AccueilMoteurs de recherche ➟ Briser l’hégémonie de Google

Briser l’hégémonie de Google



Bataille Bing contre GoogleD’après certains analystes, le marché de la recherche d’information est fortement dominé par Google, mais n’est pas forcément impénétrable.

Cependant, le plan pour descendre le géant de son piédestal requiert une stratégie pointue et des ressources à la mesure de l’enjeu.

Ne plus croire en Dieu

Fondamentalement, les utilisateurs des moteurs poursuivent seulement des habitudes car ils ne comprennent pas comment ça marche. Le débat sur la technologie n’est plus vraiment le cœur du problème, mais convaincre qu’un autre moteur soit « meilleur » que Google soulève un enjeu difficile qui n’est pas pour autant impossible.

Aujourd’hui, on peut légitimement se demander si c’est possible de diverger l’utilisateur du confort de son habitude d’utilisation avec Google.

ZDNet Asia a compilé les avis de plusieurs spécialistes qui donnent des recommandations sur la situation.

La stratégie la plus évidente semble focaliser sur un pays en particulier comme Baidu en Chine ou une spécialité comme Wolfram Alpha pour la science.

La méthode est intelligente, mais ne va pas renverser Google pour autant. Étendre ce stratagème sur une échelle suffisante devrait nécessiter tellement de ressources (du cash…) que c’est même difficile à estimer.

Le cas de Bing

Je n’ai jamais caché mon affection pour Bing, en tant qu’alternative viable pour grignoter une part de marché non négligeable.

Aujourd’hui, le produit est prêt, malgré les pointilleux qui iront comparer de près pour tourner l’avantage vers celui qu’ils préfèrent. Bing m’a même surpris sur des terrains où je ne l’attendais pas comme l’application iPad qui est absolument merveilleuse.

Le problème de Bing n’est plus technologique, mais tient à son appartenance à Microsoft. Le géant de l’informatique possède des avantages évidents comme un compte en banque épais à souhait, mais son immobilisme ou même sa bêtise sont des tares perpétuelles.

En l’état, Microsoft dépense une infime partie des ressources nécessaires à la bataille. Pourtant, l’argent est disponible, mais ce foutu immobilisme et mauvais jugement des dirigeants rendent les efforts vains. Le grignotage par micro pourcentage n’est pas la bonne solution; les partenariats avec Yahoo!, Facebook, Apple, RIM et Firefox sont bénéfiques, mais clairement insuffisants. En passant, Facebook n’est pas une option vaine, mais cet éco-système à l’intérieur du Web devrait sortir de son recoin et cela ne semble pas à l’ordre du jour.

Un des gros points faibles identifiés chez Google est finalement sa plus grande force : la publicité. Les annonceurs sont désespérés de trouver une alternative viable à Adwords car le système d’enchères est devenu carrément dément sur certains secteurs.

Bing devrait lancer une stratégie marketing massive et globale afin de draguer l’utilisateur, puis ensuite focaliser sur la régie publicitaire afin de proposer cette alternative salvatrice au gouffre à budgets publicitaires qui s’appelle Adwords – plus simple à dire qu’à faire apparemment.

Le souci tient dans le fait que Microsoft souffre d’un complexe d’infériorité vis-à-vis de Google ; exactement le même que celui qui impliquait Apple. Avant de créer une situation favorable, la mentalité doit changer au plus haut niveau de la direction chez Microsoft.

Les erreurs marketing, notamment les lancements dispersés dans le monde, s’amoncellent par-dessus le complexe d’infériorité et le manque de budget pour diminuer drastiquement les chances de Bing. Mettre les moyens n’est pas un problème, donc reste à trouver la bonne solution qui n’est pas au-dessus des capacités de Microsoft.

Pourtant, je continue de croire que Bing puisse se réveiller un jour. J’aimerai vraiment que ma prédiction soit une nouvelle fois véridique, mais les bêtises régulières de Microsoft me permettent de douter.

