AccueilRéférencement ➟ Les paramètres d’apport de popularité qui délivrent vraiment des résultats

Les paramètres d’apport de popularité qui délivrent vraiment des résultats


A la fin de l’article SEOmoz sur l’algorithme de Google que j’ai publié l’autre jour, se tenait un lien vers un article sur les facteurs influents des backlinks par le référenceur américain Tim Grice, qui m’a permis de publier son étude sur les backlinks. C’est un excellent prolongement pour passer d’une analyse structurelle vers une autre plus ciblée sur un paramètre vital comme les backlinks.

Comme pour le billet précédent, il s’agit d’une étude basée sur une méthode plus scientifique que les mythes qui fleurissent régulièrement dans le domaine du référencement. A chacun d’en retenir (ou pas) un enseignement ou une confirmation pour déterminer une stratégie d’apport de popularité.

Facteurs influents des backlinks

Nous sommes bombardés avec de nombreuses méthodes d’apport de popularité (ou construction de backlinks ou netlinking) qui engendrent une difficulté pour savoir à quoi s’en tenir. En fait, il y a énormément de paramètres, se rapportant au profil d’une page ou d’un domaine, qui vont aider à se positionner du mieux possible sur Google.
J’ai rassemblé des éléments de recherche qui sont le fruit de plusieurs mois de travail. Cela explore chaque profil d’élément du lien qui détermine où vous êtes positionné sur Google pour les mots clés qui sont ciblés.

Les zones explorées sont :

  • Popularité du lien
  • Diversité du lien
  • Texte de l’ancre
  • Qualité du lien ou mozRank
  • Autorité de la page ou mozTrust
  • Qualité du lien d’un domaine ou Domain mozRank
  • Autorité du lien d’un domain ou Domain mozTrust

J’utilise les données de SEOmoz car elles procurent un point de vue incomparable à propos des paramètres du lien. L’outil SEOmoz est un graphe qui imite la manière utilisée par Google pour noter les pages et les domaines. Le PageRank de la Google Toolbar a prouvé son manque de fiabilité pour estimer le positionnement. Je pense vraiment que SEOmoz a résolu ce problème.

Structure du test

La recherche comprend 50 mots clés concurrentiels comme SEO, search engine optimization, internet marketing, credit cards, car insurance, etc. Ensuite, une analyse décortique les 19 premières positions pour les requêtes ciblées.
Le choix s’est porté sur des requêtes à forte concurrences pour être sûr que les 19 premiers résultats ou 2 premières pages seraient fortement optimisées pour les mots clés. Cela rendrait le test plus fiable.
La première étape impliquait de recueillir les données sur les 50 mots clés sur 950 pages Web (il y a des doublons à cause des pages qui ciblent plusieurs mots clés). Chaque donnée a reçu une moyenne et une note combinée pour chaque positionnement entre 1 et 19.

Popularité moyenne du lien

  • Rang 1 = 34 000
  • Rang 2 = 28 900
  • Rang 3 = 45 678
  • Etc.

Les moyennes sont travaillées pour toutes les mesures, popularité de lien, diversité de lien, texte de l’ancre, mozRank, mozTrust, liens du domaine, Domain mozRank et Domain mozTrust.

Chaque groupe de résultats est ensuite ajusté à chaque mesure, puis ensuite comparé au positionnement actuel sur Google. Lorsque les classements sont établis à partir d’un paramètre particulier (ex : popularité du backlink seule), cela n’est pas forcément en accord avec la façon de classer les pages par Google. Chaque différence dans le positionnement est noté, puis un score final est distribué pour chaque mesure en fonction de la justesse avec le classement sur Google.

Ainsi, la mesure qui se retrouve être la plus en corrélation avec le classement Google sera certainement l’élément le plus influent en ce qui concerne les profiles des liens.

Ce article constitue une longue lecture. N’hésitez pas à prendre votre temps pour assimiler les données. Une fois que les notions sont acquises, elles pourront épauler votre stratégie d’apport de popularité.

Aperçu rapide des résultats

Le camembert ci-dessus montre le pourcentage d’erreurs produit par chaque mesure en rapport avec sa corrélation sur le classement Google. Cela montre rapidement le niveau de performance pour chaque mesure. Plus le pourcentage est grand et plus l’élément s’écarte du classement Google.

