AccueilRéférencement ➟ Debrief Peyronnet Show

Debrief Peyronnet Show



MasterClass-SEOLa formation MasterClass SEO des frères Peyronnet est la secousse neuronale la plus intense que j’ai prise depuis longtemps.

En assistant au Peyronnet Show, au départ, tu ne sais pas trop de quoi ça va causer; pendant l’événement, t’en prends plein la poire;  après, tu vas y réfléchir pendant un moment pour tenter de recadrer tes neurones dans le bon sens.
Ensuite, tu fais Tilt et tu as franchi un bond de géant dans ta quête d’amélioration.

YaBon Master Class SEO

Encore, si j’étais le seul à pousser pour l’intérêt de cette formation, on pourrait m’accuser de favoritisme car je considère Sylvain Peyronnet comme un ami.
Pourtant, j’ai croisé des grosses bêtes du genre Papy Spinning, Loïc Hélias, Morgan Jerabek et Sylvain Deauré, après leur cure Peyronnet (la mienne était le lendemain) et ils étaient clairement secoués.

D’autres pointures comme Hervé ou Aurélien Bardon ont aussi l’air d’en avoir pris pour leur compte et il paraît qu’Olivier Andrieu, notre pape du référencement, va assister à la session de Strasbourg. Raph et Benoit seront à Lyon. Bien sûr, j’oublie plein de grosses bêtes du SEO, qui sont allés ou vont se rendre à une prochaine session.
Dans la mienne, il y avait Stéphane, Christian, Nat, Tai et une dizaine d’autres motivés.
Si des personnalités de ce calibre payent pour assister à cette formation, on peut facilement se demander qui peut se passer du Peyronnet Show ?

Pour qui ?

Le n00b va dire que c’est trop théorique et trop difficile, mais au moins ça va lui montrer le chemin qui lui reste à parcourir, afin de tilter sur comment fonctionne un moteur et éventuellement sur quoi et comment lui donner à bouffer.

Le référenceur à la papa va dire qu’il s’en fout royalement car il suit son petit manuel du référenceur endimanché, sans trop se poser de questions pour évoluer. Il se réveillera enfermé dans la cage du Google Zoo et peut-être qu’il captera le besoin de se secouer les méninges.

Il y a aussi le grincheux hermétique à la masturbation intellectuelle sur les algos. On en revient toujours à la question : « faut-il savoir comment fonctionne un moteur pour faire du référencement ? ».

Après, il y a ceux qui veulent continuer d’avancer. Ceux qui sont passionnés par leur métier, refusent de stagner dans leur zone de confort et surtout ne veulent pas subir. On doit voir clair dans la méthodologie et la stratégie sur le long terme, sans sourciller des évolutions du moteur et des assauts de la concurrence.
Si vous faites partie de cette dernière catégorie, alors le Peyronnet Show devrait être votre prochaine destination.

Pourquoi ?

On peut prendre plusieurs chemins pour atteindre un résultat en référencement et j’ose penser qu’une majorité de référenceurs souhaite progresser. Il y a des défis à relever et je ne vois pas trop comment s’y prendre, si on ne s’en donne pas les moyens. L’apprentissage du référencement est un chemin tortueux, qui comporte certaines lignes droites et pas mal de virages plus ou moins difficiles à appréhender.
Certes, on peut tout à fait le résumer à « mots clés dans Title et backlinks avec ancre kivabien » et se foutre du reste. Après, il y a des paliers à franchir pour ne jamais être froissé par les évolutions du moteur et de l’environnement. Je ne dis pas qu’on ne peut pas être parfois contrarié, mais franchement la morosité et la résignation ambiante du moment me gave. Si jamais je ne pouvais plus m’amuser, vous pouvez me croire que je n’hésiterai pas à tout stopper illico. Ça pleurniche et ça couine dans toute la sphère, alors qu’il y a toujours matière pour bosser sereinement. Je crois vraiment que certains ont pris le truc à l’envers.
Bon ça c’est dit…

La méthode empirique consiste à s’auto-former sur la base, puis conduire ses petits tests dans son coin, afin de fignoler un système permettant d’obtenir les résultats escomptés.
Tu fais ta petite tambouille d’opti « on page », tu construis un système « on site » pas trop bancal et tu déroules ta liste de spots « off site ».

Finalement, c’est simple le référencement, alors pourquoi se tracasser les neurones à vouloir piger ce qui se passe sous le capot ?

Cela fait 10 ans que je creuse du côté scientifique, pour tenter de piger comment fonctionne un moteur. Je ne suis pas Docteur es Algo, comme Sylvain, mais je suis tout de même arrivé à décortiquer quelques petites choses, en galérant dans ma barque au milieu de l’océan.

