AccueilRéférencement ➟ Lyncher ou pas lyncher ?

Lyncher ou pas lyncher ?



Fallait-il lyncher l'hypocrite agence référencement publika ?Mon dernier billet sur l’hypocrisie de l’agence référencement Publika ayant divisé les visiteurs en deux camps, je pense qu’une mise au point est nécessaire.

D’un côté, il y a ceux qui pensent qu’on peut dénoncer un comportement malsain et de l’autre il y a ceux qui pensent qu’un « lynchage public » sans somation est malvenu. Que ça fasse de la pub au « lynché » ou tout simplement « parce que ça ne se fait pas », je n’aurais pas du dénoncer Publika.

Quelques infos en plus

Pour commencer, j’ai bien envoyé des salves de somation via Twitter le 1er septembre. J’ai même laissé tout le temps nécessaire pour attendre une réponse. Sauf que le silence de Publika m’a justement donné envie d’aller jusqu’au bout.
 Ayant averti l’agence de mon intention, je ne sais pas pour quelle raison ils n’ont pas réagi car c’est plus facile de désactiver une émanation négative en amont. Ou alors ils ne surveillent pas du tout leur caisse de résonance et c’est encore plus grave que je ne le pensais.
 Le truc embêtant à propos de l’affaire Publika est que je connais le fondateur de l’agence. J’ai réalisé mon erreur seulement le lendemain de la publication. De plus, nous évoluons dans un cercle qui dépasse largement le référencement et même Internet. Sur le coup, ooops la boulette. Tant qu’à faire, il valait mieux taper sur une entité avec laquelle je n’ai aucune affinité. Les sagouins du SEO ne manquent pas à l’appel, mais le cas Publika est exemplaire puisque c’est la façade en contradiction avec la réalité qui me dérange.

Le fond du problème

Certains pensent que c’est inadmissible de dénoncer en public. Seulement, je me demande pourquoi ça pose autant de problème avec une agence, tandis qu’il n’y a pas eu le même reflux outré quand j’ai démasqué le fake Twitter de Dan.
Par ailleurs, Mediapart peut pendre Woerth ou l’Equipe fracasser Domenech, mais je ne pouvais pas mettre Publika au pilori.

Ce qui ne va pas dans le secteur du référencement concerne les abus par certains qui prennent les clients pour des pigeons. L’autre souci est en relation avec l’incompétence qui est tout aussi impardonnable car la maîtrise des fondamentaux est le minimum syndical avant de s’improviser référenceur. Au delà de ces deux volets, règne une zone floue qui est inhérente à notre métier. Nous ne pratiquons pas une science exacte et il n’y a jamais rien de garanti ; cela peut provoquer quelques remous ou incompréhensions.

Pour dénoncer les référenceurs charlatans, on voit régulièrement apparaître un billet aigri par une personne extérieure au secteur. Bien évidemment toujours à côté de la plaque, l’auteur fourgue tous les référenceurs dans le même panier. Ce type de billet manque énormément de crédibilité car il émane d’une personne qui n’a pas appréhendé toutes les subtilités du métier. D’ailleurs, les deux derniers qui ont osé critiquer les référenceurs se rappelleront toute leur vie des concepts de fraternité et solidarité dans le milieu. 
De mémoire, j’ai lu un seul article qui citait des noms et publiait le résultat du travail. Sauf que je ne retrouve plus l’article en question. Il restait bien neutre, laissant à chacun de juger l’abus évident dans la prestation. C’était un comparatif d’audits et prestations pour un site de casino, mais le billet a disparu… Voici tout de même le fameux audit référencement dont je vous laisse juger la qualité.
Un autre exemple de coup de gueule nous parle des devis en ligne de boutiques e-commerce.

Cela arrive de tomber sur des clients mécontents dans les forums. Sauf que le Code Civil passant par là, il est délicat de nommer le prestataire.  Voir les déboires de  Mathias à ce sujet.  Bien sûr, c’est plus courant de se lâcher sur un forum que dédier un blog entier comme Mathias, mais le responsable des lieux va logiquement se préserver en modérant ce type d’accusation publique.

J’ouvre une parenthèse au sujet du client mécontent car c’est inévitable. En ce moment même, j’ai affaire à un tout petit client qui se croyait grand. En général, les fautes sont partagées. Dans ce cas, c’est ma faute d’avoir été trop gentil et doux sur le prix, pour finalement se retrouver accusé de « péter un plomb ». Mon expression préférée est que certains veulent le beurre, l’argent du beurre et la crémière avec. Du côté client, il semble normal que tout soit un dû. Nous avons tous eu cette approche en tant que client. Le vendeur est à notre service inconditionnel du moment qu’il y a eu achat du corps et de l’esprit à l’aide d’espèces sonnantes et trébuchantes. Deux pensées contradictoires s’affrontent, se dirigeant indéniablement vers le clash. Étant donné mon manque reconnu de diplomatie, le résultat ne se fait pas attendre lorsque je m’aperçois qu’on commence à prendre les vessies pour des lanternes. Heureusement que cela représente une fraction infime puisque j’ai un conflit moins d’une fois toutes les années bissextiles.
 D’ailleurs, faut-il vraiment avoir une réputation sans tâche et sans reproche ? Est-ce crédible de vivre dans un monde de Bisounours où tout se termine par un câlin et une danse ?