Étant donné que le but avoué de cette étude est de pouvoir aider de manière applicative à une stratégie d’apport de popularité (netlinking), il faut savoir par où commencer et où focaliser. C’est pourquoi nous allons regarder chaque élément dans le détail, en démarrant par le paramètre le moins important pour aller jusqu’à celui qui apparaît le plus influent.

Explication de l’étude sur les éléments importants pour les backlinks

Numéro 8 : diversité du lien

La diversité du lien se rapporte à combien de domaines uniques sont identifiés parmi les backlinks. Ce résultat fût un gros choc pour moi. Étant un fervent support de la diversité des liens, j’ai toujours eu le sentiment que posséder un profil qui évoque la diversité va favoriser le positionnement. 
Cette recherche suggère que la diversité n’est pas dénuée d’intérêt, mais que cela reste un des paramètres les moins importants, tout en figurant tout de même parmi les principaux.

Numéro 7 : autorité du domaine

L’autorité du domaine est évaluée en utilisant l’indice mozTrust qui calcule le volume d’autorité des backlinks. Cette mesure concerne globalement le domaine et  on observe encore une fois que cela porte du poids, mais ce n’est vraiment pas le paramètre le plus influent. Construire des liens depuis des sites d’autorité est toujours recommandé, mais cela ne semble pas vital pour se positionner sur des mots clés compétitifs – en tout cas pas autant qu’on pourrait le penser.

Numéro 6 : qualité du lien de page

Tout le monde devrait être surpris en voyant celui-là. J’ai utilisé mozRank pour établir combien de popularité (link juice) se transfère à une page depuis sont profil de liens. En principe, plus il y a des liens de qualité qui pointent vers une page et plus il devrait y avoir de popularité transférée. Cela devant déboucher sur un meilleur positionnement.
En fait, ce n’est toujours pas un des paramètres les plus influents. Avoir des backlinks de qualité n’est pas toujours suffisant et même plus car un profil de liens avec une qualité basse peut dépasser un meilleur profil s’il goupille correctement certains des paramètres suivants.

Numéro 5 : Qualité du lien de domaine

C’est l’indice SEOmoz Domain Ranl pour observer la qualité des liens qui pointent vers un domaine et savoir combien de popularité est passée vers le profil de liens du domaine. 
Il est intéressant de noter que le facteur lié au domaine devance celui attribué à la page ; même s’il s’agit seulement d’une position. Pendant une campagne de construction de backlinks, il est important de se rappeler la qualité des liens qui pointent vers le domaine doit être évalué de manière globale afin d’être bénéfique pour le positionnement.

Numéro 4 : Autorité du lien de la page

La mesure de ce graphique est basée sur l’indice mozTrust qui calcule le degré d’autorité des liens qui pointent vers une page. L’étude suggère que l’autorité transférée par le lien est plus importante que la popularité transmise. Du coup, c’est quelque chose à prendre en considération lorsqu’il s’agit de choisir des liens. Est-ce que le domaine qui va accueillir vos backlinks revendique une certaine autorité ? On peut estimer l’autorité en analysant les domaines louches dans les liens du site – moins il y en a et mieux c’est.

Numéro 3 : Popularité du lien du domaine

Le volume de backlinks pris globalement va avoir un gros impact sur le positionnement. Vous devez construire des liens vers toutes les pages et pas seulement la page d’accueil. Google préfère un site globalement populaire, plutôt qu’une page gavée de backlinks.

Numéro 2 : popularité du lien de la page

Comme vous l’auriez deviné, il faut le plus de liens possibles qui pointent vers votre page. Le volume de backlinks est donc un des éléments les plus puissants pour un profil de liens. Continuez de construire des backlinks et ne vous arrêtez jamais.

Numéro 1 : Texte de l’ancre

Je pouvais certainement deviner celui-là avant de démarrer cette étude car le texte de l’ancre (Anchor text) est l’élément le plus influent d’un profil de liens. L’utilisation efficace des ancres est le paramètre qui pourra bénéficier le plus votre positionnement.

