AccueilPodcast ➟ Podcast SEO Vol. II Ep. 7 : Rodrigue Fenard

Podcast SEO Vol. II Ep. 7 : Rodrigue Fenard



Podcast Référencement avec Rodrigue FenardRodrigue Fenard fait partie des explorateurs du Web nouvelle génération.

J’étais curieux de savoir à quoi ça ressemble de monétiser des sites dans tous les sens en ce moment.

En plus de gérer sa propre synergie, Rodrigue propose des prestations de formation et de création de sites Web.

Rodrigue Fenard

C’est encore un sacré loustic que je présente aujourd’hui, issu de mes rencontres dans la bataille contre les vendeurs de rêve.

Vous pourrez en savoir plus sur Rodrigue Fenard via Créer1site.com, son Twitter et sa communauté Google +.
N’hésitez pas à le contacter pour de l’aide avec votre projet e-commerce, blogging, etc. Il se tient à votre disposition pour des Google Hangouts ou des sessions Skype.

Dans ce podcast, les sujets sont nombreux. Nous allons bien entendu tacler un peu les vendeurs de rêve du Webmarketing, mais Rodrigue va aussi nous donner sa vision du blogging.
Ensuite, nous partons sur les routes aventureuses de la monétisation d’une synergie de sites Web.

La vidéo Podcast SEO Vol. II Ep. 7

Abonnements

  • Flux RSS des vidéos du Podcast Référencement.
  • iTunes Abonnez-vous !
Le podcast SEO est sur iTunes

Voir sur Youtube

Youtube

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.



46 réponses dans “Podcast SEO Vol. II Ep. 7 : Rodrigue Fenard”

  • Stéphane M. dit:

    Cherchant à gagner de l’argent moi-même avec de l’affiliation, votre discussion m’a beaucoup intéressée.
    Je ne connaissais pas le dropshipping. Ca m’a l’air d’être une solution géniale.
    Merci pour toutes ces infos.

  • Seoxis dit:

    Le frangin invité par une rock star gg ;)

  • Jérémy P. dit:

    Déjà 4 podcasts depuis le début de la semaine, un vrai plaisir de suivre tes discussions et découvrir tout plein de nouvelles têtes. Les sujets sont d’actualités et c’est sympa de prolonger notre réflexion.
    Pour ma part je me suis intéressé au dropshipping il n’y a pas si longtemps et vos remarque sur PixmaniaPro m’a bien fait sourire, j’avais fait le même constat sur la marge possible.

    Merci pour ce podcast.

  • deherve dit:

    Salut,

    Ravi de découvrir Rodrigue, on a les mêmes valeurs en terme de Blogging, mais pour gagner de l’argent avec Adsense, même avec 10OOO visiteurs par jour, ce n’est pas rentable pour vivre, enfin pour mon cas personnel.

    Étant un abonné assidu du site de Laurent, je découvre chaque fois de nouveaux profil et technique qui me font reconnaitre que je suis vraiment un novice du Web.

    Pour le Marketing, faut avoir pas mal de contact et de temps pour gérer tout cela, je n’en ai pas le courage et le temps et je préfère aussi tester les produits que je présente sur mon site, avant de les offrirent à mes lecteurs sous forme de concours.

    Laurent, un vrai découvreur de talents et j’aime bien ceux qui secoue le cocotier pour faire tomber un peu les noix de mauvaise qualité.

  • Click Busters dit:

    Laurent et Rodrigue, par rapport aux fameux « vendeurs de rêves », vous avez levé un point intéressant, ce qui fait que leurs services, bidons ou pas, se vendent (à défaut parfois d’être honnêtes ou de fonctionner). A mon avis c’est le fait qu’un mode d’emploi, pas à pas, depuis le début de la création jusqu’à la promotion est proposée alors que dans le reste des communautés autour de la création et de l’édition web on propose plutôt des articles uniques sur un aspect (Seo, netlinking, technique…), éparpillé sur de nombreux sites (ton blog, Axe Net, WRI, Seosphère …) et parfois avec des avis très divergents.

