme 1,5 millions d’emails par mois. Ça faisait largement vivre la société sans réf nat ou liens sponso.

  • Aurélien dit:

    Je rejoins l’avis de Didier, défends le pink hat, mais le pas vu pas pris a des limites amha. Autant je ne respecte pas les règles de Google, du moins pas toujours, autant j’ai des limites, donc le pas vu pas pris…

  • daddy dit:

    Disons qu’il y a spam intelligent et spam sauvage.
    Mis à part, Laurent comment fais tu pour écrire autant d’article intéressant sur ton blog ?!
    Tu es le Victor Hugo du Web 🙂

  • Laurent dit:

    @Aurélien : comme je le suggères dans l’article, l’intérêt n’est pas forcément d’utiliser ces techniques borderlines, mais aussi de les maîtriser pour connaître parfaitement la limite.
    Après, je conçois que défendre la légitimité du spam est plus un combat idéologique; un peu comme défendre le concept du fake sur Twitter.

    @Audit de référencement : j’ai quelques facilités pour écrire rapidement, mais surtout je prends mes notes (sorte de brouillon) avec un Newton (PDA Apple de 1993). Cela permet d’écrire n’importe où en se passant d’un ordinateur portable et l’iPad est encore loin de pouvoir rivaliser.
    Du coup, les billets fleurissent au printemps avec le temps que je passe plutôt dehors au lieu d’être enfermé dans mon bureau.
    Mais bon, c’est cyclique chez moi. La période de disette peut très bien suivre cette phase faste.

  • hoangt dit:

    Je ne sais pas si ce que je vais dire sera considéré comme du spam sauvage, où tout autre forme de spam, mais bon, je tente ma chance. Je recherche des sites dans la thématique de la mode pour faire des échanges de liens avec quelques sites dans la même thématique. Je me dit qu’en tant que professionnel du référencement naturel, vous devez certainement avoir des réseaux de site, ou des clients susceptibles d’être intéressés, donc, n’hésitez pas à spammer ma boîte mail de vos propositions …

  • Maxime dit:

    Personne n’aime le spam en tant que receveur. Mais on serait à la place de l’envoyeur, on aimerait bien spammer tout le monde. Donc quand je reçois un spam, en tant qu’entrepreneur qui prospecte tous les jours je me dis, bon, il a essayé ! Après si tout le monde spamme, on est dans le pétrin.

    Mais il y a aussi le point de vue de l’image de marque. Je sais que je ne le fais pas moi-même et ne le recommande pas à mes clients, car ça peut à long terme être négatif sur l’image véhiculée. Mais ça peut dépendre du cœur de métier : un e-commerce de produit discount, autant y aller franchement (d’ailleurs, il faut que j’aille supprimer les 15 emails du jour de Cdisc…)

    Par contre comme l’a dit Sylvain, le spam sur les moteurs de recherche, c’est juste tromper Google et pas l’internaute, donc pourquoi pas ?

  • Samuel dit:

    Laurent est Nietzschéen ! Ainsi parlait Zarathoustra : »Rien n’est vrai, tout est permis ! »
    Plus sérieusement je suis assez d’accord avec toi, cependant le soucis sur le net est que l’on peut rester impuni en franchissant toutes les barrières morales possibles. Et souvent ce sont les seuls amateurs du Black Hat ou du spam qui se font prendre. Le monde est injuste vraiment. xD

  • Le juge SEO dit:

    Alors Joe Hall, Ici il est quand meme relativement connu et il est souvent vu sur tel ou tel salon pour parler de differents trucs.

    Il pose aussi des billets sur des blogs SEo tels que SEOjournal ou SEOland.

    Vous pouvez d’ailleurs qu’il invite du beau monde a guest blogguer sur son site joehall.me

    Bon apres ce n’est pas parce qu’on poste ici ou la et qu’on fait le beua sur les salons qu’on a le droit sur tout et d’ailleurs je me suis deja frité une fois ou deux avec des mecs de ce type via blog et ou commentaires.

