AccueilRéférencement ➟ Le concept du Gratification Linking : référencement organique pour 2010

Le concept du Gratification Linking : référencement organique pour 2010



Avec l’essor des blogs hautement narcissiques par essence, le Web est devenu largement égocentrique. Je veux bien faire quelque chose pour toi, mais que vas-tu d’abord faire pour moi ?

Afin d’engendrer des liens de manière spontanée au sein d’une stratégie de référencement organique, il faut désormais s’attacher à apporter une gratification pour le site qui va se dévouer à émettre un backlink.

C’est à l’occasion d’un billet en Guest Blogging chez Axe Net que j’ai mentionné cette notion de Gratification Linking (Lien Gratifiant). A présent, je voulais revenir sur ce concept plus en détails.

En 2010, il faut donner pour recevoir car le reste ne suffit pas forcément.

Le Web égocentrique

Il n’y a rien de révolutionnaire dans les actions de Gratification Linking qui extrapolent sur le concept du LinkBait. C’est à l’occasion d’une discussion avec Rand Fishkin que cette notion s’est précisée à mes yeux.

Le succès est quasiment garanti car directement gratifiant pour celui qui daigne effectuer un backlink. Le Gratification Linking est efficace car il capitalise sur un trait de caractère fondamental chez l’humain et tout particulièrement chez le blogueur ou webmaster.

Le Web est devenu égocentrique tout simplement parce que le blog est fortement recentré sur le blogueur. Tout ce qui se rapporte au blogging comporte des facettes narcissiques et égocentriques. Sans rentrer dans les détails, il est aisé de comprendre qu’un blogueur s’intéresse surtout  et avant tout à lui-même. Toute la mentalité du Web a évolué dans ce sens jusqu’à arriver à une situation où il faut réfléchir à ce qu’on va offrir avant de pouvoir demander quelque chose. Le narcissisme étant le propre de l’être humain, Internet n’a fait que sublimer cette mentalité.

Maintenant que j’en ai terminé avec l’analyse à deux balles de la psychologie du blogueur et du webmaster, nous pouvons entrer dans le vif du sujet.

Rien de bien grave à la constatation que le Web est franchement égocentrique et narcissique. Finalement car nous allons profiter de ce vilain défaut pour le transformer en avantage afin de recevoir des backlinks de manière totalement spontanée. Il suffira de donner quelque chose qui sera valorisé de telle manière que cela mérite un lien de retour.

Au début était le lien

Si vous demandez conseil afin d’être bien référencé, on vous répondra forcément que le contenu est roi. Publiez du contenu de qualité et votre site obtiendra des backlinks, additionnant les deux composantes primaires qui propulseront votre site au firmament des résultats de recherche.

Sauf que, j’ai une mauvaise nouvelle à annoncer car bon contenu ne suffit pas forcément aujourd’hui pour obtenir des liens. D’autant plus qu’il faut créer ce foutu contenu digne d’intérêt ! Auparavant, c’était vrai qu’un bon contenu générait un référencement organique décent, mais produire aujourd’hui un contenu suffisamment intéressant en volume conséquent est un challenge qu’il est plus facile à conseiller qu’à réaliser.

Puis, le concept du LinkBait (appât à liens) est arrivé. Cela consiste à inciter au backlink en proposant du contenu qui suscite l’attention.

Désormais, il n’était plus forcément nécessaire de se décarcasser pour produire un contenu digne du Prix Pulitzer, mais plutôt de se débrouiller pour interpeller. N’importe quoi convient du moment que ça interpelle ou que cela s’avère utile.

Nous sommes en pleine ère du buzz à gogo qui ne surf pas toujours dans le bon goût. En développant une accroche suffisante pour engendrer des liens, le site profite d’un référencement organique qui va augmenter sa popularité.

Maintenant, j’ai encore une autre mauvaise nouvelle car le nofollow, le raccourcisseur d’URL et le micro-blogging ont bien mis à mal cette stratégie. Dans les actions de LinkBait, nous ne maîtrisons pas forcément la construction du lien, donc il est fort probable que celui-ci soit réduit à néant en termes d’apport de popularité propice au référencement.

La bonne nouvelle est qu’une solution existe…

Gratification Linking : comment ça marche ?

Le truc est que certaines actions de LinkBait sont du Gratification Linking. Il s’agit simplement de focaliser sur l’utile plutôt que chercher à interpeller – les deux notions étant incluses au sein du LinkBait. Il faut profiter du trait de caractère égocentrique des bloguers et webmasters pour proposer un élément assez gratifiant afin d’engendrer spontanément un lien de retour.