Il y a d’excellentes ressources pour galérer dans ta barque, telles que Research at Google, les brevets et si on creuse un sujet en particulier le volume de documents à consulter peut devenir massif. Ce n’est pas le genre de lecture qu’on peut amener à la plage sur son Kindle car il faut bûcher, faire le tri, continuer de creuser comme un dératé, partager avec d’autres dératés et peut-être aboutir à des conclusions qui vont être directement actionnables. Ce n’est pas la manière la plus efficace et rapide pour avancer, mais c’est absolument passionnant si on aime ça.

Par exemple, on parle beaucoup en ce moment de ma méthode du « cocon sémantique ». C’est bâti sur des fondamentaux de la méthode empirique globale, mais surtout grâce à mon étude du PageRank Thématique, qui est un des gros morceaux de la formation MasterClass SEO.

Prenons un autre exemple avec le PageRank de base. Même le n00b, le référenceur à la papa et le grincheux sont fascinés par l’indice de popularité Google. Pourtant, qui sera capable d’expliquer sa formule en quelques minutes et surtout tordre le cou à son interprétation propagée par mes plus illustres confrères ?

Go !

Tu arrives le matin, tout frais tout beau, te disant que tu vas sans doute devoir sortir ton meilleur jeu de jambes pour suivre, mais t’es assez fortiche pour ne pas prendre un uppercut.

Après avoir bu un café, claqué des bises et serré des pognes, direction la salle de classes de Le Professeur SEO et son frangin.

Un carnet Moleskine et un stylo clef USB avec plein de super bonus t’attendent à ta place. Les frérots Peyronnet t’annoncent la couleur, indiquant que ça va monter en puissance graduellement dans les 5 blocs de la formation.
Bah, je boxe depuis 10 ans dans la catégorie Poids Lourds SEO et ce ne sont pas quelques rounds en une journée qui me font peur. Qu’il vienne Le Professeur SEO, j’suis affûté comme Rocky moi. Y a marqué Google sur mon steak tartare que je gobe au petit déjeuner et les concurrents ne voient que la fumée, en forme de logo RedBull, sur mon burn dans les SERPs. J’suis un king et le gang Peyronnet ne risque pas de me la faire à l’envers !

Allez, la cloche annonce le début du premier round ! Pour commencer, un peu d’histoire sur la recherche d’information te réveillent doucement (Big Up à Gerard Salton), faisant glisser un peu de storytelling pour t’amadouer vers la suite. Les frères Peyronnet montrent leurs jeu de jambes, mais c’est encore le round d’observation.

Ensuite, tu reçois un décorticage des concepts et des tâches liés à un moteur de recherche. Les quelques crochets et uppercuts ne m’atteignent pas. Coco tu ne vas pas me la faire so easy, j’suis un bon SEO moi !

C’est Sylvain qui se colle à la présentation principale et Guillaume donne des conclusions concrètes sur l’impact SEO.

Bon j’avoue avoir tout de même déjà l’odeur des gants Peyronnet sur le coin de la lèvre et la pommette. Rien qu’à ce stade, j’ai remis à jour mes cadrans sur le crawl, l’indexation et le classement.

C’est aussi là que je me rappelle pourquoi Sylvain m’énerve.
J’ai lu des dizaines de pages sur Hummingbird et il me faudrait 20 minutes à l’oral ou 2 000 mots à l’écrit pour l’expliquer.
Le Professeur SEO t’explique de manière limpide le bouzin en 3 phrases.

Ok coco, ton crochet m’a touché, mais je reste parfaitement lucide.

Le round II attaque sur la notion de pertinence. C’est là aussi qu’on voit l’intérêt du prof, car tu peux ressentir un grand moment de solitude lorsque tu interprètes une formule dans ton coin.

C’est vachement mieux quand Le Professeur SEO te fait une explication live. J’étais même un peu jaloux de ceux qui recevaient l’information pour la première fois. J’ai vraiment gaspillé des heures, adoptant le regard du Labrador devant des formules mathématiques et autres algorithmes touffus. Si seulement j’avais pu hacker le cerveau de Sylvain, genre Matrix et pouf « I Know Ze Cosinus Of Salton » !

Je me suis entraîné à la Rocky, en tapant sur des carcasses de viandes et en soulevant des troncs d’arbres, mais la Gold Gym avec un bon entraineur n’est finalement pas une si mauvaise option.

À la fin du 2ème round, tu peux bomber le torse. Bon ok, j’ai reçu de sérieuses secousses et je commence à avoir l’arcade qui saigne, mais mon jeu de jambes tient bon.
Hey coco, j’suis un bon SEO moi !

