AccueilRéférencement ➟ Cas d’étude pénalité Google manuelle pour liens factices

Cas d’étude pénalité Google manuelle pour liens factices


penalite-googleAllo Google ? Y a –t-il quelqu’un aux commandes des pénalités manuelles ?

On sait déjà que Google fait la loi (les règles de référencement), qu’il est aussi le gendarme (Search Quality Team) et qu’il est le juge (pénalité manuelle). Mais le plus compliqué quand on subit une pénalité manuelle, c’est de ne pas pouvoir comprendre ce qui nous est reproché, Google étant tout simplement injoignable, imperméable aux appels et demandes d’explications et illisible dans le peu d’information qu’il transmet.

PME du tourisme, nous recevons près de 90% de nos demandes de voyage via Internet, autant dire que notre position sur les pages de recherche de Google est vitale. Bien entendu, ce sujet est devenu une préoccupation stratégique et nous y consacrons du temps et des moyens humains. Le 30 janvier 2014, gros coup de grisou, nous tombons sous le coup d’une pénalité manuelle. Cela signifie en clair que notre site est déclassé car Google (un être humain, pas le robot) estime que nous n’avons pas respecté ses consignes sur les liens entrants. Réunion de crise, appel aux prestataires spécialisés, c’est-à-dire aux agences de conseils fondées par des anciens de l’équipe de Google chargée de ces pénalités manuelles, nous voilà dans un gros chantier de remise à plat de tous les liens entrants. Certains sont illégitimes aux yeux de Google, il faut les trouver et les faire enlever. D’autres sont totalement naturels, ils nous apportent de la pertinence aux yeux du robot, il faut les conserver. Mais Google ne dit presque rien, à nous de trouver ce qui ne va pas.

Après 5 mois de chantier de nettoyage et 4 demandes de levées de pénalité, nous pensons être arrivés à un niveau de respect des consignes largement dans les standards demandés. Entre temps, toutes les consignes officielles de Google et toutes les vidéos postées par Matt Cutts, Vincent Courson (Search Quality Associate) et Zineb Ait Bahajji (Web Trends Analyst chez Google) ont été vues, revues, décortiquées pour essayer de comprendre ce que l’on attend de nous.

Début juillet, nouvelle demande et nouvelle réponse négative, accompagnée comme à chaque fois de 3 exemples, liens parfaitement naturels pour lesquels personne ne peut expliquer ce qu’il y a à reprocher. Mais nous faisons supprimer ces liens malgré tout puisque Google le demande. Rebelote en août et en septembre, mais à la huitième demande, je refuse d’enlever les liens naturels irréprochables et qui font tout mon référencement. A partir de là, sans aucune explication supplémentaire de Google, les reproches changent de nature : ce ne sont plus des liens naturels mais des liens déjà désavoués qui sont maintenant pointés du doigt. Notre agence nous conseille de poster un message sur le forum des webmasters, il y a un fil de discussion spécifique sur les pénalités manuelles. On y découvre alors que les exemples donnés par Google peuvent être totalement à coté du sujet mais que ce n’est pas grave, il faut nettoyer quand même : réponse pour le moins curieuse. On fait donc notre demande d’information et notre agence aussi. Après quelques jours, Vincent intervient pour indiquer, je cite « Lors d’un nettoyage en profondeur du profil de backlinks, on peut atteindre une zone qui peut être frustrante lorsqu’il y a eu un gros travail de nettoyage, qui a demandé du temps et des efforts, et où il reste cependant quelques liens non-naturels dans le profil de backlinks. Mais dans un tel cas, on s’approche vraiment d’une levée de l’action manuelle, et selon mon expérience, un dernier coup de collier est en général suffisant pour obtenir un résultat positif. » Message vu comme positif, il y a vraiment un être humain chez Google, pour la première fois on a une piste précise et utilisable : notre fichier de désaveu n’aurait pas été suffisamment purgé.

On y consacre octobre et début novembre pour arriver à diminuer drastiquement la taille de ce fichier. Les liens restant sont ceux qui sont soit injoignables, soit qui n’ont pas répondus après 4 contacts en l’espace de 4 mois, tous donc légitimes pour se retrouver en désaveu. Nouvelle demande de levée de pénalité, la onzième et nouveau refus de Google, avec encore trois liens déjà désavoués depuis des mois cités en exemple. Nouvelle intervention sur le forum où nous apportons des informations essentielles dont les Top Contributors (les porte-voix de Google) ignoraient jusqu’à l’existence : nous parlons ici d’un hypothétique délai allongé de prise en compte du fichier de désaveu, un élément clé pour faire annuler une pénalité manuelle.