Les escrocs et les autres

Je reviens sur le sujet du jour en discutant du fossé qui existe entre une prestation qui se passe mal de temps en temps et ceux qui font vraiment du sale boulot, faisant passer le référencement pour une arnaque menée par rien d’autre que des escrocs. Alors, que fait on avec ces escrocs ?
Les dénoncer publiquement fait de la publicité gratuite d’après certains. C’est un vieux dicton de la communication qui dit ça, mais demandez à BP ou Woerth si toute publicité est bonne à prendre. Ce genre de raisonnement provient d’un autre âge ou la propagation fulgurante sur le médian Internet n’était pas de mise.
L’autre argument est qu’on ne lynche pas. Ok, la presse peut dénoncer à tort et surtout à travers, mais un blogueur doit la boucler ? Là je ne pige pas le raisonnement. Parmi les commentaires négatifs, je n’ai pas encore lu un argument valable sur la raison qui dicte l’interdiction de dénoncer. Et ne cherchons pas non plus à atteindre le Point Goodwin…

Omerta

Un argument beaucoup plus sournois concerne l’Omerta qui règne dans le milieu du référencement et globalement en France. Chut ! Ne parlons pas des choses qui fâchent.
Bien entendu, je ne suis pas là pour changer les mentalités. Le référencement n’est pas le seul secteur où on lave notre linge sale en famille ; surtout ne faisons pas de vague en dehors du microcosme. C’est donc via liste de discussions ou forums privés qu’on va se délecter à pourfendre la cible du moment.  D’ailleurs, c’est pas ce biais que j’ai pris connaissance du cas Publika.
Déjà qu’on pratique une certaine langue de bois, il ne faut pas non plus pousser l’hypocrisie trop loin. La langue de bois est en rapport au savoir qu’on partage aisément, mais pas tout quand même. Chacun garde sous le coude un certain volume d’acquis qui sera distillé au compte goutte ou en temps voulu.

Pour finir

Mon seul regret est d’avoir dénoncé une agence dont je connais le fondateur dans un cadre hors travail. Comme expliqué dans le billet, Publika est loin d’être le seul qui affiche une image propre d’un côté pour faire le sagouin par derrière. Cela n’a jamais été mon attitude puisque j’ai toujours revendiqué que les guidelines Google n’étaient pas le loi universelle. La véritable faute est de coller une pseudo charte de qualité par devant, alors que c’est du grand n’importe quoi par derrière. Encore une fois, toute est question de perspective car qualifier un Black Hat SEO de goret est plutôt flatteur. L’autre problème est que la stratégie et la méthodologie sont défaillantes, mais certains diront que c’est tant mieux s’ils sont toujours aussi nombreux à travailler aussi mal. En tout cas, ça ne mériterait pas un billet.

Toujours et encore, je clame que la seule vérité est sur l’écran. Je répète pour la nième fois que ce ne sont pas les techniques qui me choquent, mais de prétendre être ce qu’on est pas. Pourquoi cacher le fait qu’on utilise tous les moyens à notre disposition pour atteindre les objectifs ? La seule règle qui prévale est « pas vu, pas pris ». Tout le reste n’est que mythologie et supputation.

Après, j’aimerai bien qu’on m’explique avec des arguments persuasifs pourquoi il ne faut pas dénoncer ?

Crédits photo intro : matthigh

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.



49 réponses dans “Lyncher ou pas lyncher ?”

  • lecteur dit:

    Il y a une différence entre dénoncer et lyncher. Et ce n’est pas parce que la presse a parfois une attitude borderline que les blogeurs peuvent faire la même chose.

    « Dénoncer : Signaler une personne comme coupable à la justice. »
    « Lyncher : Exécuter quelqu’un sans l’avoir préalablement jugé. »

    Je trouve encore plus navrant que vous vous en vantiez sur twitter.
    Et être référenceur, c’est aussi connaître le sens des mots et pas juste jouer avec !

  • Laurent dit:

    Merci pour la leçon de français cher lecteur anonyme, mais je connais le sens de ces termes (d’après l’IP, il semblerait que ça soit un de mes fans auvergnats).
    J’utilise « lynchage » pour reprendre l’idée derrière les commentaires du billet précédent et autres tweets.
    Après, je ne peux pas grand chose pour ceux qui n’ont pas pigé la subtilité.

  • RaphSEO dit:

    Moi ce qui me fait rire c’est que tu as osé dire tout haut ce que certains pensent tout bas. Ceux là même qui critiquent peut être. Et là où on voit que tu es entier c’est que toi donne un nom, ce que très peu (voire aucun) ont les couilles de faire.
    Donc oui Laurent as dénoncé une hypocrisie entre un discours et une action. Mais non Laurent n’a pas fait un lynchage en règle. D’ailleurs pour info lyncher signifie exécuter quelqu’un sans l’avoir préalablement jugé.
    ici je pense que ce n’est pas le cas.
    Moi je pense que ce qui dérange le plus, c’est de dévoiler au grand jour des pratiques dont tout le monde connait l’existence mais préfèrent appliquer la loi du silence.
    La seule faute que je pourrai te reprocher c’est le fait d’avoir oublier/ pas vérifier qui était le fondateur de part vos relations.

    Et ce qui m’énerve le plus, c’est l’existence de sujets tabous, je me demande si c’est propre à la France, se taire toujours se taire plutôt que dire la vérité même si elle fâche car ce n’est pas politiquement correct.

    Pour finir, ce que je souhaite c’est que Publika viennent répondre et donner son point de vue par rapport à celui de Laurent.

    Ensuite Laurent, pour ta phrase : « D’ailleurs, faut-il vraiment avoir une réputation sans tâche et sans reproche ? »
    honnêtement ça existe une société qui vend ou propose quelque chose et qui possède des avis uniquement ultra positif?

  • Client mystère dit:

    Personnellement, en tant que « client », je trouve que ce type de dénonciation montre clairement, avec des exemples clairs et précis et des noms, des éléments permettant de juger du sérieux d’une agence de référencement.

