AccueilRéférencement ➟ Quand Google n’a plus confiance en toi

Quand Google n’a plus confiance en toi



penalite-googleOn accuse Panda et Pingouin d’avoir muté dans des pénalités de plus en plus déroutantes pour ceux qui suivent de près l’hécatombe.

Pour rajouter un brin de coquinerie, d’un côté, Google dit qu’il n’a rien lâché et de l’autre les SEO observent des fluctuations énormes dans les SERPS.

Alors, c’est quoi ce boxon ?

Depuis que j’ausculte des sites défoncés par des pénalités algorithmiques, j’en ai vu des vertes et des pas mûres. Que cela soit pour mes propres sites ou des sites clients, on se tape souvent la tête contre les murs, pour finalement abandonner le pauvre site à patauger dans les limbes de l’index Google.

Parfois ça revient tout seul, souvent on met une croix sur sa tombe et on trace la route.

Attention, je précise bien qu’il ne s’agit pas de la pénalité pour liens factices signalée dans les Webmaster Tools, mais un boulet algorithmique que le site se prend dans le foie.

Grâce à Panda plus Pingouin et l’exemplaire guerre psychologique menée par Google, tout le monde s’est mis au garde à vous.
Nettoyage de liens, montée en puissance du contenu, prière devant les vidéos de Matt Cutts… tout est bon pour se plier aux exigences de « qualité » (notez les guillemets) imposées par le moteur de recherche.

C’est tragi-comique d’observer une certaine catégorie de gourous du SEO, qui se branlent sur les m.a.j. des filtres. On s’en fout de savoir si c’est Panda 4.12 ou 4.13. Tout ce qu’on sait est qu’on a un site dans la merde !
Peu importe si le fautif est un Panda de Transylvanie accouplé à un Pingouin du Zimbabwe. La seule chose qui compte est de savoir comment s’en sortir.

Je n’en reviens toujours pas du coup de Trafalgar joué par Google.
Il n’a pas réussi à révolutionner son algo tout seul, mais les actions massives des responsables de sites Web terrorisés lui ont appris plein de trucs intéressants. Le Google Zoo est un fantastique dataset pour son Machine Learning, en plus d’être de diaboliques armes d’InfoWar.
Trop balaise Google, t’as bien joué le coup. Tu dois te taper le cul par terre à observer les fourmis galoper dans tous les sens après avoir allumé un pétard dans la fourmilière.

Surtout, je pense qu’il a réussi à qualifier une sorte de filtre super vicieux qu’on peut appeler la perte de confiance.

Je n’en sais rien si c’est un mutant de Panda ou Pingouin, mais les symptômes sont les suivants :

Tous les mois, le site perd un peu plus de positions – genre 5 à 20%.
Ce n’est pas une pénalité franche où le site se fait fracasser direct du jour au lendemain et tu te retrouves avec un encéphalogramme plat dans tes stats.
On dirait que Google te dit que tu n’es pas un spammeur et un tricheur, mais il a bien compris que tu avais fait du SEO à la Papa.
Du coup, il te fout un gros coup de klaxon en t’avertissant que tu es sur la pente descendante car il n’a plus confiance en toi.
Le gros coup de vice est que certains sites touchés par ce genre de symptômes peuvent faire une corrélation avec un lâcher de Pingouin, mais je ne pense pas que ça soit uniquement ce filtre car il y a de gros soucis « on site » en plus du profil de liens, qui fait du 220km/h sur une départementale avec une fumée fluo sortie du pot d’échappement et Fuck The Police dans la boombox.
En passant, ne pensez pas que le reste de l’armada des filtres et pénalités s’arrêtent le jour où un Panda ou un Pingouin s’est échappé du zoo. Tu penses avoir bu un Mojito à base de vodka frelatée, mais en fait il y avait du GHB dedans.

Avec cette saloperie de filtre nouvelle génération, il te souffle fort dans l’oreille que t’as intérêt à lui montrer fissa ce que t’as dans le bide si tu veux sortir de la garde à vue.
Contrairement à mon conseil du passé où je disais qu’il ne fallait jamais avouer qu’on était coupable, dans le cas présent tu dois t’allonger direct comme une salope de balance.

Ce qu’il veut voir est un signal fort de « qualité » sur le site et dans son environnement. D’accord pour te mettre en probation, mais t’es mis à l’amende et pas question de retoucher au grisbi.
Et quand je dis signal fort, ce n’est pas du genre je commande du contenu 5 étoiles au lieu de 3 étoiles chez TextBroker. Ce n’est pas non plus du genre je fais du média citoyen et de l’achat de gros liens d’autorité au lieu du CP et de l’annuaire.

Vraiment, il veut voir que tu mérites d’être un site qui claque, celui dont tout le monde va partager spontanément le contenu, blabla…
Si tu es encore au stade de simuler le naturel grossièrement, ça ne marchera pas.

Je n’ai pas encore assez de recul pour voir si on peut complètement sortir de la merde ce genre de sites. On arrive à sauver les meubles, récupérant quelques bonnes positions et 20-30% du trafic global, mais c’est chaud pour réellement inverser la courbe.

Personnellement, je conseille toujours de démarrer un nouveau site en parallèle des opérations de sauvetage.
Prenez date le plus rapidement possible avec un nouveau site car en se projetant 6 mois plus tard, le nouveau site aura déjà bien grandi, alors qu’on a toujours un gros point d’interrogation sur le site malade.
Oui je sais, c’est chiant, c’est cher, c’est long, c’est douloureux, toussa.

Croyez moi, un SEO est affecté par les malheurs de ses clients. Traitez quotidiennement des sites pénalisés depuis des années et ça impacte forcément le moral, même si ce ne sont pas nos sites.
Nous sommes peut-être de sales capitalistes abuseurs d’algorithmes, mais il nous reste un petit lambeau de cœur et un soupçon d’âme, vibrant encore sous la carapace du guerrier des SERPS.

Aujourd’hui, je ne propose plus de devis, si je ne suis pas sûr de pouvoir renverser la vapeur. C’est cruel de laisser des gens en plan, mais je ne me sens plus de facturer, alors que je ne suis pas à peu près sûr qu’on puisse résoudre le problème.
Par contre, s’il s’agit de faire une croix sur le passé et repartir du bon pied, alors j’ai la solution pour bien faire naître un site et lui donner toutes les chances de devenir « remarquable ».

