AccueilRéférencement ➟ Le cocon sémantique, l’arme fatale du SEO ?

Le cocon sémantique, l’arme fatale du SEO ?



cocon-semantiqueJe suis ravi et désolé à la fois que les notions « on site » de glissement sémantique et renforcement du maillage interne soient à la mode.
Ravi parce que le cocon sémantique est mon dada.
Désolé car il a fallu attendre l’arrivée des pénalités type Panda et Pingouin pour que l’importance cruciale de ce élément soit mis sur le devant de la scène.

Maillage interne powaa

Edit : je propose actuellement une formation sur le cocon sémantique.

Après tout, mieux vaut tard que jamais. Tant mieux si on réalise enfin qu’un maillage intelligent entre les contenus est la clef de voûte du succès pour un site Web.
C’est aussi compréhensible qu’il n’y avait aucune raison de se tracasser, à partir du moment où ça marchait en faisant le quart de la moitié de n’importe quoi.

Merci à Sylvain Peyronnet pour sillonner la France en prêchant la bonne parole sur le sujet. Je pense aussi à Christian Méline ou Mathieu aka BlackMelvyn, avec qui je suis sur la même longueur d’onde. Je rajoute aussi Jérôme qui bosse sur un outil génial, qui risque de faire du bruit sur le sujet.
J’en oublie plein d’autres qui ont pris des cheminements différents pour arriver à quasiment la même conclusion.
Je vais rester positif et ne pas parler de ceux qui ont piqué ma méthode pour l’incorporer à leur business. Leur jour viendra peut-être de leur mettre un taquet, mais ce n’est pas le sujet qui me préoccupe aujourd’hui.

Puis je n’ai pas inventé les algorithmes et les notions d’architecture derrière ce que j’appelle le cocon sémantique.
Par contre, j’ai formalisé et rendu accessible à tous mes clients un système inédit. Les plus attentifs savent reconnaître ma méthode lorsqu’ils examinent un site sur lequel je suis intervenu.

Le challenge consiste à pouvoir s’approprier le concept brut et l’appliquer sur son propre site, en fonction de diverses contraintes et priorités avec lesquelles il faut savoir composer.

Pour résumer mon système, j’ai pris le concept d’architecture web intitulé « siloing », sur lequel j’ai greffé des notions de PageRank thématique et une pelletée d’autres algorithmes bien implantés dans les moteurs et Google en particulier (Cosinus de Salton, Chaîne de Markov, ngram, TF-IDF, etc.). J’en ai même pris d’autres, tels que LSA, LSI et LDA, dont je suis moins sûr que Google puisse les appliquer tels quels.

Cocoon Teasing

Cela fait longtemps que je réfléchis à comment tourner la chose pour l’expliquer de manière générique. Il existe bien un tronc commun, mais la customisation pour un projet en particulier exige une grosse dose d’expérience et de bon sens.

Après avoir longtemps hésité, j’ai décidé de lâcher prise.
Je finalise en ce moment une formation vidéo spécifique au cocon sémantique.
J’avais déjà présenté mon concept en conférence à 2 reprises, mais je n’étais pas satisfait.
C’est compliqué de résumer en quelques minutes un système que j’explique en plusieurs heures à mes clients.

Ceux qui vont suivre ma formation de juin vont voir la démonstration en live face à des cas concrets.
En préparant la formation du Week-End SEO, j’ai réalisé qu’il fallait vraiment que je fasse quelque chose de plus spécifique et pointu sur le sujet.
Surtout, je veux joindre une option accompagnement personnalisé, en parallèle à la formation vidéo.

Fin du teasing, vous en saurez plus début de semaine prochaine…

Par où commencer ?

Déjà, je voulais déjà mettre en avant quelques notions que vous pourrez tous appliquer facilement.

Au départ est la bonne compréhension des notions d’architecture de sites Web. Je parle toujours des contraintes techniques et des priorités marketing qui se dressent violemment en face des besoins SEO.
Dans sa plus pure expression, le cocon sémantique permet de faire fonctionner en symbiose l’infrastructure du site et l’architecture des contenus.
Dans la vaste majorité des cas, on doit faire des concessions.
Tout le monde veut le beurre, l’argent du beurre et la crémière avec. Désolé, mais ça ne marche pas.