    Comme tu l’as très bien dit, le référencement n’est pas une science et les « témoignages clients » sur les sites d’agences sont bien gentils mais comment juger de la performance et du sérieux des techniques employées ?

    Au moins, avec ce type d’indices on sait à quoi s’en tenir. Personnellement, je me sentirai roulé d’avoir miser sur une agence annonçant des pratiques responsables et de voir un vieux blogs faire des liens vers mon site…

  • Lionel dit:

    Bonjour,

    nous avons pris note des deux billets postés sur votre blog. Nous vous avons invité sur ce même blog à contacter directement Regan, sans réponse de votre part, voici la réponse que nous pouvons apporter ici.

    Tout d’abord nous allons apporter une première réponse : oui nous faisons également du border-line pour certains clients (et pour nous même). Passons ceci n’est pas surprenant et personne n’en sera ici surpris (d’autant plus que contrairement à ce que vous stipulez ici des messages ont été postés à ce sujet sur notre blog de référencement à de multiples reprises). Oui ceci n’est pas dit dans notre politique de prix classique mais il n’y a pas que des contrats classiques de référencement et beaucoup de gens ici le savent …

    Mais là où nous allons sans doute vous surprendre un peu plus Laurent c’est que nos clients en questions dont vous semblez vous inquiéter, en sont informés, ont signé un devis à ce sujet et …. reçoivent tous les mois le listing des actions réalisées de façon précise, transparente et expliquée. Aucune action ne peut être entrepris sans leur accord, nous pourrons le jour J fournir une preuve de ceci bien entendu …

    Dans ces conditions pourriez-vous nous expliquer ce qui vous autorise sans avoir pris ces précautions au par avant de nous traiter de : « glands », « cochon dont la fange n’est pas changée pendant plusieurs mois », « nazes « , « sagouins », « ceux qui donnent envie de gerber… « . D’ailleurs, puisque vous apportez des informations dans ce second billet, je souhaiterai également en apporter quelques unes : où sont les traces de vos « sommations » ? Nous avons des formulaires de contact sur nos sites, des lignes téléphoniques portables et fixes, que vous connaissez puisque vous les avez analysés, et puis …. vous connaissez personnellement des personnes dans l’agence ou des amis communs, peut-être aurions nous pu en parler avant ? Sommes-nous d’ailleurs en guerre pour utiliser le terme de « sommation » ?

    Je passerai également outre les messages que nous ne comprenons pas : « Et s’ils continuent de me contrarier, ça va aller crescendo. ». Pourriez-vous nous apporter une preuve d’un quelconque préjudice que nous vous aurions fait subir et qui justifierait peut-être tout ceci ?

    De plus, vous êtes référenceur et savez donc à ce titre manier les mots et en connaissez leur subtilité. Puisque vous « défoncez » une agence (cf. votre propre twitter) ou procédez « au lynchage d’une agence » je pense que vous comprenez bien que vous n’êtes pas en train d’informer ou de dénoncer mais bien d’insulter et de dénigrer une agence et salir en public son travail. Ceci n’étant pas sans répercussion et là encore en tant que référenceur vous ne pouvez pas ne pas le savoir.

    Vous vous posez également la question de savoir pourquoi votre message est polémique ? Peut-être devriez-vous le relire et vous comprendrez la violence de vos propos face à une situation que malgré tout vous n’avez pas examiné suffisamment ou du moins pour laquelle vous n’avez pas pris le temps de consulter l’acteur que vous alliez « défoncer » et « clouer au piloris ».

    Vous aussi, ne souhaiteriez pas que certaines choses puissent être mise en lumière sans discussion préalable et puisque vous connaissez également Regan dans un cadre hors professionnel vous auriez peut-être pu y réfléchir avant que de traiter son entreprise « arnaque menée par rien d’autre que des escrocs ».

    Vous noterez au passage que notre client informé de la situation n’apprécie pas forcément d’être cité lui non plus mais vous réglerez ce différent avec lui car son anonymat aurait tout au moins pu être conservé. Nous concernant nous ne pouvons ici que remercier les différents interlocuteurs qui au travers de leurs messages nous ont défendus ou soutenus dans un lynchage de fin de week-end qui était là pour « donner un peu de divertissement ».

    Nous sommes toujours à l’écoute de toute remarque constructive, suggestion, et nous pouvons comprendre qu’une méthode de référencement (ou du moins une des facettes de cette méthode) puisse ne pas plaire à tout le monde. Personne n’est parfait mais ce que nous ne pouvons pas comprendre c’est la violence des propos et les insultes gratuites compris dans vos messages.

    Nous nous interrogeons encore à l’heure actuelle sur vos réelles motivations mais je pense que vous aurez bientôt l’occasion de vous expliquer sur ceci.

  • RaphSEO dit:

    @client mystère attention, je ne suis pas d’accord avec vous. ce n’est pas parce que une agence utilise telle ou telle technique qu’elle n’est pas sérieuse.
    Certains dans le domaine du seo ce sont spécialisés dans les techniques borderline voire plus et ils sont on ne peut plus sérieux. je ne vais pas donner de nom mais ceux qui ont suivi mes derniers billets doivent voir de qui je parle
    le tout étant de jouer franc jeu avec le client. Le client a un droit de regard et doit au minimum être informé sur la méthodologie employée.

    en résumé on peut faire du très crade, avoir de très bons résultats et le client être très content
    donc il ne faut pas tout mélanger.