Le plus triste dans l’histoire est que les référenceurs les plus agressifs sont les moins touchés. Nous avons toujours pris en compte les répliques de Google dans le business model. Certes, c’est moins la fête qu’auparavant, mais il y a encore de la place pour torturer ce con de moteur.
Ceux qui prennent ça en pleine poire et sont désemparés ne sont que coupables d’avoir suivi aveuglément le manuel du référenceur du dimanche.
Je ne remets pas en cause cette stratégie car elle fonctionnait.
Sauf que maintenant, il y a le feu à la baraque et on essaye d’éteindre l’incendie avec une serviette en papier.

Un bon entrepreneur doit savoir faire rapidement un pivot à 360°; ça fait mal, mais ça fait la différence entre ceux qui réussissent et… les autres.
Donc pivotez !
Et je ne parle pas d’un petit saut de cabris du footballeur qui cherche le penalty dans la surface, mais bien une remise en question globale. L’objectif est plutôt du style Messi qui va dribbler 7 adversaires et planter une lucarne pour gagner le match.
Cela dépasse largement le cadre du nettoyage de liens et la publication de contenu moins merdique qu’auparavant.
J’en ai parlé récemment, mais montrez que vous avez quelque chose à foutre, mettez à plat sur la table vos tripes et votre cœur pour être le meilleur et mériter cette foutue place en tête des résultats de recherche.
C’est toujours la même question qu’il faut se poser : « de quel droit je mérite d’être numéro un ? ».

Oui je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire.
Oui je sais, ce n’est pas juste car vos concurrents merdiques sont encore bien positionnés.

Comme beaucoup d’autres, j’ai forgé mon expérience en SEO grâce à l’échec. Heureusement, je n’ai jamais mis en danger mon business model, mais c’était tendu parfois.
Encore une fois, je compatis avec la PME qui est au bord de mettre la clef sous la porte car Google s’est fâché.
Malheureusement, je n’ai pas la solution miracle.
J’ai la solution, mais il va falloir se sortir le doigt.

Votre avis m’intéresse vraiment sur le sujet.
J’en ai discuté avec plusieurs potes, mais c’est encore le genre de trucs qu’on s’échange sous le manteau au sein de la communauté.

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.



38 réponses dans “Quand Google n’a plus confiance en toi”

  • Pierre dit:

    Salut,

    Ton article est très intéressant, alors je suis incapable de dire si mon expérience à un rapport avec le cas que tu abordes, mais je vais quand même la partager.

    Alors à la base, j’ai plutôt tendance à travailler sur de l’EMD, avec formulaire, donc pas vraiment éditorial. Certains de mes sites ont bénéficié d’un gentil référencement à la papa, rien de violent, ancres variées, annuaires qualitatifs, quelques liens thématiques, nofollow et normaux.

    Puis lors du passage d’un manchot ou d’un panda d’ailleurs, très légère baisse, perte de quelques positions, toujours sur la première page sur les kw principaux, mais au lieu d’être en top 3, plutôt en dessous de la ligne de flottaison. Bien sur ça entraine une méchante baisse du CA, mais ce n’est pas une pénalité franche.

    Comme j’ai la chance d’avoir un réseau assez important, j’ai eu l’opportunité de tester différentes choses.

    Ne rien faire, le site continue à perdre des positions au fil des mois, toujours rien de méchant, mais au fil du temps, ça passe dans le top20, puis 50, puis bref, le site reste en top 3 sur bing et yahoo, mais invisible sur Google.

    Refaire du linking (du même genre) et ajouter du contenu, cela revient au final à la même chose que ne rien faire.

    Spammer le domaine depuis des sites d’autorités mais pas thématique, ça ne change rien non plus à la descente….

    Faire une 301, vers un nouveau domaine avec le même contenu, mais une autre carcasse, ça roule, retour des positions, mais pour combien de temps ?

    Faire une 301 vers un nouveau domaine, avec un nouveau contenu, là aussi ça fonctionne.

    Après, il y a surement plein d’autres choses à tester, mais comme en général ce sont des Money Site, pour maintenir un CA potable, il faut agir vite.

    Et bien entendu, repartir à zéro avec un nouveau projet fonctionne très bien, mais sur des serps un peu tendu, cela peut prendre un temps certain, si on montre patte blanche ;-) Donc c’est plutôt le mode rustine le temps d’avoir de nouveau un truc étincelant….

  • François dit:

    Je reconnais le cas d’un de mes sites dans la description. Il y a trois ans il était le leader incontesté de sa catégorie sur Google. Puis, pendant plus de deux ans, il a perdu chaque mois de la visibilité. Jamais de grosses gamelles, en gros 5% de trafic en moins par mois.
    Au début je me disais qu’il est normal de ne pas être premier sur tous les mots-clé, que la concurrence se durcit, etc. Mais lorsque j’ai commencé à voir des pages sans contenu se placer devant mon site, sur plusieurs requêtes, je me suis dis qu’il y avait un problème quelque part.
    Voyant cela, j’ai essayé plein de choses pour plaire à Google : optimisation on-site, ajout de contenus, rafraîchissement régulier, campagne de netlinking, ouverture d’un blog, présence sur les réseaux sociaux… Mais rien ne semblait pouvoir inverser la tendance.
    Il y a quelques mois j’ai commencé à mettre en ligne des QCM. Pas plus de réaction de la part de Google, mais les visiteurs semblaient les apprécier (ah oui, je les avais oublié eux…). Du coup j’ai continué à créer de nouveaux QCM. Un jour, ils sont relayés sur les réseaux sociaux et plusieurs sites ont fait des liens vers eux. Miracle, la courbe s’inverse enfin. Depuis plusieurs semaines mon site remonte sur Google.
    Finalement, il a fallu que je fasse du « vraiment naturel » pour en sortir. Comment Google a-t-il deviné que je travaillais pour mes visiteurs et pas pour lui ? Mystère.

  • Patrice dit:

    Un bel article plein de bon sens. Pour ma part j’ai déjà réussi a récupérer des sites gravements pénalisés, ainsi qu’un site ayant eu un « signal de descente » comme vous le dites, le site s’est retrouvé littéralement foudroyé sur sa longue traine juste avant noël. J’ai réussi ( ?? ) à le remonter mais cela a pris 5 mois avant que ce soit pris en compte ( du coup, est ce que ça vient vraiment de ce que j’ai nettoyé ou pas, difficile de savoir, google brouillant tellement bien les pistes… ).
    Parfois j’ai des angoisses, je stresse a bloc pour les sites de mes clients, c’est un métier vraiment difficile nerveusement. Je connais même des collègues qui se réveillent en pleurant tellement ils sont stréssés par google….