Revenons à la base.

La représentation la plus simple d’un maillage interne basique est une sorte d’arbre généalogique.
Le souci est qu’on perd de vue la relation de cause à effet dans son maillage interne, justement à cause de ces contraintes techniques et ces priorités marketing.
Si je fais un lien de telle manière, quel puissante a t’il et quelle sera la réaction souhaitée ? En référencement, tout est question d’action et réaction.

Pour moi, un maillage interne doit être limpide. Si c’est trop tordu ou trop compliqué, alors il y a quelque chose qui cloche.

Je suis de la vieille école.
Lorsque j’audite un site, la première phase ne comprend jamais l’analyse de documents internes qu’on pourrait me fournir ou l’accès à des consoles webmaster, logs et outils statistiques.
Il faut que j’enfile ma cape de GoogleBot pour entrer dans le site comme si j’étais un crawler qui le découvre.
Si ma visite n’est pas cohérente, alors je sens que ça couine quelque part dans les engrenages. Il faut sortir la clef de 12 et la burette à huile pour tenter de décoincer le levier grippé.
C’est la jouissance suprême lorsque tu arrives à préconiser la petite action qui va avoir un effet monstrueux. Une seule modification d’architecture qui multiplie le trafic par 8 est le kikitoutdur du SEO.

Cette histoire de siloing est pourtant simple et remplie de bon sens. C’est même comme cela qu’on a démarré dans le siècle dernier pour construire des sites statiques. Ensuite, les solutions dynamiques ont fait voler en éclat les principes originels de construction de sites Web.
Si vous ne connaissez pas le principe, Google est votre ami. La littérature abonde sur le sujet et je ne n’ai pas envie de partir sur un billet orienté principalement sur cette notion, qui devrait être connue de tous.

Dans siloing, il y a silo.

Dans un cocon sémantique, tout est basé sur ce principe d’une pyramide de contenus rangés dans des silos qui sont cohérents du point de vue sémantique.

Ensuite, je conçois des strates de contenus connexes à l’intérieur des silos.

Maintenant, j’en viens à cette affaire de glissement/affinité/continuité sémantique.
Sans même vous prendre la tête sur les notions algorithmiques, vous pouvez utiliser votre connaissance d’une thématique et votre bon sens.

Sans comprendre le pourquoi du comment, posez-vous une seule question : « de quoi faut-il parler pour être intéressant autour d’un sujet ? « .
Un peu comme si on devait composer le sommaire d’un livre, il faut tisser une sorte de toile autour de son sujet principal.
99,99% des « stratégies » éditoriale que j’observe se contentent d’ouvrir un blog et de pondre du contenu sans queue ni tête.
Dans mon système, on va réaliser un plan de route éditorial surpuissant prévu pour tacler plusieurs niveaux d’intérêt (popularité, autorité, notoriété).

Pourtant, si on se creuse bien les neurones pour être « intéressant » autour du sujet, il y a de grandes chances pour que cette histoire de glissement sémantique se concrétise naturellement et qu’on puisse réaliser un planning de publication performant.

Le secret des vases communicants

Ensuite, toute la subtilité consiste à bien réaliser un système de vase communicant entre les contenus ou strates à l’intérieur de silos.

Pour aller plus loin, on doit prendre garde aux liaisons entre les silos; elles doivent avoir du sens.

Il faut aussi préserver l’orientation sémantique et ne pas être focalisé sur les priorités commerciales. C’est un gros défaut que je retrouve dans cet exercice. On vend un truc, alors on veut le mettre partout en avant. Sauf que du point de vue sémantique, ce n’est pas forcément logique.

Cela ne veut pas dire pour autant qu’on va négliger l’aspect commercial. Cet élément prioritaire, du point de vue commercial, sera traité avec une attention spéciale, mais il faut déjà le coincer à la sa place dans l’organisation sémantique.

Avec mes clients, j’utilise un outil de mindmapping pour matérialiser le cocon sémantique.
C’est absolument magique de pouvoir visualiser son plan de route éditorial à l’écran.

Que des avantages

Appliqué avec soin, le cocon sémantique va bien plus loin qu’une simple organisation intelligente du contenu.
On peut tacler des paliers plus ambitieux, incorporant d’autres notions à la mode en ce moment (Content Marketing, storytelling, branding, etc.).

