AccueilMarketing ➟ L’illusion de la Long Tail Express d’Alexis Faure

L’illusion de la Long Tail Express d’Alexis Faure



long-tail-expressPapy Spinning nous décortique le système Alexis Faure qui abuse d’un discours commercial aux arômes de référencement miraculeux.
Entre magie du référencement et publicité mensongère, Alexis Faure tente de nous convaincre des miracles de la Longue Traîne.

Alexis Faure me rappelle un autre illuminé qui expliquait que pour gagner au poker, il fallait jouer les mauvaises mains car tout le monde focalisait sur les bonnes cartes.

Papy Spinning a déjà décortiqué pour nous les élucubrations de Mr Long Tail Express et Jérome remet le couvert sur les pratiques d’Alexis Faure.

Je ne vais pas éplucher son site ou décrire ses vidéos, mais plutôt livrer en vrac le sentiment que ça m’inspire.

La magie du référencement

Pour commencer, c’est faux de clamer que les mots clés concurrentiels sont trop durs à conquérir. Non seulement ils rapportent gros et doivent être ciblés, mais je conseille de mettre en place une stratégie qui va dominer la moitié de la première page des résultats de recherche Google.

Finalement, le truc d’Alexis Faure est une stratégie de loser qui ne va pas taquiner les grosses requêtes, mais qui se contente d’un nombre restreint de mots clés secondaires et tertiaires.

Surtout, ce qui me gène le plus dans la solution Alexis Faure est le sentiment laissé par le discours commercial qui laisse penser que le succès tient au coup de baguette magique et même qu’un enfant pourrait s’y atteler.

C’est clair qu’il ne faut pas d’efforts conséquents pour se positionner au travers de requêtes type Longue Traîne (Title + quelques backlinks avec anchor text seront suffisants), mais c’est assez gonflé de vendre une solution basée sur ce type de stratégie.

Entre simplification et mensonge

C’est dangereux de faire croire qu’on va forcément réussir en achetant la licence d’un logiciel, un ebook ou une vidéo.

Bien entendu, il n’y a rien de révolutionnaire dans la méthode Alexis Faure et surtout elle manque de suggérer l’essentiel qui concerne la volumétrie du contenu. Une stratégie Longue Traîne ne peut pas se concevoir sans l’élément volume qui sera déterminant pour drainer un trafic suffisant. En bref, plus de contenu égal plus de trafic.

Alexis Faure fait croire que la magie va opérer en publiant quelques pages tout en sirotant des Pina Colada. Je peux personnellement témoigner que les revenus publicitaires ou d’affiliation sont très attrayants, mais j’étais au bon endroit au bon moment. Aujourd’hui, ce n’est pas la même histoire. Après avoir profité du filon, je réalise qu’il est en perte de vitesse et c’est le moment pour vendre une solution qui prend pour exemple ma propre réussite. C’est tout ce qu’il faut pour que le client s’identifie à celui qui explique le secret pour { devenir riche | être heureux | trouver l’amour }.

J’imagine le client type d’Alexis Faure qui peut être chômeur, étudiant ou retraité et sans connaissances particulières des choses d’Internet. La France est dans un marasme économique propice à l’espoir de générer un revenu complémentaire facilement. La proposition est suffisamment alléchante pour tenter le coup et on se lance dans l’aventure Internet les yeux remplis d’étoiles grâce aux photos de gars comme vous et moi qui brandissent des chèques Adsense aux montants mirobolants.. Seulement, la triste réalité va frapper car il n’y aura pas de Pina Colada sur le yacht en laissant tourner un système magique qui engrange du flouze automatiquement.

Cela fait un moment que je voulais écrire sur le problème des gourous du marketing qui sévissent en ce moment. Certains, comme Alexis Faure, dépasse les bornes en masquant la vérité, mais la plupart sont surtout coupables d’avoir fait un copier-coller du format américain. La culture est différente sur le vieux continent et le discours du gars qui détient le secret absolu pour réussir doit adopter un enrobage qui saisit les spécificités de la culture européenne. Par ici, le rentre dedans ne peut pas être aussi violent et brut de décoffrage comme aux Etats-Unis.