  • Maxime dit:

    J’ai l’impression que bien souvent, Google te tend un bâton et qu’au final beaucoup de référenceurs se battent tous seuls avec. Au tout début des messages de pénalité dans GWT, il y a eu un second message de Matt Cutts qui disait en gros « vous pouvez ignorer ce message ». Mais imagine comme c’est facile pour Google de t’identifier *formellement* en voyant comment tu réagis? C’est comme la réaction à une perte graduelle de positions, c’est souvent le soudain changement dans la vie du site qui est louche. Et ça touche aussi à un sujet vraiment compliqué que je vois assez peu traité: comment maintenir un site qui cartonne? Surtout, ne pas trop en faire, mais il faut faire quelque chose tout de même!…

    Je vois aussi que les techniques les plus spammy marchent encore au niveau « artisan » (peu d’occurrences, contenus uniques, etc.). Un des autres grands succès de Google c’est de décourager les référenceurs de techniques qui marchent encore très bien si tu sais les utiliser. Il faut savoir raison garder entre la communication de Google (qui est souvent « prêcher le faux pour savoir le vrai ») et cette paranoïa que je vois chez beaucoup de SEO – et qui gagne maintenant de nombreux clients. « Bonjour, mon site a perdu 2 places, je suis sûrement pénalisé par Google…. ». Bref c’est un beau bordel et il est difficile de pas perdre son sang-froid.

  • Emile dit:

    On en est tous là on dirai…
    Pour ma part j’ai aussi cette angoisse pour mes clients… ca me fait toujours chier d’envoyer des factures alors que les objectifs que je me suis moi-même fixé ne sont pas atteints. Mais par contre avant de jeter l’éponge sur certains sites il me reste perso des cartouches encore a tester… sauf qu’elles sont couteuses…

    On va voir dans quelques temps comment les choses s’amorcent. De toute évidence le métier est a un tournant… certains s’orientent vers le marketing, le copywriting… why not… mais c’est clairement moins amusant.

    Bel article.

  • El-annuaire dit:

    Après toutes ces années passées à observer Google je ne vois qu’une machine, une machine qui est programmée pour avancer, elle doit avancer, elle ne revient jamais en arrière, les choses s’entassent les uns sur les autres et ne disparaissent pas, tous les mauvais signaux s’accumulent sur un domaine, et plus il y en a et plus c’est difficile de le remonter dans les serps, et quand ça capote trop certaines entreprises gagneraient sûrement beaucoup de temps en repartant sur un nouveau projet.

  • David dit:

    Ce qu’on aime dans les postes de Laurent, c’est qu’il écrit tout fort ce qu’on essaie de se cacher alors qu’on sait que c’est la vérité… Je me reconnais dans tout ce qui est dit, l’érosion lente, les mises à jour pas vraiment cohérentes… La solution évoquée ici revient à faire de l’inbound marketing. C’est pas vraiment les mêmes budgets, mais on peut y trouver une vraie rentabilité.

  • Aurélien dit:

    J’ai ce cas sur pas mal de sites et la meilleure solution, pour moi, est soit de faire une refonte où alors de recommencer sur un nouveau nom de domaine.

    Même avec un fort budget pour de l’achat de lien c’est assez compliqué d’inverser la courbe :(

  • LaurentM dit:

    Je me souviens d’une discussion avec un ami au sujet du RSI qui m’avait à tort envoyé plusieurs lettres de relance et autres mises en demeure. Ils étaient 100% en tort, et j’ai pu facilement le leur prouver, mais à chaque fois, quelques mois plus tard, rebelote… mais en pire : c’est comme si mon « profil négatif » auprès d’eux augmentait sans cesse. Je leur ai demandé à un moment s’ils comptaient m’envoyer les flics à ce rythme là et si ça ne vaudrait pas le coup qu’ils reconnaissent une bonne fois pour toute que j’étais leur victime et non l’inverse…

    Aujourd’hui cela semble (j’espère !) s’être calmé mais cela montre à quel point des signaux négatifs peuvent s’accumuler très facilement et une machine peut donc s’emballer. Or comme le dit El-annuaire dans le cas de Google c’est encore autre chose, on peut penser que c’est un glouton qui grossit, grossit, grossit, et n’efface jamais rien…

    Never forgive, never forget.

    Une question que je me pose d’ailleurs à ce sujet tient aux domaines que l’on rachète, et dans quelle mesure on se traine 100% du fardeau accumulé par l’ancien ou les anciens propriétaires…

  • Manu dit:

    Hello,

    Je suis tout à fait d’ accord avec cette hypothèse que j’ appelle le « flag » .

    Et pour le coup la solution qui consiste à ramer comme un malade pour se faire déflaguer est un couloir sans fin.

    Non, mieux vaut comme tu dis Laurent, repartir de 0 :

    - Nouveau NDD, chez nouveau registrar, coordonnées Whois différentes
    - NDD avec un peu d’ authorité c’ est mieux
    - Ne pas récupérer le contenu (oui je sais c’ est malheureux t’ avais 150 articles superbes rédigés avec soin)
    - Changer de CMS et d’ hébergement
    - Changer les url des comptes sociaux et virer le contenu (Twitter et FB c’ est possible)

    Oui c’ est long, mais une fois qu’ il t’ a dans le viseur, il ne te lâche plus l’ autre enfoiré !

    D’ ailleurs, il est possible de préparer ça en amont quand on démarre un projet et souvent je le suggère :
    « Avez vous prévu un plan B? »

    ;)

  • Bernard dit:

    Laurent, partages-tu l’info de Pierre qui dit:
    « …Faire une 301 vers un nouveau domaine, avec un nouveau contenu, là aussi ça fonctionne…. »

    J’ose pas faire pour ma part…

    Un des 2 confirme ? C’est risqué non ?

  • Nicolas Augé dit:

    Hello,

    même tarif de mon côté, quelques sites, heureusement à moi, qui font que perdre en positionnement au fil des mois… Du coup, je me tourne vers d’autres leviers comme le SMO par exemple.

    Pour détailler ces pertes de position, je ne pense pas avoir connu quelque chose de différent et je vais prendre l’exemple d’1 de mes MS.

    C’est donc l’histoire d’une « landing page » (thématique défiscalisation) qui, au début, se positionne en milieu de page 1 sur un mot clé très concurrentiel (allintitle à + de 50k résultats) pendant quelques mois.

    Au fil des mois des -1 qui s’enchainent pour se retrouver en page 2 et enfin 2 ans après, se retrouver enfin au début de la page 3.