Si tu n’avais pas déjà posé tes neurones sur le fonctionnement d’un moteur, alors tu peux aussi bomber le torse car tu pourras rentrer chez toi et voir le regard du Labrador chez ceux à qui tu vas causer  TF, IDF, Lemmatisation, alignement sémantique, clustering, etc.

Sauf que tu avais oublié l’avertissement, en début de formation, qui disait qu’on allait monter en puissance graduellement dans la journée.

On démarre round III et là tu prends une saloperie d’uppercut sur le PageRank. Merde, on m’aurait menti !
En fait, tout le monde n’a pas eu tout faux, mais disons que l’interprétation est à côté de la plaque. Je n’en dirais pas plus, mais un gros morceau t’attend sur le PageRank. C’est certain que tu ressortiras beaucoup moins con, après avoir avalé ta dose du Peyronnet Juice.

C’est au tour du surfeur aléatoire de débouler et celui là faut aussi bien le choper en vol. Sinon, c’est crochet du droit et du gauche en pleine poire, pour passer le reste du combat à voir des étoiles.

Ça continue de monter crescendo avec le PageRank Thématique et mon moment de gloire, lorsque Sylvain cite mon cocon sémantique chéri.
Je continue d’encaisser malgré la fatigue, la sueur qui pique les yeux et le goût du sang dans la bouche.
Ce troisième round n’en finit pas ! Ok j’suis un bon SEO moi, mais je commence à réaliser que je suis passé à côté d’un paquet de choses à me prendre pour Rocky.

Le round IV sur le WebSpam peut démarrer, mais j’ai la marmite qui commence sérieusement à bouillir. À force d’en prendre plein la gueule, je sens mon cerveau qui fait du bilboquet dans le crâne.
Pas grave, j’me sens toujours un bon SEO moi ! Même si les Peyronnet m’ont cogné pendant 4 rounds, il me reste encore du jeu de jambes.

À propos du webspam, ne comptez toujours pas sur moi pour faire un spoiler, mais ça dépote. Surtout, j’ai vraiment hâte que l’étude lancée par Sylvain soit terminée (aïe je viens de me souvenir que j’ai des devoirs à rendre au professeur là dessus).

La cloche sonne enfin pour clore le round IV. Tu te rends vraiment compte de ce que les frangins voulaient poliment dire par « monter graduellement » en puissance dans la journée.

Mon conseil à la pause : avale directement 5 capsules Nespresso, bois 2 canettes de RedBull, gobe 1 pilule d’amphé et 3 Advil.

Allez je me motive pour le round V ! J’ai mal partout, mais je me rappelle que je suis un bon SEO moi !
Les cuisses et les mollets brûlent, mon jeu de jambes faiblit, mais je ne suis toujours pas allé au tapis.

Le dernier round démarre et Sylvain me fonce dessus. Boum je m’étale ! L’enfoiré vient de me mettre un uppercut au menton doublé d’un crochet au foie. Je me relève au compte de 9 et termine le round dans un coin, faisant mon possible pour éviter les coups de massue envoyés par Le Professeur SEO.
Je ne sais plus trop à quel moment Sylvain m’a mis KO au round 5. Je me rappelle vaguement m’être réveillé sur la civière qui m’emmenait au vestiaire.
Je suis allongé sur un banc, j’ai mal. Mon nez et deux côtes sont cassés, je ne vois plus rien à cause du sang qui coule dans les yeux, mon cerveau s’est détaché de la boite crânienne.
Après plusieurs semaines d’hôpital, je me sens mieux et j’ai enfin eu le courage de vous raconter cette histoire.

En fait, ce combat m’a fait mal, mais j’ai beaucoup appris. Peut-être que je me sentais bon SEO moi, mais rien de tel qu’un gros KO pour devenir meilleur.

Le morceau sur les fermes de liens est costaud. Tu te dis qu’il y avait du bon dans ta super méthode pour niquer Google, mais ça ira beaucoup mieux si tu arrives à faire rentrer dans l’estomac le trognon coincé dans ton gosier.
Ou alors une meilleure analogie (j’étais à la session de Bordeaux après tout) : tu es un paysan qui fait de la vinasse maison. Ça peut se boire, sans forcément t’empoisonner, mais tu rivalises à peine avec le Beaujolais.
D’un coup, tu hérites d’un bout de vignoble à Saint Emilion et l’œnologue Peyronnet t’as montré la voie pour être estampillé 95 par Parker. Le terroir et l’explication ne vont pas te donner la formule magique pour sortir un grand cru, mais je vois mal comment faire sans.

Etirements et récupération

Au final, je suppose que le ressenti s’est fait à différents niveaux, selon les participants, mais c’est impossible de ne pas être récompensé.