  • Laurent dit:

    @RaphSEO : on ne va pas refaire le monde…

    @Client mystère : j’avais rédigé un billet pour essayer d’aider les uns et les autres à poser les bonnes questions http://www.laurentbourrelly.com/blog/3.php

    @Lionel : mouarf si c’est sur le ton menaçant que vous voulez prendre la chose, c’est bien mal barré avec moi.
    Quand aux « insultes » c’est mon style de parler franc. Je ne vais pas non plus changer de style pour dire franchement le fond de ma pensée.
    Ce qui m’amuse est que vous essayez de valider vos techniques. Dans le genre, je m’enfonce encore plus, y a pas mieux.
    Encore une fois, vous étiez largement averti via Twitter. Il fallait me contacter à ce moment là. Regan en tête.
    Retour sur une somation datée du 1er septembre http://twitter.com/laurentbourelly/status/22698708893

  • Jean-Baptiste dit:

    Un peu bizarres ces excuses en demi-teintes. Cet article là me dérange plus que le précédent :
    Ce n’est pas quand tu es au milieu du gué que tu dois te décider a faire demi tour ! En plus dans ton cas, tu avais complètement traversé, mauvaise conscience et besoin de rédemption ou volonte de passer une 2eme couche pour la finition.
    Et même si le facteur déclenchant (ce que je nomme vulgairement l’irritation de prépuce) est flou, les commentaires qui ont suivis sont super instructifs.
    BH et WH sont, a mon sens, les deux faces d’une même pièce, la mise en cause ne se situe pas a ce niveau, mais vient plutôt du fait que, selon ce que j’ai pu lire, ils sont pas bons du tout dans cette agence. Laisser résonner la caisse, pour reprendre tes termes est une erreur (de plus) car le gros truc qui manque a cet article est un droit de réponse, mais la encore, il faut avoir un certain talent. Et ca va être de plus en plus dur pour eux de réagir.
    Un dernier point qui m’amuse, c’est la technique de name dropping de ce dernier article :
    Pour finir, il ne s’agit que de SEO et même si c’est un domaine passionnant, seul son microcosme s’est passionné

  • CorsicaNazione dit:

    Le plus choquant n’est pas de voir le chavalier blanc monter sur son cheval, glaive libérateur à la main pour couper les têtes des méchants ….
    Une chose est accusé, demander justice, une autre est insulter les gens. cela ne donne que peu de crédits aux propos et ressemble plus à un pb interne entre vous et cette société ou ses personnes plutôt qu’en une dénonciation.

    Malvenues également les leçons de la vierge effarouchée lorsqu’on se cache en Andorre pour ne pas payer d’impôts en France …

  • Laurent dit:

    @Jean-Baptiste : quelles excuses ? Je mets les choses au clair et surtout je demande s’il faut vraiment se taire. T’as pas non plus compris le principe. Peu importe « bon ou pas bon ». Ce qui est essentiel est bien d’afficher sa couleur.

    @CorsicaNazione : ou plutôt IP Montpellier? Les gars, passez au moins par un proxy pour noyer le poisson. Entres mes fans d’Auvergne et ceux de Montpellier, vous êtes vraiment amusants.
    Quand aux « insultes », ça va faut pas pousser non plus. Maintenant, on m’accuse de faire du style ?

    Quand à Andorre, je ne me cache pas contrairement à tous ceux qui trichent avec les impôts tout en restant en France. Je n’étais pas d’accord avec le système et je suis parti. Essaye pour voir si c’est si facile.
    Il va aussi falloir légitimer cela ou je laisse pisser les remarques qui puent la jalousie?

  • julienb dit:

    Tout d’abord mon Avis

    Personellement ce genre de « lynchage » ne me choquie pas plus que cela. Quand on utilise des techniques borderline, il faut s’attendre a un moment ou a un autre a un retour de baton. Je me rapelle que lors de la fameuse affaire BMW, nombreux ont été ceux qui ont défoncé mon employeur a cette époque et que si ma mémoire est bonne, mes boss avaient eu au minimum le bon gout de justement cleaner les process et de la jouer profil bas.

    Ensuite, et d’un point de vue vraiment personel, je suis plus ou moins du meme avis que Laurent, ces techniques de splogs sont non seulement tres borderline mais en plus elles ont été mises en place avec les pieds, c’est du travail dégueulasse et c’est ce genre de prestations qui donnent des billes a des personnes comme Mr Bortzmeyer lorsqu’ils décident de s’attaquer a la profession dans son entier.

    Plus que les BH c’est ce genre de travail qui jette un discrédit sur notre profession et qui me rends a moi la tache plus difficile lorsqu’il faut aller « recuperer » un client!

    @Lionel
    Quand vous dites que vos clients sont informés de la mise en place de ces techniques, sont ils vraiment informés AUSSI des risques qu’ils prennent??? Parce que la aussi le retour de baton risque d’etre pas mal!

  • Laurent dit:

    Ah oui tiens c’est vrai ça! Google peut dénoncer Netbooster, mais je n’ai pas le droit de dire ce que je pense de Publika ?

    L’attitude de ton boss de l’époque est exactement ce que j’ai conseillé à Regan (le fondateur de l’agence) tout à l’heure par email.
    Mea Culpa est la seule issue. Le ton et l’angle pris par Lionel est exactement ce qu’il ne faut pas faire dans cette situation.
    Prenez un vrai référenceur (d’ailleurs Publika en avait un à l’époque en la personne de Jeff – Sud Impact) et montrez que vous changez de méthode.
    Tout comme Netbooster ou d’autres, le nuage noir partira.
    Continuez à vous entêter et ça ne risque pas de s’évaporer comme par miracle.