    Par expérience via click Busters, les non-initiés, qui parfois ne peuvent se payer une agence ou un webmaster pour leurs projets, ne savent pas où et avec qui commencer. Ils ont besoin de se rassurer plutôt que de s’éparpiller, de savoir qu’on va leur livrer – en un unique site – une formation cohérente et complète avec une assistance. Je ne pense pas en effet que, pour la majorité, ce soit juste l’appel du rêve et de l’argent facile qui prédomine et les fasse choisir leurs formations, mais bien l’aspect « complet » qui permet de s’y appuyer pour lancer un projet. A  » nous  » de nous inspirer de leurs savoirs faire indéniable en terme de « packaging » pour proposer des formations dignes et qui soient réalistes (sans omettre de se placer sur les mêmes requêtes). Et se sera sans nul doute plus efficaces que de les dézinguer les uns après les autres.

    Merci Laurent pour tous ces podcasts, toujours enrichissants.

  • Camille dit:

    Une SEO Rockstar et un bloggueur punk !
    Cool :)

  • Christophe Maggi dit:

    Excellent podcast une fois de plus. Contrairement à la présentation de Stéphane celle de Rodrigue répond a des questions bien plus concrètes. On apprend comment il monétise, les marchés qu’il attaque, on découvre son univers qui s’étend bien au delà du blog. J’avais peur d’avoir une redite du podcast précédent qui laissait sur leur faim certaines personnes comme on pouvait le lire dans les commentaires : Mais que vend Stéphane et comment gagne-t-il sa vie ? Rodrigue est plus clair, plus concrèt et n’est pas avare d’exemples. Ces exemples me permettent notamment de faire un comparatif avec mon propre parcours, l’identification est plus simple et les conseils plus percutants. Comme souvent, une explication claire et un exemple valent mieux qu’une théorie hasardeuse et longue.
    Une bonne découverte une fois de plus et un excellent boulot. Vivement demain…

  • ampoule dit:

    Excellente cette vidéo, un petit gars courageux et qui en plus dévoile quelques ficelles du web, vraiment très bien, merci !
    Mais il est vrai qu’on aimerai en savoir un peu plus, une idée de ses gains par exemple ( ne serait ce qu’une fourchette large ), le type de produits etc…

  • Sylvain dit:

    Salut Laurent, salut Rodrigue,

    Podcast vraiment intéressant dans la lignée des précédents.

    Même si niveau audio Rodrigue semble parler en ayant la tête dans une bassine, j’ai trouvé l’exercice vraiment sympa à écouter.

    J’ai d’ailleurs tenu jusqu’à la fin (comme celui de Stéphane), si ça c’est pas un signe! ;)

    Cordialitude pleine d’amicalages à tous les 2,
    Sylvain

  • Laurent dit:

    @Stéphane M : le dropshipping ouvre des perspectives intéressantes. Attention cependant à bien sélectionner les fournisseurs, comme nous l’évoquons dans la vidéo.

    @Seoxis : il s’en est très bien sorti ;)

    @Jérémy P. : j’essaye justement de faire un petit mix dans les podcasts. Le prochain sera un old school.
    Pour le dropshipping, y a vraiment du bon comme du pire et carrément de l’arnaque.
    Passer du temps à sélectionner les fournisseurs est une étape clef.

    @deherve : je suis également lecteur de ton site. C’est du super boulot dans un secteur coriace.

    @Click Busters : en effet, le problème n’est pas de compiler de l’info dans un packaging savant, mais que ça apporte des résultats.
    Il y a un énorme décalage entre l’illusion suggérée et la réalité.

    @Camille : yeah il a une belle crête de punk le Rodrigue.

    @Christophe Maggi : je ne sais pas si on peut comparer les 2. Certes, ils ont quelques crossovers dans les prestations, mais les profils sont complètement différents.
    En tout cas, chacun a une personnalité bien affirmé et c’est cela qui me plaît

    Rugby oblige et trafic en berne le week-end, je vais publier le prochain podcast lundi. C’est Remy Bigot qui s’y colle, un old school de mon réseau.

    @ampoule : les types de produits sont mentionnés il me semble. Certaines niches attaquées par Rodrigue concernent le matos d’espionnage, le crochetage de serrures, etc.

    @Sylvain : c’est un exploit à la vitesse explosive du Web de tenir 1h à écouter 2 gonzes papoter. A chaque fois, j’essaye de faire plus court, mais le temps passe vite.

  • Erwan CS dit:

    le dropshipping peut être intéressant mais faut trouver le bon interlocuteur sinon cela devient horrible. Avec des produits de mauvais qualité, le service après-vente se fait bouffer alors là aussi c’est terrible.

    c’est intéressante cette discussion sur tout un tas de sujet et comme toi ça me motive à développer mes sites qui aujourd’hui ne me rapportent rien.