Par souci de rester ciblé, je vais strictement discuter les actions visant à générer des liens spontanés. Ainsi, je laisse de côté tout un aspect du Gratification Linking qui concerne la chasse aux liens de manière macroscopique. Par exemple, la traduction de billets et le Guest Blogging vont dans le sens de la méthode présente, mais n’engendrent pas des liens de manière organique. Quelques très bonnes idées pour générer des liens sur le plan macroscopique dans la lignée du Gratification Linking sont données dans le billet de Léo cité en fin d’article.

Vous pourrez reconnaître certains exemples de Gratification Linking qui figurent parmi les actions de LinkBait depuis longtemps. Encore une fois, il s’agit de resserrer les actions sur ce qui va inciter au maximum tout en contrôlant la manière dont est posé le lien.

Cela peut être un template pour WordPress qui inclut un lien vers le concepteur en bas de page. Je propose gratuitement un template. C’est gratifiant pour le blogueur qui peut habiller son blog selon ses désirs, donc le lien de retour sera mérité. Comme dans mon cas, le bloguer peut payer le créateur du template et le lien disparaît sous la forme d’une rétribution différente du lien. Wikio est aussi un bon exemple de Gratification Linking au travers de son Top Blogs qui propose aux sites classés d’utiliser un badge affichant leur classement tout en émettant un backlink vers Wikio.
Par contre, il faut prendre garde d’agir avec soin. Je viens de tester GetClicky, un outil statistiques en temps réel très sympa, mais le bouton incluant un backlink est tellement moche que j’ai carrément enlevé cette partie du code.

Ce n’est pas très sympa de ma part, mais GetClicky a omis de respecter le blogueur en imposant quelque chose d’immonde. Je préfère ne pas utiliser l’outil statistiques, plutôt que laisser le vilain bouton.

Pour l’instant, je triche afin de tester l’outil, mais il est indéniable que je vais recevoir un mail m’indiquant de payer ou remettre l’abominable bouton. Pour un exemple parfait d’intégration, il suffit de voir comment FeedBurner utilise de manière parfaite l’idée du Gratification Linking tout en respectant la charte graphique du site grâce à un outil d’édition graphique du bouton.

Cela dit, nul besoin de proposer un outil statistique innovant ou posséder la puissance de feu de Wikio pour inciter à poser le badge de son classement Top Blogs.

Parfois, il suffit simplement d’optimiser quelque chose qui existe déjà. Comme n’importe quelle affiliation qui doit construire avec soin son lien de tracking afin de bénéficier d’un backlink. Développer un template WordPress n’a rien d’insurmontable et les liens vont s’accumuler en récompense. Il serait même possible de la jouer fine avec un plugin. En passant, Comment Luv a loupé le coche en omettant se rétribuer d’un backlink. Pourtant, c’était possible d’obtenir un backlink pour chaque commentaire de chaque blog qui utilise ce plugin (affichage du dernier post du blog de la personne qui pose un commentaire).

En résumé, il faut apporter un bénéfice ou une gratification grâce à un service ou outil. Le Gratification Linking doit se dandiner sur une fine ligne qui consiste à donner avant de recevoir, mais surtout de prendre garde à respecter au plus près celui qui va être intéressé. Le gros avantage consiste dans la maîtrise du format de liens lorsqu’on sait comment procéder. A l’heure où tout le monde pleure parce que le backlink est mal en point, c’est tout de même assez remarquable pour être utilisé.

Et après  le Gratification Linking?

Le contenu roi est de la foutaise. Plutôt, c’est un conseil à la noix car il n’est pas donné à tout le monde de pouvoir publier quelque chose de suffisamment intéressant pour d’engendrer des liens spontanés. Vous pouvez envoyer paître de ma part le prochain qui vous donne ce conseil foireux datant de 2002.

Attention, je n’ai pas dit qu’il n’était pas souhaitable de produire du bon contenu ! Je dis simplement que ce n’est pas à la portée de tous et surtout que ça ne suffit pas forcément. De plus, le LinkBait n’est pas aussi performant que prévu car il y a beaucoup plus d’actions qui font « flop » plutôt que « bang ».

La stratégie de référencement organique actuelle et future doit être active dans la maîtrise de l’action et du format de liens. Au-delà du Gratification Linking, il est possible d’imaginer qu’il faudra donner encore plus pour recevoir. Ce n’est pas forcément un désavantage car donner plus peut aussi se traduire par plus de maîtrise. Si je dois me creuser les méninges et investir pour développer l’outil ou le service qui apportera un bénéfice conséquent, j’ose imaginer que le retour sera en conséquence.