    Je n’ai pas joué avec le feu avec ce site avec en moyenne tout au plus 5/6 liens par mois avec un bon TrustFlow (parfois 1 ou 2 liens supprimés, les aléas de l’échange).

    Moralité : je ne sais pas si c’est une perte de confiance de Google ou le fait qu’il y ait très peu d’optimisation du maillage interne mais les faits sont là.

    My 2 cents ! ;-)

  • Loïc dit:

    Cette situation que j’aime appeler la morte lente n’est pas spécifique aux sites ayant fait l’objet de SEO. Il n’est pas rare de découvrir des prospects n’ayant jamais fait appel aux services de référenceurs qui font preuve de symptômes identiques. J’ai donc du mal à appeler ça un flag SEO.
    C’est un peu comme si le site avait eu sa chance pendant quelques mois ou années et qu’il n’avait pas su convaincre pendant sa période d’essai.
    Contenus, liens artificiels ou naturels, peu importe, il n’a pas su envoyer le bon signal à l’instant T. Il est tout simplement relégué de la première division Google, le TOP 10, terminé l’élite pour lui. Un peu comme l’USAP cette année.

    Derrière cette situation dont on parle peu en public et tu as tout à fait raison Laurent, se cache une véritable stratégie de monétisation Google, qui à déjà atteint le Peak Search (je crois que tu en parlais déjà dans un autre article).
    La ligne de flottaison n’étant pas infinie, il s’agit d’arbitrer judicieusement le roulement des prétendants en première page, de manière à les aguicher sans pour autant les gaver. Juste de quoi laisser penser qu’il y a la place pour susciter l’engagement.
    Cette turn-over de sites est indispensable à mes yeux pour alimenter la machine Adwords sans pour autant casser sèchement l’acquisition naturelle sur ces prospects potentiels Adwords.

    Je suis peut être à côté mais il faut aussi se mouiller.
    Loïc Hélias

  • refschool dit:

    @nsauge si ta page descend doucement c’est qu’il est encore temps de la travailler, tu perds des positions pas simplement du fait de google mais aussi des concurrents et çà 95% des SEO tendent à l’oublier. Aujourd’hui faut travailler tous les levier trafic google et hors google, on site pourquoi pas?
    j’ai perso plein de site qui sont dans ce cas hélas pas le temps de les travailler…

  • Nicolas Augé dit:

    @ refschool Non, non je te rassure je n’ai pas oublié la concurrence, loin de là. C’est juste que concrètement, j’ai vu des nouveaux sites qui ont réussi à s’intercaler sur la 1ère page pendant plusieurs semaines (mois ?) alors que du point de vue pur SEO mon MS devrait être devant ! ;-)

    Concernant le onsite, sur une « landing page » c’est pas évident d’optimiser le maillage interne, tu as vite fait le tour ! ;-)

    Enfin, je suis le 1er à dire qu’il faut éviter d’avoir Google comme seul apport de trafic, donc de ce côté là rien de nouveau.

  • Sito dit:

    L’histoire est toute bête pour moi:

    - Ton site est sur-gonflé de backlinks bizarres;
    - Ton site est construit sur du CMS lourd + template mal conçu;
    - Ton site a un linking interne chaotique;
    - Ton site est lent;
    - Ton site ne respecte pas la hiérarchie des balises au sein du contenu;
    - Ton site fuite de chaque côté des trucs totalement louches à cause de plugins mal foutus;
    - Ton site passe très mal sur smartphone…

    Tu vires.

    C’est peut-être un truc con que je vais dire: il faut reprendre les bonnes pratiques délaissées. Le jeu du site pourrave monté en 10 minute sur lequel on balance du BL est terminé.

    Quand un SEO disait avant: peu importe le site, ce qui compte c’est la visibilité (je l’ai entendu)… j’avais mal à mon SEO. Une grosse partie de la problématique actuelle semble se jouer « on-site » et on a l’impression que Google remplace son « parc de site » pour remonter simplement les sites de meilleure qualité.

    Car je ne sais pas si je suis miro, mais je suis en train de voir des sites en responsive, rapide à charger, qui respectent le balisage, monter à toute berzingue avec très peu de liens mais de qualité. Quand on a vu ça, on peut jeter 90% des sites fait entre 2003 et 2010. Oublions la refonte. Quand Google écrase, il écrase. Le côté affectif… à quoi bon, c’est une perte de temps. Le plus difficile est de l’expliquer au client.

    Du coup, super bon article!

  • Laurent dit:

    @Pierre : je ne cautionne pas la 301.
    C’est encore une technique de la jouer à pile ou face.
    Ce n’est pas vrai que ça fonctionne à chaque fois. Une pénalité peut parfaitement suivre la redirection.
    Seulement, Google a toujours eu des problèmes à gérer les redirections, donc avec un coup de bol tu passes au travers.
    Même si tu clones le site sur un autre domaine, sans redirection, il peut détecter l’astuce.
    J’ai fait quelques trucs intéressants avec des 410, mais ce n’est pas non plus la solution miracle. A toi de tester.

    @François : voir ce que j’appelais le PersonRank (rien à voir avec l’AuthorRank) pour comprendre que Google prend en compte les actions des internautes en tant que votre de confiance.

    @Patrice : le coeur du problème est effectivement qu’on s’active dans tous les sens, donc difficile de pointer exactement ce qui a été le déclencheur.
    Par rapport au traumatisme, je me sens parfois plus dans le rôle d’un psychologue qu’un SEO. L’autre jour on me demande si une police 12px ne serait pas un mauvais signal pour Google…

    @Maxime : je savais bien que mon message de l’époque, qui disait surtout n’utilisez pas l’outil de désaveu et ne répondez pas à Google, serait ignoré.
    C’est dommage que tout le monde soit rentré dans son jeu, mais c’est trop tard maintenant.

    @Emile : le souci est de vouloir absolument se raccrocher à un site (souvent pour des raisons légitimes de branding), mais quand on annonce les efforts à déployer, alors il n’y a plus personne.
    Si si le marketing c’est fun ! D’ailleurs, le SEO doit faire du marketing.

    @El Annuaire : je discutais encore l’autre jour avec un cas d’un site qui a 9 ans d’existence. Bien sûr que depuis toutes ces années, il y a un passif hyper compliqué et pas forcément ultra respectueux des guidelines.
    Sauf que le site est tout à fait respectable et respectueux.
    Tu charges pour des vieilles techniques, alors que fondamentalement tu n’es pas un spammeur.
    J’en ai vu passer des wagons comme ça depuis l’arrivée du Google Zoo.