  • deherve dit:

    Merci Laurent,

    En effet, c’est un secteur difficile et la concurrence est grande et surtout avec des grosses sociétés derrière, mais bon, on ne baisse pas les bras et le tout est de bien se positionner et essayer de fidéliser les lecteurs.

    Bon WE et pour l’Ovalie, la France n’a pas brillé

    Hervé

  • Blog dit:

    Maintenant le « blog qui rapporte » c’est Stéphane qui est placé dessus hihi
    @Seoxis, Laurent ce n’est pas une rock star c’est une rock star SEO… on the road again.
    Bravo Rodrigue c’est mieux une petite vidéo pour voir ta ganache.

  • Nico dit:

    Salut Laurent et Rodrigue. Ce podcast est sympa mais j’ai deux questions :

    1°) Comment trouver des fournisseurs Chinois ? Ou autre ? Style gadget et cie en dropshipping ?

    2°) Avez-vous des exemples de site Ecommerce où « les tripes et le coeur sont mis sur la table ?

    Merci.

  • Edo dit:

    Je ne connaissais pas le dropshipping ; par contre je connaissais Rodrigue qui est un commentateur assidu de blog que je suis.
    Ce que je retiens, c’est que les contacts, le réseau – irl si possible – est essentiel.

  • Momo dit:

    Merci pour cette interview Laurent. Rodrigue à l’air d’être un bon gars, sympathique et déterminé.
    Je connaissais le dropshipping, j’en avais beaucoup entendu parler sur les forums US surtout. Ça a l’air intéressant sur certains aspects. Moi personnellement, j’en suis encore à multiplier les sites de produits physiques avec affiliation, une sorte de CMS hybride entre le MFA et la boutique e-commerce. Ça commence à bien rapporter, bientôt assez pour investir dans un vrai e-commerce.

    En tout cas je lui souhaite de prendre bien du plaisir dans ce qu’il fait.

  • Simon dit:

    Vraiment top comme podcast, naturel et plein d’honnêteté ! Bravo à vous 2 et vivement le prochain podcast :)

  • Laurent dit:

    @Erwan : à mentionner également le souci du status d’auto-entrepreneur qui ne récupère pas la TVA. Ca bouffe la marge.

    @deherve : en effet, la fidélisation est la clef.
    En ciblant les softs, tu évites pas mal le côté éphémère de l’actu High Tech. Du coup, ton réf nat est plus pérenne.

    @Blog : ah cette baseline. On la comprend… ou pas…

    @Nico :
    1/ le réseau, le réseau, le réseau. C’est un mec qui connait un mec, qui connait un mec, etc.
    Ou alors, faut remonter les pistes jusqu’au niveau le plus haut et le plus confortable possible. Tu as tout un tas d’intérmédiaire que tu peux cramer et qui vont augmenter ta marge.

    2/ http://www.bettycrocker.com/ http://www.patagonia.com/ http://www.brooklynfare.com/ http://www.redbull.fr/
    Même Google nous raconte un histoire « organiser l’information du monde entier et la rendre disponible la plus facilement possible » ou Nike « la performance dans le sport », etc.
    et demain je parlerai de http://www.fee-corsetee.com/

    @Edo : si tu savais le nombre de backlinks qui ont démarré autour d’un apéro.

    @Momo : le dropshipping est le niveau supérieur. Générer un CA sur les ventes est un autre challenge, au lieu de grapiller une commission.

    @Simon : merci et @demain !

  • Michael dit:

    Bon dieu ça fait du bien de d’entendre les vendeurs de rêve se faire défoncer. J’avais arrêté d’espérer ! Qui plus est un blog n’est vraiment pas le meilleur moyen de gagner des tunes sur le net.

  • Nico dit:

    Merci pour ces précisions. Sur le point 2 en gros la similitude (des couilles et coeur) c’est ce que certain le StoryTelling si j’ai bien compris ?

  • jeff dit:

    Un joli podcast. J’aime beaucoup votre franchise à tous les deux.

    Pour le dropshipping, j’en fait avec Dell depuis quelques années et c’est un gain de temps (et d’argent) impressionnant.

    On a eu l’occasion de discuter avec Rodrigue, je l’ai découvert avec ma découverte des vendeurs de rêves (un de nos points communs car cela m’énerve aussi)

    Et j’aime bien aussi votre conclusion, il ne faut pas avoir peur de l’échec. Ce n’est pas la réussite qui forme c’est les murs qu’on se prends dans la gueule et notre capacité à ne jamais renoncer.