  • Julien dit:

    L’avenir nous dira quelles conséquences juridiques, relationnelles, … seront issues de ces différents articles, mais quel manque de finesse au global !

    Je crois qu’il n’y a pas une semaine, ou des actions SEO déplorable sont présentées : test de de Xrumer qui linkeo directement vers mon site 2.0, joujou avec un compte twitter automatique pour faire gagner un PageRank 5 certifié Google, le bon gros lien « Powered By Expert SEO 2009″, … Mais c’est quoi ces techniques SEO dignes de l’affaire de septembre 2004, été 2005 ou janvier 2006. Nous sommes partenaire Google accrédité au Pigeon Rank de Google : la devanture n’inspire guère confiance.
    Effectivement ces situations en 2010 de foutage client sont inadmissibles, car c’est une profession qui en prend en coup. Ces presta SEO ne font pas preuve de conduite professionnelle, punto ligna.

    Ensuite, nous pouvons regretter ces situations de presta SEO(qui sont scandaleuses), mais nous ne dénonçons pas directement ces pratiques en nommant explicitement l’agence ou autre entité SEO, en faisant monter la mayo (avec plein de fautes comme un cas sur un raif.com), … ce n’est pas professionnel non plus.

    Loin de là, une certaine omerta, mais juste de ne pas utiliser les mêmes armes qu’eux !

  • julienb dit:

    @Laurent
    Imagine pour moi qui venait juste d’arriver la bas, transfuge de 1ere-position en plus! Je te raconte pas la rafale de foutage de gueule par mail!

  • CorsicaNazione dit:

    [Edit par Laurent]Te fatigue plus. Avec ou sans IP, t’as plus la parole par ici[/Edit par Laurent]

  • Mike dit:

    Les français et la culture de l’hypocrisie, une vieille et longue histoire…

  • Seb dit:

    J’avais soulevé le fait que cela leur faisait de la pub dans le billet précédent et malgré ton explication, je persiste et je signe.
    Oui, on pense généralement qu’internet a changé ce rapport à la notoriété, mais les études marketing montrent toute le contraire. Je ne dis pas que l’étude académique est forcément meilleure que le bon sens, je dis juste que cela laisse penser que le fait de faire de mauvaise pub n’a pas forcément l’impact qu’on pense.

    Par contre, je trouve cela plutôt bien que l’on ait une réponse de l’agence. Bon, le débat ne tourne pas très haut mais je ne suis pas sûr qu’ils soient ceux qui l’aient lancé à cette hauteur.

    Et là, ça part en pugilat, et je n’aime pas trop ça. Laurent, refais-nous un sourire et un peu d’ironie plutôt que des phrases comme « je laisse pisser les remarques qui puent la jalousie? »…

  • CubeCom dit:

    Hé bien ça en aura fait parler…que de lecture instructive. Après c’est pas évident de se mettre dans un camp ou dans l’autre quand on ne connait pas les protagonistes.

  • Le Juge SEO dit:

    @Julien
    Je pense aussi qu’un bonne vollée de bois vert de la part de la profession dans son ensemble ca permet une sorte d’assainissement!

    Comme je le dis NetBooster maintenant ils sont inattaquable au niveau de la qualité des presta, aposition avait pris sa claque a une epoque aussi et maintenant ils sont eux aussi impeccables

    C’est a Publika de se remettre un peu en question

  • barbecane dit:

    Une controverse inextricable. Comme entendu au PMU ce matin, « chacun voit midi à 14h00″. Que nous reste-t-il, à nous, personnes de raison, sinon la logique pour secourir nos passions ?

    J’ai donc utilisé mon générateur automatique de textes aléatoires en orientant ses graphes pour produire des syllogismes.

    Bref, après avoir entré quelques sujets, groupes et prédicats, voilà les résultats logiques par lesquels exposer son opinion d’une manière concise et exigeante.

    Thèse n°1 : pour la démarche de Laurent B

    Tous les Bernard Menez du kilo octet sont lynchés en public
    Or, Publika est un Bernard Menez du kilo octet
    Donc Publika est lynché en public

    Tous les référenceurs du dimanche sont plutôt empapaouteurs de biniou
    Or, Publika est un référenceur du dimanche
    Donc Publika est plutôt empapaouteur de biniou

    Tous les gorets des SERPs sont sympathiques
    Or, Publika est un goret des SERPs
    Donc Publika est sympathique

    Thèse n°2 : contre la démarche de Laurent B

    Tous les gorets des SERPss sont mérovingien 2.0
    Or, Publika n’est pas mérovingien 2.0
    Donc Publika n’est pas un goret des SERPs

    Tous les sagouins du SEO sont lynche en publics
    Or, Lionel de Publika n’est pas lynche en public
    Donc Lionel de Publika n’est pas un sagouin du SEO

    Tous les gorets des SERPs sont stakhanovistes du rank
    Or, Laurent B est un goret des SERPs
    Donc Laurent B est stakhanoviste du rank

    Conclusion :
    Tous les gorets des SERPss sont mérovingien 2.0
    Or, Matt Cutts 1er dit le bref est un goret des SERPs
    Donc Matt Cutts 1er dit le bref est mérovingien 2.0

  • Labisse dit:

    Au début je trouvais ton post sur Publika excessif et un peu soupe au lait… mais en fait après la lecture de ta correction et les commentaires que cela génère…. je change d’avis, alors c’est vrai que la forme laisse a désirer, mais sur le fond, publika utilise des méthodes douteuses sans vraiment le dire (mais tout en le disant).

    La vrai question est combien existe t’il de vrai référenceurs et combien de charlatans ? le rapport doit être plus ou moins de 1 a 10 en faveur des charlatans. Le marché du SEO est encore très jeune et ne s’est pas encore régulé et reste une vrai foire d’empoigne.