    Je ne suis pas vraiment d’accord avec lui non plus mais sur un point de vu plus « moral » je dirais… a savoir qu’il place les vieux de la vieille ou ceux qui ont des diplomes comme des pros, et les autres … Cassez vous y a rien a voir! J’aime pas ca c’est une sorte d’ostracisme et je trouve ca deplacé… bref .. si l’energie tu as de traduire ton billet je serais heureux de le mettre chez moi… Sinon je me pencherai dessus cette semaine et je le publierai – si tu veux

  • Sebastien dit:

    Je ne comprends vraiment pas le lien fait entre amateurisme et black hat. Sans parler du fait qu’amateurisme signifie que ce n’est pas une activité principale mais ne signifie en aucun cas un manque de compétence (srutout quand on voit ce que font certains « professionnels » du web), je ne pense pas que les petits nouveaux (comme moi ^^) fassent du black hat puisqu’ils n’en ont pas les compétences. Ou alors, ils se font prendre, mais dans ce cas, aucun intérêt !

  • julienb dit:

    Pfff, il a meme pas le courage de ses opinions le petit Joe, ou alors il ne reponds pas a ses commentaires, ca je trouve que c’est une preuve d’irrespect total!

  • frederic dit:

    Le spamdexing peut être vu comme de la fraude informatique. Manipuler / détourner un processus informatique automatisé dans le but d un enrichissement personnel n’est rien d’autre que la définition que nous donne la loi.
    Si vous avez un business sur internet et que vous constatez que des concurrents vous dépassent ou vous prennent des clients parce qu’ils sont plus « audacieux » que vous, c est terriblement frustrant. Surtout quand Google fait respecter son règlement par certains mais laisse un Boulevard de lattitudes à d’autres, et la majuscule ne suffit pas pour décrire ce que je constate au quotidien.

  • julienb dit:

    @Vacances

    Oui on est bien d’accord mais comme nous le soulignons ici cela n’a rien a voir avec de l’amateurisme… Que certains soient frustrés je le comprends il reste que dans la majorité des cas csont des pros et qu’il tapent rarement dans les thematique que je couvre moi

  • manu dit:

    Salut! je suis tout à fait d’accord avec toi et je ne veux pas non plus d’un starsky du web! Chacun est libre de faire ce qu’il désire, et le spam est loin d’être aussi moche que ce que l’on pense. Le black hat SEO est une réalité et ça fonctionne, seulement cela n’est pas tout.Les outils SEO, le black hat… c’est 40%, le reste, les 60% c’est l’esprit que l’on a pour mesurer les risques et ne pas faire n’importer quoi.
    Il faut rester simple, logique et apporter du contenu de l’info.
    Merci pour ton post en tout cas.

  • notincom dit:

    Pour clore le débat :

    Le web est un grand Far West !

    Comme le disait salemioche en conf :

    Le référencement c’est deux choses, faire monter son site, ou faire baisser les autres…

    Du moment qu’on ne touche pas en effet au hacking, plagiat ou directement au personne physique, il y a pas de limite !

  • Campagne dit:

    Oui je suis un amateur et j’ai appris le référencement et aussi à faire des sites en autodidacte. Depuis 1999…
    Vu le nombre d’écoles où on peut apprendre le SEO, je ne vois pas ce qu’on peut appeler un professionnel.
    Quant au spam, c’est GG qui définit les règles, du seul droit qu’il s’est imposé comme monopole de la recherche.

  • Raph dit:

    Cela ne me surprend pas du tout ta prise de position.
    j’abonderai même dans ton sens car un vrai blackhat est tout sauf un amateur, il faut connaitre et maitriser les techniques et limites du référencement sur le bout des doigts.
    Le simple fait que quelqu’un parvienne à gagner suffisamment d’argent sur le net prouve qu’il est tout sauf un amateur
    Et pour ce qui est du spam, sur quelle définition se baser pour dire qu’une pratique est du spam?

  • Ple dit:

    Je rejoint également ton avis et celui de Joe Hall, je pense que le spam ne peut pas marcher indéfiniment. Il finit toujours par payer, peut etre que cela peut très bien marcher dans le court terme, mais je ne crois pas que cela soit si positif pour le long terme.

  • Cyprien dit:

    Je rejoins aussi les avis plus haut. LE spam peut être une bonne technique pour qui souhaite se référencer rapidement mais je ne crois à sa perséverance dans le temps. Google remet toujours les pendules à l’heure 🙂