  • Rodrigue dit:

    Merci Laurent pour cette présentation, j’ai aussi découvert (en after podcast) que tu étais un gros fêtard ^^

    @deherve :
    En effet avec Adsense viser la masse est le seul moyen de générer des revenus, je me suis vite penché sur l’affiliation car quand on a peu de visites, mais qu’elles sont ciblées, le retour est plus intéressant et on évites de poluer le peu de visiteurs qu’on a avec des encarts.

    @Click Busters :
    J’ai fait Cree1site dans ce seul but, parler de ce que je faisais (c’est un peu le but primaire d’un blog) et si mes « reviews » aussi discutables soient ils permettent à certains d’avancer, et si en plus ces personnes me permettent de compenser l’investissement avec l’affiliation, mon Blog deviens alors une opération qui ne me coûte pas et qui me permet d’aider les novices.

    @Camille :
    J’ai pas mal de cheveux blancs aussi ;) sur les côtés.

    @Christophe Maggi :
    Le but de ce podcast est surtout de parler des différentes méthodes que j’ai testée pour monétiser un site.

    @espaceampouleled : Content de te voir ici, pour les gains, c’est vraiment aléatoire, et je vis surtout de mon travail à côté qui est la création de site et tout ce qui tourne autour (mes boutique en ligne etc…) ça fait 6 ans que mes sites me rapportent.

    Je fais parti de ceux qui ne bosse pas -QUE- pour les tunes, un exemple, je viens de signer pour 2 ans, je vais aider une association locale à remonter l’image de l’insertion dans le Pas de Calais, par le biais d’Internet etc… et monter un projet à l’échelle départementale et bien plus valorisant pour moi qu’un gros chèque.

    Grâce au ‘réseau’ dont on parle avec Laurent, il m’arrive aussi de sous traiter avec mes différents contacts.

    La communauté que j’ai créée va servir aussi à mes lecteurs, pour leurs permettre de trouver un professionnel parmis les participants de cette communauté.

    @Sylvain :
    Je me suis pété le nez en boxant, et je donne des cours d’Anglais donc imagine dans l’état que je suis…

    @Blog (<= Weboost ?) : Stéphane et moi avons ce point commun, et je suis content que des gens bénéficient de la formation de Stéphane au lieu de celle d'AA, comme je l'explique dans la vidéo, si d'autres personnes pouvait faire comme Stéphane et moi, les sites des vendeurs de rêves commenceraient à s'effacer.

    @Jeff : L'occasion d'annoncer je pense que ton article invité sur ton expérience avec ces formateurs sera bientôt en ligne sur mon Blog ^^

  • Sylvain dit:

    Re Rodrigue,

    Je parlais de la qualité « audio » pas de ton élocution :)

  • lionel dit:

    Bonjour Laurent,

    Un podcast vraiment très instructif. J’ai appris des choses en visionnant cet échange même si je ne pratique pas le dropshipping.

    Puis, c’est toujours intéressant de découvrir des acteurs du Web autrement qu’au travers d’articles et de commentaires.

    amicalement

  • Fleur dit:

    Vidéo excellente, voilà quelqu’un qui parle des ficelles du web.
    Vraiment bon podcast.

  • Nicobook dit:

    Encore une petite heure bien intéressante ;) Une petite question, juridiquement dans le cadre du dropshipping, la responsabilité repose sur le commercialisateur ie le site internet, ou alors le fournisseur? Le paiement du fournisseur est en amont où on peut le payer à J+60 comme dans l’industrie?

  • Rodrigue dit:

    @Nicobook : pour le dropshipping, tout dépend de où et vers où tu fais tes affaires et si ta société est française ou non.

    1. Prennons un exemple, ta societe est francaise, ton fournisseur est sur Shengzen, tu fais partir le produit vers un client français, la loi est assez ambigüe là dessus, mais ton client deviens légalement l’importateur, il devrait s’acquitter de la TVA a réception, mais nous savons bien qu’un produit « seul » ne se fera pas taxer par les douaniers, et je vois mal le client payer une seconde fois la TVA (car sur ton site tu vends ttc puisque ta boîte est Française).