Qu’est ce cette étude nous apprend ?

  • Utilisez vos textes d’ancre le plus et le mieux possible.
  • Engrangez des backlinks comme s’il n’y avait pas de lendemain
  • Construisez des liens vers l’intégralité de votre site et pas seulement la page cible.
  • Évidemment, il y a des centaines d’autres moyens pour appréhender cette étude, mais je vais m’arrêter là.
  • N’hésitez pas à propager cette étude car elle a pris beaucoup de temps et d’efforts, mais surtout parce qu’elle tort le cou à certains mythes à propos des liens.

Liens complémentaires SEOwizz

Avertissement : je ne suis pas affilié avec Google.com ou SEOmoz.org. Les vues exprimées dans cet article sont des opinions basées sur mes recherches et interprétations.

Source de l’article : Time Grice pour search engine optimization

Crédits photo intro : JNFerree

Autre lecture intéressante

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.



50 réponses dans “Les paramètres d’apport de popularité qui délivrent vraiment des résultats”

  • L’algorithme de Google (en partie) expliqué dit:

    […] Une autre étude à consulter sur les paramètres influents des backlinks. Posté le Mercredi, 2 juin, 2010 à 17 h 45 min dans la catégorie Moteurs de […]

  • AxeNet dit:

    Dis moi Laurent, tu ne travaille plus,tu as décidé de te concentrer exclusivement sur la rédaction de très bons articles ?

    J’imagine que comme tout test ou études, il faut prendre les résultats avec des pincettes, mais comme tu dis, tu mets des cops de pieds bien plaçés à certaines idées reçues.

    S’il y a un point sur lequel mon intellect a vraiment du mal, c’est celui relatif aux BL de qualité (ton point n° 6).

    J’ai parfois reçu des coup de boost incroyables (du genre 40 places de gagnées et positionnement en 2ème position de la première page des serps) avec un simple lien, très bien placé dans l’éditorial d’un site faisant autorité et sur une page de la même thématique. Dans d’autres cas, c’était moins flagrant, mais le même principe a fait de l’effet.

    J’ai un peu de mal à croire que ce paramètre n’est pas très important.

    En même temps, je me mélange un peu les pinceaux avec ton point N° 4 qui tend à cautionner ce que je viens de dire.

    Je suis paumé, tu m’aides ?

  • Laurent dit:

    Juste un mot sur ma « manière » de blogueur :
    je ne suis pas organisé comme toi avec un billet à publier un jour en particulier. C’est plutôt par phase. En ce moment, je profite des beaux jours pour passer du temps à l’extérieur et comme il m’est impossible de rester sans rien faire, j’en profite pour lire et rédiger des articles.
    Après, la source peut tout à fait se tarir pour une raison ou une autre. Regarde Adicie.com que j’ai du mal à relancer et pourtant les commentaires sont toujours nombreux et fréquents.

    Par rapport à l’article, attention car ce n’est pas moi qui l’ait rédigé. Je transmets ta question traduite à Tim Grice. Selon moi, il ne faut pas confondre autorité et popularité.

  • Sylvain dit:

    Pas de soucis sur ta manière de bloguer, c’était juste une boutade. Et puis avec des articles comme celui-ci, je veux bien que tu passes tout le mois de juin dehors au soleil, la vitamine D te fait du bien, les traductions ou articles sont excellents 🙂

    Merci de transmettre ma question.
    Sinon, toi, tu en penses quoi ? (d’après tes propres expériences)

  • Sasha dit:

    Un gros merci à laurent pour sa traduction et mise à dispo de cette article intéressant et instructif.

    J’ai été surpris pour ma part du point 8, su la diversité de domaine pointant.
    Je pensais vraiment qu’il était important d’en avoir le max.

    Mais bon l’étude me donne vraiment l’impression que l’aspect quantitatif, prime sur le qualitatif (dans un certain respect de la qualité, pas 100000000000 liens d’un domaine très sale.)

    Allez, j’ai des liens à faire.

  • Campagne dit:

    Merci pour cette nouvelle traduction.
    Je retweete !
    Si on peut facilement quantifier le link juice d’un lien, on peut plus difficilement évaluer l’autorité d’un domaine.
    Je vais tacher d’en savoir plus sur la façon de travailler de Seomoz.

