AccueilMoteurs de recherche ➟ Blekko, le moteur de recherche intelligent

Blekko, le moteur de recherche intelligent



Logo du moteur BlekkoJ’ai un brouillon daté de septembre 2010 intitulé Blekko qu’il est grand temps de sortir des cartons.

Ce moteur de recherche qui fonctionne sur le concept du slashtag permettant de customizer les résultats est une alternative non négligeable à Google qui est toujours plus dominé par les spammeurs, référenceurs et autres web marketeurs.

Pour faire connaissance avec Blekko, l’inévitable Scobleizer nous gratifie d’une longue interview vidéo.

Présentation vidéo de Blekko

Ayant eu le privilège de faire partie des  premiers invités à la Beta de Blekko (lien vers mon profil), j’ai commencé par créer le slashtag référencement en nettoyant la requête des offres commerciales, laissant uniquement les sources d’info à disposition.
On slash in les bons résultats et on slash out les indésirables. Le concept est d’obtenir le Web qu’on veut.

Slashtage referencement sur Blekko

Spam toujours

L’emprise des professionnels de la visibilité Web est totale sur Google. Pour garder un semblant de naturel, le moteur de recherche a trouvé comme palliatif de valoriser Wikipedia qui squatte  un résultat quasiment sur toutes les premières pages de Google.
Autrement, dur de se faire une place au soleil sans prendre en compte le référencement – que ça soit du côté obscur de La Force ou Mr Propre.

A partir de ce constat, Blekko propose une alternative assez intéressante.
Le principe de base se base sur le concept du slashtag ou résultat de recherche sur-mesure qui est édité manuellement par les utilisateurs et modéré par l’équipe de Blekko.

Au fait, les amis ApocalX et Jeffer avait lancé Google Filter en 2004 qui avait aussi pour concept de ne plus voir certains sites dans les résultats de recherche Google.

Wikipedia avait aussi lancé un moteur basé sur la participation des internautes, mais le projet Wikia fût avorté en 2009 pour le transformer en un Yahoo! Answers like.

Google me permet de vivre confortablement depuis 2004 et j’ai bien profité des belles heures du MFA (MadeForAdsense) ou de l’affiliation. Aujourd’hui, je me tourne vers d’autres modèles car j’ai toujours dans l’esprit que les filons sont rapidement saturés sur Internet. En fait, j’ai tort car fourguer des pages au moteur dans l’espoir de racoler un clic publicitaire, un formulaire ou une commission de vente marche toujours aussi bien.
La concurrence est plus rude, mais le moteur est toujours aussi faiblard à lutter contre toutes les formes plus ou moins agressives de spam. Certains comme Kryter ont même fait de belles pirouettes commerciales sous prétexte de cibler la Longue Traîne. Le gavage du Google va perdurer tout autant que pour les canards et les oies dont nous avons dégusté le foie à Noël.
En passant, Matt Cutts m’a fait sourire en lançant un tweet solennel pour annoncer que le cloaking sera en ligne de mire.  Brrr la planète Black Hat SEO doit être verte de trouille.
C’est bien beau de compter sur des effets d’annonce, mais reste à prouver une véritable efficacité.

Aujourd’hui, j’ai bien l’impression que le momentum est en faveur de Blekko car il y a le spam et les référenceurs qui sont omniprésents, mais les fermes de contenu sont aussi des résultats qu’on ne souhaite pas forcément consulter. Les eHow, About et autres champions du contenu de (très) basse qualité ayant pour seul but de racoler vers un clic publicitaire sont bien valorisé par le moteur, mais commencent sérieusement à gaver l’utilisateur avancé.

Que ça soit John Battelle, Rand Fishkin, Keeg ou moi-même (juste quelques liens parmi tant d’autres), certains professionnels mettent maintenant sérieusement en doute la capacité de Google à endiguer le spam.
Même TechCrunch ou Slate s’y mettent en citant également Blekko comme une alternative à noter.

Outil pour le référenceur

La grosse surprise de Blekko arrive en cliquant sur le bouton SEO qui est proposé à côté d’un résultat. Contrairement à la console Google Webmaster Tools ou celles de Bing et Yahoo!, les informations divulguées par Blekko sont transparentes. Je rappelle qu’il existe parfois un fossé entre ce qui se trame réellement dans l’index d’un moteur tel que Google et se qu’il retourne dans un interface comme les résultats de recherche ou la console webmaster. Ne prenez jamais rien pour argent comptant!

Plusieurs onglets sont à disposition : liens entrants, statistiques de crawl, pages indexées, comparaison entre deux sites et contenu dupliqué. Il n’y a que les résultats du contenu dupliqué qui m’ont laissé dubitatif. Cette partie doit être améliorée car c’est loin de m’avoir convaincu pour l’instant. Sinon, tout le reste est intéressant, même si c’est trop expérimental pour être utilisé sur le plan opérationnel, notamment dans le cadre d’un audit référencement.