    Avec la société française, la déclaration se fait auprès d’un déclarant en douane, avec la nomenclature du produit que tu as vendu (ou la catégorie de produit concernée) car chaque type de produit a sa propre taxe en + de la TVA, et d’autres comme les mp3 ou les disques durs ont même une taxe Sisvel pour le stockage de données.

    Et comme tu as vendu le produit en tant qu’importateur, c’est toi qui es en haut de la pyramide en cas de pépin légalement en France, comme par exemple une batterie chinoise qui explose dans les mains d’un de tes clients (pour te laisse imaginer les risques encourues).

    La plupart des dropshippeur Francais ne le savent pas mais ils sont hors la loi si il ne respectent pas ces points, et impossible pour eux de se décharger sur le fournisseur chinois…

    2. Que se soit dropshipping ou non, le paiement du fournisseur en Chine est rarement sous 30 jours ^^ pour ma part il m’est même arrivé de faire une avance de 10.000 $ americain (50%) pour une commande de lot de 40 Quad, alors autant dire que tu as intérêt d’avoir quelqu’un sur place de confiance.

  • Michael dit:

    Merci pour ce précieux podcast
    Après avoir longtemps cherché les « pelles » auxquelles vous faites référence, j’ai commencé à creuser tout seul….
    Mais tout seul c’est nettement moins simple
    Alors merci de votre aide

  • Arnaud dit:

    Bonjour vous deux,

    Bon podcast Laurent, et ça fait plaisir d’en savoir plus sur toi Rodrigue. Tu as l’air d’avoir envie de partager ton expérience et ton parcours fait plaisir à voir :)

  • Syntha 6 dit:

    Bonjour,

    Très bon podcast, Je m’intéresse aussi au dropshipping, et j’avoue que ton commentaire va droit au but !! Si tu en sais davantage, je te serai très reconnaissant !! Merci encore une fois pour le podcast.

  • Samuel dit:

    Bonjour Laurent et Rodrigue,

    Merci pour ce podcast « coeur et tripes sur la table », moi non plus je n’ai pas vu le temps passer.

    Par contre depuis le début de la série c’est le deuxième qui défonce les vendeurs de pioches, mais qui ne se prive pas de vendre du coaching et de la prestation pour du blogging, tout en reconnaissant lui-même que son blog lui rapporte peanuts. Je trouve ca un peu contradictoire.

    Je n’assimile ni Stéphane ni Rodrigue à un rigolo qui met 15 jours à restaurer un WP parce qu’il n’avait pas de backup, qu’on soit bien d’accord. Et il n’y a rien de malhonnête dans ce qu’ils font, leur boulot c’est de réaliser des prestations, pas de se demander à la place des clients comment eux vont les rentabiliser.

    Mais comment peut-on reprocher aux vendeurs de rêve de vendre du blogging sans vivre de leur blog quand on fait soi-même la même chose?

  • Laurent dit:

    Je ne vais pas répondre pour Rodrigue ou Stéphane.
    AMHA il y a simplement une méprise sur la terminologie. Aucun souci pour monétiser un site; c’est le format blog qui est stigmatisé. Les différences entre site et blog méritent un billet.
    Après, WordPress n’est qu’un CMS. À chacun de le customiser pour la perf.
    Moi-même je vends aussi des formations et je pratique le blogging. Pourtant, je n’optimise pas au pixel le call to action DTG d’un formulaire.
    Au final, peu importe le format; c’est le résultat qui compte. Les vendeurs de rêve n’en prendraient pas plein la gueule si ça se savait que leurs formations apportent des résultats.

  • Samuel dit:

    Merci pour la réponse.

    En fait on se rend compte d’une évidence: un blog n’est qu’un outil de communication, et sans un business model sérieux derrière ca ne marche pas. Du coup si 4h18 ou Crée1Site réussissent à capter les élèves des marketeur français et autres je ne suis pas sûr qu’ils obtiennent de meilleurs résultats.

    Mais effectivement l’un comme l’autre sont honnêtes sur ce qu’on peut attendre d’un blog et le travail que ca demande contrairement aux autres, donc les gens qui se lancent avec eux ne peuvent pas dire qu’on les a trompés.

  • Rodrigue dit:

    @samuel :

    Le simple exemple est celui que je donne dans la vidéo, comment un mec qui vend une formation 1000€ peut ne pas savoir optimiser un texte pour son site, alors que dans cette même formation, il explique que le contenu simplement suffira à te placer en première position sur les moteurs.