Vraiment, il n’y a rien de compliqué de nos jours – pas plus qu’hier. Bien entendu, c’est difficile ou plutôt c’est moins facile qu’avant, mais ne venez pas me dire que c’est compliqué.  Il existe toujours des solutions pour choper des liens et ce n’est pas Leo qui me contredira.

Merci à Jean Boucher pour la photo Will Work 4 Links

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.



61 réponses dans “Le concept du Gratification Linking : référencement organique pour 2010”

  • HIHA! dit:

    Le concept est très intéressant même si j’ai du mal à voir plus loin qu’un thème WordPress pour un blogueur.

    Selon moi, le problème est que justement sur un thème WordPress on va avoir un lien ddepuis le footer de dizaines de sites construits de la même manière, et je me demande si cela n’a pas un effet négatif car Google pourrait trouver cela suspect.

    Après sur le concept exposé, l’idée est bonne et bien développé ;)

  • Christophe BENOIT dit:

    Dans la lignée du gratification linking, la méthode qui consiste à proposer ses articles à d’autres sites après les avoir publié chez soi (avec rel canonical, lien vers l’article original et délai de publication long permettant aux robots de bien identifier la source) est aussi à la mode en ce début d’année.

  • Littlebuzz dit:

    J’aime bien l’idée, mais comme tu le dis si bien, si ce n’est pas compliqué sur le fond, pour la forme se sera une autre paire de manche. A plus forte raison si ton site est de type boutique / corporate …

    J’ai une vraie réflexion à avoir sur le sujet, mais comme HIHA! je ne miserai pas sur les templates, le lien footer n’étant pas assez valorisant pour le créateur.

  • Pink Hat dit:

    Ou sinon, on se présente sous le pseudo Tatiana sous un forum seo ou de webmaster et on demande de l’aide et des conseils. On se retrouve souvent avec des liens et des conseils non négligeables.

  • Léo, Blog PROPULSR dit:

    Merci pour cette explication Laurent (et merci beaucoup pour le lien).

    Je dois avouer que lorsque j’ai lu ton article sur Axe Net j’avais du mal à visualiser le concept de gratification link, mais ce billet à tout éclairci : outre la création, la traduction d’un article ou d’un plugin WP rentre bien dans ce moule (comme tu l’as dis hier).

    Les boutons de partages d’articles (twitter / digg-like, bookmarking) sont eux aussi très proche du modèle (comme l’a remarqué Kevin Rose lors de la conférence Future of Web App).

    Pour Clicky ne t’inquiètes pas, ils sont tout à fait OK avec ce que tu as fait. Ils expliquent même comment faire pour enlever l’image sur leur FAQ :).

    Encore une fois merci pour la clarification.

  • Jimmy dit:

    Merci pour cet article, c’est un bonheur de trouver ce dernier lorsqu’on se forme au SEO ! ;) Bravo.

  • Aurélien dit:

    Hello Laurent,

    Je partage plusieurs affirmations que tu proposes dans ton billet.

    Toutefois, j’aurai ajouté dans ta partie pyscho « le backlink peut rendre fou et con ». Vouloir déployer des actions pour in fine récupérer des backlinks, retire parfois à la démarche tout son charme.

    Si nous en sommes rendus là aujourd’hui c’est à dire : « égocentrisme, vanité et démarche forcément intéressée », c’est bien triste.

    J’avoue être parfois gêné lorsque l’on me dit « salut, tu peux faire cela et en échange je te donne cela ? ».

    Je m’éloigne ici de ce que tu décris dans ton billet concernant les services et outils pour finalement plus m’interesser aux échanges C2C plutôt qu’aux interactions B2C.

    Dans un cadre de business, les actions / investissements doivent forcément engendrer un bénéfice, ce qui est normal dans un environnement concurentiel.

    Parfois, entre « potes » des web, des actions ne doivent rien attendre en retour direct ou alors de manière totalement implicite. Les retombées peuvent être bien plus fortes et déboucher sur des « partenariats » (implicites) durables, voir sur de véritables amitiés.

    Je ne suis pas si je suis très clair ou si mon commentaire entre bien dans le cadre de cet article…

    Enfin, il faudrait aussi se poser la question du traitement du « Gratification Linking » par Google. Est ce que ce type de lien représente une recommandation aussi forte qu’un lien éditoriale ? Etc.

    J’ai bien entendu un avis sur la question mais cela mérite un questionnement.

  • Axenet dit:

    C’est amusant, plus je lisais l’article, plus je pensais à l’article de Léo (entre autre).