Restent quand même beaucoup de points d’interrogation auxquelles même le meilleur moteur de recherche du monde ne répond pas.
Pourquoi nous reprocher des liens déjà désavoués ou naturels (cas des 6 derniers refus) ?
Pourquoi n’y a-t-il plus aucune intervention des employés de Google sur le forum Google des webmasters depuis plus d’un mois malgré de nombreuses questions ?
Pourquoi les sites comme JC Penney ou Interflora sont sortis de leurs pénalités en 90 jours pour le premier et 11 jours pour le second alors que nous sommes pénalisés depuis 306 jours ?
Pourquoi demander que nos messages de levées de pénalité soient accompagnés de fichiers détaillés indiquant notre travail pour ne pas prendre la peine de les ouvrir et les consulter ?
Pourquoi perdre autant de temps, de notre coté et du coté de Google, alors qu’une seule réponse circonstanciée nous permettrait d’agir efficacement et de ne plus solliciter l’équipe de Google ?
Pourquoi ce curieux sentiment d’être englué dans un problème dont Google ne veut absolument pas que je sorte, ne disant rien des raisons qui le motive ?

Nous ne sommes pas très partisans d’interventions règlementaires dans le monde économique, mais là, ne sachant plus comment faire bouger l’énorme structure muette qui nous fait face, nous nous demandons s’il ne faut pas effectivement forcer l’ouverture puisqu’elle ne peut s’y résoudre d’elle-même. Google, puisque ce sont des humains parait-il qui gèrent ces pénalités manuelles, peux-tu les autoriser à parler, à communiquer, comme le font normalement les humains entre eux ? Merci d’avance.

Loïc Minvielle
Directeur Général Délégué

Comptoir des voyages

Autre lecture intéressante

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.



18 réponses dans “Cas d’étude pénalité Google manuelle pour liens factices”

  • Matthieu dit:

    Bonjour Loic,

    Je me permets de répondre car j’ai vécu quasiment le même scénario :
    – Comparateur de voyages (billet d’avion)
    – Pénalité manuelle en Avril 2012
    – Plus d’un an pour en sortir

    Honnêtement, dans un premier temps, nous avons fait un tri précis des liens toxiques/naturels dans notre profil de liens.
    Supprimant les mauvais liens, puis en les désavouant avec l’apparition de ce service, nous avons essuyé beaucoup de réponses négatives.
    Ensuite, nous nous sommes attardé sur les ancres des liens : Suppression de la quasi totalité des ancres exactes (et semi-exactes – déclinaisons).
    A la suite de cette dernière action, nous avons eu une réponse positive de Google.

    Il a quand même fallu plus d’un an avec peu d’informations et des réponses très vagues sur les forums de Google..

    Bon courage pour la suite en tout cas, il suffit parfois de quelques liens (ou ancres) que Google a cibler pour que la pénalité soit levée.

    Matthieu

  • gaujay dit:

    Merci pour ce témoignage riche en enseignements.

    Je constate que le secteur du voyage est particulièrement gangrené par des pratiques SEO qui se retournent tôt ou tard contre leurs utilisateurs même si il y a toujours ceux qui courent toujours…
    J’ai refusé des offres d’emploi dans ce secteur car je ne voulais pas jouer aux pompiers, ce n’est pas marrant.

    Si Google vous laisse poireauter comme ça c’est pour bien faire comprendre qu’il est DIFFICILE de sortir d’une pénalité. Si c’était une sinécure cela encouragerait les webmasters à bourriner jusqu’à la rupture : « pas grave on nettoie et on repart ». C’est dans l’intérêt de Google de dissuader donc il ne va pas vous rendre la tâche aisée.

    Après je ne vais pas jouer les moralisateurs. Le jeu est le jeu.

  • Sylvain dit:

    Je commence à avoir une belle expérience pour sortir les sites des pénalités manuelles pour liens entrants factices (plusieurs clients sortis du trou chaque mois), mais votre cas est frustrant, je l’admets.