Source image intro.

 

 

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.



41 réponses dans “Briser l’hégémonie de Google”

  • Julien Arcin dit:

    C’est vrai que donner un tel pouvoir à Google est assez effrayant. Penser que Google c’est Internet est même une croyance assez répandue chez les novices.
    Je ne pense pas que les mentalités puissent changer. En tout cas, en France, Google possède quasi-totalement le marché. Bing n’apporte rien de nouveau.
    Alors pourquoi les internautes modifieraient leurs habitudes ?

  • Laurent dit:

    Le pouvoir du marketing peut tout changer !

  • Samuel dit:

    Tu parles d’adwords mais ça c’est le problème des annonceurs, le seul problème du surfeur moyen est d’avoir des résultats probants, et c’est là que le bât blesse chez Bing non?

  • Laurent dit:

    Ben non justement. Aujourd’hui, la techno entre Google et Bing n’est pas un avantage décisif. Bing sait donner des résultats intéressants.

  • Gentleman SEO dit:

    Pour le moment ton discours est un peu trop avant gardiste! Et personnellement je ne parierai pas sur Bing.
    Et oui si tu veux te référencer sur Bing tu choisis un nom de domaine avec les mots clés dont tu as besoin pour te positionner et ensuite? Franchement même s’il font une belle application ipad pour moi c’est pas un critère valable…
    Bref, le côté mastodonte de Microsoft fait qu’il est moins rapide à réagir. C’est peut être primaire comme raisonnement mais ça se vérifie et dans ce secteur je pense que la vélocité fait la force.
    Toutefois, Google est dans l’innovation permanente mais commence un peu à tourner en rond pour ma part. Une mise à jour de l’algorithme et on ajuste le tir… D’un côté commercial, le système d’enchère devient trop cher pour certains mais tant que la courbe du CA du produit n’est pas en perte de puissance pourquoi changer…?
    Bon maintenant venons-en à la parti intéressante de ce que je pense. Comme les gros réseaux sociaux l’avenir tiendra peut être dans les spécialisations. Un moteur dédié à tel type de recherche et prisé par ceux qui ont comme passion ce thème… Puis d’autres moteurs pour un thème spécifique et pourquoi pas un moteur qui regroupe tout ces moteurs se servant de la technologie de chacun comme d’un partenariat. On obtiendra une vélocité assez développé. Cela dit le regroupement est un peu utopique car on regroupe les intérêts de chaque moteur…
    Tout ça pour dire que je parierai sur un outsider bien véloce… et pour le moment je vois pas de moteurs qui va vraiment dans ce sens.

  • Hervé dit:

    Et bien, je te rejoins sur le fait que Bing est capable d’apporter des résultats pertinents. Il n’est pas rare pour moi de switcher quand je ne suis pas satisfait de ce que me propose Google.

    Autre point que tu aurais pu aborder, c’est que Google a bien joué son jeu en proposant son moteur de recherche par défaut, parfois à coup de dollars, dans la plupart des navigateurs. Comme tu le dis, ils ne veulent pas lâcher leurs sous ;)

    Microsoft a trop tardé à faire de même et son récent partenariat avec Mozilla est certes intéressant mais sans doute trop tardif.

  • Damien Ravé dit:

    Je me suis surpris récemment à utiliser Bing, et même Twitter pour les infos les plus récentes. Les réseaux sociaux pourraient faire quelque chose de révolutionnaire à base de recommandation sociale + réactivité.
    À part ça je vois pas qui pourrait émerger sur ce marché. Et si tous les SEO fatigués de Google se mettaient ensemble pour développer une alternative ?

  • Sublimeo dit:

    Je rejoins Ethno sur le fait que l’on peut ranker sur Bing avec un ndd à mots clés… Mais oui, ce serait une bonne chose que Bing se réveille et affine son algo pour plus de pertinence.