    Et vu que tu n’oses peut-être pas, je m’empresse de mettre un lien vers ici sur ton article de mon blog ;-)

  • Laurent dit:

    @ HIHA! : c’est clair que je me suis arrêté à la génération de liens spontanés. Pour un blogueur, tu peux tout à fait entreprendre ta démarche dans le même sens pour travailler l’acquisition : guest blogging, traduction, etc. Je n’ai pas voulu en parler pour rester ciblé, mais le billet de Leo cité en fin d’article est une très bonne leçon dans ce sens.
    Pour moi, il n’y a aucun problème avec les liens en footer WP. C’est un endroit bien plus propre que le Blogroll par exemple.

    @Christophe BENOIT : suite à vos deux commentaires, je vais peut-être écrire un nouveau truc justement pour les cas personnels. La méthode citée concerne les liens organiques; ce qui n’est pas le cas que tu cites. Tout en sachant que le guest blogging et la traduction sont tout à fait dans la même lignée.

    @LittleBuzz : c’est fait pour toi; justement si le site est une boutique ou corporate. Il faut un minimum de moyens afin de mettre en place la stratégie, mais ce n’est pas très dur.

    @Pink Hat : un prochain billet sur le eWhoring est en préparation ;)

    @Léo : ton article complète parfaitement le mien où je voulais m’arrêter à la génération spontanée de liens. D’autres techniques que tu cites rentrent dans la lignée du Gratification Linking, mais ne sont pas organiques.

    @ Jimmy : merci

    @Aurélien : j’ai volontairement laissé de côté les services entre potes car ça reste anecdotique par rapport à la masse du Web. Bien sûr que je vais te faire un lien et même un article complet sans espérer de retour, mais remets en perspective par rapport à 99% des sites qui galèrent pour populariser.
    Est-ce que c’est le type de lien le plus pertinent ? Sans doute pas, mais ce n’est pas un spam pour autant.

    @Axe : je vais aussi éditer cet article afin de préciser que je focalise sur la génération de liens spontanés.

  • Blog référencement dit:

    Je suis complétement d’accord avec ton article.
    Et il n’y a rien de plus compliqué qu’avant en effet, il suffit de s’adapter au changement plutôt que de râler à la moindre modification des algos!

  • Léo, Blog PROPULSR dit:

    @Laurent – « organique » est effectivement la façon la moins fastidieuse de développer ses liens.

  • Manny dit:

    Tout à fait d’accord avec l’article, et plus particulièrement sur la création de thèmes wordpress. Après plusieurs mois les mains dans le cambouis, on peut en bidouiller un facilement et le proposer à d’autres en profitant de ce linking de gratification,et j’y pense déjà depuis plusieurs semaines. L’échange d’articles en fonction de leur date de parution, comme souligné par Christophe Benoit, est également une piste intéressante.

  • slc71 dit:

    Bonjour Laurent, tout d’abord je suis ravi de voir ton avis sur le contenu, que je partage, en ayant un exemple très précis en tête, que tu dois connaitre ;)
    C’est vrai que les liens ont été , ou sont le nerf de la guerre, ce qui en rend parfois certains « fous et cons » comme le dit Aurélien.
    Je pense que le gratification linking peut être très efficace avec une bonne méthodologie.
    Avec son aspect naturel aux yeux de google, cette technique à toutes les chances d’être pérenne
    Après à chacun de trouver ou d’acquérir les compétences dans son domaine pour développer cet aspect du linking

  • Japonais dit:

    En effet, ton approche est intéressante.
    Je suis aussi persuadé que pour obtenir des liens en retour, il faut :
    – avoir un contenu unique et intéressant
    et / ou
    – proposer (comme tu le dis) un service ou un produit (tempate, app’…)

    mais pour des gens qui, comme moi, ne connaissent rien en code, ça devient difficile car en plus de blogger, il faut savoir « créer » !

  • Blog Paradi-SEO dit:

    C’est en fait une évolution du web de pair avec la société. Aux débuts de l’internet dans les années mi 90’s les liens étaient vraiment naturels et la plupart désintéressés. Google devra sûrement continuer à faire évoluer son algo pour tenir compte de ces changements, par ex. en attachant plus d’importance aux réactions des internautes (comme insinué au début de cet article sur le taux de rebond ) et peut-être moins aux backlinks ??

  • Robin dit:

    Juste en passant si tu veux essayer un peu plus longtemps le service getclicky gratuitement n’hésite pas à mettre un position absolute. Le lien sera encore pris en compte (contrairement à l’attribut hidden) et même si c’est un peu méchant c’est mieux que le faire disparaître totalement.