Grâce à la réflexion abordée par l’exercice de réalisation d’un cocon sémantique, j’ai souvent observé des pivots à 360° sur la réflexion commerciale de l’approche clients. On entre de pleins pieds dans la notion de buyer persona, résonnant en termes de demande ou lieu de l’offre.
C’est une option très intéressante pour franchir les paliers supplémentaires nécessaires à une vision moderne du commerce en ligne.

Ce n’est plus la peine de pleurer qu’avant c’était facile. Maintenant, il faut vraiment se sortir le doigt du nombril pour être remarquable, comme dirait Seth Godin.

Le titre de ce billet n’est pas fait pour racoler car je crois réellement que c’est une opportunité fantastique pour contrer les contrariétés liées à Panda et Pingouin.
Concernant Panda, le cocon sémantique envoie un signal de pertinence énorme. Par rapport à Pingouin, renforcer la puissance du « on site » permet de travailler en mode snipper sur les backlinks, au lieu d’arroser au bazooka.

Au final, la vérité est à l’écran. Je sais que mon système fait des merveilles pour ceux qui l’ont bien appliqué. D’autres ont bien écouté, mais ensuite ils ont fait semblant d’y croire.
Le pire est que ce n’est pas du tout compliqué, comme pourrait le suggérer les explications scientifiques à la Christian ou Sylvain. C’est même tellement fondamental et évident qu’on peut difficilement nier le bien fondé du concept.
En plus, je ne peux pas m’empêcher de lancer un cocorico car les frenchies ont une grosse longueur d’avance sur les anglo-saxons. Nous sommes plusieurs à être bien calés sur le sujet et je ne vois rien pointer de l’autre côté du lac. Ils tournent en rond autour du truc, mais n’ont pas encore capté la substantifique moelle.

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.



37 réponses dans “Le cocon sémantique, l’arme fatale du SEO ?”

  • Christian Méline dit:

    Mon degré d’adhésion à ce billet est de 1000 PPM ;-)

    mille bravo !

  • Michael dit:

    Totalement d’accord avec ça et cela donne envie d’assister à tes conférence en petit comité.
    Dommage pour moi je n’étais pas là quand tu as fait ton annonce je me rattraperai à la prochaine session ;)

    D’ailleurs ton explication sur l’importance d’une mise en place d’une stratégie de contenu bien pensé mêlant popularité, autorité et notoriété.

    Ça me fait penser à une petite histoire d’un professionnel venant réparer une machine qui ne fonctionne pas.
    Il la répare en 5 min en donnant seulement un coup de marteau dessus et facture 1000€.
    Le client crie au scandale et le pro lui explique sa facture : 5€ le prix du marteau et 995€ pour savoir où taper ;)

  • Douglas dit:

    Bonjour Laurent,

    « se mettre les doigts dans le nombril », ça doit faire mal non ?

    En lisant cet article sur le silo, je me rappelle des dissertations de français où il fallait faire deux parties avec 3 paragraphes pour chacune.
    L’objet étant d’emmener le lecteur à sa conclusion.

    On faisait déjà du cocooning à l’époque !

    Merci.

  • BlogMestre dit:

    C’est scandaleux Laurent, tu n’est pas 1er sur « cocon sémantique » :mrgreen:

    L’image qui illustre ton article, je ne la trouve pas top, alors j’ai cherché sur GG et j’ai trouvé ça : http://www.ls-architectures.com/files/gimgs/4_01cocon-02-nb.jpg

    ça me fait penser à Alien, de la à penser que Laurent serait le huitième passager …

  • Nicolas dit:

    Passionnant, j’ai hâte d’en apprendre plus dans tes vidéos formation… Au fait c’est pour quand ta fameuse surprise que tu avais annoncé dans ton dernier mail ?

  • Alex dit:

    J’ai pas encore énormément d’expérience en la chose, mais je trouve que le terme « cocon » porte très mal son nom.

    Ça laisse à penser que chaque élément est hermétique les uns vis-à-vis des autres (tout comme le terme « siloing » d’ailleurs) alors que non, absolument pas ; les cocons peuvent (doivent ?) communiquer entre eux sans forcément s’interconnecter. Plutôt qu’un arbre, c’est l’image d’une sorte de réseau neuronal que j’ai en tête.