De mon côté, je n’ai pas terminé d’incuber et je cogite surtout à propos de la dernière partie sur les fermes de liens. Je ne sais pas si je vais aboutir à ma quête de BH Revival, mais la formation m’a véritablement débloqué un énorme pavé sur ma route.
Je pense même retourner pour une deuxième couche, après avoir terminé l’intubation de cette première dose.

Dans ce billet, je me suis auto-censuré pour ne pas spoiler certains contenus ou donner mon interprétation détaillée. La formation effectue un impressionnant tour de France frénétique et le prix ne peut pas être un frein.
Du coup, allez voir El Profesor et son frère en direct. Promesse d’assister à un grand moment dans votre cheminement de référenceur, que nous ne pourrez pas trouver ailleurs.
Vous êtes certainement de très bons SEOs vous, mais tentez les 5 rounds du Peyronnet Show pour voir !

  • D’autres comptes rendus sont à lire chez Papy et Loïc.

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.



40 réponses dans “Debrief Peyronnet Show”

  • Diije dit:

    Hello Laurent,

    Merci pour ce récit qui me rappelle un peu mon expérience lors de la 2e session parisienne, à laquelle j’ai eu la chance d’assister pour le compte de One Clic.

    En fait, je me suis fait deux principales réflexions à l’issue de la Masterclass : ça tient de la faute professionnelle pour un référenceur, de ne pas y assister, et Sylvain et Guillaume devraient doubler le prix de leur formation.

    Donc, pour ceux qui cherchent un TL;DR : qu’est-ce que vous foutez encore là ? INSCRIVEZ-VOUS !

  • Laurent dit:

    Yep j’ai fait exactement la même réflexion aux frangins sur le prix.

  • Jérôme dit:

    Salut Laurent,

    Ton article met vraiment l’eau à la bouche. Très bien rédigé : tu en dis pas trop mais assez pour se rendre compte de la qualité de la formation.

    J’ai eu quelques bâtons dans les roues pour assister à la session de Strasbourg avec Olivier (d’ailleurs, merci aux frères Peyronnet qui savent de quoi je parle) mais je serai quand même présent le 28/10 avec tout ce qu’il faut pour tenir la journée.

    Et oui, je n’ai pas reçu le même entrainement de boxe que toi ;)

  • laurent dit:

    hello Laurent

    impressionnant comme cette formation t’a impressionné.

    C’est vrai que le tarif est abordable d’un point de vue absolu.

    J’aimerai poser une question totalement malvenue, car je compare des choux et des carottes mais si je dois choisir entre la masterclass et le seo campus : dans lequel apprend-on le plus de chose ? dans lequel obtient-on une meilleur valeur ajoutée théorique ?

    bref, je n’avais pas prévu d’y aller, mais quand je lis ton compte rendu, je suis moins catégorique.

  • laurent dit:

    oui, en fait, je vais répondre à ma question… L’un est théorique et ouvre le champ des possibles, l’autre est un état des lieux multi-thématiques.
    Bref.
    Juste une question subsidiaire : Laurent, ainsi que les autres participants, quels sont les conseils pour bénéficier au mieux de l’information délivrée. Comment se préparer, entendre, écouter et assimiler sans trop de déperdition d’information ?

  • Raph dit:

    Hum comment te dire ça poliment:
    putain de bordel de merde, tu fais chier Laurent, j’avais déjà terriblement envie d’y être, mais là d’un coup, je trouve qu’1 mois à attendre est une éternité.
    Bref j’ai l’eau à la bouche, et les crocs (va falloir les garder avec les uppercuts)
    dans la même semaine j’ai la Peyronnet family + Jean Benoit. Je pense que je serais proche du burn out :D

  • Loïc Hélias dit:

    Pour être parfaitement honnête, mon billet de compte rendu est creux sur la mastersclass seo car je suis encore en train de digérer l’expérience transmise par les frères Peyronnet.
    Il y avait ce que l’on sait, ce que l’on pense savoir, les légendes urbaines et j’ai pris dans la gueule la réalité scientifique.
    Pour ne pas spoiler la formation, il était pour moi difficile de l’aborder si précisément que toi et papy.

    Je pense qu’il y a plusieurs manière d’aborder cette formation, mais une chose est sûre c’est qu’elle chamboule totalement notre zone de confort. Même si elle peut nous conforter sur certaines prises de décisions et expériences acquises lors de test à plus ou moins grande échelle, on se rend vite compte que certains théories acquises ne sont que le fruit du hasard… et ça il faut l’encaisser … OMG j’en transpire encore … Je ne vois plus le Pagerank pareil…
    Pour la partie WebSpam, tout comme toi, je suis impatient d’avoir les premiers retours… et je disais justement à Sylvain que c’était dommage de ne pas avoir abordé le financement participatif du projet WebSpam avec quelques éléments transmis lors de la formation… Cela aurait tout de suite fait tilt dans la tête de tous.
    Pour finir rapidement, le BH Powa à encore de bien beaux jours devant lui (idem regonflé à bloc ;-)) Il faut juste mettre la barre un peu plus haute et ça devrait le faire hein ^^ non sans déceptions bien entendu, sinon ça ne serait pas marrant.