    La disparition du rétrécisseur automatique sur twitter à un peu modifier la donne sur ce dernier et permet de récupérer jusqu’à une vingtaine de liens (dofollow) par tweet grâce aux services « tierces » même si l’ancre est berk.

    Je rejoins ton avis sur le fait que les webmasters sont de plus en plus égocentriques moi le premier en dehors de la sphère et de mon blog qui sont deux petits ilôts :-)

    Je fais un petit crochet par (et sur) le nofollow qui je pense est très connexe à cet article, je préfère que l’on ne me fasse pas de lien dans un billet plutôt qu’un lien en nofollow, je le prendrai comme une … insulte !?

  • Jean Boucher dit:

    Tu entreprends la nouvelle année en Lion Laurent, j’ai adoré cet article.
    Le nerf de la guerre c’est le lien, le lien serait-il devenu la monnaie d’échange sur l’internet.
    Will Work 4 links!

  • Laurent dit:

    @Blog référencement : certes il faut plus d’efforts et il faut être plus pointu, mais franchement ce n’est pas pour me déplaire. Le métier pourrait devenir plus cohérent et professionnel.

    @Léo : l’un n’empêche pas l’autre, mais ce n’est pas désagréable de recevoir des liens sans actions macroscopiques. Entre 1000 footers WP « spontanés » et 100 blogrolls « négociés », je prend les footers.

    @Manny : en dehors des templates WP, il existe une infinité d’outils et services qui sont capables de mériter une rétribution sous forme de liens. J’ai l’exemple du template car je suis également en train de bosser dessus.

    @classe de neige : ah faut suivre tes anchor :D Etre rétribué pour un service ne passe pas dans la catégorie de « gonflage artificiel de popularité ». Je suis 100% serein qu’il n’y a pas de risque d’être pénalisé avec de telles actions.

    @Japonais : pas besoin de savoir coder pour créer un outil ou d’être graphiste pour créer un template. Faut disposer d’un budget par contre…

    @Blog Paradi-SEO : yep il ne faut pas se battre contre les évolutions naturelles. Au contraire, il faut trouver le moyen de s’adapter. Je pense que mon exemple en est la flagrante illustration. Tu as raison de mentionner le taux de rebond. C’est un des éléments les plus importants et peu savent comment l’analyser et l’améliorer.

    @Robin : pour l’instant, je vois de grosses incohérences entre les données sur GetClicky et GG Analytics. Tu as raison pour le planquer en CSS. C’est mieux que l’éliminer. Peut-être aussi en z-index conviendrait.

    @Jean Boucher : « Will Work 4 Links ». Tu m’as inspiré et je viens d’ouvrir Photoshop. Merci

  • Marie dit:

    Linkbaiting, gratification linking, personnellement ça me fatigue cette manie de vouloir absolument donner un nom à des actions qui font que les liens vont se mettre en place. Moi j’appelle ça netlinking, au sens large ;)

  • Jean-Philippe dit:

    @Marie : Ce sont les noms savants qui sont donnés à une même chose. Au moins, chacun peut donner sa définition et son point de vue.;)

    @Laurent : Tes techniques fonctionnent uniquement sur des sites à larges publics. Le backlink avant d’être nombreux doit être de qualité. Or, je vois mal le blog de microsoft citer apple et vice versa, ça se fait uniquement dans la confédération des référenceurs ou geeks qui se félicitent l’un l’autre à mon avis et s’échangent des bons procédés entre eux d’après ce que je vois depuis les quelques mois où je passe 80% de mon temps à lire ce qu’ils disent.

    Si l’on prend le cas de blogs d’entreprises (une catégorie que Wikio va lancer d’ailleurs d’après le mail que j’ai reçu de leur part), leur classement basé sur le netlinking entre blogs d’entreprises ne servira à rien.
    Je vois mal les entreprises faire un lien pour un contenu présent sur le site de leur concurrent qu’ils auront trouvé en faisant leur veille.
    En relayant les infos, tu auras perdu un client potentiel du fait que tu auras linké sur ton petit blog un article les concernant.
    Ton billet condamenerait il les sites B2B dans l’avenir ?

    Si tu ne peux pas te faire linker par tes concurrents, il te reste à innover en espérant que ce que tu dis sur un blog d’entreprise sera un jour ou l’autre repris dans un forum thématique.

    A moins de jouer le sauvage pour obtenir des liens douteux sans jus.