    En général, j’arrive à faire lever la pénalité à la 2ème demande (parfois la 1ère, mais cela devient rare). Et je trouve que c’est de plus en plus difficile. La raison : La plupart du temps, ce sont les ancres optimisées que Google veut voir supprimées. Mais dernièrement, j’ai constaté qu’il suffisait qu’un mot-clé soit dans l’ancre, même sur une ancre de 5 ou 6 mots, pour que ça coince.
    Je vis cela actuellement pour un client avec mon troisième refus.

    Là où je vous rejoins, c’est pour la très mauvaise qualité des exemples donnés par Google.
    Je trouve aberrant d’y trouver des liens désavoués.

    Une tendance que je note toutefois.
    Auparavant, j’étais obligé d’utiliser d’autres outils que Webmaster tools pour identifier les liens. Depuis plusieurs mois, je pense que Google ne prend en compte que les liens que l’on trouve dans les deux fichiers GWT.

    En pratique, je suis devenu extrêmement dur dans le choix des liens à supprimer, la moindre mini optimisation d’un lien et il est flagué, du coup, on va plus vite en faisant vraiment le ménage en grand dès le début. Pas la peine de chercher à conserver un lien un peu optimisé quelque part.

    Mon conseil, faire la chasse à quasiment tout ce qui n’est pas une ancre contenant le nom de domaine ou la marque. Après, ce qui est rageant, c’est que dans le lot, il y a de vrais liens naturels. Mais vu qu’en face personne ne vous croira…

    En fait, le souci, c’est qu’avec le fait d’avoir joué avec le linking, on se trouve avec des liens optis faits par le site, et d’autres naturels. Et bien dans ce cas, Google nous oblige à jeter le bébé avec l’eau du bain.

    Bonne chance pour cette pénalité !

  • Loic Minvielle dit:

    Bonjour et merci pour vos commentaires.

    @Matthieu
    oui c’est tout le travail qui a été fait : suppression de liens; nettoyage des ancres suspectes; gros nettoyage du fichier de désaveu. Nous avons en plus fait appel à un spécialiste, ex-Google pour mener le chantier. Notre tribune porte sur le fait qu’une fois le boulot réalisé, quand Google nous reproche depuis juillet des liens 100% valides ou 100% désavoués depuis longtemps, ça interpelle. Mais eux restent sans voix …

    @Gaujay
    Je ne sais pas si le secteur voyage est particulièrement touché par de mauvaises pratiques. Je sais que tous les acteurs ont basculé sur le Net car c’est là que sont les clients désormais.
    Je sais aussi que les recommandations Google sont très vagues et les pratiques très diverses.
    Pour Comptoir, nous essayons de faire au mieux pour travailler le SEO dans les règles. Je ne crois pas une seconde qu’un webmaster pro sur un site comme le notre puisse pratiquer comme vous le dites : nous avons besoin de stabilité, pas de grands bonds en avant suivis de reculs forts.

    Loïc

  • Loic Minvielle dit:

    Merci Sylvain, je vous rejoins à 100% … malheureusement.
    Loïc

  • Christian Méline dit:

    Tout d’abord, courage à vous, car face à un mur, ce n’est pas facile…

    Le blog de Google n’est qu’une farce, il n’y a rien à en attendre (ce forum qui me donne plutôt le sentiment d’être une sorte de secte).

    Il peut être tentant d’attaquer en justice, pas forcément contre la sanction, mais contre l’absence de transparence dont vous êtes victime.

    Par contre, ne vous laissez pas intoxiquer et ne vous sentez pas forcément coupable. Dans ce type de situation, le plus souvent, c’est principalement Google qui est à blâmer.

    À la question, y’a-t-il quelqu’un aux commandes de ce service ?
    Justement, c’est bien la question que tout le monde se pose…

  • rikew dit:

    Personnellement je ferais également la chasse aux liens sortants optimisés.

  • Simon dit:

    Merci Sylvain pour ton retour très enrichissant.

    Perso je pense que les 300 jours passés a retirer du liens auraient été mieux dépensé a en construire de nouveaux 100% brandé sur un nouveau site 100% copié collé après noindex de l’original. (de toute facon même sortie de pénalité le domaine reste flagué je pense comme si vous aviez un casier judiciaire)

    PS : Peut être que votre homepage avec les 13120 avis et une moyenne de 9.4 ne leur plait pas car ne semble pas naturel …

  • Seb dit:

    Tout comme Rikew, je pense que la vérité peut être ailleurs => la page « partenaires » me semble un bel exemple.