Comparaison entre Webrankinfo.com et LaurentBourrelly.com par Blekko

Le moteur met aussi à disposition le flux RSS de chaque slashtag ou divers widgets à utiliser sur son propre site, ainsi qu’une toolbar.

Une autre fonctionnalité intéressante que je viens de découvrir sur Blekko concerne le bouton Adsense qui apparait lorsqu’on entre le slashtag /adsense=XXX (XXX étant le numéro d’ID à rechercher).
Il y a aussi un onglet Adsense qui apparaît si vous cherchez un nom de domaine qui contient les publicités Google. En cliquant dessus, vous avez tous les autres sites du compte Adsense.

Certains grognent par rapport à cette fonctionnalité ou le non-respect du tag noarchive, mais je trouve que la transparence est salvatrice.

Blekko Techno

Le moteur Blekko se base sur la technologie ScoutJet pour indexer le contenu sur le Web. Dès son apparition en 2008, Scoutjet était pris pour un robot spammeur, mais sa crédibilité est remontée grâce au partenariat avec Blekko.

Pour l’instant, l’index est minimaliste comparé à celui de Google, mais ce moteur se place en alternative plutôt qu’en Google Killer. D’ailleurs, en partant du principe que plus de 90% des pages indexées par Google ne sont pas vraiment intéressantes, l’index du trublion ne devrait jamais devenir massif.

Le HostRank chez Blekko est plutôt nébuleux. Je ne sais pas comment il est généré, mais comme pour tout indice, c’est celui qui a la plus grosse qui gagne.

Comme d’habitude, le français est une langue difficile à appréhender pour un moteur de recherche et les accents sont zappés des slashtags.

Pour tester un moteur de recherche, le truc bien connu consiste à entrer une requête correspondant à sa propre identité – en admettant être bien visible sur le Web. C’est une requête qu’on connait bien et qui est maîtrisée pour les plus précautionneux en e-réputation.

A ce niveau, c’est vraiment pas mal pour Blekko car j’ai seulement 2 résultats qui me semblaient inintéressants ou inadéquats, mais par contre il en manque quelques uns qu’il faudra que je m’empresse d’ajouter. C’est ça aussi le truc magique car je peux proposer des nouvelles ressources au moteur. Nous sommes aux antipodes d’un moteur fermé tel que Google.
En cherchant des personnalités bien plus connues et intéressantes que ma petite personne, je suis tout aussi ravi des résultats. En clair, l’information retournée est beaucoup plus limpide sur tous les secteurs que j’ai testé. Chercher des blogs se révèle aussi particulièrement intéressant.

Maintenant, pour compliquer un peu la recherche, je vais taper Dishwasher (lave-vaisselle en anglais) qui avait rendu Paul Kedrosky  en colère.
Même si ce n’est pas parfait (un domaineur en prems), les résultats de recherche n’ont rien à voir avec ceux de Google qui sont juste pitoyables.
Ce qui est remarquable se déroule lorsque j’ajoute l’élément «buy». Maintenant, les résultats de recherche sont largement différents du précédent. C’est un mix d’information pour mieux acheter, en opposition totale avec les gros racoleurs qu’on retrouve sur Google.

Alternative viable ?

En tout cas, je ne sais pas si c’est Blekko qui est tellement génial ou Google qui devient ennuyeux, mais cela serait salvateur de voir apparaître une alternative différente qui prenne de l’ampleur. Le seul autre survivant, Bing, reste en deçà du leader du point de vue technologique.
Fondamentalement, un moteur 100% basé sur des algorithmes restera idiot puisqu’il ne comprend pas ce qu’il lit.
Malgré tous les efforts des hordes de talentueux ingénieurs, le constat est implacable car Google est toujours aussi pourri.

Maintenant, reste à voir comment cette alternative saura passer le point critique après que les early-adopters et autres leaders d’opinion auront plaidé en sa faveur. C’est sans doute un peu trop geek pour le commun des utilisateurs qui n’a même pas encore compris que Goolge comprenait des dizaines d’opérateurs fantastiques.
Peut-être que Google correspond mieux à l’utilisateur lambda, mais celui qui peut se considérer d’un niveau avancé devrait se délecter sur Blekko.

En fait, le secteur de la recherche d’information n’est pas pénétré par de nombreuses entreprises. Malgré l’enjeu gigantesque et la cagnotte gargantuesque, peu se risquent à attaquer frontalement le monstre Google. Peut-être que les pets foireux du passé tels que Quaero (annoncé comme Google Killer pour devenir un projet expérimental ignoré), l’échec cuisant de Wikia, la descente aux enfers de Yahoo! ou l’incapacité de Microsoft à contrer le leader sont des facteurs décourageants pour les entrepreneurs ? En plus, c’est vraiment amusant et passionnant de s’intéresser à la recherche d’information en ligne.