Pour commencer, les américains n’hésitent pas à dégainer leur CB sur des sites qui nous font fuir. Puis, les coachs qui expliquent la vie ont tous un style particulier qui convient aux américains, mais ça fait un peu bouffon lorsque c’est mimé par un petit jeune de l’hexagone. Il suffit de regarder Tony Robbins (oui c’est bien Al Gore qu’il interpelle) d’un côté et un de la bande du Défi 24 Heures de l’autre (sauf Frédéric Canevet que je connais de longue date et je ne sais pas ce qu’il fout dans cette brochette). Parfois, je me laisse prendre à regarder une vidéo de ces kings du marketing. Ils se donnent beaucoup de mal pour construire une crédibilité sur pas grand chose, mais finalement ils sont seulement coupables de répondre à une demande pour acheter du rêve. Vous ne trouverez jamais un secret ou une méthode innovante, mais cela donne un bout d’espoir pour atteindre cette liberté ou ce bonheur qu’on cherche tous.

J’ai vécu assez longtemps aux Etats-Unis pour accepter les différences et surtout ne pas croire qu’il suffit de copier-coller un système qui marche là bas pour se faire accepter ici. Je ne dis pas que la bande du Défi 24 Heures n’a pas de clients, mais ça reste limité aux incrédules et autres personnes en quête d’une solution pour sortir d’un trou noir. Je suppose qu’il n’y a rien d’illégal, mais c’est moralement dérangeant.

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.



45 réponses dans “L’illusion de la Long Tail Express d’Alexis Faure”

  • RaphSEO dit:

    Et bien t’as fait nu billet coup de gueule avant moi.
    Car j’avais les mêmes cibles, surtout pour le défi 24H dont certains dedans commencent à vraiment me taper sur le système.

    Le must dans tout ça, c’est qu’ils ne mentent pas mais font de l’omission sur certaines informations pourtant au combien essentielles pour comprendre le vrai fond des choses. Et quand par politesse j’ai tenté d’apporter un regard un peu plus pointu et poussé sur l’un de leur blog au travers d’un commentaire. On m’a gentiment censuré.
    Mais avec un petit mail reçu du genre:
    « vous comprendrez bien que je ne peux pas laisser passer votre commentaire qui va à l’encontre mon argumentaire »
    Bref c’est bien connu que c’est en se regardant le nombril qu’on avance et non pas en se confrontant aux opinions des autres.

    les plus à plaindre sont les crédules justement qui eux fonceront tête baissée

  • Toucouleur dit:

    Je n’aime pas non plus les techniques de loosers ! Vive le SEO sur les requêtes bien concurrentielles, où tout le monde s’arrache jusqu’à obtenir le Graal et virer celui qui prétendait être jusqu’alors le légitime détenteur de la première place !

    Le client type d’Alexis Faure est malheureusement plus répandu qu’on ne le croit. Tout l’intérêt de ce genre d’article décriant des méthodes très contestables est de faire comprendre des notions clefs aux clients d’Alexis Faure.

  • Jérôme dit:

    Très bien ton article. Je confirme que Fred canevet est bien au dessus de toutes ces pratiques…Fred je te blanchie !

    Je rejoins tout à fait ton analyse sur le fait qu’il reprenne un modèle américain bêtement sans essayer de l’adapter au marché français. C’est d’autant plus dommage que l’on se retrouve avec une ribambelle de sites web avec toujours les mêmes templates, les mêmes boutons, les memes discours, les mêmes newsletters. Ca en devient risible…

  • nicodesh dit:

    Une fois de plus c’est bien écrit. Mais je pense qu’il faut arrêter de parler de ce gros guignol d’Alexis Faure. Leur site défis 24 heures ne mérite pas d’être linké depuis ton site. Et les pauvres gens qui vont se faire avoir par ces gros loosers ne lisent malheureusement pas les vrais blogs SEO, donc définitivement nous devons arrêter de parler d’eux, à mon humble avis.

  • Anonyme dit:

    J’aime beaucoup ton Spinningstyle, je m’amuserais bien à { créer | écrire | rédiger } un billet entier sous cette forme, pour voir, si j’avais le temps :)

  • Controle Technique dit:

    En tout cas, son truc aura eu le mérite de faire parler de lui ! Sur Twitter ça s’emballe, je ne compte plus le nombre de posts qui ont été faits sur lui !