  • Patrick dit:

    Excellent article Laurent.
    En complément en voici un qui exprime l’inégalité de la valeurs de liens pour les backlinks.

  • Laurent dit:

    @Sylvain : d’après l’étude, l’autorité/notoriété prime sur la popularité.

    @Campagne : voilà l’explication sur le mozTrust
    http://www.seomoz.org/knowledge/moztrust

    @Patrick : merci pour ton lien. Vraiment bien aussi ton article.

  • Frank dit:

    cette analyse pointu est très intéressante, pour un jeune seo comme moi qui comprends pas encore tout en backlinks mais qui lit beaucoup et fais des test pour booster son site http://www.creaexpert.com
    En tout cas, il semble difficle d’avoir des liens provenant de sites d’autorité, j’ai essayé d’avoir un lien sur des sites en .gouv, mais à part passer par une sorte de campagne de presse avec envoi d’emails/communiquer de presse aux administrateurs sans trop de réponse.
    En effet, j’essaye de promouvoir un site ecommerce et donc j’ai des difficultés pour avoir des liens d’autorité dans le domaine du site matériel dessin et arts graphiques.
    Ainsi j’ai beau charger sur le web français des sites dis d’autorité dans mon domaine, je n’en trouve pas.
    Seul solution la relation presse web, long , faire des relances aux journalistes, blogeurs.
    Mais je ne désespère pas d’être repris pas des médias, sites, blogs dans ma thématique.
    En tout merci pour l’aricle

    @Patrick je vais lire le tien.

  • Laurent dit:

    Sur une thématique comme la tienne (loisirs créatifs), je mettrais en place un peu de visibilité déportée.
    Certes, il est compliqué d’affronter frontalement les entités qui vont transmettre leur jus d’autorité/popularité, mais tu peux lancer une plateforme alternative (blog ou autre) qui soit plus facile à propager. La thématique s’y prête bien en tout cas.
    Les avantages sont multiples et l’un n’empêche pas l’autre – bien au contraire.

  • Arfooo dit:

    Ton article/traduction est vraiment très intéressant et permet de consolider certaines constatations/idées.

    La quantité de backlink depuis des sites qui font autorité avec une ancre de lien optimisé vers différentes pages du site est donc primordial.

    Finalement fort logique après tout 😉
    Après quand je lis que la diversité des liens (différents domaines) est moins important, cela est vraiment très relatif au vue du graph.

    Entre 7% et 21%, le ratio est certes de 3, mais le pourcentage est d’uniquement 14…
    La différence est pour moi finalement très faible…

    Puis comme qui dirait, un lien est un lien, tant qu’il ne se trouve pas sur un site russe de hack rempli de terme « x » liant tout un tas de site louche 😉

  • Axenet dit:

    @ Laurent

    En relisant, j’assimile un peu mieux, mais du coup, entre le poids relativement faible de l’autorité du domaine ( point 7) et le poids élevé de l’autorité des liens de la page (point 4). Il est facile de s’embrouiller.

    Si je résume avec les mots que je connais…

    Mieux vaut obtenir un lien à partir d’une page elle même fortement linkée par des sites faisant autorité, plutôt que directement à partir d’un domaine faisant autorité.

    En fait, j’ai du mal à imaginer un domaine faisant autorité n’étant pas lui même bien linké.

    J’hésite à cliquer sur « publish ».
    Je me fais vraiment l’effet d’un coupeur de cheveux en 4.

  • Olivier SC dit:

    Quel travail ! Te voici ingénieur conseil pour le Groupe des amis de Motercalo (en commentaire) !
    http://motercalosc.vox.com/library/post/groupe-des-amis-de-motercalo.html
    Que le Grand cric ne te croque pas et bon week-end !

  • Keeg dit:

    715 RT. Et ben bordel ! C’est quoi ta technique ? Le 13 commentaires fait tâche finalement à coté.

    Bon, suite à ce commentaire un peu vide (sauf la question), je vais lire le billet…

  • Keeg dit:

    Article intéressant avec de vrais précisions. Même si il n’y a rien de vraiment neuf, on y apprends visiblement plus qu’en se rendant à une conf de Matt Cutts…

    Le résumé est simple pour vulgariser au maximum : des liens de partout, vers partout, tout le temps, avec de bonnes ancres.