Bref, découvrez par vous-même l’intérêt de Blekko qui fera peut-être partie des prédictions intéressantes pour 2011. Parfaite transition pour souhaiter pleins de bonnes choses à tous mes lecteurs.
Ayant une centaine d’invitations à disposition, contactez-moi pour être invité sur Blekko.
Plus besoin d’invitation. Passez directement par la page d’inscription.

Vous avez aimé cette lecture ?
Abonnez-vous à ma newsletter pour être le premier au courant de mes dernières trouvailles SEO, distillées uniquement par ce canal.



31 réponses dans “Blekko, le moteur de recherche intelligent”

  • Arthur dit:

    Ca parait intéressant.
    Je veux bien une invitation. Merci

  • Blekko dit:

    Pour compléter l’article, Blekko a été fondé par Rich Skrenta qui n’est pas un débutant puisqu’il a fondé DMOZ (entre autres).
    27 millions $ ont été levés, comptant des grosses pointures parmi les investisseurs comme Marc Andreessen (Netscape) our Ron Conway (+500 investissements Web).

  • Alex dit:

    Bonjour Laurent,
    Ce moteur m’a l’air très intéressant ! La partie SEO et la possibilité de pouvoir filtrer les résultats me parait un mixte entre un agrégateur de news et un moteur de recherche : en gros, on ne retient que l’essentiel de ce que l’on cherche, tout en crawlant toujours les nouveautés.
    Je suis également intéressé par une invit !
    ++
    Alex

  • Aurélien dit:

    Je connais et utilise ce moteur depuis quelques mois, il est vraiment utile pour nous les référenceurs.
    Tu auras pu gardé cet article dans tes cartons. ;-)

  • samuel dit:

    Intéressant, bien qu’il ait encore l’air en beta-test. C’est sûr qu’il est plus orienté pour les utilisateurs de Linux que de WIndows7! Comprenne qui pourra =p

  • SeriesAddict dit:

    Je serai curieuse de tester ce moteur, et ravie de pouvoir bénéficier d’une invitation ^^

    Merci pour la présentation en tout cas.

  • Laurent dit:

    @Arthur, @Alex, @SeriesAddict : invitation partie.
    Faites moi signe si jamais vous ne recevez pas.

  • Alex dit:

    Nickel ! Merci ! Vraiment pas mal l’idée de faire son propre tri dans ce qui est pertinent ou pas ! Très accès US, la partie SEO n’est vraiment pas en reste. J’aime bien :)

  • Renardudezert dit:

    J’utilise également ce moteur depuis quelques semaines et son fonctionnement à la manière ligne de commande m’a tout de suite séduit.

    Je suis 100% d’accord avec toi sur le fait que la partie sur le contenu dupliqué est … comment dire … énigmatique. Sinon mis à part ce défaut (si l’on peut considérer cela comme un défaut), le concept de ce moteur est tout simplement génial.
    Les slashtags « third party API » sont également très intéressants et le principe participatif du moteur lui offre un avenir certain AMHA.

    Il est fort dommage que ce soit un moteur ésotérique.

    P.S. : mon slashtag préféré reste quand même le /topspam. Et justement à ce propos, sais-tu comment fonctionne le signalement de spam sur Blekko (car il est relativement simple de cliquer sur le lien spam dans les résultats) ?

  • Le juge SEO dit:

    Je ne connaissais pas – je viens de faire quelques tests et bon y a des progres a faire quand meme quand a la pertinence –
    Je ne doutes pas que les filtres et la personalisation possible (comme sur GG filter de Mr Apo) donne une sorte d’avantage a Blekko pour des utilisateurs avancé sur les moteurs grand public – mais encore un fois si on veut qu’un moteur concurrence un jour GG il va falloir quelque chose de grand public, et de plus pertinent que cela (pour le moment)

    C’est un espoir en tout cas de voir un jour un peu de concurrence donc longue vie a blekko! puissent ils grandir et devenir perenne!

  • Keeg@e-concept dit:

    Le concept a l’air intéressant, même si sans testé je n’ai pas encore tout compris. Je pense cependant et comme tout moteur qu’il existe des failles. Aujourd’hui, il peut apparaître plus propre car c’est dernière ne sont pas exploite car Blekko n’est pas utilisé.

    Bon, je suis peut-être à coté de la plaque, il faut que je le teste…

  • Disco dit:

    Merci Laurent cet article fut un vrai régal.

    @gwaradenn
    Filou!