  • KRIS3D dit:

    Salut Laurent,

    Bel exemple de SEO sur la requête « Alexis Faure » :o) (merde, j’en rajoute une couche là ?).

    Bah sinon, d’accord pour tout comme souvent.

    Le vrai souci du référencement, c’est que c’est une activité idéale pour les charlatans :

    - Peu d’ancienneté dans le milieu pour une activité plutôt récente, donc tout le monde peut se proclamer expert et être crédible pour peu qu’il investisse quelques centimes dans un template et une vidéo de présentation qui claque.

    - Difficile de juger du résultat, puisqu’il faut des mois avant de pouvoir constater quelque chose. Et c’est ce qui rend d’autant plus difficile la comparaison des prestations, des prix…
    Etant moi-même assez informé sur les techniques SEO les plus courantes, j’aurais bien du mal à me décider pour choisir un prestataire si je devais le faire. Alors j’imagine pour le libraire de mon quartier ou la créatrice de bijoux fantaisie qui souhaitent se lancer sur le web…

  • RaphSEO dit:

    @nicodesh crois tu qu’il faille passer sous silence? parler d’eux peut éventuellement renseigner certaines personnes.
    regardent: http://www.google.fr/#q=alexis+faure&pws=0

  • Long Tail Express : Peut on parler d'une arnaque ? dit:

    [...] P.S : Décidément il faut croire que Long Tail Express fait des émule. Lauren Bourrelly a également écrit un article sur Long tail Express [...]

  • Diagnostic ERNT dit:

    Maître Yoda a encore frappé ! Bien que je sois incapable d’argumenter aussi bien que toi, je suis enragé de voir des gens peu scrupuleux profiter d’une situation économique morose et de gens faibles d’esprit. La méthode « Porte au Nez » et l’école Vogica sévit toujours !

    Mais heureusement, le conseil des sages veille au grain et dénonce l’ivraie. Dans le même temps, je me dit que le gars aurait pu être encore plus malhonnête en promettant des tops positions en 48 heures, comme j’en vois encore très souvent.

    Au final, la Longtail express est une lapalissade, et si des gens comme moi arrivent à taquiner des acharnés du BL sur des expressions concurrentielles, c’est bien la preuve que le travail paie encore.

  • Julien Arcin dit:

    C’est vrai que les pages de vente de M. Faure omettent certaines informations pourtant essentielles. Comme le fait que se positionner sur un mot clé recherché moins de 10 fois par mois c’est pas très utile.

    De là à critiquer le marketing en général, il y a une frontière qu’il est dangereux de franchir…

  • sacha dit:

    Toujours aussi sympa de lire tes articles
    @+

  • Loser dit:

    Je rappelle à Laurent et aussi aux commentateurs qu’un looser s’écrit loser avec un seul ‘o’ ! :)

    @LaurentB
    @Nicodesh
    @Toucouleur

  • Alexis Faure et Long Tail Express, un cas de publicité mensongère ? | Content Spining dit:

    [...] L’illusion de la Long Tail Express d’Alexis Faure de Laurent Bourrelly [...]

  • Francois dit:

    Les stratégies de long traine ne doivent jamais représenter 100% de l’acquisition de trafic sinon le site va droit dans le mur.

    Il faut en effet créer beaucoup de contenu pour générer du trafic très faible.

    Comme toujours, la longue traine est à utiliser dans une stratégie de global de génération de trafic.

    Les logiciels magique qui font tout pour pas cher… c’est connu tous les gros sites les utilisent ;)

  • Djolhan dit:

    Et le pire dans tout ca, c’est qu’à force de travailler sur la longue traine, tout le monde va le faire et ca va devenir de plus en plus concurrentiel ! On cherchera ensuite la longue longue super longue traine… Super non ? ^^

    PS: Je confirme, Loser et non Looser ;)

  • merk dit:

    Énorme sa vidéo quand même: « vous rêvez de devenir riche ? beau et vaincre votre cancer en moins de 10min ? j’ai la solution pour vous ! »

  • Smart dit:

    Nous sommes dans une époque où les consommateurs jouent aux alchimistes à la quête de la martingale : paris sportifs, jeux de hasard, etc… La long tail comme martingale, c’est faire miroiter un gain à 1M€ sur le pari de Marseille qui bat Barcelone en finale de la LDC par 5-0 !!!

