AccueilMoteurs de recherche ➟ Teasing SEO Campus : le PersonRank

Teasing SEO Campus : le PersonRank



Le PersonRank en actionCe que j’appelle le PersonRank représente le vote de popularité émis par les actions de l’internaute.

Pour moi, il existe depuis toujours une analyse du comportement des visiteurs par les moteurs de recherche. Ensuite, ces comportements influents plus ou moins sur la performance du site dans les résultats de recherche.

J’ai cité pour la première fois la notion de PersonRank l’an dernier, en reprenant un article de Bill Slawski qui décortique un brevet assigné à Google. J’en parle brièvement à nouveau dans mon article récent sur la manipulation manuelle des résultats de recherche par Google.

Le brevet évoqué par Bill traite directement d’un point en relation avec l’analyse du comportement des visiteurs. En l’occurrence, il s’agit de déterminer le niveau de confiance des entités qui annote des pages Web. Les annotations s’exécutent avec des outils comme SideWiki.

Animation sociale et référencement

Récemment, Matt Cutts annonce que Twitter et Facebook sont des signaux de l’algorithme. Immédiatement, toute la communauté du référencement démarre une réflexion, mais reste un peu perdue car habituée à raisonner sur des principes connus tels que le PageRank, le nofollow, l’interface des résultats de recherche, etc.

Matt Cutts annonce que Twitter et Facebook sont des signaux de l'algorithme Google - PersonRank

En amont de cette annonce, Danny Sullivan évoquait l’intérêt de l’animation sociale pour le référencement.

Sauf que ce n’est pas selon les standards conventionnels qu’il faut raisonner.

Petit retour en arrière…

Les indices du PersonRank

En 2006, un éminent membre des 7 de notre étroite confrérie DarkSEOTeam nous livre une information vitale pendant une mémorable réunion de taggleurs à Lyon. Il s’agit du concept de l’ « odeur » de l’internaute (ou plutôt une IP) chez Google. En bref, un visiteur est profilé grâce au canal principal de l’époque qu’est la Google Toolbar. Ce visiteur possède un profil qui le caractérise par rapport au type de sites qu’il visite, etc. Lorsqu’il va visiter un site correspondant à son profil, il laisse son « odeur » qui sera pertinente puisque de thématique similaire ou complémentaire. Maintenant, ce même internaute laisse également son « odeur » lorsqu’il visite un site de thématique n’ayant rien à voir avec son profil.
Ça ne vous rappelle rien ?
En fait, il s’agit exactement du même principe qu’un backlink où l’environnement contextuel a toujours été prépondérant.

Finalement, pendant que tout le monde focalisait sur ce foutu PageRank, Google travaillait sur une sorte de popularité sous-jacente correspondant aux actions effectuées par le visiteur. Et ça ne date pas d’hier!
Si vous y regardez de plus près, quel meilleur vote de popularité qu’un abonnement à un flux RSS ou une mise en favoris ? J’ai même toujours prétendu que le succès de mon ancien site sur le référencement était dû à la mise en favori massive de la part des lecteurs. Maintenant, je garde toujours cette stratégie en ligne de mire. Pour preuve regardez le résultat du trafic en trois tiers de ce blog (vraiment je l’adore ce camembert).

Répartition parfaite du trafic Web en 3 tiers égaux

Pour les curieux, c’est le trafic de janvier.

Maintenant, ça se complique à cause de la différence parfois notable entre ce qui se trame à l’intérieur de l’index et l’affichage dans une interface telles que les résultats de recherche ou les Webmaster Tools.

Le référencement est complètement empirique. Nous dressons des conclusions (trop souvent hâtives) à partir de ce qu’on observe sur les résultats de recherche ou dans d’autres interfaces Google.
Partir sur les mêmes bases d’interprétation que pour analyser les concepts habituels n’est pas la bonne solution.
Par exemple avec Matt Cutts qui annonce récemment que Twitter et Facebook sont des signaux de l’algorithme. Logiquement, Sylvain conduit à test à l’ancienne sur les mots clés dans un tweet et n’obtient pas de résultat – résultat nul (ou plutôt invisible) parfaitement logique selon moi.

Désolé, mais le teasing s’arrête là. 
La suite au SEO Campus 2011.