  • Laurent dit:

    @ Marie : tu me dis « netlinking » et je vais te répondre « mais encore ? » Ou alors il n’y a qu’à appeler tous les fromages sous ce terme générique et on verra comment tu le prendras si ton Bleu d’Auvergne se confond avec la Vache qui Rit.

    @Jean-Philippe : cette stratégie convient à tous ceux qui sont ouverts sur le Web. La plupart des sites d’entreprises sont totalement hermétiques et d’ailleurs ils s’en foutent carrément de populariser. Pour en avoir audité un paquet, le gain de backlinks n’est pas du tout à l’ordre du jour. Ils n’ont qu’à s’ouvrir au Web et comme par magie le Web va s’ouvrir à eux.
    Cela dit, il reste toujours des solutions. N’importe quel secteur d’activité est en demande pour des outils ou services. Au travers de ces outils et services, il est possible d’acquérir des liens. Si ce n’est pas vers le site principal, il n’en demeure pas moins que ça permet de booster une partie du réseau. C’est en effet une précaution à prendre pour ne pas « froisser » les susceptibilités.

  • Marie dit:

    @laurent : tu auras raison d’appeler ça « fromage » car de toutes façons le commun des mortels (dont tu fais partie) ne sait pas faire la différence entre une Fourme d’Ambert et une Fourme de Montbrison. ;)

    D’autre part ce concept que tu nommes « gratification linking » existe depuis que le web est web! Je ne saisis pas pourquoi tout le monde s’extasie ici. Nous l’utilisions par exemple en 1998, quand je travaillais dans une association faisant la promotion de la randonnée. Nous offrions aux sites webs la possibilité de récupérer des circuits de randonnées, avec photos et plans, prêts à télécharger, pour agrémenter leur site, en échange d’un BL. Donner pour recevoir, c’est une méthode qui a toujours fonctionné et qui fonctionnera toujours.

    Ceci dit, ton billet reste agréable à lire et s’il peut faire prendre conscience à certains que le netlinking ne passe pas que par la page « partenaires », ça serait déjà un progrès énorme :)

  • Jean-Philippe dit:

    @Laurent : Certes les sites d’entreprises comme tu le signales sont totalement hermétiques et peu d’entre eux s’intéressent au référencement.

    Le jour où ils s’y intéressent, il y a toute une culture d’entreprise à revoir et ce n’est pas souvent évident à voir.

    En ce moment, pour obtenir ces liens gratifiants, j’ai opté pour des conseils gratuits qui seront donnés à ceux qui le souhaitent. Au bout de 3 jours, mon réseau de site commence à obtenir des liens de sites assez intéressants.

    Il faut donc donner pour recevoir comme tu le dis mais ceux qui ne pensent qu’en ROI lacheront prise moins de 6 mois après la mise en place de tels outils/services.

  • Laurent dit:

    @Marie : où as-tu vu que c’était nouveau ? J’évoque une tendance conséquente à une évolution, mais je ne vois pas où j’ai prétendu inventer quelque chose ? Par contre, je prétends resserrer les boulons et préciser où nous en sommes.
    Si tu trouves que la mentalité du Web d’aujourd’hui ressemble à celle de 1998, tu dois avoir raison et il n’y a pas besoin d’être plus précis dans les stratégies.

    @Jean-Philippe : tout à fait à propos du ROI. Ça reste un souci pour ceux qui souhaitent des promesses avant de se lancer. On peut faire des estimations à la louche, mais vraiment histoire de prétendre car la réalité peut s’avérer tout autre.

  • Marie dit:

    « où as-tu vu que c’était nouveau ?  »

    Bé c’est le fait de sortir un nouveau terme de ton chapeau qui m’a fait penser que tu parlais d’un truc nouveau :D
    C’est peut-être de vouloir nommer toutes nos actions qui est nouveau? ;)

  • Laurent dit:

    L’action est spécifique en réaction avec une évolution, méritant tout à fait un appellation qui permettre de définir exactement de quoi il s’agit.
    C’est clair que je ne peux pas me faire comprendre auprès de quelqu’un qui pense SEO toujours comme en 1998.

  • Marie dit:

    J’étais tellement en avance sur mon temps, que veux-tu?

    Et si tu découvres aujourd’hui des techniques qui sont utilisées depuis plus de 10 ans, je ne peux rien pour toi :D

  • aSeed dit:

    On parle ici du détournement d’une technique très utilisée dans le milieu des scripts open-source. Qui a peut-être servie a développer l’entre-aide et apporter un soutien financier à ceux qui savaient monnayer ces bénéfices en termes SEO.
    Je dis ça, je dis rien, mais apparemment http://script.aculo.us/ est repassé à PR7
    Merci pour le billet

  • Le juge dit:

    Merci pour cet article qui precise pas mal de chose par rappor a la maniere d’aller a la chasse au lien.