    C’est ce qui était brièvement évoqué dans ta partie sur les vases communicants :)

  • fabien dit:

    Bonjour Laurent,

    j’ai lu aussi les billets de Christian sur le sujet et j’attends la suite avec impatience. Pour ceux qui n’ont pas la chance de suivre la formation en live, le format vidéo seul permet-il d’appréhender le « système ».
    As-tu prévu du support post formation ? Et y-a-t-il des pré-requis (Expérience SEO par exemple) ?

    Merci

  • Thomas Cubel dit:

    Bonsoir Laurent,

    Merci pour cet article très intéressant.
    Pour revenir sur ta première partie, il faut admettre que lorsque l’on commence à partager ou à parler de quelque chose qui fonctionne, les gens se jettent dessus directement, surtout quand cela vient de quelqu’un comme toi. Après, comme dans tout, il y a du bon et du mauvais, faut essayer d’avoir du contrôle sur son « bébé ».

    Pour la suite de l’article, c’est un sujet qui est difficile à amener et je retrouve les idées présentes chez Christian, dans certains blogs, etc. Je trouve que tes mots étaient clairs, précis, bien utilisés. T’as bien bossé et ça fait plaisir de lire un article comme celui-ci chez toi.

    Enfin, je ne m’éternise pas, merci pour toutes ces précisions. J’avais pour ma part quasiment l’ensemble, on en avait déjà parlé.

    Bonne continuation et bonne soirée !

  • SidB dit:

    Très intéressant. Merci.
    Quand je lis ton billet, moi je vois un montage chimique: ampoule à décanter reliées chacune entre elles et contenant des composés différents mais ayant des points communs et à la fin il en sort une substance ou liquide comme une distillation lol.
    s’il y a une incohérence dans le dosage ou dans la comptabilité ça fait boum.
    Si c’est cohérent il en sort une belle chose…

  • Laurent dit:

    @Christian : fais gaffe de ne pas te mettre le palpitant dans le rouge à ton âge :-D

    @Michael : pas mal l’analogie. Je risque de te la piquer.

    @Douglas : j’utilise le plan de rédaction appris à l’école pour encore autre chose (rédiger 400 mots en 5 mns sans automatiser).

    @Blogmestre : tu as bien senti que j’étais pressé pour trouver une image…
    La tienne est bien mieux et je vais remplacer celle d’intro.
    J’ai oublié de te citer dans le billet, mais en fait je mentionne ton futur tool dans ma formation.
    Tu fais partie des évangélistes du cocon sémantique !

    @Nicolas : semaine prochaine (mardi ou jeudi).

    @Alex : disons que ce sont des cocons accrochés à une toile.

    @Fabien : patience… tout sera expliqué dans la présentation de cette formation spéciale sur le sujet. Il y a effectivement une option avec accompagnement.

    @Thomas : oui le truc intéressant est de s’approprier le système et l’appliquer à son cas particulier.
    Ce n’est pas un carcan et lorsqu’on a compris le principe, il y a plein de latitude autour.

    @SidB :ah oui je n’avais pas vu la chose comme ça, mais c’est une bonne manière de l’appréhender.

  • BlogMestre dit:

    @Laurent dit: Tu fais partie des évangélistes du cocon sémantique !

    Ne comptes pas sur moi pour me faire une tonsure de moine :-D

  • Teddy dit:

    Bravo laurent,

    Encore une fois un excellent billet :) et je suis moi aussi completement raccord avec ce concept dailleurs le meilleur cas d’école en la matiere reste toujours wikipedia.

    Encore plus fort, je crois que tu es un des rares blogueurs seo capable dans un meme billet de nous sortir des mots comme « Cosinus de Salton » avec kikitoutdur du seo ^_^

    Meme si tu ecrivais sur autre chose que du seo on prendrait qd meme plaisir a te lire ;)

  • Laurent dit:

    @Blogmestre : t’as besoin de passer chez le coiffeur. Pour te motiver à opter pour la chaussée aux moines, j’ai rajouté ton lien dans le billet.

    @Teddy : on me cite souvent Wikipedia comme exemple, mais je vais besoin plus loin. Dans mon système, c’est vraiment d’une précision chirurgicale.

  • Artury dit:

    Bruce Clay serait donc français :)

    Bon article, évidemment.