    Les parts de marché de Google sont faibles sur les marchés émergents tels que la Russie, la Chine, le Brésil… Bref, sur tous les marchés d’avenir, Google n’est pas en position de force, et sa plus grande hantise est un destin à la Yahoo!

  • Marre de se faire balader dit:

    Bing ou un autre, pourquoi pas ? A partir du moment où le marché français sera moins dominé par un seul et même outil, je pense que cela serait plus sain. En termes de fonctionnalités (surtout SEO), je suis de très près Blekko qui se montre innovant et réactif. La multiplicité des sources et des outils de Google (sa galaxie tentaculaire) ne soit pas décourager les outsiders, et les webmasters/SEO ont aussi un rôle très important à jouer en vulgarisant/faisant connaître des alternatives au « Dieu » dont vous parlez.

  • Nicolas dit:

    Rares sont les fois où je ne suis pas d’accord avec toi Laurent, mais je ne te suis pas sur ce coup :-)

    J’ai fait un test Bing il y a quelques semaines : 15 jours à utiliser exclusivement ce moteur. Le résultat est sans appel, Bing relève de la grosse blague et ne rivalise en aucune mesure avec Google.

    La pertinence des résultats n’est souvent pas au rendez-vous : je cherche quelques chose que je ne trouve pas. L’objectivité des résultats est par ailleurs plus que discutable en raison de d’accords avec tel ou tel organisme partenaire.

    Il manque aussi un certain nombre de choses : la recherche universelle n’est clairement pas aussi puissante que sur Google, et il me manque un certain nombre de fonctionnalités clés comme par exemple les « Sites similaires » qui n’existe tout simplement pas sur Bing.

    Enfin, le dernier point où Google écrase Bing à plates coutures, c’est le temps de réponse. Les résultats jaillissent à l’écran sur Google, quand ça charge plusieurs secondes sur Bing.

    Bref, pour moi, Bing n’est clairement pas une alternative à Google.

  • Tim dit:

    Ce qui me fait un peu peur, c’est que le fait que Google soit partout et évident pour tout le monde, on ne se pose même plus la question.
    Qu’en sera t-il quand les services de Mr G. seront devenus payant ? Car on va bien finir par y arriver un jour,non ?

  • largeron dit:

    Merci à Laurent Bourrelly pour cet article, il est vrai que l’abus de position dominante est souvent insupportable.

    La maturité technologique est acquise sur le moteur Bing semble-t-il, et il est vrai, que tout est une affaire de gros sous.

    Je me focaliserai ici que sur l’approche locale, mon dada :) et sur l’approche sociale du moteur :

    Local :
    Ce que je « reproche » à Bing, c’est son approche sur la recherche locale, trop déléguée me semble t-il à des sous-traitants comme en France avec les pagesjaunes.fr et c’est là ou là grande force de Google, celle de mailler les composantes de son algorithme avec ses plateformes gratuites (Google adresses + maps) et payantes mais (dernièrement Adwords express) mais avec une approche marketing élaborée (couponing, plateforme dédiée aux agences avec dernièrement : « Google s’engage avec les agences).

    Social:
    Bing semble vouloir accorder plus de poids à la recherche sociale et ainsi diminuer l’emphase donnée aux netlinking avec l’implémentation de filtres nouveaux personnalisables dont la caractéristique est de ne pas autocentrer les résultats sur l’historique uniquement des sites visités mais aussi d’apporter une part « d’aléatoire » calculé dans la diversité de résultats.

    J’ai résumé ici lors d’un petit billet cette évolution de Bing :
    http://www.mauricelargeron.com/bing-innove-avec-la-recherche-adaptee-de-son-moteur/
    Bref tout cela pour dire que l’avenir de Google pour les prochaines années se joue en ce moment avec son offensivité dans la pertinence dans la recherche sociale et le « répondant » du concurrent Bing dont l’innovation ne constitue vraisemblablement son point faible, reste à améliorer son approche « Local business » afin de se mettre à la portée des annonceurs et des utilisateurs.