    Ce que je propose (Stéphane je te laisserai expliquer) c’est de coacher les gens sur leur problème, car ce que ces mecs vendent 1000€ tu le trouveras gratuitement sur mon site, ou celui de Stéphane.

    Ce qui se cache derrière mes articles, c’est un réel problème que j’ai rencontré, pas une compilation trouvée sur le net, j’ai testé ce que je dis, et en donne les conclusions.

    Merci d’éviter de dire ce genre de chose ^^ j’ai eu envie de vomir pendant un instant.

  • Samuel dit:

    @Rodrigue: j’ai bien dit en préambule que je faisais la différences entre des professionnels sérieux et des charlatans.

    C’est juste qu’ils se sont fait pourrir sur le thème « ils veulent former des blogueurs alors qu’ils vivent même pas de leur blog », et au final on se rend compte que personne ou presque ne vit d’un blog (ce qui est normal, ca n’est qu’un outil pour communiquer).

    En tout cas je suis heureux de rencontrer (même virtuellement) un client de france hors plage (pas de pub on a dit^^), parce que je me demandais si c’était un truc sérieux.

  • Le Juge dit:

    Sympa l’interview, Bon toujours plus de 20 minutes… pffff qu;est ce que c’est long qu’est ce que c’est long… Bien la partie sur les différents types de business possibles en ligne (pour info le client de l’article « sortir d’une penalité sans trop de bobo » est une comagnie qui fait du Dropshipping.

    J’adore – le « Quand on prend un cuite ensemble, les liens sont plus fort » c’ets un peu dans tous les sens du terme… ils sont plus facile aussi… l’alcool délie beaucoup de choses.

    Sinon le plus gros signe de richesse chez Laurent c’est sa boite remplie d’etiquettes de cigares

  • Bruno dit:

    Bonjour à tous les 2!

    Ben mes salops, vous vous êtes lachés (1 heure)!
    J’ai encore appris certaines choses sur le passé quelque peu obscure de l’ami Rodrigue!
    Concernant le dropshipping, je pense qu’il est nécessaire de préciser qu’il faut bien choisir ses fournisseurs et ses produits, car dans certains cas c’est le miroir aux alouettes!
    Rodrigue nous avertit d’ailleurs à juste titre concernant la législation en vigueur.
    Bonne continuation à tous les deux.
    Amicalement,
    Bruno

  • Adrien dit:

    Voilà une interview très intéressante. Je propose moi-même du dropshipping (mobilier design) pour ceux qui veulent se lancer dans l’e-commerce.

    Même s’il est vrai qu’au début c’est toujours un peu laborieux, cela reste un procédé gagnant-gagnant et donc pérenne.

  • HeyWatch dit:

    Enorme, un régal :) Mention ultra exceptionnelle à la coupe de Rodrigue que je n’avais pas encore eu le temps de commenter suite à un WE surchargé. Outre la qualité du podcast de Laurent, je viens de découvrir une nouvelle branche du référencement : le Punk SEO :D

    Bravo à vous 2 ;)

  • Louis dit:

    Très intéressant ce podcast avec Rodrigue.
    J’ai souvent croisé Rodrigue sur de nombreux blog seo et plus ou moins apprécié ses remarques souvent piquantes dans les commentaires.
    Mais j’avoue aussi que ne connaissant pas le personnage, ses objectifs, je le voyais un peu comme un vendeur de rêve qui en plus avait un gravatar qui sans l’historique m’a tout de suite donné une très mauvaise image.
    Mais c’est avec plaisir que je découvre quelqu’un de bien différent et de très intéressants par dessus le marché !
    Bravo à vous deux et bonne continuation.

  • Christian dit:

    Salut Laurent salut Rodrigue,

    je ne pouvais pas rater ça, juste trouver le temps.
    Je te dis que j’ai pas tout compris? Non, je te le dis pas…tu le sais.

    Notamment quand on parle d’automatisation et que Laurent dit, « si un idiot peut le faire… »..;heuuu, tu lui avais parlé de moi, ou quoi.

    Parenthèse pour Honk-Kong, trois mois pour un produit promis sous 15 jours plus blocage à la douane et amende plus cher que le prix du bidule.
    Un hélicoptère télécommandé pour mon fils…pour Noël.

    Bon, c’était pour l’anecdote mais moi, j’aime bien quand on me dit, votre colis a été posté aujourd’hui…et j’aime encore mieux quand on me dit « avec ce numéro, vous pouvez suivre les étapes… ».