    @David : merci :-)
    L’inbound marketing est un moyen. En amont, il faut créer une personnalité, une tonalité, montrer des valeurs. etc.
    « On communique sur quoi ? »

    @LaurentM : si tu écoutes le podcast avec Jérome Ivarone, il mentionne son expérience avec les douanes et c’est exactement le même discours.
    Par rapport au domaine racheté, j’ai traité cette année le cas le plus lourd que j’ai jamais rencontré du point de vue historique du site. Tout s’est bien passé, mais c’était loin d’être joué d’avance.

    @Manu : dans le jargon SEO, un « red flag » est un signal qui va attirer les bots liés à des filtres et des pénalités.
    Sinon, ton plan me semble bien.

    @Bernard : non je ne préconise pas du tout la 301.

    @Nicolas : au fond de toi, tu sais très bien que la page ne méritait pas d’être la meilleure du monde.
    Quand je suis light, type LP, je ne suis pas étonné qu’elle se fasse défoncer.

    @Loïc : connaissant un peu le fonctionnement en interne chez Google, je ne suis pas partisan de cette théorie.
    Cela dit, je suis déjà revenu sur mes propos. Par exemple, je défendais le 100% algorithmique, jusqu’à ce que preuve soit faite qu’ils pouvaient manipuler les SERPS à la main (en se piégeant comme des idiots eux mêmes pour vouloir dénoncer Bing qui pompait leurs SERPS).

    @refschool : tiens je tweetais justement aujourd’hui que 4 ans après, mon modèle de trafic en 3 tiers tenait toujours la route https://twitter.com/laurentbourelly/status/472691540025155584

    @Sito : disons que c’est la somme de centaines de paramètres qui rend ton site meilleur. Cela a toujours été le cas, mais il faut être moins laxiste qu’auparavant.

  • D.VDA dit:

    Et le doute nous étreint…

    J’ai deux intuitions.

    La 1ère qu’il n’y a pas de Pingouin ni de Panda mais un algo bourré de if/then/else comme des rustines, et que Google fait surtout de la comm. Guerre psychlogique, et surtout étude des réactions face à la peur.

    Inutile d’avoir des soupçons, on fait faire un peu de yoyo dans les SERP, Matt balance des tracts en hélico (genre rendez-vous nous avons votre chef), plus qu’à collecter des alerte de modifications massives et ficher les poissons.

    La 2nde serait simplement une rechercher d’optimiser le CA Adwords et Adsense (officiellement 30% des revenu, quand même, plus je pense).

    Google ayant un index idéal en interne à faire coller au mieux à l’index public.
    - On gicle les concurrents (pure players et autres) quand Google phagocyte un service (ex : comparateur, shopping, immobilier, voyage, encyclopédie)
    - On vire des business « en place » de la page 1 sur quelques requêtes qui n’auront d’autre choix que de monter un budget Adwords afin de conserver le CA. Il ne faut pas (tous) qu’ils meurent, juste qu’il payent.
    - On optimise l’écosystème Adsense : développer l’offre pour les annonceurs, virer les MFA sans ROI, garder les MFA juteux (32% officiellement – il est bon de rire – pour Google).

    Notes :
    a) Adsense est crucial, la page Une est saturée et n’en peut plus, vouée à terme à vendre les services maison (phagocytés).

    b) Je précise que pour moi tout est MFA dès qu’on est dans le programme et qu’on tire ses revenus de la pub. Google ne considère t-il pas le Web comme MFAds ?

    Et là je ne parle pas de complot, juste de business.

  • Auvairniton dit:

    Attention, l’un de ces 3 techniques de « garde à vous » fonctionne moins bien que les 2 autres :
    - Nettoyage de liens.
    - Montée en puissance du contenu.
    - Prière devant les vidéos de Matt Cutts.

    Saurez-vous retrouvez laquelle ?

    Plus sérieusement, dans sa dernière intervention au SEO Camp, Keeg conseillait tout simplement… de ne pas faire de liens.
    Bon contenu, optimisation technique, présence sur les réseaux sociaux… et on attend.

  • SidB dit:

    slt Laurent et merci pour ce post qui fait suite logiquement à celui dont le titre est Y a t’il une pénalité pour contenu dupliqué ?.
    Un de mes sites « test » s’était cassé la figure (- 100 – 200 places / mots clé) et tu m’avais déjà évoqué « la perte de confiance » de la part de GG.
    Je confirme! cela fait 1 mois que j’essai de le relever, en vain ! Je pense que je vais laisser mourir ce domaine…
    J’ai déjà acquis un autre domaine pour y sauvegarder l’ancien ;)(son équivalent en .net).
    Cela me fend le coeur (comme dit Raimu avec l’accent lol) mais cela devient obligatoire et un nouveau challenge m’attend.

    NB: dans mes hypothèses, GG n’a pas du tout aimé un redirection 301 vers mon futur ancien site.

  • François dit:

    @Auvairniton : Très bon conseil que je te conseille de suivre avec assiduité. Comme ça tu seras au chômage dans trois mois, il y aura un référenceur de moins en France et moins de concurrence sur Google.
    Fonce !

  • Bruno dit:

    Bonjour Laurent,

    Je suis bien d’accord avec toi lorsque tu dis qu’on s’en fout de savoir s’il s’agit de Panda 4.12.7 ou Pingouin 13.4.56 … le principal étant de trouver pourquoi le site a été pénalisé et surtout comment faire pour le sortir de manière durable de cette pénalité.
    Le problème, c’est que certaines sanctions manuelles ne paraissent pas cohérentes tant il y a de concurrents qui « mériteraient » (selon les guidelines de Google) d’être pénalisés et qui ne le sont pas bien avant le site en question.
    Pour finir, cela prouve bien à quel point la qualité est subjective, tu ne crois pas?

    Amicalement,

    Bruno

  • Lotfi dit:

    Salut,

    Disons que lorsqu’on a suivi les conseils des rockstars (pas spécialement toi, mais vu que tu es sur le haut de la pyramide forcément un peu) pendant un bout et avec plus ou moins de succès, puis qu’on se met à faire du BH juste pour voir, et se rendre compte qu’effectivement les sites cobayes en BH rankent plus vite, et restent longtemps, on est en droit de se dire: « mais merde, ils avaient dit quoi les experts ? »

    Contenu, liens propres etc…quand c’est pour soi ok , mais lorsque c’est pour le client lambda artisan ou pme qui a besoin d’un ROI le plus rapide possible on tranche comment ?
    On suit l’avis de l’expert ou on prend le raccourci (en tentant d’être le plus propre possible) ?
    Tout ça pour dire quoi au final :
    des sites naissent et meurent tous les jours. Donc sur une thématique donnée on ne peut pas rester en première ligne si on ne se réinvente pas régulièrement, même quand on a de l’ancienneté. C’est pourquoi GG descend pas mal de sites à mon avis. S’il constate que tu consommes pas d’adwords pour ton business, ben il vas te le proposer subliminalement :-) et faire descendre doucement mais surement.