  • Philippe dit:

    Difficile de faire des prédictions sur l’avenir des moteurs de recherche et l’insupportable domination de Google. Mais si on se réfère à l’histoire des civilisations, il y a un adage qui se vérifie très souvent : « Toute hégémonie est appelée à disparaitre ». Ainsi, il n’y a peut-être plus qu’à attendre …

  • O. Duffez dit:

    Comme sans doute bcp de monde, j’aimerais moi aussi que Google n’ait pas autant de poids dans le marché, notamment en Europe.

    Mais d’une part je ne trouve pas que Bing soit encore aussi bon que Google au niveau techno (efficacité, pertinence…).

    D’autre part, quand je te lis : « Bing devrait lancer une stratégie marketing massive et globale afin de draguer l’utilisateur », je ne vois vraiment pas quelle solution MS pourrait avoir. Peut-être remplacer son PDG actuel qui n’a jamais brillé il me semble ?

  • Korleon dit:

    Je pense un peu comme tout le monde ici, quand tu procèdes un NDD top premium, bing t’envoie quand même 20 à 25 % de trafic.

    Je pense, de plus en plus à une diversité des résultats.

  • Vincent dit:

    Tu as touché un point sensible : la médiocrité de Bing est avant tout politique plus que technique. Ca va pas être simple de briser l’hégémonie de Google quand on entend déjà les phrases suivantes :
    « Quel est ton navigateur ? Google »
    « Va sur Google et recherche 12345″ « Ok ->> [Tape dans google : google puis tape 12345]
    « Aller sur internet = Aller sur Google »

    A coté de ça le réfrigérateur « frigo » passe pour une petite réussite marketing…

    Et a part ça je rejoins pas mal de commentaires, bing est peu pertinent. Ancienneté + mot clé dans le domaine = première page.

  • TV Replay dit:

    C’est marrant, cette question je me la pose souvent : comment sera la recherche dans 10 ans. Google sera t-il toujours hégémonique ?
    Quelle forme pourrait prendre un challenger sérieux ?
    Je suis par certain que le salut puisse venir de Bing. En même temps, créer un moteur à partir de zéro aujourd’hui et lui faire conquérir des parts de marché significative semble totalement inconcevable. Il faudrait du cash, des montagnes de cash (r&d, marketing…). Des boites comme Apple ou Amazon pourraient en avoir la dimension.

  • Julien ringard dit:

    Si bing commence à se lancer alors nous aurons plus de travail dans le référencement naturel mais aussi payant.
    Le monde amène le monde, reste a convaincre microsoft à sortir l’argent pour son marketing.

  • sabattini dit:

    Je trouve le fond du texte pertinent, ce qui me dérange le plus, c’est de crédibiliser bing d’une presque équivalence technologique avec Google.
    Pour moi bing favorise énormement :
    – Mot clé dans le nom de domaine
    – …

    Par exemple mon jeune site http://www.agence-voyage-guadeloupe.com est 2ème sur bing sur agence voyage Guadeloupe et pourtant il ne le mérite pas (encore)…

    Ce n’est pas par un exemple que l’on qualifie un moteur mais je pense que c’est une parfaite illustration de la trop haute importance que ce moteur donne à des détails…(je ne suis pas forcement un fan des mots clés dans les noms de domaines sauf lorsqu’il s’agit de sites plus secondaires appuyant le money site, d’où le terme de détail)

    Je pourrais démultiplier les exemples identiques sur ce moteur, c’est comparaison technologique avec Google ne me semble pas correcte sauf à avoir mal compris votre propos

  • Minh Chau dit:

    Bonjour,

    Je ne suis pas certaine que Bing puisse combler le fossé énorme qu’il y a avec son concurrent direct Google.

    Bing doivent innover et tester des outils pour trouver la solution qui sera en mesure de convaincre les utilisateurs Google de lui porter un Intérêt minimum.