    Heuu, si vous voulez un témoignage sur le contenu de la formation D’OR, je connais quelqu’un qui peut vous filer des tuyaux.

    Maintenant, puisqu’on en parle, « une formation blogging »…comme dit Laurent pourquoi pas vendre les bases compilées en prenant un ordre chronologique concernant les choses à faire, techniques, plugins et configuration, référencement… pour 50 euros par exemple…en proposant une mise à jour prévue en complément pour quelques cacahuètes en plus.

    Ca, ça va leur couper complètement l’herbe sous le pied. Proposer la même chose (c’est à dire un truc qu’on peut compiler en 100 pages) à un prix défiant toute concurrence (surtout la leur).

    Il n’y a RIEN dans leur formation. Navet creux ou le vide donne une idée de l’infini par rapport à ce qui est promis.

    Enfin, je vais pas commencer là-dessus, hein Rodrigue, sinon je vais écrire un bouquin.

    Bravo pour un parcours qui respire le bon sens.

    @+
    Christian.
    P.S.: pour le paradis fiscal, on peut se joindre en privé…:D

  • incomabord dit:

    ça fait plaisir d’entendre des gens « parler vrai » autours du web, ça permet de démystifier un peu et de nous faire (re)découvrir cet univers.

  • LaTomate dit:

    Salut Laurent et Rodrique
    Merci à vous pour ce podcast bien intéressant !

    Du coup j’ai trouvé le site de AA, le fameux vendeur de rêve dont vous parlez! Je serais curieux de savoir combien de personnes se sont fait prendre, ça sonne quand même un peu fumeux comme histoire non ? Ca serait intéressant d’avoir l’avis de qqn ayant suivi la ‘formation’…

    Sinon, j’ai l’impression que vous mettez un peu les vendeurs de pelles et les charlatans dans le même sac … Il faut bien des pelles pour creuser non ? … Même si perso, j’aime bien creuser avec les mains (avec des sites codés façon old school sans CMS ; )

    En tout cas moi aussi je découvre le dropshipping, j’avoue que ça donne envie d’essayer. Et cette fois je vais peut-être même utiliser des outils un peu modernes !

  • Laurent dit:

    @Samuel : je t’ai fait une réponse un peu décousue.
    Tu peux tout à fait gagner de l’argent avec un blog et des systèmes de monétisation basiques comme Adsense et affiliation.
    Le hic est qu’il te faut un gros volume de trafic. En plus, la thématique est clef. Le concept de bloguer sur tes passions n’est pas forcément une super idée, sauf si tu adores le rachat de crédit, l’immobilier et tous les sujets à fort potentiel rémunérateur.
    Manque de bol, ce sont aussi les thématiques les plus concurrentielles.

    @LeJuge : ahah tu reviendra et on verra si on arrive à faire 10 ou 20 mns !

    @Bruno : oui les bons fournisseurs sont la clef. Une idée est de transformer un grossiste ou un affilieur en dropshippeur.

    @Adrien : yes Rodrigue est un Punk Blogueur !

    @Louis : la vidéo rapproche un peu plus, mais c’est encore plus chouette lorsqu’on se rencontre IRL.

    @Christian : la logistique est un vrai casse-tête. De ma propre expérience, Honk Kong est plutôt pro, mais il y a des loupés partout.
    Pour Olivier Groland, j’ai vu toute sa formation.

    @incomabord : merci.

    @LaTomate : y a un podcast pour ça http://www.laurentbourrelly.com/blog/1275.php

  • LaTomate dit:

    @Laurent : Ah oui merci, effectivement ça a l’air bien craignos ce groupuscule Amacker, Roland et compagnie…
    Oups, j’vais peut-être visionner les podcasts dans l’ordre chronologique finalement ; )
    Merci encore …
    Au fait, c’est pour quand le podcast sur l’optimisation fiscale ? ; )

  • Nix dit:

    Yeah, ça roxxe grave dans le podcast ! J’aime bien le côté humain (après la fille de Stéphane qu’on voit en vidéo, Rodrigue parle de son fils et de son frangin) qui rassure un peu : ces gens sont bien vivants et ne vivent pas de virtuel contrairement à ce qu’on pourrait penser. Ils prennent des risquent, se tolent parfois, mais se relèvent en cherchant à apprendre de leurs erreurs, sans gloire et sans honte.