  • Yann dit:

    Salut Laurent,

    Ton titre me gêne un peu : « Quand Google n’a plus confiance en toi », parce que ça laisse entendre qu’on doit rendre des comptes à GG…

    Mais en y réfléchissant, on retrouve aussi la notion de confiance dans les indicateurs d’outils comme Majestic (Trust Flow). Cette tendance à la confiance c’est un peu la nouvelle « qualité » > complètement subjectif.

    Et là, c’est toute la polémique dans laquelle je ne veux pas entrer. Qu’on ne vienne pas me parler de lien spammy sur une page de pétition Spip (dédicace Etienne) avec 3K OBL, j’ai déjà dit que je ne faisais pas dans le SEO sado-maso.

    Amha, il faut complètement oublier (faire abstraction) de GG, Bing ou Volunia… Ça permet de gagner du temps et d’être plus serein car on n’entre plus dans le schéma « le bien/le mal », « la confiance/le doute »…

  • Tai dit:

    Merci pour ton article, récemment je me suis fait sanctionné sévèrement par google, je ne sais pas pourquoi. Je pense employer les bonnes pratiques. Je passe de la 4 place à la 167 du jour au lendemain. Merci Google

  • JC dit:

    Merci Laurent pour ton article. SEO = Zoologie… comme quoi !

    Et oui cela fait bien longtemps que je crois plus à la qualité du site qu’au reste et qu’il n’y a finalement pas tant de chose à faire une fois le nouveau bébé lâché dans la nature.

    Mais bon… résumer en 2 mots toute la science serait prétentieux.
    Compter sur Google pour prospérer comporte une bonne dose d’incertitude surtout quand dix mille clanpins font la même chose.

    Qui manipulera qui alors ? Google se réjouit de mettre le monde en concurrence. Dans le Zoo Google c’est le loup.

    Good luck.

  • patrick dit:

    On s’en fout de savoir s’il s’agit de Panda 4.12.7 ou Pingouin 13.4.56, pas tout à fait !!
    par exemple, j’ai effectué du nettoyage calibré pour quelques cas de sites pingouinisés il y a 9 mois, suite a du seo à papa, mais pas seulement, car juste un exemple lien footer de marque pour concepteur de sites, passe plus, bref, descente au enfers très lente, correctifs en octobre, nous sommes 9 mois après, pas de mise à jour du filtre et donc les sites sont dans la nasse, et pourtant l’environnement est propre depuis 9 mois, le problème ce n’est pas d’imposer des règles, c’est de jouer la partie correctement,
    et d’arbitrer correctement, une mise à jour algo tous les 9 mois ou + c’est trop long, en tout cas pour des entreprises souvent des tpe dépendantes du web et pourquoi flinguer des boites qui corrigent le tir ! souvent qui n’ont même pas fait eux même le job de référencement!

  • Arnaud dit:

    Laurent est on fire :)

    Juste deux ou trois remarques :

    - « Faire un pivot à 360° c’est revenir au point de départ, je pense que tu voulais dire 180° ;)

    - « Encore une fois, je compatis avec la PME qui est au bord de mettre la clef sous la porte car Google s’est fâché. »
    Moi je ne compatis pas.
    Une PME qui en est là est une PME mal gérée qui a sans doute tout misé sur le SEO et qui n’a pas réussi à créer de marque, à se faire connaitre et être reconnue en activant d’autres leviers.
    C’est comme si la boutique du coin déposait le bilan après une campagne de flyers ratée.
    Et à la limite tant mieux, cela éradique tout ceux qui croient encore que le web c’est simple, pas cher (voire gratuit), accessible à tous et qu’on peut gagner plein d’argent facilement.

    Dernière remarque, là, plutôt par rapport aux commentaires précédents :

    Il y a quand même un truc qui me tue, c’est que beaucoup de gens ont l’air de se dire « mais moi d’un point de vue SEO je suis meilleur que machin donc je devrait être devant lui », « mais moi j’ai fait tout ce qu’on m’a dit/appris et ça marche pas c’est pas normal, Google est une p***, remboursez nos invitations »…

    J’espère que vous n’en en êtes plus à croire que les petites combines vont vous propulser en haut de l’affichage face aux géants aux budgets marketing à X chiffres…
    Les techniques SEO sont un +, elles aident à ranker, à monter rapidement pour un nouveau site, mais ce n’est en aucun cas une garantie de quoi que ce soit.

    Le SEO c’est du marketing, n’en déplaise aux techos.
    D’ailleurs Laurent tu le disais toi même dans un récent billet.

    On n’en est plus au « référencement » (se faire connaitre de Google), car tout le monde est « référencé » quasi instantanément, mais plutôt à « qui a la meilleure notoriété / le meilleur marketing  » :
    - qui mène des actions online multi-leviers ?
    - qui mène des actions offline percutantes reprises sur le web ?
    - qui montre ce qu’il fait (de bien) ?
    - qui a créé une vraie marque, digne de confiance et qui dure ?

    Je m’enflamme peut-être mais la complainte du SEO moyen qui pense que ses « techniques » devraient lui permettre de passer devant le voisin devient fatigante.

    Avec mes clients j’ai un discours très clair : je vais vous aider mais nous sommes partenaires : si vous n’en foutez pas une (actions, événements, publications expertes etc), n’attendez pas de résultats mirobolants.