  • superkadorseo dit:

    Je suis d’accord sur le fond avec cet article. Néanmoins, je trouve qu’une stratégie de longue traine est efficace si elle est menée conjointement à une stratégie sur des mots clés très concurrentiels.

  • Shelko dit:

    Je suis tout à fait d’accord sur le fait qu’il faille privilégier les grosses requêtes qui rapportent, MAIS lorsque je vois arriver des toutes petite boutiques en lignes ou des clients persuadés de détenir la science infuse en réf, je préfère assurer avec une moyenne traîne (en leur expliquant les enjeux) pour les contenter plutôt que de partir sur une prestation d’un an qui commencera à porter ses fruits que dans 6 ou 8 mois. Le longue traîne est selon mois un plus pourquoi ne pas gagner quelques visiteurs si cela ne coûte que quelques liens et une page bien faite (même si je pense que les clients de longue traîne ne sont pas forcément ceux qui transforment le plus).

  • Gwaradenn dit:

    La solution magique fait penser aux nombreux ebooks vendus (quand ebook rime avec arnaque ou attrape couillon).

  • Jimmy dit:

    merci pour cet article, je prends toujours autant de plaisir à les lire, surtout quand tu dénonces des arnaques de soit disant « référenceurs » ^^

  • Xavier dit:

    « Alexis Faure » dans gg, bien vu Papy Spinning!

    C’est toujours le même soucis avec les « marketeux » fr ils surfent toujours sur les mêmes thèmes (richesse/argent/séduction), toujours à la limite du légal (pub mensongère).
    Ahma; le soucis n’est pas qu’ils vendent, (si y’a des gens qui se font b**ser ils comprendront la leçon), mais leur e-reputation en prend un sale coup à chaque opération (dans la belle brochette de machin truc 24h, y’en à les 3/4 que j’avais déjà catégoriser dans mon esprit comme charlatans) et ça sa restera…..

  • Philippe dit:

    Quoi qu’il en soit, ce qui me fait rire c’est que son site a un pagerank de 2, c’est pas folichon pour un tel pro du référencement ;)

  • Loic Helias dit:

    Laurent dégaine une nouvelle fois, je crois que le SEO s’est trouvé un justicier. Critique de ces charlatans du web qui vendent la stratégie du cancre.
    Certes la long tail n’est pas à négliger mais quand on connaît le nombre de requêtes uniques saisies chaque jour sur Google on se dit qu’elles ne peuvent être le pilier d’une stratégie web cohérente.
    Encore un missile sol-air qui fait mouche, on commence petit à petit à approcher la notion de responsabilité sociale du web.
    Ne pose pas ton gun !
    Loic

  • Jon dit:

    Très bon article Laurent, pour pas changer.

    Quand on n’y connait rien en SEO, je peux comprendre « et encore » que le discours de ce monsieur fasse mouche.

    Par contre, fonder toute se stratégie d’acquisition de trafic sur de la longue traine… C’est assez aberrant. D’ailleurs dans plusieurs articles traitant du même sujet, il y a pas mal de perles dans les commentaires venant de personnes utilisant ce système : « je suis premier sur ce MC… Et sans rien faire ». Ouais, mais il te ramène quoi 10 visiteurs/Mois ?

    On ne peut pas se passer des MC concurrentiels, même si tous les MC de la longue traine apportent du trafic.

    C’est un début, pas une fin en soi.

  • ID Agency dit:

    La longue traîne est très longue comme son nom l’indique. Je pense que l’idéal est plutôt de taper dans des MC se situant au début de cette longue traîne, qui ont donc un volume de recherche importants, qui sont concurrentiels sans toutefois qu’il n’y ait aucune opportunité de se positionner vu le niveau de concurrence.

    Sinon, j’ai suivi 5 minutes de la présentation d’Alexis Faure sur Défi24heures, ces charlatans pourrissent le métier, comment peut-on justifier une presta à plusieurs milliers d’euros quand ce genre de guignols vous dit que le référencement n’est ni long ni compliqué…

  • Papy Spinning dit:

    @Xavier
    C’est lui le spécialiste en SEO, pas moi
    http://www.youtube.com/watch?v=sS2lFBRXHOs

  • Aline dit:

    Il a un droit de réponse ce Monsieur? ça serai louable, juste pour qu’il confirme haut et fort ses inepties.