    Je note aussi la multiplication des polémiques sur ce sujet…. et c’est très bien cela va permettre d’épurer un peu le secteur ce qui en soit est fondamental si les SEO veulent changer leur image qui globalement est déplorable car :
    1 – Le référenceur fait toujours du BH
    2 – Il bosse 5 minute et facture des fortunes
    3 – Aucune garantie
    4 – Je ne sais pas ce qu’il a fait
    etc….

    Le métier de référenceur est un vrai problème dans le sens ou il ne peut globalement pas garantir les résultats, une incongruité totale dans une économie de marché.

    Il y a donc de la part des référenceurs un devoir d’éducation sur leur métier et cela peut aussi passer par des billets polémiques comme le tiens, bien ou mal, le fond ou la forme d’une certaine manière ce type de message est indispensable.

    Comme je le disais sur la forme je n’adhère pas trop mais sur le fond totalement

  • Gilbert dit:

    Le vrai souci de ce metier c’est qu’il n’a rien de scientifique dès le moment ou plusieurs acteurs entrent en jeux … ici les référenceurs et Google. On part souvent sur des hypothèses, des tests, et ensuite on applique…

    Cela me fait aussi penser à la météo, metier scientifique, mais ou on se fait traiter de « menteur » quand les prévisions ne sont pas juste.

    Bref, j’adhère au fait qu’il faut encore et toujours « evangéliser » (depuis le temps) … et depuis le temps il y a toujours des BH/WH/GH et des RH … et peu importe le chapeau qu’un agence porte officiellement … la réalité est souvent plus obscure …

    Autre fait … quel est la différence entre une boite de com qui fait du « ref » et une boite de réf qui fait de la com … chacun son metier non ? Meme s’il faut bien le reconaitre souvent les metiers se croisent :)

  • nicolas dit:

    Le black hat seo par une agence, c’est un choix. Si l’agence l’assume et qu’elle accepte avec le client les risques… De notre coté nous n’avons pas fait ce choix, les résultats sont plus compliqués à obtenir et plus long. Certaine agence très propre sur elles font du référencement propre mais externalise le boulot de petite main au Magreb. je ne trouve pas ça forcement mieux. dur dur d’être artisan…

  • Keeg dit:

    J’ai relu le billet hier soir, tranquillement, pour me forger un avis.

    Rapidement et en prenant en compte le fait que tu souhaitais faire un billet sur ce sujet, je l’aurais peut-être fait d’une autre manière. Il me semble que la forme est finalement plus choquante que le fond du problème et les techniques de cette agence.

    Dénoncer, pourquoi pas, mais j’aurais essayé de tourner le billet différemment, à titre personnel.

  • Laurent dit:

    @Julien : que ça soit en adoptant des techniques borderline ou en restant dans les clous, l’important est de proposer une véritable valeur ajoutée à la visibilité d’un site. Si la mise en danger est de mise, il faut également avoir prévu cela. Dans le cas présent, c’est juste n’importe quoi.

    @Mobile website builder : je viens de voir un petit reportage sur Facebook où on pouvait apercevoir un panneau avec des lettres rouges capitales « FAIL HARD ». Faut avoir vécu aux US pour comprendre ;)

    @Mike : je ne peux pas mieux dire…

    @Seb Kokeshi : tu n’es pas le seul à penser que toute pub est bonne à prendre. Venant du monde de la comm et du marketing, c’était également mon leitmotiv. Là où je te rejoins est que le flux négatif n’est pas aussi dommageable qu’on le pense, mais de là à penser aujourd’hui que c’est de la pub positive, je ne suis pas d’accord.

    @Agence Web Vendée : ce qui est bizarre est justement qu’il faille choisir un camp.

    @LeJuge SEO : encore une fois, Publika n’est pas seule en cause, mais la volée de bois vert est effectivement toujours saine dans un secteur aussi opaque.

    @barbecane : encore un commentaire magistral. Tu es invité à publier un billet ici quand tu veux (si mon blog n’a pas brûlé d’ici là :D).

    @Labisse : j’avoue que mon style n’est pas des plus tendres, mais je ne peux pas être autrement.

    @Gilbert : tiens pas mal l’analogie météo. Le référenement est finalement une technique de comm, donc le croisement est inévitable entre les métiers.

    @Agence Web Vendée : le travail de Publika n’est pas du Black Hat. C’est juste mauvais…

    @Keeg : comme répondu à Labisse, mon style ne peut pas être manipulé. Ca sort comme cela et je ne prends pas la brosse à reluire pour décrire quelque chose qui me dérange.

  • Sylvain dit:

    Moralité, si vous voulez tâter du black hat adressez-vous à des vrais, des bons, il en existe quelques uns assez connus pour que je n’ai pas besoin de faire leur promo.

  • Jérémie - Immobilier des particuliers dit:

    Et ben… le monde des référenceurs semble bouillir et risque d’exploser entre les « white » et les « black » non ?

    En tout cas les réactions que cela suscite me perturbe. Il y aurait donc plus de référenceurs ayant peur de se faire épingler que de référenceurs n’ayant rien à se reprocher ?

    Merci Laurent pour m’avoir ouvert les yeux sur votre monde ;-)

  • MagicYoyo dit:

    Comme quelqu’un viens de me poser la question, Lionel de Publika, c’est pas moi. :)

    Quant à moi, j’ai renoncé à participer à ce « débat ».

    Bonne journée à tous.