Ah si « one more thing »

Parfois, on voit tout de même des indices de l’invisible tambouille qui se trame dans l’index et l’algorithme Google. Cela surgit de manière éparse et il faut du recul pour l’interpréter.

Regardez le résultat suivant.

roue magique Google

Pour info, ma femme, Vanessa, n’a aucune présence publique sur le Web. Elle possède un compte Facebook privé et ça s’arrête là pour sa participation en ligne. Tout le reste est passif, basé seulement sur du surf.
Pourtant, Google nous a mis clairement en relation dans la Roue Magique. Ce n’est pas systématique, mais au travers des multiples signaux que j’envoie publiquement, il va choisir de m’associer uniquement à ma femme qui est totalement invisible.
Mis à part des outils Google tels que Google Documents, Gmail, Picasa, etc. il est impossible de nous associer. Même sur Facebook, nous n’avons jamais été « amis » (j’ai fermé mon compte).
Bien évidemment, la mise en relation via Roue Magique s’affiche facilement lorsque je suis logué sur mon Gmail perso, mais ça apparaît parfois aussi depuis d’autres ordinateurs quand je ne suis pas loggué.

Maintenant c’est terminé pour de bon avec ce teasing, en espérant vous avoir mis l’eau à la bouche sur cette fascinante facette du référencement qui s’appuie en partie sur du concret, mais aussi sur du mystique dans la plus pure tradition googlesque.

Au plaisir d’en discuter avec vous le 2 mars à Paris (et certainement après par ici ou ailleurs).

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.



56 réponses dans “Teasing SEO Campus : le PersonRank”

  • Alban dit:

    Je savais que google exploite plus ou moins le parcours de chacun lorsqu’il peut le ‘tracer’.
    Ce qui me surprend c’est ton dernier point : la relation entre toi et ta femme dans la magic wheel, je vais tester voir si ca fonctionne sur moi aussi (pas avec ta femme ;) avec la mienne).
    Tu nous mettras ton slide après la conférence ?

  • pierre dit:

    Le référencement peut être manupulé (vous le savez !) alors rien de tels que les millions d’internautes. Analyser le comportement des internautes est depuis longtemps l’objectif de google, qui doit aussi utiliser le temps passé sur un site. Les actions des internautes, c’est aussi leur fichage pour leur présenter les pubs sur lesquelles ils cliqueront…

  • Laurent dit:

    @Alban : promis juré la Wonder Wheel n’est pas un coup de Photoshop.
    Pour les slides, faudra que je m’applique pour rendre ça public car je suis nul à chier en fabrication de slides. Donc, ce n’est pas promis.

    @mots clés livre : attention à ne pas confondre la régie publicitaire Adwords ou Adsense avec les résultats de recherche naturels. C’est un terrain glissant et propice aux interprétations bancales.
    Et que veux-tu dire par « le référencement peut être manipulé » ?

  • Fumel dit:

    Ce sont les internautes anonymes qui feront le référencement bientôt… si google parvient à bien analyser leurs surfs.
    D’où l’utilité d’avoir des sites avec un vrai contenu…

  • Philippe dit:

    « (vraiment je l’adore ce camembert) »
    Ben si tu viens à la maison tu seras servi alors.
    Avec du cidre bouché en plus. ;-)

  • Discodog dit:

    Tiens pour moi c’est pas ça du tout le personrank, pour moi c’est si Google pense que le footprint/id adsense-analytic/parfum de Rudy a la réputation de faire des sites de grande qualité, alors Google met un boost sur tous ses sites.

  • Laurent dit:

    @Fumel : conclusion un peu beaucoup hâtive.

    @Camembert normand : il fait des backlinks ton cidre ?

  • Vincent dit:

    Il va vraiment falloir que je me débrouille pour aller au SEOCampus…

    Ce que tu dis ne m’étonnes pas, après tout Google nous mets une grosse alerte qu’il va collecter des données lorsqu’on active le calcul du PageRank dans sa toolbar.

    La question est : où s’arrête ce PersonRank ? Est ce que les données de Google Analytics sont prises en compte ? Le CTR sur les recherches ?