  • Xavier dit:

    @papy je crois que l’on ne s’est pas compris, j’ai surement mal formulé donc je recadre : Bien joué Papy Spinning pour avoir cramé « Alexis Faure » sur une requête qu’un « expert seo de la longue traîne » aurait du travailler et maîtriser. (Ps: bravo pour la zénitude que tu a su gardé dans les coms de ton blog)

    @Laurent si tu peux virer le com’ précédent, merci!

  • François dit:

    Comme c’est étrange, tous les commentaires vont dans le sens de l’article, je suppose que les autres ont été bloqués !

    J’aimerais bien savoir combien gagnent ceux qui savent mieux ? C’est peut-être aussi pur ça qu’on n’entend pas parler d’eux non ?

  • mathieu dit:

    Excellent coup de gueule, comme d’habitude !

    Pour rebondir un peu sur quelques posts qui expriment l’opinion assez courante (malheureusement) que le travail de la traine doit passer aprés le positionnement sur les expressions blockbuster, je rappelerais juste que dans le cadre du positionnement sur ces dits blockbusters, il est souvent productif de renforcer le linking et l’optimisation onsite élémentaire par une alimentation de contenu en volume (et ça devient encore plus utile avec panda). A cette occasion, il est AMA un peu sous productif de ne pas en profiter pour travailler la traine, pas comme l’imaginent les ninja en balisant des expressions de plusieurs mots (que les mêmes assimilent il me semble souvent à la traine) mais en assurant la plus grande ouverture possible du lexique du thème. Travailler la traine >aprés<, c'est pour moi faire deux fois le travail.

    sinon
    @françois: Il me semble que tu ne connais pas l'adresse de ton site, et que tu confonds le .com et le .fr, ça risque de te faire passer à coté de la fortune.
    Et sinon, la richesse en france, c'est comme le gras: plus on en a, moins on le montre.

  • Papy Spinning dit:

    @Xavier Je plaisantais ^^

  • Xavier dit:

    @Papy S, c’est le problème avec le net c’est qui manque l’intonation, on s’était donc compris :)

    @laurent: merci pour la suppression du com’ en « double » la faute d’orthographe était vraiment vilaine!

  • Thomas dit:

    Bien d’accord avec toi. Alexi vend du reve. Le problème c’est qu’une fois qu’on paye on n’accède pas à ce qui a été vendu, mais à un simple outil qui ne fait que de recycler le keyword tool…

  • Joris dit:

    Sa conférence était un véritable régal :) sarcasme ^^

  • Alexis Faure dit:

    Bonjour Laurent,

    J’ai lu votre article avec intérêt et je suis très surpris de lire ceci :

    « Pour commencer, c’est faux de clamer que les mots clés concurrentiels sont trop durs à conquérir. Non seulement ils rapportent gros et doivent être ciblés, mais je conseille de mettre en place une stratégie qui va dominer la moitié de la première page des résultats de recherche Google. »

    Etant donné que je m’adresse à un public de débutants, il est logique de leur déconseiller de se positionner sur des mots-clés très concurrencés.

    En effet, comment un débutant, seul et sans connaissances va t-il dominer la moitié de la première page des résultats sur des MC très concurrencés?

    C’est insensé!

    Par contre les agences Seo ont les compétences pour réaliser ce genre de stratégies. La-dessus rien à redire et c’est d’ailleurs pour cela qu’elles sont là.

    On a simplement deux approches différentes.

    Etant donné que mon message s’adresse clairement les débutants et que je l’annonce dès la squeeze page, il est normal que je ne répète pas le mot « débutant » à tout bout de champs.

    Partant de là, lorsque je dis que se ranker sur des mots-clés très recherchés et très concurrencés est strictement impossible, il faut comprendre « strictement impossible pour les débutants ». Et c’est justement pour cela que je leur conseille une technique à leur portée: choisir des mots-clés recherchés mais peu concurrencés.

    Maintenant je comprends parfaitement que vous, qui évoluez avec des compétences et budgets qui n’ont rien à voir avec ceux d’un débutant, vous estimiez que cette stratégie ne soit pas assez productive.