  • Le Juge SEO dit:

    @Jeremie

    « le monde des référenceurs semble bouillir et risque d’exploser entre les « white » et les « black » non ? »

    Non – Les BH, les vrais on n’est que tres rarement en concurrence avec eux et quand bien meme on le serait qu’on ne le saurait meme pas. La dans l’absolu c’est plus qu’une qestion « WH Vs BH », c’est une question « Clean Vs Crado »

  • Yuston dit:

    Je note aussi la multiplication des polémiques sur ce sujet…. et c’est très bien cela va permettre d’épurer un peu le secteur ce qui en soit est fondamental si les SEO veulent changer leur image qui globalement est déplorable car :
    1 – Le référenceur fait toujours du BH
    2 – Il bosse 5 minute et facture des fortunes
    3 – Aucune garantie
    4 – Je ne sais pas ce qu’il a fait

    Pas d’accord. Il existe bon nombre de professions dans cette situation, sauf le point 1 évidemment qui est propre au référencement ;-)

    2 – Les avocats avec leur prise de connaissance des dossiers, le médecin qui écoute le patient 5mins lister ses symptômes,….

    3 – Ni les avocats, ni les médecins ne garantissent un résultat

    4 – Tout dépend du référenceur/de l’agence mais il peut très bien avoir un bon suivi et une historique de chaque action, comme le médecin qui se concerte avec son patient pour savoir s’il accepte de courir tel ou tel risque pour tel ou tel traitement.

    Bref, tout ça pour dire que le métier du référencement a une mauvaise image (si mauvaise image il y a, car je n’ai jamais entendu de lambda cracher sur cette profession personnellement) à cause d’autres facteurs même si les points évoqués plus haut contribuent juste à renforcer cette mauvaise image sans en être totalement l’origine.

  • mumu dit:

    Franchement, quand on étudie un peu ces posts, on s’aperçoit rapidement que laurent a surement quelques conflits perso avec un responsable de publika, c’est vraiment dommage de tout mélanger, le débat aurait pu être interessant mais ça sent trop la mechanceté ou plus…

  • Julien dit:

    Quelques astuces SEO de m(.*)e relevées. SEO et clients lésés en prennent pour leur compte.

  • Laurent dit:

    @Sylvain : d’ailleurs, je recommande chaudement ton agence (White Hat); surtout s’il s’agit d’un projet complet – pas juste le SEO.

    @Jérémie : tu n’as pas bien compris. Il ne s’agit pas d’opposer WH et BH, mais de dénoncer l’hypocrisie de ceux qui affichent une image propre et bossent comme des sagouins par derrière.

    @MagicYoyo : dommage car tu ne m’as toujours pas expliqué (en privé ou public) pourquoi c’est inadmissible de dénoncer.

    @LeJuge : s’il reste un semblant de communauté SEO, elle est certainement du côté obscur de la Force.

    @Yuston : le truc est qu’on ne verra sans doute jamais disparaître cette image sulfureuse.

    @mumu : tout est expliqué dans le billet. Je connais effectivement quelqu’un dans l’agence, mais je n’ai aucun problème avec lui et je ne savais même pas que c’était son agence que j’étais en train de démonter. Si j’avais un conflit, crois moi que je ne l’aurais pas caché.

    @Julien : les référenceurs semblent apprécier moyennement, mais côté clients c’est un support inconditionnel que je reçois.

  • Sylvain dit:

    Merci Laurent :-)
    Tiens, d’ailleurs, ma perception du BH vient de paraitre dans le cadre d’une interview :
    http://www.visibilite-referencement.fr/blog/axenet-parle-de-blackhat

  • Ludovic dit:

    Salut Laurent,

    j’avais lu ton article avant que tu réagisses sur mon blog. Je n’ai pas lu tous les commentaires qui sont arrivés entre-temps donc je vais peut-être faire une redite.

    Tu as raison de balancer car c’est le SEUL moyen pour faire bouger les choses et informer le grand public sur ce qu’il y a de bon et de pas bons dans nos métiers. A quoi ça sert sinon, de râler sans pointer du doigt les responsables ?

    Certes, il y a la manière de le faire… tu y vas fort (perso j’adore) mais tu argumentes et c’est le plus important pour faire la différence entre la dénonciation raisonnée qui profitera à tous un jour, et une volonté ciblée de nuire, ce qui n’est pas ton intention ici.

    En tout cas, bravo d’avoir osé.

    A+

  • RaphSEO dit:

    Merci Sylvain pour le Bl
    Pour ce qui est du billet je me suis exprimé ici et auprès de l’intéressé
    je pense que les mentalités en france sont bien différentes d’ailleurs
    ce qui rejoints les commentaires de certains

  • vince dit:

    L’honnêteté intellectuelle, qui est mon leitmotiv dans la vie perso, ne fait pas de mal non plus dans la vie pro.
    Je ne donne de leçons à personne mais je félicite Laurent pour avoir le courage de dire clairement et à sa façon ce qu’il a à dire : c’est pour le moins honnête et par là, louable.
    Après on n’adhère ou pas, « c’est chacun selon » comme on dit dans l’Ouest ;)

  • Laurent dit:

    @Ludovic : la décision n’a pas été facile. La raison m’aurait incité à ne pas le faire ou plutôt en anonyme via un blog générique.
    Sauf que ce n’est pas mon genre. Je ne suis pas exempt de reproche, mais je privilégie la franchise.
    Et tant pis pour mon Karma auprès de mes confrères.

    @Raph : mon objectif est juste d’ouvrir les yeux sur certaines pratiques. Je laisse le combat du changement de mentalité en dehors.