  • marc dit:

    bonjour,
    En attendant il ne faut oublier la multiplication par 100 de la concurrence qui fait que les serps bouge c’est logique plus de boutique plus de seo plus de marketeur et toujours 10 places.
    je remarque que dans pas mal de domaine c’est toujours les mêmes sur la page 1 donc comment va faire google si il dégage des les piliers et qu’il met les bolosses en numéro 1 juste parce qu’il respect le guidelines j’y crois pas un seul instant pensez vous que Apple.com sera détrôné lol.
    le monde.fr etc les numéros seront toujours la si il disparaisse alors j’aimerais voir la tête des futures numéro 1 si le monde.fr n’est plus sa sera pas la gazette de Deauville a la place sa m’étonnerais fort.
    De plus les liens sont toujours propice plus on dis que « tu as vu le site arrive a se glisser dans le top 3 ou 5 et regarde il a peut de liens mais c est un peu logique maintenant les mec les caches au sein des outils afin que personne ne les vois et ne les piques tu peux pas avoir 20 liens et être premier sur le terme seo impossible le jour ou sa le sera alors tous le monde sera consultant.
    Vous connaissez le chat qui se tape toutes les chattes du quartier et les autres n’arrive pas a sa cheville et les voisins se plaignent car des bébés chat il y en a partout un jour le maitre du chat l’emmène se faire castrer car les voisin on en marre de tuer des petits minous toutes l’année,et la une semaine ce passe et le chat devient de plus en plus populaire on va le voir etc etc tous les chats se réunissent chaque vendredi chez lui etc les voisin sont intrigué et vont voir le maitre du chat et lui demande comment cela se fait d’être autant choyer le maitre leur réponde quand vous ne pouvez plus rien faire et bien vous passez consultant lol
    salut les seo mdr

  • Lotfi dit:

    @arnaud: je ne crois pas moi non plus au compte de féés.

    Par contre tu sembles ignorer les milliers d’indépendants tous corps de métiers confondus qui par exple n’ont pas des centaines d’€ à mettre dans le marketing chaque mois, parce qu’ils ont du matériel ou du stock à acheter en priorité. Ou bien ils ont des moyens marketing convenables, mais ne peuvent se permettre d’attendre Mossieur GG les remonte dans les SERPs.
    Un peu manichéen comme vision mais bon, je critique pas je suis passé par là aussi c’est frustrant je te l’accorde.

  • Laurent dit:

    @D. VDA : il y a sans doute un peu des deux options…

    @Auvairniton : je n’ai jamais réellement fait de liens pour ce site, dans l’espoir de manipuler sa popularité. Et ça marche plutôt bien, donc je suis en phase avec Keeg.
    J’espère qu’on tendra un jour vers ça, quand tout le monde aura compris l’intérêt du truc.
    Pour l’instant, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Dans ce sens, ne pas manipuler artificiellement le naturel n’est pas une stratégie viable.
    C’est utopique de penser que tout le monde peut élever suffisamment le niveau.

    @SidB : c’est parfois rafraichissant de repartir à 0. Seulement, c’est une torture lorsque c’est imposé par le jugement d’un moteur de recherche.

    @Bruno : attention, je ne parle pas des sanctions manuelles dans ce billet.
    Cela dit, c’est tout à fait judéo-chrétien comme attitude de la part de Google : « tu as péché mon fils ! »

    @Lotfi : l’erreur est de penser qu’il existe un raccourci. Ce n’est pas vrai que la voie BH est plus facile, moins chère, plus rapide.

    @Yann : perso je m’en tape de Google. J’ai tweeté l’autre jour que mon modèle de trafic en 3 tiers est encore d’actualité sur ce site. Il peut me dézinguer et je ne serais pas mort.
    Après, je me mets plutôt à la place de tous ceux avec qui je collabore quotidiennement. Et oui ils reposent en grande partie sur Google.

    @Tai : ce qu’on pense être correct n’est pas forcément la même chose vu par un robot. Ce foutu critère de qualité étant vachement subjectif.

    @JC : bien vu le coup du loup !

    @Patrick : si le site est toujours au fond du trou, c’est que le moteur n’a pas jugé que l’effort a été suffisant.
    Même si de notre côté, on pense que tout est carré, cela ne semble pas être l’avis de Google.
    Je ne le défends pas hein !?
    Ma remarque sur les versions de Panda se rapporte à toute une frange de la communauté qui part en sucette à théoriser dès qu’une m.a.j. est annoncée. Ils sont les instruments de la guerre psychologique menée par Google et ne font pas avancer positivement la situation.
    En tout cas, je n’en vois pas un seul qui apporte de véritables solutions, donc à quoi bon faire de la littérature pour du flan (enfin non du trafic en fait).

    @Arnaud : ah oué pas con c’est 180° en effet :-D Bien vu !

    @Marc : bah le dicton est toujours d’actualité « pas besoin d’être bon en SEO car les autres sont franchement mauvais ».
    On a déjà vu Google taper sur des très gros. D’ailleurs, eBay vient de se prendre une grosse douille.
    Le truc pas glop est qu’eBay va miraculeusement récupérer très vite, contrairement à la PME qui trime.

  • Arnaud dit:

    @Lotfi: je suis moi-même indépendant, seulement je n’attends rien de Google et j’enseigne à mes clients de ne pas compter que là-dessus (SEO + SEA), du moins pas à + de 25% du CA.
    Ca évite les mauvaises surprises et les désillusions en cas de souci.
    Et pourtant je suis Google Partner.

    Chacun sa priorité d’investissement.
    Maintenant le mec qui met tout dans ses produits et rien en marketing parce qu’il espère (exige ?) que Google va le pousser en 1er rang n’a, amha, rien compris.

    Comme le rappelle Marc, il n’y a que 10 places en 1ère page.

  • Le Juge dit:

    Sans remettre complètement en Doute le SEO a la papa – enfin tout dépend de ce qu’on entend pas SEO a la papa… mais dans l’absolu le onsite n’a pas beaucoup changé depuis « papa » – et ça reste une grosse partie de la « campagne » seo le onsite.
    Sinon je suis plutôt d’accord avec l’article dans l’absolu – un bon vieux filtre algorithmique que tu sais pas ce qui t’arrive et que tu as l’impression de taffer dans le vent… et pour lequel le SEO a la papa / pousseur de bouton qui ne vas pas bien comprendre ce qui lui arrive, va répondre à coups de « je vais blaster encore un peu plus… j’ai pas assez de liens » – alors qu’il devrait effectivement remettre tout à plat et relancer la machine à Zéro – « Fais une Sauvegarde a dit Dieu a Noé – je fais une réinstal’ »

    bref tres bon article!

  • walid dit:

    je souri, mais avec amertume quand je pense à deux clients qui traînent encore aujourd’hui un boulet algorithmique. Ma pensé va a eux, et à tous les seo qui ont pris le relais d’un projet juste avant le lâchage de fauves.

    Dès le départ, je soutenais qu’il était préférable de partir sur un nouveau domaine, quand ça chlingue vraiment, tu le sens, encore plus maintenant qu’on a plus de recul.

    comme tu le dis peu importe le nom de la bête en question, elle est féroce et drôlement retroactive, pour info je sais qu’elle pouvait toucher durement un site qui n’a pas pris un BL depuis 2009.