    Mais encore une fois, il ne s’agit pas de vous et de vos attentes… mais de celles de débutants. Les enjeux ne sont pas du tout les mêmes.

    Je pense qu’il serait également judicieux de vérifier l’information au lieu de se contenter de reprendre les arguments des autres.

    En effet, je ne présente pas ma méthode comme innovante ou révolutionnaire, mais comme une astuce pour déjouer la concurrence. (Titre de la première vidéo d’ailleurs).

    Ensuite si on prend le temps de regarder les vidéos on y trouvera des preuves, dont d’ailleurs, personne ne fait l’écho… Sans étonnement de ma part.

    Le lecteur attentif y découvrira un fichier excel contenant 34 mots-clés et leur positionnement. Le volume de recherches cumulé de ceux-ci atteint 37 300 recherches/mois. On y trouvera notamment des volumes de recherches mensuels de l’ordre de 320, 1000, 1300, 2400, 2900, et 8100/mois…

    Autant dire que cela montre clairement le style de mots-clés et les volumes de recherches de cette stratégie contrairement à ce que vous laissez entendre.

    En plus de cela, j’explique que le but est de se ranker sur des 10èmes, voir des 100èmes de requêtes afin d’élargir sa présence sur le web.

    A l’époque des vidéos, 7 articles sur le blog amenaient 1317 visites/mois. Maintenant avec 17 articles j’ai (pour le mois dernier) 9500 visites venant des moteurs.

    A l’époque 53% de mes mots-clés étaient en page 2 et le reste en page 3 à 5. Maintenant 45% de mes mots-clés sont en page 1 et le reste en page 2. Mais à l’évidence cette méthode ne fonctionne pas.

    Pour ma part je pense qu’un débutant serait déjà très content d’obtenir ce genre de résultats.

    Maintenant concernant le fameux mot-clé à <10 recherches/mois souligné par Jérôme et présent dans un des témoignages de ma page de vente, repris dans un des commentaires, j'ai bien envie de rire.

    En effet, Jérôme me reproche d'omettre des informations. Le comble de l'ironie c'est qu'il est le premier à ne pas mentionner certaines infos. (Infos qui, bien sûr contrecarrent ce qu'il tente de prouver!)

    En effet, il ne fait pas mention d'un second mot-clé présent dans ce même témoignage qui est recherché cette fois 590 fois/mois.

    Mais ce n'est pas tout! Loin de là…

    Dans la même veine, pourquoi ne pas parler également d'un autre témoignage (pourtant à peine quelques lignes plus bas), dans lequel l'auteur montre ses résultats (positionné en page 1 de Google) avec un mot-clé recherché 2 900 fois/mois?

    Ou encore un autre témoignage où l'auteur (encore positionné en page 1 de Google) utilise un mot-clé recherché 1000/mois ?

    Belle preuve d'objectivité non? Oh Pardon! Ce n'était peut-être pas le but de la démarche…

    Bref, je pense qu'il est bon de se renseigner au lieu de reprendre les arguments des autres pour argent comptant.

    Justement à propos de se renseigner… Jérôme, la prochaine fois que tu veux vérifier la véracité de mes témoignages, est-ce que tu pourrais le faire sous ta vraie identité?

    Car se faire passer pour un certain "Olivier Mussault" tout en jouant la carte du débutant cherchant à obtenir des infos pour réussir sur internet n'est pas très élégant. (Preuves à l'appui).

    C'est en voyant ce genre de pratiques qu'il y a de sérieuses questions à se poser quant à l'éthique et la morale utilisées par certains "justiciers" auto-proclamés.

    Sur ce, bonne continuation
    Alexis

  • Papy Spinning dit:

    On peut effectivement espérer qu’axer la réponse sr la cible, le débutant, pour travestir le discours erroné en vulgarisation, fonctionne. Or comme il s’agit de commerce vous faites fausse route, c’est un facteur aggravant. Les obligations de conseil du professionnel (que vous êtes) envers le non sachant relève de la législation.

  • Erwan dit:

    Je suis d’accord avec toi, cette technique n’est pas très courageuse.