    Encore un facteur impossible à calculer…

  • Joêlle dit:

    Bonjour, ceci est très interessant et google est partout, rapport à votre femme très etonnant quand même. C’est sur que vous n’avez rien mentionné sur internet concernant votre femme ou tout autre vanessa comme par exemple en cherchant et vérifiant cette requête http://www.google.fr/search?hl=fr&q=vanessa+%22laurent+bourrelly%22&btnG=Rechercher&aq=f&aqi=&aql=&oq=

  • Laurent dit:

    @Disco : non ce n’est pas limité aux éditeurs de sites Web. Bien sûr qu’il profile les webmasters, mais pas que.

    @Vincent : même si Google se défend d’utiliser les données de Google Analytics, que ferais tu à sa place ?

    @Joëlle : mis à part un Netlog tout pourri ? Non rien. Et le Netlog ne justifie certainement pas ce résultat. D’ailleurs, ce résultat s’affichait avant que je remplisse mon profil. Auparavant, c’était marqué par erreur « célibataire ». Argument non recevable.
    J’ai plus parlé sur le Web de Vanessa Fox que de Vanessa ma femme.

  • Morgan Prive dit:

    C’est une des seules alternatives concrète au spam et au link-building de masse. Les actions utilisateurs sont les seuls facteurs qu’un référenceur ne pourra jamais contrôler massivement…

    …Sauf en sortant du contenu intéressant :|

  • Joêlle dit:

    je pensais plutôt à vanessa fox justement http://www.laurentbourrelly.com/blog/tag/vanessa-fox

  • Laurent dit:

    @Morgan : voilà, t’as tout compris. Alors que le PageRank était manipulé à gogo, Google était obligé de trouver un palliatif.

    @Joêlle : je ne vois pas le rapport. La Wonder Wheel ne cite pas Vanessa Fox.

  • Watussi dit:

    Ouahou !!!

    Vivement le SEOCampus !

  • Aurélien dit:

    Arf, bête de couper ton développement en plein milieu, ça commençait bien !

    L’expérience de la Magic Wheel est intéressante à un autre niveau :
    _ de mon côté, lorsque je google ton nom+prénom, la roue m’affiche aussi le prénom de ta femme (elle travaille dans les assurances d’ailleurs ? en tout cas c’est ce que suggère la roue :D)
    _ par contre lorsque je me google, la roue reste muette et ne me propose rien en relation avec moi. Pourtant J’ai 6 résultats à moi sur la première page (plus l’immondice d’1-2-3 people qui se la ramène en dernière position).

    Peut-être une notion de bruit : j’imagine qu’il y a plus de Moi que de Laurent Bourrelly.

  • Laurent dit:

    @Watussi : comme tu dis…

    @Aurélien : le concept de la Wonder Wheel consiste à construire des relations entre les entités. Les micro formats sont parfaits pour arriver à cela, mais dans l’exemple que j’ai présenté, il y a évidemment quelque chose de bien plus subtil.
    Sinon, j’ai l’impression que les entités anglophones sont bien plus fournies (comme d’hab). Faut dire que c’est plutôt complexe à manœuvrer au sein des particularités linguistiques.

  • Yop dit:

    Le constat que tu as tiré de cette observation est vraiment intéressant. Pour ma part je pense que Google s’intéresse surtout à ton compte Analytics/Adsense… Si tu possèdes des sites de qualité, bien il fera monter plus rapidement tes autres sites moins côtés/nouveaux. Il y a tellement d’hypothèses possibles, mieux vaut ne pas camper sur une idée fixe ^^

  • Ramenos dit:

    Merci pour ce bon récapitulatif sur l’importance du retour utilisateur pour le seo. C’est aussi pour ça que je n’ai jamais souhaité installer cette fichue Google Toolbar :)

  • Le juge SEO dit:

    Cela fait un moment aussi que je prone la prise en compte des résultats « clients » dans l’algo Google. meme si nous n’avons pas tout a fait le meme point de vue sur le truc.

    En tout cas ton idée se tient – c’est a creuser

  • Eva dit:

    Effectivement, je pense que depuis un bon moment déjà Google utilise un certain nombre des éléments évoqués ici telle que la mise en favoris, le taix de rebond… La vraie question que je me pose est la suivante : pourquoi ça ressort aujourd’hui???