  • Maxime dit:

    Je fais le même constat que Keeg, y aller en bourrin avec plein de backlinks bien optimisés, ca marche.
    De toute façon ça se vérifie souvent et il y a pas mal d’articles qui relancent l’idée : faire de la qualité c’est bien, mais la quantité, ça reste mieux. Même si notre but à tous dans notre netlinking, c’est d’avoir les deux.

  • AxeNet dit:

    Tiens c’est vrai. + de 1900 retweets.
    Il déconne pas un peu le compteur ?

  • Djolhan dit:

    Effectivement, très intéressante cette traduction, merci Laurent. Au final, cet article confirme la tendance, ancre + quantité qui tend à être le couple gagnant.

    Cela dit, linker sur des pages sans jus et par millier n’est certainement pas la meilleur solution.

    Pour moi, en résumant, ce serait donc contexte + ancre + qualité pour faire un bon trio gagnant.

    Un bon contexte étant grandement en corrélation avec un bon trustrank.

  • Djolhan dit:

    Arf mince, j’ai rippé avec qualité, je voulais mettre quantité ! Désolé pour le double poste !

  • Laurent dit:

    @Arfooo : j’aime bien ta dernière phrase.

    @Axenet : l’autorité entraîne de la popularité, mais l’inverse n’est pas forcément vrai.

    @Olivier SC : c’est un honneur de faire partie d’un groupe si prestigieux.

    @Keeg : ça peut prêter à confusion, mais ces boutons trackent les clics sur le lien raccourci bit.ly.

    @Maxime : je suis aussi d’avis qu’un panachage (ça ce dit « panachage » ?) est le meilleur modèle à adopter.

    @Sylvain : il ne déconne pas; il track le lien raccourci bit.ly

    @Djolhan : on sait qu’une poignée de backlinks peuvent faire la différence.

  • Thomas dit:

    Excellent travail d’analyse. Je dois avouer que dès le Lundi matin ce n’est pas évident de tout comprendre du premier coup.

    Par contre, je suis peut-être à côté de la plaque mais je ne saisis pas vraiment la notion de d’autorité/popularité ?
    Comment un domaine peut-il bénéficier d’autorité sans avoir un minimum de popularité ?

    Merci d’avance.

  • Selexens dit:

    Donc finalement le spam est en TOP2 :p

  • Keeg dit:

    @Laurent : Merci pour ta réponse, je comprends mieux maintenant le chiffre en question 😉

  • chab dit:

    Merci pour cette traduction très intéressante, c’est quand même plus sympa de lire en français 😉

    Comme d’autres je vais sûrement faire une 2e lecture afin de familiariser avec tout ces concepts sur les backlinks.

    C’est vrai que le lundi c’est dur 😉

  • Marie dit:

    Ce qui est bien c’est que le jour où le référencement sera mort, tu pourras toujours te reconvertir en traducteur 😉
    Ils sont très jolis les petits schémas en plus, bravo!

  • Blog SEO - Vince dit:

    Ton article (celui Tim Grice, ok) tombe bien : j’ai eu une discussion un peu houleuse vendredi au sujet du point 6, avec mes collègues. Ma (toute) petite expérience à travers un (tout petit) test avec mon blog et mon ancre préférée avait tendance à me faire croire que la quantité de backlinks prévalait sur la qualité. J’imagine que l’on doit encore (et encore) faire des tests, différents avec dse ancers et des NDD différents, pour voir.
    Cela dit, merci pour ta trad’, qui amène beaucoup, et dont la lecture est bien moins fastidieuse que celle de l’original 😉

  • Jo dit:

    Merci Laurent de nous conseiller d’engranger le maximum de liens, on devrait être encore plus spammer à l’avenir 🙂

    Je pense quand même qu’il faut privilégier la qualité plutôt que la quantité de lien pour un référencement sur du long terme.

