AccueilInternet ➟ Y en a qui abusent

Y en a qui abusent


abus-marqueQuand on possède une certaine visibilité, on doit accepter les effets négatifs et les trucs assez bizarres, qui peuvent arriver.

Je suis blindé contre les attaques, mais il y a parfois des événements complètement improbables, qui me laissent perplexe.

Leave Laurent Bourrelly alone !

J’avais rigolé quand je suis tombé sur un commentaire de blog, dont j’étais visiblement l’auteur, mais que je n’avais pas rédigé.
En plus, ce n’était pas du tout un troll, au contraire le commentaire devait être pas mal puisque j’ai découvert la farce quand l’auteur m’a remercié sur Twitter d’avoir posé un message à la suite de son billet.

Cela m’a moins fait rigoler quand un mec m’a pris une prestation de conseil pour un site à la con, afin d’espionner comment je bossais et se lancer quelques semaines plus tard en tant que consultant SEO.
Dommage car j’aide souvent les nouveaux arrivants. Il suffit de me le dire en face.

J’ai de nouveau rigolé quand on m’a appris qu’une commerciale contactait des gens en mon nom, alors que je n’ai jamais envoyé quelqu’un taper dans le dur pour pêcher des devis. Il y a des entreprises spécialisées dans la formation, qui contactent les gens en utilisant mon nom, s’il est au programme, mais cela n’est pas le cas pour mes prestations de conseil.

Le truc qui ne m’a pas fait rire du tout

Cette semaine, un pote m’explique qu’il a récupéré un sale boulot de cocon sémantique que j’aurais vendu à son nouveau client.
Le nom du site me disait vaguement quelque chose, mais rien de précis. En plus, il s’agit d’une thématique où j’ai traité de nombreux dossiers, dont certains remontent à loin.

Je fais une recherche sur mon PC et je découvre effectivement un devis, mais pas de prestation enclenchée.
Je ne connais pas les détails de l’entourloupe, mais un prestataire (nom un peu connu dans la sphère SEO) a pratiqué le cocon sémantique en mon nom.
À la limite, ça me poserait moins de problème s’il avait fait du bon boulot, mais quand même…
Ça remonte à trop loin pour ma mémoire de poulpe et je n’ai pas disséqué les détails de l’affaire, donc je n’irais pas plus loin.
J’adore tout ce qui émerge depuis que j’ai lâché le cocon sémantique. C’est un honneur de savoir que certains s’approprient le concept et en font quelque chose que je n’aurais pas anticipé.
D’autres initiatives répondent carrément à des besoins précis, que j’avais anticipé, et c’est génial.

Mais dire et faire des choses en mon nom est inadmissible.

EDIT : suite aux premières réactions, je tiens à préciser que vous pouvez tout à fait utiliser le terme « cocon sémantique ». Au contraire, je suis honoré que vous utilisiez le terme que j’ai inventé pour signifier cette notion de glissement, affinité, voisinage, continuité, etc. de la sémantique.
Vous pouvez tout à fait dire que votre méthode est inspirée par ce que j’explique et je vous encourage à intégrer vos propres paramètres dans le système.

Ce n’est pas le problème.

Je parle d’un cas où le client est persuadé que c’est moi qui suis responsable pour le boulot effectué, alors que de mon côté je n’ai fait qu’envoyer un devis. Le prestataire s’est arrangé pour mettre en oeuvre une stratégie de cocon sémantique, en mettant en avant mon nom, alors que je n’étais pas du tout dans la boucle.

En espérant que ça soit plus clair.

Tout se sait un jour

La communauté SEO est toute petite ; tout se sait un jour ou l’autre.
Y en a qui sont trop fracassé pour comprendre (SEOlius pour n’en citer qu’un), mais pensez aux répercussions, quand vous partez en vrille de la sorte.

Il y a suffisamment de charlatans dans notre profession. Même si vous pensez ne pas en faire partie, laissez mon nom en dehors de votre pitch commercial et plus encore.

Merci

Autre lecture intéressante

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.