  • Laurent dit:

    @Jérôme : en espérant que ça te plaise, même si c’est impossible d’évaluer ce que chacun en retire.

    @Laurent : MasterClass SEO et SEO Campus n’ont pas grand chose à voir. Le premier est une formation dans les règles de l’art. L’autre est un pool de conférences (bien saisir la différence entre formation et conférence) couplé d’une méga teuf et grande messe de la communauté.
    Pour la déperdition d’info, la clef USB est vraiment top car tu as les slides et plein d’autres bonnes choses dedans.

    @Loïc : c’est vrai que je me suis régalé avec la partie scientifique, mais l’intérêt de cette formation est qu’il n’y a pas forcément besoin d’être un masturbateur d’algo comme Papy ou moi pour en profiter. J’ai repassé les slides avant de rédiger le billet et il y a de véritables pépites pour tous les niveaux. Surtout, cela permet de condenser un prisme assez vaste dans un seul bloc.

    @Raph : yes il me tarde aussi le JB Show. On se fera un debrief/apéro après (si t’es encore vivant).

  • razbithume dit:

    Merci en tous cas pour ce compte-rendu. La dernière partie a toujours l’air aussi solide, ça n’a pas l’air d’avoir trop évolué depuis la 1ere session.

    @Laurent, je voterai pour la masterclass pour la valeur ajoutée théorique.
    Le seocampus aborde des sujets plus variés.
    La Masterclass SEO est vraiment centrée sur le fonctionnement d’un moteur de recherche. Si tu sais ce qu’un moteur comprend, c’est plus facile de lui faire passer des messages.
    Donc ca n’a pas la même portée.

  • Farid dit:

    Merci Laurent pour ce compte rendu, je vais participer à la Masterclass SEO à Paris le 2 Décembre. Ton billet m’a donné encore plus envie d’y être :)

  • Thomas Cubel dit:

    Salut Laurent,

    Merci pour cet avis !
    Qu’est ce que j’ai ri ! Mais violent quoi, j’ai mes abdos qui brûlent !
    Ca a l’air super en tout cas ! J’espère pouvoir m’y rendre un jour. On va déjà faire son premier SEO Camp Day demain ;)

    Bonne continuation !

    Thomas Cubel

  • Papy Spinning dit:

    Merci pour la ref.
    Le seul défaut, c’est de devoir s’auto-alimenter en mojito. C’est d’ailleurs simple de calculer un bon mojito si l’on considère la probabilité qu’a un fêtard de tomber dessus en buvant des cocktails au hasard.

  • Cyril dit:

    Très belle prose, qui me met l’eau à la bouche pour la formation de lundi à Strasbourg.

    Je suis loin d’avoir fait autant de tests et de recherches que toi, je risque d’être KO bien plus tôt, mais je compte bien m’accrocher et essayer (je dis bien essayer) d’assimiler un maximum d’éléments nouveaux :)

  • Benoit Perrotin dit:

    Hello,

    Retour partagé sur la formation. Même analyse pour le prix, j’irai même plus loin, c’est pour moi la formation au meilleur rapport qualité / prix / pertinence sur le marché SEO. Cependant je ne pense pas qu’il faille l’augmenter, ça permet d’ouvrir la connaissance au plus grand nombre.

    Cette formation + teknseo = le bon combo.

  • tanguy dit:

    Je dois encore attendre plus d’un mois pour assister à la session de Paris !!!!! Trop long :-)

  • Christian Méline dit:

    Dis donc Laurent, cela fait un moment que je ne t’avais pas vu aussi « lyrique » dans un billet ! ;-)
    On sent que tu as aimé (comme nous tous).

    Je confirme, Sylvain et Guillaume sont limpides. Cela ne veut pas dire que vous sortirez de là sans sujet de réflexion, au contraire.
    Mais je pense que, quel que soit votre niveau en sciences ou en SEO, il y a énormément de choses à en tirer pour tout le monde.

    Pour le prix, ne changez pas selon moi.

    DANS TOUS LES CAS ALLEZ AUX MASTERCLASS !

  • Laurent dit:

    @razbithume : si si je crois qu’ils l’ont simplifié en plus ce fameux round V :D

    @Farid : merci et enjoy !

    @Thomas : ah SEO Camp c’est encore autre chose. C’est la famille qui se réunit pour le déjeuner du dimanche. Ca devrait aussi te donner le smile.

