AccueilRéférencement ➟ Comment évaluer une agence de référencement

Comment évaluer une agence de référencement


choisir une agence de référencementChoisir un prestataire pour optimiser le référencement d’un site Internet peut se transformer en grosse galère car le secteur comporte d’excellents professionnels, mais aussi des piètres affabulateurs et autres amateurs qui brillent par leur incompétence.
Poser les bonnes questions permet de défraîchir le terrain et établir une relation de confiance mutuelle. Voici les 10 questions importantes à poser à une agence de référencement ou tout prestataire potentiel qui s’occupera de la visibilité de votre site Internet.

Comment choisir un référenceur ?

Les offres de référencement pullulent et varient par leur forme et leur prix. Trouver un prestataire qui va délivrer le Saint Graal peut se transformer en parcours du combattant. Le chemin le plus évident se dirige souvent vers les sociétés de référencement qui ont le budget pour diffuser leur présence auprès du grand public et des entreprises. A l’autre extrémité se trouvent des amateurs qui s’improvisent référenceurs après avoir glané quelques succès sur les résultats de recherche avec leur sites personnels. Au juste milieu se tiennent des artisans au sens noble du terme. Ces experts bénéficient d’une expérience de plusieurs années et sont dotés d’une caractéristique commune qui se rapporte à la passion du métier. Ils sont capables de s’adapter à l’évolution rapide du secteur et de proposer des solutions sur-mesure pour chacun des projets sur lesquels ils sont impliqués. Aujourd’hui, un référenceur doit incorporer des notions poussées en rédaction de contenu, construction de site Internet, développement dynamique, publicité, marketing, veille technologique et entrepreneur par dessus tout. De ce fait, il peut être difficile de dénicher quelqu’un qui possède toutes ces qualités. En tout cas, ce n’est pas en tapant la requête « référencement » dans Google que vous allez trouver la perle rare.

Afin de déterminer si votre interlocuteur essaye de vous faire avaler de la poudre magique, il faut tout d’abord se fier à votre ressenti par rapport à son discours. La première alerte doit vous heurter si vous n’êtes pas à l’aise avec n’importe quel élément rapporté. Ne vous laissez pas leurrer par le discours classique de vente et encore moins par les promesses incroyables.

  1. Est-ce que vous garantissez le positionnement ?
    Si la réponse est autre chose que « non », vous pouvez passer votre chemine immédiatement. La vérité est que les moteurs de recherche sont les seuls à posséder leurs résultats de recherche.
  2. Allez-vous effectuer des changements sur mon site ?
    Les modifications sont cruciales pour le référencement, surtout concernant le contenu et la structure. N’hésitez pas à demander d’illustrer le propos par l’exemple au travers des références du prestataire. La proposition préliminaire qu’un site d’ambition moyenne à supérieure devrait attendre se situe au niveau de l’audit. C’est un outil qui permet de mettre à plat l’existant et prévoir l’évolution.
  3. Quelle est votre approche de l’apport de popularité ?
    La popularité d’un site est le nerf de la guerre. C’est principalement grâce à sa popularité qu’un site pourra prétendre à un succès sur le long terme au sein des résultats de recherche des moteurs. A l’origine, Google fût le précurseur dans le système de vote d’un lien sur une page vers une autre page. De nos jours, les algorithmes des moteurs ont évolués afin de contrer les systèmes destinés à augmenter artificiellement la popularité d’un site Internet.
    Si l’agence de référencement utilise des méthodes douteuses, il est probable que la réponse aura pour but de vous embrouiller. Les termes dont il faut se méfier se rapportent à « programme automatique » ou « réseau de sites ».
    Si l’agence travaille proprement, vous serez exposé à une méthode détaillée qui comprend des étapes spécifiques pour établir des liens pertinents au travers d’une recherche et d’une analyse.
  4. Comment allons-nous communiquer ?
    Un véritable professionnel doit poser les jalons précis des moyens mis à votre disposition pour rentrer en contact avec lui, ainsi que la fréquence à laquelle vous allez recevoir des rapports, faire une mise au point ou évaluer la progression.
  5. Pourquoi avez-vous un PageRank si faible?
    N’hésitez pas à demander des explications afin d’obtenir une réponse claire. Il est possible que le site du prestataire soit récent ou qu’il soit trop occupé à travailler pour ses clients pour s’occuper de son propre site. En d’autres termes, le PageRank faible ne veut pas dire que vous avez affaire à un mauvais prestataire.
  6. Qui sont vos concurrents ?
    Méfiez-vous de ceux qui tirent à boulets rouges sur d’autres professionnels du métier. Bien souvent, les référenceurs appartiennent aux mêmes communautés et communiquent beaucoup entre eux. Le plus honnête interlocuteur pourra même vous recommander auprès d’un confrère s’il est en surcharge de travail ou si votre besoin ne correspond pas à sa gamme de prestations.
  7. Quelles sont vos qualifications ?
    Il est courant que les référenceurs hors agence soient spécialisés dans un domaine particulier ou sur des thématiques précises. Avant de s’investir dans une relation de travail, il est bénéfique de savoir si votre cas particulier correspond aux qualifications du prestataire. Le pire des cas voudrait que votre concurrent direct soit déjà client de ce prestataire.
  8. Depuis combien de temps êtes-vous en activité ?
    Les possibilités du référencement attirent toujours plus de monde et le métier est en pleine évolution. De ce fait, il est possible que votre interlocuteur vienne à peine de s’improviser référenceur. Il convient seulement de vérifier qu’il possède un minimum d’expérience afin de pouvoir gérer votre projet.
  9. Pouvez-vous soumettre des références et des exemples de résultats?
    Les témoignages de clients sont rassurants, mais ne doivent pas figurer comme juge de paix. Par contre, il est encore plus rassurant de valider quelques exemples d’excellents résultats de positionnement au sein des résultats de recherche sur Google. Ces résultats doivent inclure des termes plutôt communs au lieu de requêtes niches à plusieurs termes.
  10. Puis-je être un bon partenaire ?
    En tant que client, vous détenez une part de responsabilités. Par exemple, il n’est pas juste de quémander des résultats en avance à un prix dérisoire; il n’est pas confortable de ne pas signer le contrat, il n’est pas intéressant de ne jamais prendre de décision, etc. En bref, si vous mettez la pression à votre prestataire afin d’obtenir un positionnement en première page sur un mot clé unique à forte concurrence, vous allez certainement être déçu.
    Un bon prestataire saura vous éduquer et vous rassurer à propos de la méthodologie sur le long terme qu’il faille mettre en œuvre.