    Le retrait des liens cela ne marche pas sauf sur des pénalités très ciblées. Pour les boulets algorithmiques dont tu parles, jamais vu de succes story, et ce que tu dis sur la perte de confiance est tout à fait vrai, les sites touchés sont tout simplement bridés. Actuellement c’est tests de 301 depuis des gros domaines, rien à l’horizon pour l’instant. Si cela ne marche pas, et probablement cela ne marchera pas, je ferai, à condition d’avoir l’accord du client, un test original de kamikaze.

    Encore une fois en cas d’incendie, chercher de suite une nouvelle maison est la solution la plus rapide et la plus sûre. malheureusement tout le monde n’a pas la même facilité pour ‘enterrer son vieux domaine et partie sans se retourner.

  • Funkpop dit:

    Tu nous dis de ne pas nous prendre la tête avec la nature de l’algo qui vient de dégommer notre site. En gros, qu’il s’agisse d’un Panda ou d’un Pingouin, on s’en fout car il s’agit surtout de corriger le problème. Soit.

    Naïvement, je pensais que c’était justement en connaissant l’identité et la version de la bestiole de Google qui nous a tapé dessus qu’on parvenait à identifier le problème, avec le maximum de précision et de réactivité.

    Je vais plus loin dans la logique du truc. Si on ne se préoccupe même pas de la nature de la sanction pour corriger le tir, ça revient à dire qu’on était déjà capable, à priori, d’identifier le problème et donc de l’éviter.

    Et j’en viens à mon raisonnement final : dans un contexte où Google joue avec nos nerfs, souffle le chaud et le froid, fournit les outils pour s’auto-dénoncer et donc s’auto-flageller, je me demande où est aujourd’hui l’intérêt de conserver des méthodes de bourrin, potentiellement sanctionnable par Google.

    Est-ce qu’il ne serait pas plus sain, une bonne foi pour toute, de ne plus tenir compte de l’algo, de ne plus recommander telle ou telle technique visant à l’abuser, et de repartir enfin sur de bonnes bases, en évacuant tout ce qui pourrait être prétexte à une sanction de Google (quelle qu’elle soit) ?

  • marc, Annuaire Français dit:

    J’ai connu la descente aux enfers à partir de 2009. J’ai fini par bloquer le site et repartir sur une nouvelle construction, avec cet objectif: je vais refaire un annuaire comme personne, avec les meilleurs services utiles possibles, sinon, ca ne sert plus a rien d’être sur la toile.

    Sur la nouvelle mouture V2 de l’Annuaire Français, un gros site de 5 millions de pages, tout avait bien commencé en Janvier 2012. Ce répertoire, qui a la particularité d’être constitué de pages statiques générée par un programme interne.

    Lancé en mode bêta, je n’ai pas souhaité mettre en oeuvre l’aspect commercial tant que le système n’était pas rôdé. Avec une progression constante des visiteurs quotidien venant de Google, 1000/jour, puis 5, puis 10, puis 15 000/jours, tout allait bien les mois passant, jusqu’àNovembre 2013 ou la courbe s’est stabilisée puis a commencée une légère inflexion.

    Je n’ai pas hésité une seconde. J’ai rebâtis immédiatement une nouvelle structure., passant de 100 sous-domaines (un par départements), a 1000 sous-domaines (un part rubrique). Gérer toutes les redirections n’a pas été simple, mais en quelques semaines, le trafic est à nouveau repartis à la hausse, malgré le contenu des pages 100% identiques à l’ancienne structure.

    Ces 5 derniers mois, le trafic grimpe régulièrement, dépassant les meilleures performances de l’ancienne structure, grimpant a plus de 20 000 visiteurs/jour.

    Je me dis que j’ai encore beaucoup de possibilité d’optimisation, mais…
    il me semble plus approprié de me concentrer sur le service et la qualité de l’ensemble. Je vais donc apporter le service d’un nouveau moteur de recherche (www.premsgo.fr) car la dépendance à Google est un risque énorme, surtout pour un annuaire. Les établissements inscrits et vérifiés seront les seuls pouvants être dans le moteur, assurant une qualité de contenu qu’aucun autre moteur n’égalera, même si le volume est considérablement moindre.

    Ensuite, il me semble que le service qu’attendent les commerçants inscrits dans l’annuaire, c’est de vendre. Très peu on utilisé l’option vitrine, pourtant très bien référencée dans Google. La mode est à la marketplace ou comparateur, soit : sera donc proposé un site marchand sans limitation, et gratuit, ou chacun pourra envoyer ses flux.

    @LAURENT à raison, il ne faut pas s’entêter sur un schéma qui dégringole. Quand ca va mal, sur le web, il faut se dire : ais-je la légitimité de vouloir être premier, d’avoir du trafic? Quel service j’apporte réellement aux internaute, ais-je la prétention au moins (et la volonté) de vouloir a tout prix offrir le meilleur service, le plus complet, le plus pointu, le plus qualitatif?

    De mon passé sportif en moto sur circuit de vitesse, les pilotes « plutôt bon » ayant prix de très grosses gamelle sont souvent devenus de grands champions, et cela se retrouve dans beaucoup d’autres disciplines sportives, mais aussi dans la vie. Il faut se donner le temps « d’absorber le coup et de le digérer », quelques mois de vide complet, et prendre une page blanche, et dans le jargon de @Laurent; « cette fois, ca va saigner » !

  • marc, Annuaire Français dit:

    Juste une précision plus technique SEO « in-site » : je suis convaincu que Google détecte les modifications SEO d’un site, notamment sur les titres.
    Que modifier a répétition un site conduit rapidement à cette descente progressive et immuable, quoi que l’on fasse, et le reflexe étant parfois de revenir plus ou moins partiellement en arrière ne fait qu’envenimer les choses.

    Ce n’est qu’une conviction, mais il me semble que certains éléments ne doivent être modifiés que très rarement. La seule chose que Google semble « bien digérer », c’est l’augmentation de texte d’une page.

    PS: les stats annuaire sont disponible a http://www.annuairefrancais.fr/partenariats.html

  • Loiseau2nuit dit:

    Personellement, je suis assez d’acord avec l’approche « nouveau site sous le coude » mais mon grand drame c’est que 9 fois sur 10 l’option est rejetée ! Pour tout un tas de raison allant du budget au branding en passant par le sentiment (pfff !) et les cartes de visites à refaire … Il y en a quand même beaucoup, tu leurs dit « faut prendre un nouveau NDD et on recommence » c’est un peu comme si tu les tuais … bref !