    Je connaissais deja le concept et je l’utilisait deja avec de nombreux clients a moi. Je n’avais pas penser a certain petits truc dont tu parles dans la mesure ou pour moi il est plus facile de developper du contenu interessant ou de faire l’entremetteur pour faire obtenir des guests bloggers.

    Il n’est pas forcement plus facile de faire un template wordpress ou autre application.

    reste que certaines de ces idees sont tres tres bonnes et je vais commencer a me pencher sur la question plus serieusement

  • Superrefman dit:

    Bon ben toi tu sais y faire avec le contenu ;)

    Avec mes quelques connaissances en PHp, je procède souvent ainsi pour récupérer des liens…Un script par-ci, un script par là…Pas forcément le top du top…Un petit truc qui affiche les 10Derniers twit sur une page web sont déjà un sacré coup de pouce pour les Webmasters…Si on peut y glisser un petit « Powered By » en bas, pourquoi ne pas en profiter…

    Les jeux sont aussi une chose à utiliser : « Si tu viens sur mon site par un lien sur un autre site, tu verras d’autres choses » …Presque inévitablement, le visiteur curieux ajoute un BL sur son propre site pour voir…

    Au Webmaster ensuite de vérifier les Ancres de ses liens…Si dofollow il y a…ETC ! Pas mal de chose en fait.

    Le tout étant de bien faire fonctionner la cervelle.

    Merci en tout cas, très sympa comme article Laurent.

  • inscription dit:

    Je ne suis pas sur que tous les blogs soient égocentriques. Regarde le tien par exemple qui nous laisse commenter en dofollow, c’est de la pure générosité ! ;-)

  • Bloguer ou ne pas bloguer » Histoires de genoux dit:

    [...] vie du Web : Le concept du Gratification Linking : référencement organique pour 2010. Aurais-je changé en disant que, pour ma part, j’en resterais aux liens partagés, en effet, [...]

  • referencement dit:

    merci pour cet article très enrichissant.

  • Referencement gratuit dit:

    Félicitation pour avoir (découvert, euh..) donné un nom, à cette technique. Pour les pures développeurs, c’est une approche intéressante. Pour d’autres, ça peut être se compliquer la vie pour peu de chose.

  • Sam dit:

    Effectivement dans l’idée du gratification linking avec le site pokerice que nous référençons nous avons développé un jeu flash que chacun peu intégrer sur son site. Avec le petit lien qui va bien!

    On verra si ça marche …

  • julienb dit:

    Tiens – petit exemple de gratification linking qui marche bien … moi ;op l’annee derniere j’ai aide a mettre en polace le site du mois de la francophonie au TExas (http://www.francophonie-texas.org) et je peux vous dire que depuis ca me rapporte du linkJuice bien gras … avec des liens provenant des consulats locaux (france, suisse) ainsi que de tout un tas d’organisation en charge de la francophonie et sans compter les sponsors… je profite de liens provenant d’un site relativement de « confiance »…

    Comme quoi de temps en temps un peu de benevolat …

  • Sylvie Laflamme dit:

    Merci beaucoup pour cet excellent article. J’ai beaucoup apprécié les excellentes idées à tester mais surtout le ton employé et la simplicité des explications.

    C’est très rafraîchissant !

    Enfin quelqu’un qui sait suffisamment de quoi il parle pour trouver des mots simples pour que tous et chacun comprennent au lieu de vouloir à tout prix nous démontrer sa « supériorité » en nous lançant des termes que peu de gens comprennent.

    La vulgarisation n’est pas un art maîtrisé par tous mais là, vraiment c’est parfait et j’en redemande ! ;-)

    Amicalement,

    Sylvie

  • christian dit:

    Salut et vite , le seul mot qui va bien: »FORMIDABLE ». Je ne suis pas une bête mais j’ai tout compris, c’est clair, net et précis. Ah, pourrait-on rêver d’intervenants aussi performant avec les explications et les outils qui vont plus que bien. Un grand MERCI et SUPER FELICITATIONS.
    Christian

  • Réf dit:

    Il est vrai que cela devient un peu pénible de vouloir donner des noms à tout, en ce sens je rejoins Marie même si l’article est intéressant comme toujours…

  • win dit:

    Si un article est bon, il se fera retrouver tôt ou tard. C’est pour les articles moyens qui faut jouer des pied et des mains.