  • Marc dit:

    Ah ben non alors, et pour ceux qui ne peuvent pas y aller au SEOCampus ? Tu nous diras que c’est le principe même du teasing ?
    Sinon, la prochaine de Google, ça va être de compter les clics et les visites et l’opinion d’Alexa(rank) pour en faire un mix ?
    Ca y est, je deviens mystique moi aussi ! ;-)

  • Celine dit:

    Sa semble simple pourtant, Laurent et vannessa ont régulièrement la même adresse ip lorsqu’il se connecte sur leur gmail respectifs et même cookies (donc même pc)…. Du coup il fond partie d’un même foyer. Ils sont certainement liés…

  • cedric dit:

    Que de bons souvenirs cette réunion à Lyon, punaise 2006 déjà si loin que ça…

    Est ce que tu vas avoir réveillé la « bête » qui sommeille en T___ avec ce petit hommage que tu lui fais ? A quand les prochaines révélations dans un réunion des anciens combattants de Mr T___ ?

    D’ailleurs il pourrait nous organiser ça en Espagne pour changer !

  • Daniel Roch dit:

    Excellent article que voilà sur un concept qui va monter dans les années à venir.

    @Laurent: concernant le dernier point de ton article, je ne le trouve pas très probant, puisque la requête « Vanessa Bourelly » est proche de « Laurent Bourelly », surtout que ton nom de famille n’est pas une requête concurrentielle. Cela serait révélateur si le nom de famille de ta femme était différent.

    @Blog Mode Eva Koshka : je ne pense pas que Google utilise le taux de rebond, puisqu’il ne pourra pas le mesurer. Il pourrait à la rigueur le voir sur les sites utilisant Google Analytics, mais beaucoup de sites utilisent des solutions concurrents comme Xiti par exemple…

  • LinkMan dit:

    Pour mieux comprendre Google il suffit de se demander : si j’étais développeur chez Google, qu’aurais-je programmé ?

    Personnellement, j’enregistrerai tous les accès aux services pour intégrer une pondération dans la note du site, et donc dans le classement.

    Exemple (pour répondre plus ou moins à Daniel ci-dessus) : Dans une recherche, je clique sur le premier résultat, le chrono démarre. Si je clique sur le deuxième résultat au bout de 30 secondes c’est que le premier résultat n’est pas très pertinent => Il faut donc revoir la note en fonction de ce que les autres utilisateurs feront.

    Autre exemple : Si je clique sur les deux premiers résultats à à peine une demi-seconde d’intervalle, c’est que je veux ouvrir deux pages en même temps, donc ça ne compte pas.

    Pensez bien que tout bon développeur crée des logs pour les exploiter, alors ne soyez pas étonnez que votre barre Google servent dans l’algo.

  • Wilfried dit:

    Je suis d’accord sur le principe mais il existe tellement de maniere de contourner. Quelle SEO n’a pas creer des profils user pour tel ou tel site ?
    Combien ont leurs outils pret pour le cas ou la place des avis prendrait une plus belle part dans l’algo?

    De toute facon il est cerain que google prend la mesure de toutes ces données et ne s’en servira que lorsqu’il qu’il aura juger qu’elles sont devenu pertinentes; pas qu’elles ne le soient pas aujourd hui mais les comptes ne sont pas assez anciens pour etre crédibles a ses yeux, je pense.
    Tout le monde le sais M. G aime les vieux^^ et le jour viendra ou il recompensera les vieux compte twitter, jaiku ou kweeper (hissez le drapeau frnacais)
    Merci pour tes conseils Laurent
    (puisque je ne l’ai pas fait sur le jambonbuzz ;) )

    Wilfried

  • rtounsi25 dit:

    Que Google flaire les individus, c’est ébouriffant. Dans ce cas et pour rebondir sur les hypothèses liées à Twitter, cela vient peut-être confirmer ce que Danny Sullivan disait à propos du fait qu’un tweet avec un lien a d’autant plus de poids qu’il provient d’un tweeple a forte notoriété.

  • pierre dit:

    Bonjour Laurent
    Je veux dire quoi par le référencement peut être manipulé ?
    Des sites référencent des articles ou d’autres sites car les considèrent de qualité, ce qui est LE REFERENCEMENT avec majuscule partout ! Et vous savez qu’il existe des manières de contourner ce référencement naturel au point que les résultats peuvent être « manipulés »… Je pense que vous aviez compris !!!
    pierre

  • Sigfrid dit:

    Bonjour Laurent,

    je viens de voir qu’un internaute peut maintenant bloquer un site sur la recherche Google.
    Je pense que cet article confirme votre théorie de l’analyse des comportements des internautes.