  • Mathieu Dominguès dit:

    J’ai eu l’occasion de voir le sujet plus en détail en formation avec toi, et c’est vrai que je trouve le concept toujours aussi séduisant. Bien réalisé, c’est à dire en positionnant exactement les pages que l’on cherche à booster, c’est du bonheur. D’ailleurs je trouve que cela va de paire avec une réflexion lue dans un article de Econsultancy titré « The slow death of the homepage » dans le sens où chaque page centrale d’un silo devient une homepage à proprement parlé pour une requête spécifique.

  • Patrick dit:

    Tu devrais rajouter un visuel (ou deux) en exemple des mindmapping que tu as réalisé. En ayant vu plusieurs exemples que tu avais fait, je trouve que ça aide vraiment à bien comprendre le concept. Le visuel pour comprendre…c’est important ;-)

  • Sandrine Khou dit:

    Bonjour Laurent, merci vraiment pour ce sujet que j’affectionne particulièrement mais dont je ne maîtrise malheureusement pas toutes les ficelles :(
    Je suis d’accord avec toi sur le fait qu’il faille prioriser la logique sémantique d’un projet par rapport à l’aspect commercial. Sur la toile, on voit effectivement souvent l’inverse, et je pense aussi que ce n’est pas une bonne approche conceptuelle et que cela ne doit représenter seulement qu’une petite partie du schéma sémantique global.
    Je suis aussi convaincue que si la plupart des sites appliquaient cette technique, il y aurait beaucoup moins de sites pénalisés, et les filtres panda, penguin, payday loan, …etc, auraient beaucoup moins d’utilité.
    Je confirme aussi que je n’ai pas non plus trouvé d’articles ou de dossiers anglophones traitant de ce sujet si ce n’est sur le siloing de Bruce Clay mais la méthode est ancienne et elle ne représente qu’une partie de la solution globale des cocons sémantiques.
    Bon vendredi !

  • Antoine dit:

    LE sujet du moment dans la SEOsphère francophone ! Merci de l’aborder avec autant de bon sens, ça rend le concept accessible… et on a tous hâte de voir la vidéo à ce sujet, même si on aurait préféré voit tous été tirés au sort ;) pour le WE SEO.

    L’introduction de la notion de planning et des « autres notions à la mode » évoquées dans ton billet rationalisent le tout, à l’heure où beaucoup de monde poste à tout va, sans vision à terme.

    A suivre donc, merci !

  • LaurentM dit:

    Je suis de la vieille école aussi, peut-être l’âge ? ;-) J’ai même déjà refusé des documents que l’on me donnait, à la grande surprise du client, en lui expliquant que je les lui demanderai après avoir « bien entamé » l’audit.

    Ce n’est même pas spécifique au SEO d’ailleurs, comme tu le sais pour être toi aussi issu du marketing. Rien n’est plus dangereux pour une société que de tout regarder « de l’intérieur ». En même temps, c’est aussi pour cela que l’on fait appel à un consultant.

    Pour en revenir au sujet du jour, c’est sûr qu’on est loin désormais de l’époque où il suffisait de tartiner un site à coup de content spinning en ajoutant quelques liens internes vaguement cohérents pour bien ranker. Et, oui : heureusement.

  • Nicolas Guillemot dit:

    Bonjour Laurent, merci pour ton article sur un sujet que j’apprécie particulièrement !
    Je dirais que ça coule de source, et comme tu le dis si bien c’est un concept fondamental que l’on avait pris l’habitude d’utiliser au début avec les sites statiques.

    Aujourd’hui l’automatisation, les dev dynamiques ont fait partir ça en cacahouètes !
    La logique sémantique a disparu au profit de la facilité à créer rapidement et en quantité des volumes de contenu.

    Je suis tout à fait d’accord avec Sandrine Khou, je pense qu’aujourd’hui la communauté SEO, les blogueurs passent malheureusement beaucoup plus de temps à « chialer » après les impacts que peuvent amener les différents algos de Google.
    Cependant si l’esprit était resté, et si la finalité sémantique avait perduré, nous n’en serions pas là.

    Aujourd’hui, j’espère que tes prochaines vidéos seront accessibles, afin de bénéficier d’exemples concrets pour aider ceux comme moi qui continuent toujours d’apprendre et d’avancer !