Autre lecture intéressante

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.



17 réponses dans “Comment évaluer une agence de référencement”

  • Avion dit:

    11. Combien de projets gère un seo project manager dans votre agence ?

  • Onaniste 2.0 dit:

    Bonsoir Laurent,

    ça fait moins d’une heure que je connais ce blog, est déjà je me sens l’envie d’y poster un commentaire.
    Juste en aparthé en rapport à l’un de vos commentaires sur l’un de tes posts, c’est vrai qu’il est chiant ce textarea de commentaires, surtout à presque 2 heures du mat’, l’effort est considérable =).

    Bref, ton article touche un point sensible, car ça fait des mois que je me tâte pour me lancer dans le référencement de sites web, mais bon voilà, je n’ai que 2 années d’expériences, et un cursus scolaire de cancre.

    La question que je me pose et qui m’empêche de me lancer est la suivante : sur quels critères peut-on taxer un référenceur de bon ou de mauvais ?
    A son pédigrée ou aux résultats ?
    Je suis pour un référencement « onaniste », du fait main, orientée white hat (teintée de black certes) et sur la durée.
    Une formation basée sur l’empirisme, sur le terrain en autodidacte n’est-elle pas tout aussi valable/viable q’un cursus universitaire ?

    Qu’appelles-tu concrétement charlatants/amateurs dans ce domaine ?

  • Eric dit:

    Bonjour
    De toute façon, il n’existe un cursus universitaire que depuis cette année (Licence Pro rédacteur et Référenceur Web).
    Pour moi, un bon référenceur est qqun en qui tu peux avoir confiance. C’est comme quand tu vas chez le coiffeur. Tu vas regarder les clients qui sortent du magasin (s’ils sont content et si le travail parait bien fait) et si le contact passe correctement.

    Pour moi, les charlatans/amateurs sont ceux qui n’ont jamais fait de référencement pro (uniquement pour leur site) , qui pensent tout savoir parce qu’il traine sur WRI et qui proclament haut et fort que la barre verte est le seul intérêt du référencement 😉

    ps: j’espère que tu n’es pas dans un de ces cas

  • ekolmerschlag dit:

    @Avion : nous ne sommes pas une agence, mais je gère un 15aine de projets.

  • Onaniste 2.0 dit:

    @Rapport stage : nop je ne suis pas dans ce cas là ;-), et j’ai même tendance à fuir un modèle de pensée unique dans ce domaine où chacun se cherche un mentor.
    En revanche, ça me fait toujours un petit quelque chose lorsque la petite barre verte grandit, même si le PR est souvent remis en cause.