    Je pense qu’un site qui sera « bloqué » par plusieurs internautes risquent de voir baisser son PersonRank (dans l’hypothèse qu’un jour on pourra le mesurer).

    Qu’en pensez-vous ?

    Sigfrid

  • lotois dit:

    Je crois que google fait aussi des associations avec les commentaires. Votre épouse ne vous aurait pas une fois fait de la pub via un commentaire comme celui-ci ?

  • bugzero dit:

    He ben…plus j’avance dans le SEO, plus cela me fait peur…
    si je suis un petit rookie, qui sera me défendre face à l’empereur Google ?
    Enfin, bref, d’où l’on voit que Google détient le monde numérique entre ses touches de claviers … et bon blog aussi ^^

  • Cécile dit:

    Google fut une solution (il exista même un google sans gestion publicitaire donc on se demandait comme il gagnerait de l’argent !) mais maintenant, va-t-il devenir un problème ? Avoir pris tant de pouvoir doit aussi donner des responsabilités morales…

  • Sophie dit:

    bonjour,

    @Sigfrid : se serait terrible, n’importe quel concurrent pourrait intervenir… Mais pas logique, ou on se retrouverait tous en bas et tout en bas.

  • Sigfrid dit:

    @Sophie : bonjour, pourquoi tu dis ça ?

    Tu penses qu’un internaute pourrait te faire chuter dans les SERPs grâce à un clic ?
    Je ne pense pas que ce soit possible car je pense déjà qu’un (ou trois-quatre) clic(s) ne suffira(ont) pas pour faire baisser un site dans les SERPs et que si ceci s’applique ce sera un critère parmi tant d’autres…

    Bref, ce n’est qu’une hypothèse…

  • Jeux dit:

    Je ne pense pas qu’un internaute pourrait faire chute un site dans les Serps… sinon les concurents vont s’amuser a faire chuter leurs concurents… c’est un peu le meme principe des BL, si un concurent s’amuse a mettre des faux liens vers ses concurents google va tout simplement ignoré ce genre de lien et ne pas bannir directement ce site… Ou pas !

  • payetonlien dit:

    Merci, mais zut… aucune envie d’aller au SEO Campus. Désormais tu ne nous feras plus bénéficier de tes lumières ici ? Il faudra payer ? ;p

  • maurice dit:

    Au début j’ai un peu sauté de mon siège à la vue des premières phrases mais en réalité, tout cela tient la route.

    C’est même une excellente idée quand on y pense: puisque Google utilise les liens pour juger la popularité d’un site, pourquoi ne pas plutôt, lorsque cela est possible, utilisé la crédibilité que lui portent les lecteurs.

    Après, même si ce facteur (s’il existe réellement) prend de l’ampleur chaque année, je ne pense pas qu’il faille révolutionner ses méthodes de travail. Du moins, pas du jour au lendemain.

    En tout cas, excellent article qui met en avant une chose dont je n’avais jamais entendu parlé, chapeau.

  • Cotech dit:

    bonjour!
    On ne doit plus peur des spams puisqu’il y a déjà l’analyse du comportement des visiteurs par les moteurs de recherche et ainsi que les comportements influents plus ou moins sur la performance du site dans les résultats de recherche.Mais il nous faut quand même un anti-spam,
    Ce site est très très constructif!

  • Mars dit:

    Je ne sais pas vraiment quoi dire de sûr ou de certains sur le fait que Google prendrait en compte les données des utilisateurs/visiteurs sur un site.

    Et pourtant les données sur les visiteurs d’un site peuvent être importantes non seulement pour Google qui pourrait valoriser tel ou tel site en fonction justement des actions des visiteurs.

    Je me dis que Google se base tellement sur des « procédés techniques » pour valoriser un site dans le classement des sites, pourquoi ne pourrait-il pas aussi se baser sur des « informations humaines » ?…

  • rozzi dit:

    Merci pour cet excellent article ! Je suis d’accord sur le principe mais il y aura toujours des dérives malheureusement… Question complètement hors sujet, mais tu utilises quel plugin pour afficher un article en bas à droite de la page ?