    @Vince : merci

  • r.bauda dit:

    D’un coté, c’est plutot rare qu’une agence annonce sur son site web : nous sommes des gros spammeurs fous!
    C’est ce qu’on appelle du marketing (beaucoup de référenceurs oublient (ou ne l’ont jamais appris) trop cette notion d’ailleurs …
    Haribo ne fait pas de pub sur sur tous les additifs et conservateurs hautement cancérigènes mais sur le bonheur qu’on les enfant en mangeant ces bonbons magnifiquement colorés!
    Si on veut être franc de A à Z, je ne suis pas sur que ça soit le bon secteur.

  • Laurent dit:

    @cabinets de recrutement : donc tu suggères que le secteur est tellement pourri qu’on ne peut pas jouer franc jeu ?
    Si tu as raison, c’est moi qui doit changer de métier.

  • r.bauda dit:

    Je pense surtout qu’on ne peut être soit tout blanc soit tout noir et éviter une analyse un peu trop « simple » et moraliste des choses.
    J’ai l’impression que cet article a été fait de façon un peu « précipité », sous le coup de la colère et du coup les subtilités de mise pour ce genre d’attaque, tu les as foutu derrière l’oreille.
    Cela aurait mérité un peu plus d’investigation, pourquoi pas contacter les clients des techniques black hat pour savoir s’ils sont au courant de ce que leur agence font etc…
    le blogeur n’est peut être pas journaliste doit faire attention tout de même à ce qu’il écrit.

  • Laurent dit:

    Je ne prétends pas être un journaliste.
    C’est bien un blog et le mien en particulier!

  • Josette dit:

    J’aime beaucoup tes billets, que je lis trop peu souvent d’ailleurs.
    J’aime bien ta manière de décortiquer les choses dans un milieu très enclin au secret, comme si personne n’avait Internet à disposition…mais l’impression que ça me donne c’est que tu t’ériges en juge des good practices, et ça, même si tu n’es pas mauvais, c’est assez énervant.
    Ouvrir les yeux aux clients, c’est très bien, foutre la honte à un collègue pour ça, c’était vraiment pas nécessaire.

  • crack-net dit:

    bataille de clochers

  • nicolas dit:

    Bon, hello Laurent, nous avons eu quelques conflits sur WRI il fut un temps…ceci semble réglé par les deux posts que tu viens de nous pondre…

    Je soutien ta version, car même si nos amis de Publika informent les clients, un article de la charte « suivre les guidelines GG, éthique » semble être toujours plutôt flou et reste sans réponse…

    Bref, il faut bien l’avouer, j’adore les billets trolls.

    Pour ce qui est du WH et du BH, chacun voit midi à ça porte, personnellement, j’utilise les deux à des fins diverses tout en séparant bien clients du travail perso et sur ce à quoi je veux donner une vie dans le long terme, et les MFA’s que je veux utiliser sur du one shot…

    Bref, la transparence justement dont parle Publika n’est donc pas leur préoccupation première…Et je trouve quand même marrant de dire (nos clients sont au courant)…

    Un garagiste m’annonce une optimisation sur ma voiture qu’il dit être la meilleure, je n’y connais rien et je ne sais pas qu’il s’agit en réalité de quelque chose de douteux, c’est je pense pareil ici ou alors Publika à la chance d’avoir que des clients mûrs, auquel cas je veux les mêmes !

  • Dofollow dit:

    Dire se que l’on pense est une liberté, dénoncé une agence qui fait du Seo black alors qu’elle se dit clean sait limite. Moi je sait que je fait des truc qui plaise pas à Google comme la vente de liens mais au moins j’assume. ;)

  • Quelqu'un dit:

    Eh beh ! Sacrés Publikaka… ( ça sonne un peu comme pipi-caca… )
    Je me demande combien de spams report il faut faire pour que des agences comme ça soient sanctionnées ?
    Car finalement, c’est le jugement dernier du dieu Google qui mettre tout le monde d’accord ! Alors, prions tous ensemble à cette adresse :
    https://www.google.com/webmasters/tools/spamreport?hl=fr

  • Anonyme dit:

    Certains tendent la joue, tout de même… Genre l’agence Cometik dirigée par ces messires Rodolphe Zannier – Vincent Guilbert – Jean-Christophe Vasseur…

    Ils s’acharnent depuis pas moins de 10 mois sur Mathias (cité plus haut), tout ça parce qu’il a les couilles de dénoncer leurs méthodes si particulières. 2 procès, plusieurs appels, et une condamnation récemment, jusqu’où tout cela ira ??

  • Nico dit:

    « J’ouvre une parenthèse au sujet du client mécontent car c’est inévitable. En ce moment même, j’ai affaire à un tout petit client qui se croyait grand. En général, les fautes sont partagées. Dans ce cas, c’est ma faute d’avoir été trop gentil et doux sur le prix, pour finalement se retrouver accusé de « péter un plomb ». Mon expression préférée est que certains veulent le beurre, l’argent du beurre et la crémière avec. Du côté client, il semble normal que tout soit un dû. »

    Le pire c’est que ce style de client ne sont absolument pas conscient de tous les efforts qui sont mis en oeuvre pour eux. J’en ai un comme ça, qui tire la ficelle jusqu’à obtenir une réaction violente. Il a eu le mois dernier et maintenant je choisis avec précaution mes clients. De préférence je travaille qu’avec des clients ayant un minimum de connaissance, les autres trouveront bien une agence à qui casser le moral ou plus « commercial » que moi.

    (Je suis développeur mais le principe est même)

    Pour le reste du débat, désolé mais j’ai l’impression d’assister à un combat de putes cherchant à justifier son bout de trottoir o_O

    Beaucoup de bruit, trop d’orgueil et un Mac à qui plaire …