  • tanguy dit:

    Avant de te rencontrer Laurent je pense que j’étais comme beaucoup de personne un keyword stuffer ! Après l’explication du cocon sémantique tout devient plus clair même si çà passe par des phases de questionnement au début mais après quand tu y penses et que tu regardes un mapping c’est tellement logique. J’irai même jusqu’à dire que c’est beau ! :-)

  • Sylvain (xSpin) dit:

    C’est drôlement cool de voir que ce concept est enfin pris au sérieux.

    C’est un sujet qui me touche de près, même si je n’en parle pas beaucoup en public :P
    Un peu prématuré pour faire du teasing, mais tant pis, disons le: j’ai également des outils qui mijotent au coin du feu pour « tisser » et remplir ces fameux cocons, j’en parlerai le moment venu (on en causera sans doute en privé avant ;) )

    Comme beaucoup, j’attends avec impatience les vidéos de Juin pour voir en détail comment tu applique sur un cas concret.

  • Eric dit:

    Cosinus de Salton, Chaîne de Markov, ngram, TF-IDF…

    Quelle Rockstar ! Tu en as mangé de la cigogne pour en arriver la ! Bravo :)

  • inweb-media dit:

    Oh Laurent, tu nous a mis l’eau à la bouche!!

    J’espère également que ces vidéos (et pourquoi pas un livre?) seront publiques ou du moins envoyées à tes abonnés préférés. Nous qui habitons outre-Atlantique à Montréal, nous ne pouvons malheureusement pas participer à vos SEO Campus ou autres présentations d’expert.

  • Audrey dit:

    Je sens que ce concept va me plaire. J’ai hâte d’en voir un peu plus sur ce sujet.

  • Stephane - 4h18 dit:

    Salut Laurent,

    Qui dit cocon sémantique, dit contenu.
    A partir de quel volume de contenu tu peux commencer à mettre en place le cocon (ou parler de cocon) ?

    Ensuite, au vue de ton retour d’xp, combien de temps faut-il aux moteurs pour digérer le cocon (en gros) ?

    Merci pour le billet.

  • Francois dit:

    Bonjour Laurent,

    Y’a un truc amusant sur lequel j’aimerai un jour discuter avec toi, c’est le manque d’interêt pour notre travail et nos outils … Alors que je pense honnêtement qu’on ait developpé une approche assez unique sur différents niveaux sur l’analyse sémantique, des cartes de visualisations, des logiques de perception sémantique, …

    Ou alors on est vraiment à coté de la plaque ou il y a qq chose qui m’échappe.

    Au plaisir d’en discuter avec toi.
    :-)

  • Christophe dit:

    Bonjour Laurent
    trés belle analyse de l’interet de la semantique dans le SEO, on parle aussi d’Ontologie web.
    A ce sujet, j’avais été conseillé sur un ouvrage relatant la recherche semantique ( Google semantic search)- sans faire de pub- . C’est un exellent ouvrage qui traite bien du problème de la semantique dans le seo.
    je pense qu’il est important d’appliquer cette nouvelle vision du SEO si l’on veux effectivement se soustraire des filtres Google sereinement…

  • Simon dit:

    Ca semble simple comme ça et d’une logique implacable, une fois que c’est formalisé on se dit qu’on aurait dû y penser avant. Mais toute la difficulté est de le formaliser et de le théoriser. Bravo donc.

  • D.VDA dit:

    Merci pour cette présentation.

    Je grossis le trait, mais penses-tu que les taxinomies des blogs qui se sont répandues il y a dix ans (catégories et tags) et la multiplication des pages structurellement satellites ait été la cause du retour vers le silo et des architectures en classeurs ?

    Panda rechercherait des documents et des données bien structurés, est-ce par exemple le retour des sous-domaines ?

  • R3fosi dit:

    Salut Laurent et merci pour le billet.

    Ca fait un moment que j’attends une exposition de cette théorie, j’ai hâte de lire/voir la suite.

    Dis moi, aurais tu un exemple d’un site qui a mis en place un joli cocon sémantique?