  • Vince dit:

    Merci pour la traduction, Laurent. Elle tombe très bien : j’ai eu ce vendredi une discussion assez houleuse, avec mes collègues, au sujet des backlinks. Ma (toute) petite expérience via un (tout petit) test sur mon blog + mon ancre favorite tendait à montrer que la quantité prévaut sur la qualité, et nous n’arrivions pas à nous mettre d’accord. Donc merci à vous (Tim Grice et toi) car d’une part vous mettez fin à cette discussion, et d’autre part parce que vous me donnez raison 🙂
    A confirmer ! Cela donne en tout cas envie de démultiplier les tests pour en savoir encore plus !

  • Laurent dit:

    @Thomas : la popularité s’acquière en accumulant des liens. L’autorité vient en introduisant le critère de qualité des liens.
    Par exemple, un lien depuis Le Monde est préférable à 10 000 liens depuis un blog lambda.

    @Selexen : c’est un peu violent comme déclaration, mais je saisis l’idée …

    @Marie : tu sauras faire autre chose si le référencement meurt?

    @Vince : le problème des analyses synthétiques est qu’il faut prendre des pincettes dans l’applicatif. Chaque site est vraiment un cas particulier.

    @Jo : comme je disais plus haut, il faut un bon mix.

  • Vince dit:

    Oui, j’imagine bien que je n’ai pas trouvé LA formule magique 🙂
    J’ai bien conscience qu’il faut être plus imaginatif que de simplement spammer… ce serait trop simple !
    L’idée pour moi était de dire que le quantité compte aussi et que la seule qualité n’était, à mon sens et dans le cas précis de mon petit test, pas suffisante.

  • Marie dit:

    @Laurent : si le référencement meurt je deviens blogueuse professionnelle, comme toi 😀

  • fintoo dit:

    Très bon article de synthèse. Je pense également que le nombre de backlink est un critère important, d’ailleurs des sites bien connus sur des domaines concurrentiels référencent dans les annuaires sans bien se préoccuper (me semble t-il) de tous ces critères.

    D’ailleurs, si à chaque fois qu’il faut avoir un backlink il faut évaluer l’ensemble de ces critères on risque de ne plus avoir bcp de temps pour avoir des backlinks.

  • Thomas dit:

    @Laurent : Merci pour les précisions 😉

  • Gatien dit:

    Si le sujet s’y prête, le mieux c’est encore (pour moi) de générer du contenu de qualité qui serait susceptible de susciter des backlinks naturels. Ca prend plus de temps mais cela peut générer une bonne inertie.
    Je me rappelle aussi d’un article que j’avais fait « How to import from China » avec un beau lien au milieu du contenu. Il a été publié tel quel et même avec ce lien en nofollow, cela m’avait boosté mon positionnement ainsi que mon PR (surement parce que le lien était beaucoup cliqué). En plus de ça l’article avait été repris par de nombreux blogueurs créant une belle boule de neige…

  • nesk dit:

    Whaouu ! Quelle étude, avec conclusions prémachées et tout… Merci beaucoup. Méfie-toi que Google ne t’accuse pas d’espionnage industriel ! Reste plus qu’à appliquer toutes ces remarques.

  • Charlotte dit:

    Merci vraiment pour cet article ultra intéressant! Mais quelque chose me chagrine, j’avais lu quelque part que avoir des backlinks pas très populaire pouvait engendrer le contraire. Alors bien sûr, je n’ai pas une grande expérience dans le domaine mais rassurez moi, ce n’est pas vrai?
    Un backlink reste un backlink et donc, une preuve de popularité.

  • GoodLuck dit:

    Merci pour cette traduction, très instructive.
    Il faut donc chercher la profondeur.

  • Discodog dit:

    Yo Laurent tu l’as trafiqué ou quoi ton compteur de RT !?! 😀 😀 😀

  • julie dit:

    Ton article est complet et facile à comprendre pour une débutante en référencement, même si je travaille chez Experts-référencement, je t’en remercie.
    Beaucoup de référenceurs débutants font l’erreur de faire un lien qui ne pointe que vers la page d’accueil.