    Deuxièmement, ton paragraphe sur la situation économique (française) laisse songeur sur ce type de discours commercial. Il est toujours bon de pondérer les espérances des clients lorsqu’ils ont pas le budget correspondant.

  • davtheultimate dit:

    Quel est le problème avec ce produit outre l’aspect mise en avant commercial à l’américaine ?

    j’aime bien ne pas perdre de temps à faire des recherches sur quelles expressions choisir et lesquelles ont le meilleur rapport temps pour y parvenir / volume /. Si un outil peut faciliter ce genre de démarche, cela me semble plutôt bien.

    Malheureusement, pas de version de test possible et au vu de la vidéo les manipulations sont encore trop nombreuses.

  • Laurent dit:

    @Alexis Faure : quoi penser de quelqu’un qui, comme système de défense, fait du simple copier coller de commentaire http://www.apwn.fr/comment-devenir-riche#comment-3108 ?
    Du coup, je ne vais même pas prendre la peine de répondre.
    Juste un truc : votre « système » n’est pas une astuce pour déjouer la concurrence, mais simplement un remix d’utilisation de l’outil Adwords Keyword. Cependant, je n’ai pas la franche impression que vous ayez compris que les résultats ne sont pas organiques, mais bien issus des clics publicitaires.
    De plus, votre optimisation « on page » est à pouffer de rire. Genre « mettez les mots clés en gras et en italique ».
    Puis bon courage pour les backlinks à ceux qui suivent vos conseils.
    Et comme j’indique dans mon billet, vous oubliez de mentionner un élément capital qui s’appelle le volume. Cibler des mots clés secondaires et tertiaires est plus facile, mais rapporte peu de trafic. Sans volume, vous allez manger des biscottes au lieu du caviar.
    Bref, votre proposition commerciale est un joke!

  • Julien dit:

    Pour moi, le débat requêtes volumes et requêtes longues traînes se résume facilement.

    Les requêtes génériques ont rarement une intention d’achat derrière.
    Les requêtes longue traîne oui.

    Je préfère largement bosser 1 demi journée une requête qui fera 10 visites jour avec 15% de conversion (1.5 ventes par jour, 45 ventes par mois).

    Plutôt que bosser pendant 15 jours une top requête à 1000 visites jour qui convertira à 0.1% car pas ou peu qualifiée (1 ventes par jour, 30 ventes par mois).

    Le ROI est complètement différent.
    1/2 jr de boulot pour 45 ventes/mois
    VS
    15 jrs de boulot pour 30 ventes/mois

    Bien sûr je schématise, mais pas tant que ça…
    Je vois beaucoup de SEO s’acharner tous les jours sur des sites qui convertissent que dalle, j’ai beaucoup de peine pour eux.

    Bon c’est sûr, la courbe Analytics fait moins plaisir à voir.
    Mais bon, d’un autre côté, comme seule celle du compte en banque m’intéresse… je m’en tape :D

  • nova media dit:

    la longue traine genere un bon taux de conversion mais pas suffisamment pour s’en occuper plus de 5% du temps total pour le réf global… faire des BL sur des mots clés, tapé 3 fois dans le mois c’est pas rentable.

  • bellin dit:

    Certes la concurrence est moindre sur la long tail mais le contenu (nb page) à rédiger pour atteindre le trafic généré par des top kwd est conséquent ! Meme si il existe des solutions, on perd en rédaction, ce que l’on gagne en concurrence …

    Le bon équilibre (ROI) est difficile à atteindre et dépend grandement de la thématique et des objectifs fixés …

    par ex. : j’ai été démarché par un grand compte pour une prestation informatique grâce à de la longue traine, ce seul visiteur m’apporte deux semaines de travail … (long tail volontaire)

    On ne sait jamais qui se cache derrière une requête, et on ne peut pas tout drainer / gérer …

    L’important est d’avoir conscience de ces facteurs et de choisir en conscience !

    Sebastien

  • Zoe dit:

    zut de zut ma veille est vraiment pourrie, j’ai encore raté un buzz!
    Sinon sur le fond, il s’agit surtout de vendre du vent à des gens crédules. C’est malheureusement monnaie courante.
    Je ne suis pas choqué outre mesure par ces pratiques sauf quand il est impossible de savoir qui se cache derrière les « marketeurs »: là ça devient malsain…