    Mais j’aimerais aussi que le monopole de Google s’effrite un peu.

  • loran dit:

    Hello

    Je vais être un peu hors sujet Laurent, mais je serai intéressé par un article corollaire à celui ci : Comment moins dépendre de Google ?

  • Ben dit:

    Je rejoins certains avis, pour moi Bing manque clairement de pertinence pour s’imposer face à Google.
    Et quid d’Exalead ?!

  • Yvan dit:

    Non moi je trouve les résultats de bing assez pertinents, je dirais qu’il prend plus en compte l’ancienneté du site contrairement à google qui prend de plus en plus en compte la fraicheur du contenu.

  • smartcenter dit:

    Pour ma part je pense que Facebook sortira un moteur de recherche concurrent de Google et de Bing dans les années qui viennent, c’est son intérêt stratégique et il en a, lui, les moyens.

  • Damien Ravé dit:

    On l’attendait, la voilà : la relève est assurée par… un mathématicien.

    Volunia, moteur de recherche concurrent, sortira à la fin de l’année :

    Et si c’était vrai ?

  • Enzo dit:

    Je suis d’accord avec toi, Bing est un bon moteur de recherche qui trouve des résultats pertinents. D’ailleurs ta vision de microsoft est assez réaliste, je pense. Très bon article.

  • Christophe dit:

    Un conseil simple et gratuit à l’adresse de Bing s’ils veulent améliorer leur part de marché dans les pays autres que US :

    Travaillez en France sous bing.fr, en Belgique bing.be,…

    C’est quand même un peu plus « lisible » et géolocalisé que « be.bing.com/?cc=be ».

    En travaillant sous google.be, Google « dit » à ses utilisateurs belges qu’il a un moteur de recherche spécialement adapté au marché belge.

    Même si les résultats sont les mêmes sur be.google.com/?cc=be et sur google.be, le signal envoyé à l’utilisateur est vraiment très très différents !

  • Jimmy dit:

    Si Google perd des parts, il va falloir sérieusement se pencher sur le référencement sur Bing. Chose que je ne connais absolument pas XD

  • TheSeb dit:

    En 1999, quand je découvre Google, il faut voir d’où on venait les gars ! Et ça me fait bien rire les gens qui dénoncent le géant Google et qui comptent leurs amis sur FaceBook.

    Les outils que proposent Google sont incroyables dans la planète Internet. Vous pensez 2 minutes à Maps ? Et personnelement je peux utiliser la majorité des services sans même à déposer mon adresse mél !!! Alors oui, ils peuvent enregistrer mes mots de recherches, c’est le minimum de toute façon pour améliorer tout système.

  • Vente site internet dit:

    Je pense que sur le long terme google commettra une grosse bourde, et ce jour la les challengers seront prêts à prendre le dessus.
    j’espère de tout cœur que le monopole de google pourra un jour être rompu..

  • Construire un trafic qui ne dépend pas de Google dit:

    […] moins dépendant de Google Suite à un commentaire de Loran sur mon dernier billet, je vais donner mon point de vue sur la manière d’être moins […]

  • Julien dit:

    La seule option pour palier à la faillite de Google, c’est de se tourner vers le référencement sur Bing. Ce que j’ignore jusqu’à présent.

  • CM dit:

    Vu la qualité des articles et vu qu’apparemment on peut commander des articles, j’aimerais des informations sur le référencement des noms de domaines en .EU. Je constate qu’il n’y a pas de http://www.google.eu et que peu de site en .eu apparaissent dans les résultats de recherche… Alors peut-on conseiller l’achat d’un nom de domaine .eu à ses clients ? J’aimerais votre avis la dessus. Par ailleurs, pour revenir sur l’article ci-dessus, je suis tout à fait d’accord avec Laurent et je suis de plus en plus allergique à Google et à ses services proposés. Je n’attends qu’une chose que tout Google devienne payant pour voir ce qu’il va se passer… Une dernière chose concernant les différences de recherche entre Bing (que j’utilise peu) et Google (que j’utilise trop) : comment comparer des résultats de recherche sur des requetes identiques vu que les moteurs de recherche nous ressortent ce que bon leur semble et non pas ce qui devrait etre le plus juste. D’ailleurs qu’est-ce qui pourrait etre le plus juste comme résultat ??? Si je tape mon nom dans Google ou Bing et que je sors en première page, on peut dire que le moteur de recherche a rempli son boulot. Maintenant si je recherche « Quelle est le meilleur endroit pour acheter des calecons Kasport » à quoi est-ce que je dois m’attendre ? Comment comparer lequel des deux fournit le meilleur résultat ?

  • sci dit:

    Google ne pourra perdre sa place de leader que s’il est concurrencé sérieusement sur le marché de la publicité. Or aucune entreprise ne propose aujourd’hui une alternative à Adsense, donc tous les professionnels ont intérêt aujourd’hui à ce que la suprématie de Google perdure.

  • Julien dit:

    Le problème c’est que maintenant « recherche sur internet = google » pour presque tout le monde. Grignoter des parts de marché n’est pas facile même pour Microsoft.

  • Julien dit:

    Il y a tellement de petits génies dans ce monde que j’ai du mal à comprendre comment microsoft peut rester autant sclérosé…

    Non vraiment, ca me dépasse.

  • debescafo dit:

    Cela fait un moment que j’essaie, que je me force, à passer à Bing. J’ai essayé Exalead mais sincèrement, il n’est pas à la hauteur. J’essaie de trouver une alternative, pour ne pas subir ce monopole mais je n’y arrive pas ! La force de l’habitude y est pour quelque chose, mais force est de constater qu’il n’y a pas de concurrent à la hauteur ! Bing est peut-être pertinent sur des requêtes généralistes, mais quand on devient pointu, il ne suit plus. Google est vraiment réactif au niveau du contenu frais, des infos de dernière minute et de d’une recherche très précise. Au final, je reviens toujours vers lui. J’attends également beaucoup de ce projet « Volunia » !

  • Gag gle dit:

    Sinon, on peut aussi accepter notre roi et tenter de faire des crimes de lèse majesté en se moquant ouvertement de lui? Comme ça on arrête de se prendre le chou à tenter de lui couper la tête! C’est ce que fait notre site! (oui je sais, bouh la spammeuse! mais non c’est juste un commentaire tout mignon!) ;)

  • selmou dit:

    votre article est très intéressant mais je crois que Google a pris une une très longue avance sur ses concurrents.
    mais l’innovation et la preseverence peuvent inverser la tendance.

    internet est entrain de migrer sur le mobile, c’est une opportunité pour détonner google.

  • Sebastien Francois dit:

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ton analyse car je trouve qu’en la réduisant à sa dimension française, tu perds de vu les enjeux stratégiques des différentes entreprises.

    Google cherche à se séparer de la notion d’OS en la remplaçant par un navigateur et le cloud. C’est l’attaque la plus dangereuse que Microsoft n’ait jamais subi, la dernière entreprise ayant tenté cela étant Nescape et Bill Gates avait alors donné l’ordre de mettre en oeuvre tout ce qui est possible dans la société pour les arrêter. Donc le search, à côté de cela, pour Microsoft, ce n’est vraiment pas la priorité.

    Au USA, là où ces différentes décisions sont prises, le marché français est mineur. Je ne ferai pas un article complet sur ma vision du problème, mais si devais t’apporter un peu ma vision, comme tu m’apportes souvent la tienne pour le SEO, je te conseillerais de regarder la situation avec un prisme américain. ^^

  • immodz dit:

    je suis d’accord avec sébastien sur la réaction de Microsoft vis à vis de netscape.
    cependant google chrom a pu faire face ai ie et gagne d’année en année des parts du marché au détriment de IE.

    enfin sa reste une question de moyens financiers.