  • Christelle dit:

    Très bonne article, voici un annuaire sélectionner selon les critères de l’article avec très fort page rank , lien en dure gratuit http://www.annuaire4gratuit.fr

  • Laurent colas dit:

    Ma rage de dent m’a fait sortir du lit
    Ton article confirme ce que j’ai pu constaté et ce que reprenne aussi plusieurs sources
    Merci

  • Direct dit:

    Tout ceci éclaire un peu le néophyte que je suis au point de vue qualitatif.
    Mais la difficulté reste entière pour bâtir une stratégie de bons backlinks (et bien utilisés…) sur la durée.

  • JZ dit:

    Quel mine d’informations, chapeau bas!
    Je retiens particulièrement ce point de la conclusion: « Construisez des liens vers l’intégralité de votre site et pas seulement la page cible ».

    D’un côté c’est logique (comme beaucoup de choses en SEO) que les autres pages du domaines influent les unes sur les autres…

  • YvanDupuy dit:

    J’avais loupé cet article, que je garde au chaud pour une lecture approfondie ce week end…

  • Petit Nuage dit:

    Entre nous, comment peux-tu dire que la traduction d’un article anglophone vieux de neuf mois est ton étude et qu’elle t’a pris du temps ? Sinon que tu as réduit la taille des images pour les rendre illisibles, à défaut de cliquer dessus, et que tu as traduit l’article en français, ce que les outils linguistiques de Google auraient pu faire, quelle est ta valeur ajoutée ici ?… Hum…

  • Laurent dit:

    @Gatien : la recette du bon contenu qui génère des liens ne suffit pas forcément; malgré l’impression donnée par la bonne parole propagée par Google qui va dans ce sens.

    @Charlotte : pour l’instant, le profil de backlinks n’est pas aussi déterminant qu’on pourrait le penser, mais certains indices laissent penser que c’est en train d’évoluer.
    Paramètre à surveiller de près.

    @E.Referencement : pour ma part, j’essaye de diviser 50% des liens vers la home et 50% vers les pages internes. C’est un taux tout à fait subjectif, mais qui semble convenir à mes sites.

    @Petit Nuage : y a confusion, car c’est l’auteur qui explique que l’étude lui a pris beaucoup de temps. Pour ma part (le traducteur), je suis bilingue et je traduis à la volée – donc temps absolument négligeable.
    Après, libre à toi si tu préfères utiliser un traducteur automatique, mais le but de publier des articles d’autrui est plutôt dans la sélection d’un sujet qui me semble intéressant à partager que dans la volonté de produire à tout prix un contenu inédit. Il me semble que je n’ai pas grand chose à prouver de ce côté.
    Ah oui c’est vrai, aujourd’hui, il est plus à la mode de faire un RT que prendre la peine de traduire.
    Quand à la remarque sur la date de publication originelle, il faudrait sérieusement revoir tes fondamentaux si tu crois que 9 mois passés ont chamboulé les notions du backlink.
    Pour finir sur la valeur ajoutée, tu peux prendre la peine de calculer le taux d’articles traduits sur mon blog qui est tout à fait minoritaire.
    Afin d’enfoncer le clou, j’ai cherché un article à « valeur ajoutée » sur ton site/blog.

  • eric dit:

    Par expérience la quantité des backlinks ne fait que compenser la qualité des backlinks et un nombre trop important de liens de qualités médiocre peut parfois être plus négatif que positif et la sanction peut être dramatique.
    Pour ma part j’ai fais le chois que la qualité
    Eric

  • Martin / Petit Nuage dit:

    J’imagine que ton « chois de la qualité » des liens, cher « credit » Eric, impliquait de spammer commenter les blogs traitant de référencement organique avec des liens traitant de « crédit » ? En voici une stratégie qualitative des plus intéressantes !

  • king dit:

    Oui les Anchor text sont se qui est le plus important, quand je voie de client avec des Anchor text sur le nom de leur société je leur dit que si ils ont lancer une campagne de publicité national ça vaut le coup sinon mieux vaut se positionné sur le mot de leur thématique pour ressortir des résultats des moteurs.

  • martin_sheitam dit:

    Je ne considérais pas les textes d’ancres aussi importants que ça. En tout cas, article très interessant. Merci !