  • Laurent dit:

    @Onaniste 2.0 : il n’y a que des autodidactes dans ce métier. La vérité est sur l’écran; c’est-à-dire que les résultats parlent d’eux-mêmes. Ensuite comme suggère @RapportStage, il y a l’humain qui rentre en compte lorsqu’il s’agit de faire du commercial.
    Fonce et tu te poseras les bonnes questions existentielles quand ton compte en banque enflera suite à ton excellent positionnement 😉
    Tu peux me contacter en privé si tu as besoin d’un peu plus de guidage.

  • Avion dit:

    En fait je posait pas vraiment la question, c’eest à mon avis une des questions pertinentes à poser à son référenceur.

  • Jouer au poker dit:

    Effectivement,ce sont des questions (parfois logique) mais bien évidemment pertinente !
    Merci Laurent, je découvre ton blog aujourd’hui et j’en suis pour l’instant satisfait !

    Swran

  • Le-juge dit:

    @Marie
    AMHA les 2 articles sont assez differents pour ne pas avoir a citer la source. C’est une inspiration et pas une simple traduction.

    Ceci dit l’autre article est interessant aussi.

  • Laurent dit:

    J’ai effacé le commentaire de Marie car depuis quelques jours elle passe son temps à tourner autour de ce que je fais pour critiquer systématiquement.
    Je m’en tape de citer la source si c’est légitime.
    Dans ce cas, j’ai lu quelques trucs et je m’en suis inspiré. Vous ne faites pas pareil ? Par contre, gonflé de m’accuser de plagiat; surtout par rapport à l’article en question. http://www.seoptimise.com/blog/2009/01/fifteen-things-to-ask-your-seo-agency.html Faut être tordu et malsain pour voir un plagiat là dedans. Ah ouais, le titre se ressemble un peu! Et ?

  • Sam Stratégie Montréal dit:

    @Laurent j’ai aussi vu le lien avec le billet de SEOptimise mais c’est clairement une inspiration et rien de plus. Bon billet, j’aimes bien la question du PageRank qui obnibule tant de gens et clients pour pas grand chose et tant d’incompris.
    -Samuel

  • Mapics dit:

    Je ne suis pas d’accord avec toi pour une société qui dirais avoir un reseau de site, tu peux avoir un reseau de site bien struturé et qui apporte de la valeur.

    Personnelement je préfére mon reseau de site que voir les grosses boite de référencement spammé avec le site du client les annuaires des autres et soumettre chaque pages du site.

    Exemple de soumissions vécue sur mes annuaires:

    -http://www.laurentbourrelly.com/page1.php
    -http://www.laurentbourrelly.com/page2.php
    -http://www.laurentbourrelly.com/page3.php
    -http://www.laurentbourrelly.com/page4.php

    et ceci dans la même catégorie avec le même titre et même descritptif

  • Laurent dit:

    @Sam : je crois qu’il faut vraiment adresser la question du PageRank plutôt que la repousser ou l’ignorer. Le PageRank n’est pas insignifiant, mais il faut simplement le remettre à sa place en tant qu’indice parmi tant d’autres et rien de plus.

    @Mapics : connaissant les réseaux de sites des agences de référencement, je peux tout à fait affirmer que c’est à éviter comme la Peste. Bien sûr qu’il est possible de construire un réseau se site tout à fait sain et je préconise largement cette stratégie. Par contre, j’attends encore de voir un réseau maîtrisé en interne qui est autre chose qu’un vulgaire link ring.

  • Web CMS dit:

    « Par contre, j’attends encore de voir un réseau maîtrisé en interne qui est autre chose qu’un vulgaire link ring. »

    Je plussois malheureusement avec Laurent sur celle ci, je n’ai encore pas vu beaucoup de reseau de sites qui soient sains veritablement

  • Partir dit:

    C’est bien ce genre d’article parce que l’on rencontre de plus en plus de référenceur « auto proclamé » qui n’y connaissent absolument rien et qui pense qu’une prestation de référencement ce résume à inscrire le site dans 50 annuaires pourris !

  • Arnaud dit:

    Vous trouverez des informations complémentaires sur le sujet sur le blog de Justsearch:
    http://www.justsearch.fr/blog/comment-choisir-son-agence-de-referencement-1260.html

  • megaredacteur dit:

    Bonjour, merci pour cette liste très intéressante ! Oui je suis tout à fait d’accord avec vous. Il est clair que pour apprécier un référenceur, il faut avant tout se baser sur des choses toutes simples.Parfois certains référenceurs jugent la qualité de leurs offres sur leurs références, mais sans préciser leur part de responsabilité dans la qualité des référencements… C’est une liste très complète et très objective. Merci !