    En 2012 , j’ai vécu 9 réponses négatives de la sorte dans une thématique tourisme aussi. Le seul rempart devant ces absences de réponse a été de basculer vers un nouveau domaine….

    Google est perfide, très perfide… IL peut être de bon goût de regarder si vous ne faites potentiellement pas concurrence à des sites dans lesquels Google a mis des deniers (Google Ventures), car dans ce cas là il faut être irréprochable.

    Ce n’est que mon avis…

  • Jimmy Jarry dit:

    Bonjour,

    Malheureusement, nous en sommes toujours aux mêmes points avec googler qui restent très vagues sur ses recommandations aux webmasters, le moteur a pris le droit de vie ou de mort pour un site et se contrefiche des conséquences.

    Votre article tombe au même moment qu’une sanction est tombé sur le site d’un ami pour « spam agressif », le problème, c’est que mon ami est victime d’un NSEO avec contenus dupliqués sur des sites chinois avec les bons liens qui vont avec…

    Je vais lui partager votre lien, pour infos il a été pénalisé, dépénalisé et repénalisé en 7 jours, du grand n’importe quoi version google….

    Cordialement
    Jimmy Jarry

  • Pierre dit:

    Personnellement plus le temps passe plus je conseil à mes clients de diversifier leurs sources de trafic. Si le SEO apporte plus de 30% du traffic c’est qu’il faut se poser de sérieuse question sur la diversification des apports business.

    Il m’est arrivé de me prendre une pénalité sur un site e-commerce sans que cela ne se ressente sur les ventes car la communauté à suivi et que nous avions d’autres moyens de les faire venir sur le site.

    Je part du principe, en tant que référenceur, que le traffic venant du SEO c’est du bonus. Il faut savoir faire sans. Je sais c’est facile à dire mais c’est la même chose avec le SEA. Google nous tient par les co**lles et il fait ce qu’il veut de nos business sur le web.

    Au plaisir d’en discuter et courage !
    Pierre

  • alex dit:

    Oui pas faux pour vos liens sortants enfin disons les deux plus visibles et « optimisé ».
    -> bas page…
    Il y a peu j’ai eu un souci avec mon compte Merchant Center, rien à voir pour le moment, ont me reprochait de ne pas avoir les mêmes infos entre le flux et le site (frais de port), pourtant elle était bien similaire dans le processus d’achat et il s’est avéré au final que le souci venait d’un module d’estimation de coût de frais de port présent sur la page panier.
    Je parle de cela pour dire que je ne suis pas sur que le quality rater cherche en ultra profondeur mais peut être contrôle t’il à nouveau en quelques clics.

    Attention je n’ai pas la prétention d’être le gourou sauveur c’est une idée voila tout

  • Alexandre Santoni dit:

    On est dans l’univers du pifomètre. Selon le site, les liens, la personne qui examine et la forme de la lune, la levée de la pénalité ou non intervient.

    Dans ton cas Loïc, la lune n’a pas du s’aligner encore correctement, c’est le paramètre manquant.

    De manière plus fondamentale, on revient toujours à la question de que faut-il enlever et jusqu’où aller.

  • Daniel Roch dit:

    La réponse à la dernière question posée est simple : pourquoi Google veut-il que l’on reste englué dans cette problématique ? Pour la simple et bonne raison que le moteur de recherche « naturel » ne rapport pas d’argent, les liens sponsorisés.

    Il a donc tout intérêt à réduire notre dépendance aux résultats naturels pour nous forcer la main vers le référencement sponsorisé. Il n’y a ainsi aucune raison pour que Google embauche plus de personnel ou améliore son traitement des demandes de levées de pénalité, bien au contraire…

  • Création Oueb dit:

    Personnellement, dès que je sens le refus intempestif de réexamen, je change illico de ndd…

    Remonter un nouveau site est bien souvent moins fastidieux et moins barbant (et même parfois moins coûteux) que de passer des semaines ou des mois à nettoyer ses liens (parfois déjà désavoués)..

  • Loic Minvielle dit:

    Merci pour vos avis
    Nous avons décidé de bien nettoyer les liens sortants
    Et une douzième demande de levée de pénalité a été faite mardi dernier
    On croise les doigts
    Loic

  • Marc dit:

    Merci Laurent pour ce billet, pour nous débutant dans le SEO, ce sont des conseils tres precieux.
    a++++

  • Laurent dit:

    Congrats Comptoir des Voyages qui vient juste de sortir de pénalité aujourd’hui 🙂