  • jean-Frédéric Berger dit:

    Bonjour Laurent,

    J’ai découvert votre article et le concept de gratification linking par l’intermédiaire de Jérémy et de son Club SEO.
    je vous laisse ce message pour vous informer que je mentionnerais ce concept dans les définitions mise à jour du Lexi Web 2010, qui paraîtra pour juin avec le lien de votre article.
    je suis à votre disposition si vous souhaitez lire la définition avant publication.

    Cordialement
    Jean-Frédéric Berger

  • cedric dit:

    bonjour

    Laurent très bon article qui m’a permis de donner un nom a ce que fais depuis un bon moments sur mes sites,mais le résultats pour l’instant est assez mitigé
    j’ai cependant la satisfaction d’avoir fait plaisirs et découvrir au détour d’une recherche que un petit lien

    cordialement cedric

  • L'art et la manière du commenaire sur un blog dit:

    [...] à l’esprit que l’image donnée par cette pratique est plutôt égocentrique. Sauf que tout le Web est devenu égocentrique, alors [...]

  • marc dit:

    J’aime bien l’idée du concept de gratification linking sur les blogs.
    Si un plugin WordPress sort a ce sujet j’aimerai bien en être informé.ça intéresse.

  • Acouphene dit:

    Concept plaisant en effet : on a tendance à oublier que l’utilisation du mot « surfer » pour qualifier la « navigation » sur le web n’est pas due au hasard. Surfer c’est du plaisir, c’est aussi se laisser guider et être prêt à tout moment à suivre une nouvelle vague… ou éviter un baigneur imprudent ;-)

  • M-Bernadette dit:

    Merci pour vos explications qui ont le mérite d’être claires.J’aurai au moins enrichi mon vocabulaire. Car d’un autre côté, pas grand chose n’est possible, sans avoir une bonne connaissance générale au moins des codes, ma galère…y aurait-il une issue au moins pour ceux qui ont des idées? ah,un peu hors sujet mais d’importance, pendant que j’y suis rendriez-vous service à l’humanité en demandant aux américains de sous-titrer leurs vidéos, du moins celles qui sont sans texte?* rires.

  • Jihoy dit:

    Maintenant que j’en ai terminé avec l’analyse à deux balles de la psychologie du blogueur et du webmaster, nous pouvons entrer dans le vif du sujet.

  • Christophe dit:

    Original et très instructif ton article!
    Merci,
    PS: ton contenu est malgrès tout de très bonne qualité.

  • Canopée dit:

    Très bon article ! reste plus qu’a analyser tout cela !

  • nicolas dit:

    Comme quoi des articles ça peut revivre avec des tweet :)

    Très bonne pensée en tout cas cet article…

    Ça me permet encore d’affiné ma stratégie de netlinking ton histoire de Gratification link :)

  • Kenia dit:

    Le contenu roi est de la foutaise. Plutôt, c’est un conseil à la noix car il n’est pas donné à tout le monde de pouvoir publier quelque chose de suffisamment intéressant pour d’engendrer des liens spontanés. Vous pouvez envoyer paître de ma part le prochain qui vous donne ce conseil foireux datant de 2002.

  • Laurent dit:

    Où t’as vu qu’on parlait du contenu est roi dans cet article ?

  • marseille foot dit:

    Le contenu de l’article n’a manifestement pas été bien lu héhé

  • Marie dit:

    C’est surtout un bon gros spam avec un lien en plein milieu :D normal qu’il n’ait pas lu l’article ;)

  • Laurent dit:

    J’avais nofollowisé son lien, mais ça marche pas :(
    Puis t’es toujours interdite de commentaire sur mon blog !

  • Marie dit:

    Ben supprime son lien (et mes commentaires). Comme j’ai reçu les notifs par mail, j’ai juste voulu aider :D

  • Laurent dit:

    Son lien pointe vers Baume Référencement.

  • Marie dit:

    C’est pas sur spammeur bourrin qu’il faut faire pointer ?

  • Laurent dit:

    En effet! Arf j’ai du mal aujourd’hui.
    C’est vrai que tu peux être utile quand tu racontes pas de connerie.

  • Richard dit:

    l’expression anglophone «scratch my back and I’ll scratch yours» prend tout son sens dans cet article.
    Traduction : Gratte moi le dos et je gratterai le tien.

  • Émettre du lien sortant n'est pas un sacrilège. dit:

    [...] peut déjà se manipuler pour une stratégie de LinkBait que j’appelle le Gratification Linking, mais l’urgence consiste surtout à stopper cette annihilation du lien [...]