  • tchernozeub dit:

    Très bon article. Je ne suis pas vraiment étonné par ce croisement de données par google. Mais je ne suis pas vraiment certain que cela l’emporte sur le netlinking.

  • Francois Bontemps dit:

    Très bonne présentation
    Les pistes sont là mais les preuves vont être difficile à trouver ;)

  • Dino dit:

    Je ne sais pas ce qu’est la « Roue Magique » ici évoquée, j’ai loupé un « truc » :-), qui peut me renseigner ? Un dinosaure du web qui comprend pas tout ;-).

  • auditez dit:

    Bonjour,

    Peut-être un nouveau moyen de contrer le spam et le link-building de masse.

    Par contre, je pense qu’à moyen terme, les référenceurs extrêmes trouveraient des solutions pour manipuler les actions utilisateurs.

    amicalement

  • viiip dit:

    Oui, comme dit dans les commentaires précédents, les referenceur/spammeurs trouveront toujours une façon de détourner le principe pour faire croire qu’il s’agit du comportement des internautes, c’est sans fin de toute manière. Le métiers évoluent chaque jour et il faut s’y faire et c’est bien ça qui est passionnant !

  • tchat dit:

    J’ignorais l’existence du PersonRank oO Merci pour la découverte x)

  • Jacques dit:

    Cet article est à « remettre aux goûts du jour » après l’annonce du +1 de google.

    Et le personRank basé sur la popularité de twitter (followers et « theme » followers) ou facebook (amis/fan), cela influencera beaucoup les resultats… D’où la prochaine apparition d’outils BH qui créeront de faux profils en big linkwheel.

  • sensationnel dit:

    c seront un jour les internautes qui feront le référencement… Le jour ou google pourra analyser leur surf de manière précise je suis sur que ce sera le cas. D’ou l’utilité d’avoir un site avec un vrai contenu

  • hsl dit:

    @Sensationnel : Je pense qu’on y vient progressivement et que google commence à intégrer ce paramètre depuis un bon moment déjà.

  • vin dit:

    pour une analyse personnelle google est un outil qui joue un rôle important dans le referencement d’un site j’en ai fais mon expereince..prenons l’exemple des pages rank cela donne une nette visibilité de la posotion d’un site bien référencé.

  • Roman-Ph dit:

    moi le personrank, j’y crois complètement. et je suis sûr qu’il est effectivement intégré à d’autres niveaux de GG, c’est assez démonstratif à travers nos navigations !

  • Cany0n dit:

    Ça apparaîtrait logique. Vu qu’il trace les requêtes. Avec son arsenal de stockage, je vois pas pourquoi il se gratterait de ne pas exploiter.

  • luxman dit:

    Cet article est intéressant, mais le social Ranking n’a encore a se jour pas fait de preuve réel.
    Ayant fait pas de testing sur le site quelle-plaisir.com car tres concurrentiel cela n’as pas apporter grand chose. Moins que des articles réalisé sur des blogs avec de bons lien.
    Par contre le social référencement devrait être plus fort pour des Fans pages. Mais peut on être fam d’une boutique généraliste en ligne.
    Donc cela reste finalement très limité a des secteurs, miche d’activité.

  • vaince dit:

    Avec ce nouveau paramètre dans son algorithme de recherche, Google nous réserve bien des surprises. Autant le remplissage des pages par mots clefs ou les techniques de montages en HTML sont plutôt quantifiables alors que le calcule de cette nouvelle popularité reste quand même super subjectif.

    Disons que maintenant ça va être super difficile de « tricher ». Le référencement va devenir bien plus hard mais la qualité de l’information recherchée ne sera que meilleure.

  • Cultivé dit:

    On peut se poser la question, par exemple, puisque Google nous indique qu’il prend en compte les liens en provenance de Twitter ou Facebook si il y a une réelle différence entre les liens nofollow de twitter et facebook et les liens dofollow de Google+…
    Là encore, ça serait « de la communication » que ça ne me surprendrait pas.

  • Arnaud dit:

    Pour moi aussi, il était évident qu’un jour ou l’autre google allait exploiter le comportement et le profil des internautes pour référencer les sites. C’est toujours vers les utilisateurs que Google se tourne car c’est nous qui faisons internet.