    @Papy : étant donné la pertinence max du Mojito, on peut appliquer la formule (es tu le seul à avoir capté l’image d’intro?) pour attirer le fêtard vers le précieux nectar.

    @Cyril : justement, nul besoin d’avoir tripatouillé de l’algo pour suivre. Enfin bon, ça aide si tu connais déjà les concepts, mais l’explication sera limpide.

    @Benoit : c’est compliqué cette histoire de prix, mais en valeur absolue je reste persuadé que ça vaut le double. Sinon, c’est vrai aussi que cela permet à une plus vaste audience d’y participer.
    Bref, compliqué…

    @tanguy : ça te laisse du temps pour travailler ton jeu de jambes ;)

    @Christian : c’est vrai que j’ai pris du plaisir à l’écrire, mais le mérite en revient à la matière qui m’a inspiré.

  • Kelcible dit:

    Cette formation a l’air très technique sur les algorithmes et les différentes méthodes SEO. Je me demandais si le Peyronnet Show était « tout public » (seulement pour les profils orientés plutôt sur le dev) ou si tous les référenceurs pouvaient y assister en ayant compris quelque chose à la fin…
    Merci pour ton retour ;-)

  • Le Juge dit:

    Joli le retour! Joli!

    Je me posai un peu la meme question que Kelcible … parce que ton retour me fait un peu peur j’avoue –
    Comment peut s’en sortir un référenceur poete comme moi qui est tout pourri en math, pire limite imperméable au maths des que ca devient un minimum abstrait… On peut tenir le choc? ou on va etre largué?

  • Laurent dit:

    @Kelcible & Le Juge : il faut faire confiance à la pédagogie des frangins Peyronnet. C’est cela qui est assez bluffant dans cette formation car il y en a vraiment pour tout le monde.
    Ceux qui ne vont pas tripper sur les formules peuvent focaliser sur les impacts SEO, qui sont très bien intégrés. J’en ai pas parlé car il me fallait reprendre mon souffle pendant ces périodes d’accalmie neuronale.
    Il y a certainement peu de masturbateurs d’algo dans l’audience et je ne crois pas qu’ils soient « largués » pour autant. La formation est réellement construite pour que chacun puisse en savoir plus sur le fonctionnement des moteurs, peu importe du niveau.

  • Erwan dit:

    c’est la formation qui m’intéresse le plus. Peut-être un jour.

    En tout cas sympa ton exercice de style !

  • Aurélien dit:

    Très sympa ton compte rendu, je vais les louper pour la seconde fois, j’ai un week-end prévus la semaine d’après la formation sur Lyon et ça va être un peu chaud niveau budget malheureusement.

    En tout cas t’es très doué pour faire envie, p’tete pour la prochaine :)

  • julien dit:

    Bonsoir Laurent, je suis toujours motivé pour faire cette formation mais si toi tu as été touché (voir mis dans les cordes), je me demande dans quel état je vais être. D’où ma question : as tu un résumé en fin de la formation (slides, images .. ) ?

  • Maximilien dit:

    Tu m’as mis l’eau à la bouche la Laurent !! Vu comme tu en parles, ça doit être quelque chose de vraiment excellent et passionnant ! Malheureusement je n’aurais pas la chance d’y participer étant en Thaïlande et pas de retour en France avant un bout de temps… pas de bol. Je vais essayer de décortiquer les reviews des autres participants même si cela ne vaut pas une présence en live.

  • Franck dit:

    L’offre formation SEO de haut niveau s’étoffe régulièrement. Le moins qu’on puisse dire c’est que ta présentation de la Master Class SEO des frères Peyronnet nous donne l’eau à la bouche.
    A priori, cela reste un investissement solide pour qui souhaite mieux comprendre le fonctionnement de Google.
    J’ai un regret cependant: à l’ère du Cloud et de la dématérialisation, il serait sans doute jouable d’organiser des sessions en visio conférence (peut être un peu moins qualitatives du fait du nombre de concurrents mais bon…) avec des budgets un peu plus serrés.
    En gros des sessions de rattrapage « low cost » pour les cancres de mon espèce, nourrissant un intérêt réel pour le référencement et ses à côtés.

  • Laurent dit:

    @Erwan : faut que je fasse un billet là dessus, mais en gros il y a 4 formations que je recommande (Peyronnet, JB Moingt, Teknseo, SEO High Level).

    @Aurélien : j’ai aussi eu des soucis de planning avant de pouvoir y assister. Surtout faut réserver rapidos car ça se remplit vite.

    @Julien : il y a la clef USB avec les slides et plein d’autres excellents bonus.

    @Maximilien : faut motiver les frangins pour entamer un tour du monde après leur tour de France :D

    @Franck : il existe déjà des DVDs et autres vidéos low cost. Il y a aussi le VLC qui rassemble des conférences sympas.