    Je te demande pas de rentrer dans les détails (le temps est précieux) mais une simple URL me permettrait d’essayer de dégager par moi-même le schéma (en priant pour que le site fasse moins de 100 000 pages lol)

    Merci

  • Sylvain dit:

    @François Je pense que la plupart des gens ne connaissent pas votre outil. Et contre cela, à part se mettre en avant partout et faire parler du tool par des early adopters, je ne vois pas de solution simple.

  • CSEO dit:

    j’aime bien ce concept de cocon, c’est assez bien imagé je trouve! merci pour cet article!

  • Bourgrire dit:

    Un article très intéressant mais un peu abstrait pour les « semi-débutants ». Un exemple concret, un petit cas pratique dans une prochaine vidéo serait sympa.
    Après je me doute qu’entre donner et trahir le contenu de ta formation, il y a un arbitrage pas toujours facile à faire.

  • Laurent dit:

    @Artury : Bruce Clay a pigé le siloing, mais pas le cocon sémantique ;-)

    @Mathieu Dominguès : Sylvain aka AxeNet vient aussi de sortir un billet qui évoque ce rôle minime de la home dans une stratégie SEO.
    C’est si évident et pourtant pas du tout rentré dans les moeurs.

    @Patrick : je prévois plutôt une petite vidéo montrant le mindmapping dans les prochains jours.

    @Sandrine : c’est clair que c’est impossible de se faire pénaliser lorsqu’on applique correctement le système. Au contraire, cela aide à sortir de pénalité type Panda.

    @Antoine : plein de bonnes surprises la semaine prochaine où mon blog va dégouliner de cocon sémantique dans tous les sens.

    @LaurentM : je ne sais pas si c’est mieux d’être des « vieux » comme nous ou se reposer en premier sur des tools, mais je ne sais pas faire autrement.
    Cela n’enlève pas l’intérêt des documents internes et outils, mais je ne le conçois pas dans la phase préliminaire.

    @Nicolas : c’est ma mission pour les Dieux du SEO en ce moment : que tout le monde soit versé dans les concepts liés au cocon sémantique.

    @Tanguy : tu fais partie de ceux qui ont parfaitement capté le truc ;)

    @Sylvain : Je bosse avec Jérôme aka Blogmestre sur un outil. C’est génial l’émulsion générée autour de ça.

    @Eric : on fête 10 ans de mangeur de cigogne et tu poses un commentaire chez moi. Club de la 2 Forever ;)

    @Inweb : il y aura du public gratos et d’autres choses…

    @Audrey : encore quelques jours.

    @Stephane : une page entourée d’une poignée de pages constitue déjà un cocon. Ensuite, c’est juste une question mécanique d’ajouter autant de pages qu’il faut pour arriver à ton objectif de ranking.
    La digestion ne dépend pas du cocon en lui-même, mais de l’intérêt du crawler pour le site (PageRank donc).

    @Francois : faut faire de la promo !
    J’avais vu ton tool en version Alpha, mais je t’ai invité à plusieurs reprises à me le montrer à nouveau et en faire un podcast.
    Pour l’instant, je ne peux rien dire car je n’ai rien testé.

    @Christophe : merci pour le bouquin. Je vais regarder.

    @Simon : arriver à simplifier le système est le résultat d’années de tests et d’affinage.

    @D.VDA : je ne sais pas si les ss-dom sont de retour, mais pour l’architecture type blog c’est pour moi le pire système possible. On peut classer comme on veut/peut dans les niveaux supérieurs, il y aura toujours au final une hiérarchie chronologique des posts, qui est débile.

    @R3fosi : je suis en train de mettre en place un cocon sur ce site, justement pour montrer comment je ferais moi-même. Pour les exemples clients, il y a un podcast à venir semaine prochaine où on en parle.

    @Sylvain : yep voilà marketing rulez.

    @CSEO : merci

    @Bourgrire : encore quelques jours de patience… mon objectif est vraiment d’en donner pour tout le monde et toutes les bourses.

  • fleur dukoure dit:

    Bonjour Laurent
    On comprend mieux à la lumiere de votre analyse le terme de cocon sémantique.
    C’est d’autant plus pertinent aujourd’hui à quelques jours de la secousse de la nouvelle update des filtres google, d’ailleurs, je vois que la plupart des créateurs de tool permettant une meilleure sémantique ont également commenté votre post.

  • Francois dit:

    Merci pour ta réponse :-) Je te contacte en DM pour te préparer une nouvele démonstration.