  • Loïc Hélias dit:

    Petit précision pour ceux qui comparent avec le SEO Camp: rien n’empêche de boire des bières après la masterclass hein ^^

  • patricia dit:

    Ton article met vraiment l’eau à la bouche. Très bien rédigé; tu en dis pas trop mais assez pour se rendre compte de la qualité de la formation.

  • BlogMestre dit:

    J’ai fait partie de la première fournée Bordelaise (celle du lundi) mais je n’ai malheureusement pas assisté au TP du soir sur le mojito :mrgreen:

    Je suis dans le même état que les autres participants, encore secoué, et il me faudra encore du temps pour tirer toute la quintessence de =cette formation mais j’ai quand même mis un « tool » en chantier en application directe de ce que j’ai appris.

    @Kelcibe et Le Juge : comme le précise Laurent, les maths légitiment le discours, mais ne sont pas le discours et c’est ce discours qui fait tout l’intérêt et la qualité de la formation. Donc un cerveau normalement constitué est tout a fait capable d’assimiler (après c’est une question de temps pour digérer le tout en raison de la densité d’information)

    Je précise que la formation donne accès à un forum privé ou l’on peut questionner sylvain en direct pour débriefer certain points et échanger avec les autres participants.

    N’ayant ni le lyrisme de Laurent ni la plume de Papy Spinning, je n’ai pas fait de billet et je me suis contenté d’un petit témoignage sur le blog des Peyronnets.

    En ce qui concerne le prix je pense qu’il a été défini en fonction du DIF.

    Pour paraphraser mon témoignage qui paraphrasé Woody Allen je dirais simplement : Tout ce que vous voulez savoir sur les moteurs de recherche sans avoir jamais osé le demander :wink:

  • BlogMestre dit:

    Honte à moi pour l’orthographe !!!

  • Link dit:

    Bonjour Laurent, j’ai déjà lu plusieurs de vos articles mais c’est la première fois que je poste un commentaire. Moi aussi j’ai participé à une formation il y a deux ans, mais c’était avant la révolution qui nous préparait Google, à l’époque tout allait bien pour un de mes sites, mais hélas ça a changé. C’est vrai que c’est un métier passionnant mais il faut sans cesse se former, je n’ai jamais vécu ça auparavant. Je ne sais pas s’il faut tout savoir sur le SEO pour être bon… c’est comme si par exemple pour savoir cuisiner il faudrait connaître toutes les recettes, enfin je ne sais pas tout mais je m’en sors, merci pour cette publication!

  • Alexandre dit:

    Original ce billet, j’ai bien aimé l’analogie avec le combat de boxe. Au vue de ce que tu nous rapportes et comme tu l’as déjà dit, « les frèro » pourraient doubler le prix de leur formation que ce ne serait pas un scandale.

    Et sinon à quand ton podcast sur le cocon sémantique ? Je n’en plus de l’attendre celui là…. ^^

  • Sylvain dit:

    Bonsoir à tous,

    Tout d’abord, un grand merci à Laurent pour ce super compte-rendu drôle et sympa. Ca nous fait toujours plaisir avec Guillaume quand notre auditoire apprécie notre travail ;)

    Pour répondre aux trois questions implicites ou explicites qui sont posées ici :

    1. La masterclass est largement accessible à des non-matheux ou non-algorithmiciens. Pas besoin de savoir coder non plus.
    En revanche, c’est pour les gens qui pratiquent déjà le référencement, sinon je pense qu’on n’en retire pas forcément le maximum (certains éléments ne parlent pas aux gens non SEOs).

    2. Cette formation n’est pas de celle qu’on peut faire en mode dématérialisé. En effet, le mode « à distance » cela ne fonctionne que dans deux cas : apport de savoir brut (sans compréhension) et apports de compétences techniques à des (déjà) techniciens. Par exemple on peut former en médecine à distance (« si le patient à 38 et la gorge blanche c’est une angine »), on peut aussi former à Java un développeur C++ à distance. Mais dès que la formation nécessite de faire comprendre des concepts, il faut impérativement un contact direct entre l’auditoire et le formateur. La vraie valeur ajoutée de la masterclass est de fournir cette compréhension, donc il faut être présent. C’est en partie pour cela que le prix est très bas : cela permet aux gens de rajouter 100 ou 200 euros pour les frais de trajet/logement.

    3. Sur le prix, nous sommes effectivement peu cher. Une formation moyenne en informatique est autour de 600 à 700 euros par jour et par personne. Il se trouve qu’on peut faire moins cher car on a trouvé des salles pas trop cher pour l’instant, en plus on fait la promotion d’une certaine vision du SEO, plus scientifique, et donc on cherche à atteindre le plus de monde.

    Dans le futur, rien ne garanti que le prix restera aussi bas, ne serait-ce que parce que le prix des salles est assez haut sauf exception. Par exemple, la différence de prix entre la salle Parisienne que nous utilisons et la deuxième moins cher est de 200% (oui, la deuxième est 2 fois plus chère que la première).

    Enfin, si vous voulez suivre la masterclass avant Noël, il ne reste des places qu’à Lyon le 25/11 ou à Paris le 2/12. Je vous conseille de vous dépêcher, à Lyon on parle de 3 ou 4 places et à Paris 7 ou 8.

  • Thibaut dit:

    Franchement, j’ai adoré ton article et il me donne vraiment envie d’aller assister à cette formation.

    A chaque fois que j’arrive sur un article où je suis obligé de crawler plus de 2 fois la page je me dis: « Pffffffff…. » Mais là Chapeau !!! j’étais tenu pendant mes 5 crawls (plus simple que tes 5 rounds j’imagine :-)

    Résultat, merci pour l’histoire et surtout pour m’avoir donné envie de suivre les frères Peyronnet. Puis de toute façon, toujours bon de se prendre quelques pèches : )

  • Philippe dit:

    Mais si, mais si… t’es un bon SEO … et un sacré bon comique, car je me suis marré comme une grosse baleine en lisant ton article. En effet, comme toi j’en ai pris plein la tronche et j’avoue que j’ai même décroché au dernier round. Mais je suis bien content, car j’ai appris beaucoup et cerise sur le gâteau, il y a eu confirmation par la méthode scientifique de certaines choses que je pressentais, moi qui comprends rien à une équation. Ceci a redoré mon ego de SEO, trop souvent isolé au milieu de ces gugus développeurs, concepteurs et commanditaires de site web avec qui je dois suer sang et eau pour faire passer quelques idées et avoir un putain de site qui rank un minimum.
    Merci aux Peyronnet
    Ton voisin de classe…

  • Christophe Maggi dit:

    Laurent peux tu résumer comment on obtient la valeur du u dans la formule. J’ai perdu le fil entre le round 1 et 2. J’ai du ramasser des dents par terre.

  • tchat dit:

    c’est impressionnant franchement !
    ça m’a donné envie de participer à cette formation,
    merci Laurent pour l’article

  • Laurent dit:

    @Loïc : oui sauf quand on est un petit joueur comme toi et qu’on va se pieuter avant de passer à l’étape Mojito :-P

    @Patricia : merci

    @BlogMestre : pas mal la « paracitation » Woody Allen.

    @Link : non il ne faut pas tout savoir. Le plus important ne s’apprend pas forcément d’ailleurs. Je veux parler du bon sens ou de l’instinct (même si le terme n’est pas approprié puisque génétique). Cela peut venir instantanément ou jamais.

    @Alexandre : oui je sais faut que je le fasse…
    C’est plus compliqué qu’il n’y parait de synthétiser ce que j’explique en plusieurs heures à mes clients. Ma tentative au VLC m’a moyennement convaincu. Au SEO High Level j’aurais plus de temps.

    @Sylvain : tiens je n’avais pas pensé à la problématique de la formation (savoir brut vs. technique) comme ça. Cela me semble pourtant logique maintenant que tu le dis.

    @Thibaut : je suis tout pareil quand je tombe sur un pavé.

    @Philippe : yep je témoigne que tu étais bien concentré.

    @Christophe : u est la page et q la requête. v est un backlink vers u.

    @tchat : t’as oublié ton URL dans le spamco ?

  • Stéphane dit:

    Hello !
    Ouf, juste à temps avant la fermeture des commentaires.

    Pour ma part, il s’agit d’une formation de grande qualité. La digestion des informations ainsi que l’expérience est encore en train de se faire… C’est vraiment appréciable de comprendre parfaitement le fonctionnement d’un moteur.

    Je peux dire qu’ils ont réellement un don pour expliquer le plus simplement possible des théories et formules mathématiques poussés. Ce n’est pas pour rien que sylvain est professeur ;)

    Grâce à leurs analyses scientifiques, j’ai pu faire un point sur mes connaissances avec ce que je savais mais, surtout ce que je pensais savoir…

    Cette formation rentre dans le top 3 des formations auquel j’ai participé.

    Bonne continuation, merci encore aux frères Peyronnet et surtout à bientôt ;) PJ

    Stéphane

  • Sebastien - SEBEPE dit:

    Bonjour Laurent,

    Jolie analyse et compte rendu plutot marrant sur cette session de formation SEO.
    Je vais me renseigner pour savoir s’ils en font d’autres et voir si je peux moi aussi survivre à ces 5 rounds ;)

    Bonne journée !
    Sebastien