  • Nicolas Deschamps dit:

    Et oui, le Web va vite :D (Référence aux invitations ;) )

    Merci pour cet article en tout cas. Je m’en vais de ce pas m’inscrire et j’avoue que la première chose que je vais essayer sont les stats SEO

    Sur le papier ce moteur a l’air d’être une alternative intéressante au monstre, mais tu fais bien je pense d’émettre des réserves et d’effectivement le voir « seulement » comme une alternative sérieuse et non pas comme un google-killer. A mon humble avis, dans cette dernière direction, on est pas près de voir un projet crédible avant bien des années

  • SeriesAddict dit:

    @Laurent : merci, mais je n’ai toujours rien reçu ‘-‘ (j’ai aussi vérifié les spams)

  • Laurent dit:

    @Alex : en effet, c’est (comme d’hab) plutôt pour les anglophones, mais quand on regarde la problématique de gestion pour un moteur, c’est tout à fait compréhensible de ne pas s’emballer.

    @Renardudezert : les gars de Blekko ne supportent pas le spam, d’où le bouton. Que ça soit les slashtags ou les spam reports, tout est consciemment évalué manuellement.

    @LeJuge : remarque c’est vrai que Houston est loin de la Sillicon Valley :D Normal que tu ne sois pas au courant de tout.

    @Keeg : le fait que ça soit modéré va tout de même limiter les abus. Pour l’instant, je vois clairement des requêtes qui ne sont pas « nettoyés », mais ensuite ça se sent direct quand quelqu’un est passé dessus. N’oublions pas qu’à la base c’est le gars qui a créé DMOZ derrière le projet.

    @Disco : un vrai régal est un peu exagéré. Je me régale de la galette des rois, mais pas de billets…

    @Nicolas Deschamps : voilà! Du moment qu’on ne voit pas du Google Killer partout, tout devient beaucoup plus sain et raisonnable.

    @SeriesAddict : je t’ai mailé pour t’envoyer le lien direct vers le formulaire d’inscription puisque les invitations ne sont plus indispensables.
    C’est ma faute d’avoir attendu 6 mois avant de publier ce billet car mes invitations ont pourri.

  • Jonathan Leplang dit:

    Testé il y a quelques mois de ça, j’ai trouvé l’idée de ce moteur de recherche particulièrement géniale. Dommage qu’il ne percera jamais pour le grand public…

    Pourquoi? Cela vient surement du problème de l’informatique en général (et peut-être de la société)… Au début, il fallait être un spécialiste pour pouvoir se servir d’un ordinateur et avec l’ouverture au grand public, l’utilisation des ordinateurs a tellement été facilitée que l’on demande de moins en moins aux utilisateurs…

    Bref, l’utilisateur lambda peut se complaire dans l’ignorance et dans la facilité qu’est Google quitte à nager dans le spam et les résultats biaisés…

  • fastlouk dit:

    Merci, je viens de découvrir un nouveau moteur de recherche!!!

  • audit référencement dit:

    Bonjour,

    Ce moteur m’a l’air très intéressant mais je reste pragmatique. Je préfère patienter et suivre l’évolution de ce projet avant de me prononcer ou m’engager.

    C’est bien, ce billet m’a permis de faire connaissance avec le moteur de recherche Blekko.

    amicalement

  • Philippe dit:

    Bon ben moi je dis heureusement que t’es là Laurent pour nous expliquer le « machin » (j’ai décroché à 4’40 de la vidéo) : je suis maintenant prêt à slasher (ça vaut mieux que de s’lâcher).

    Mais , quand même ! l’inévitable Scobleizer, comme tu dis, c’est un doux rêveur, non ? C’est une idée fantastique mais qui va l’utiliser ? C’est un truc de nerds pour les nerds, non ?

  • SeriesAddict dit:

    @Laurent : merci beaucoup, je l’ai bien reçu cette fois.

  • Laurent dit:

    @Jonathan : je suis d’accord avec toi. Il va se passer une éternité avant que l’utilisateur lambda soit capable de manipuler un slashtag.
    Après, il peut tout de même bénéficier du travail effectué par les éditeurs. Pas besoin d’être initié pour utiliser Blekko sans se soucier des slashtags.

    @audit référencement : à ce niveau, on diverge carrément puisque j’aime bien découvrir des nouveautés. Puis Blekko a déjà passé l’examen de passage auprès des leaders d’opinion. Tous sont unanimes pour valider son intérêt.
    Après, reste la masse à convaincre, mais j’espère que tu ne te situes pas à ce niveau…

    @Création sites Internet Normandie : c’est une alternative qu’il ne faut pas voir comme un Google Killer.

    @SeriesAddict : cool

    @chausson cuir souple : oui c’est assez flagrant la différence de résultat entre les 2. On voit nettement l’effet positif du nettoyage ou plutôt la pollution flagrante de Google.

  • sylvain gautier dit:

    Merci pour l’info, je ne connaissait pas ce moteur.

  • Liste des blogs en anglais sur le référencement et Web marketing dit:

    […] recevoir l’information. En complément, je propose aussi de faire un tour du côté de Blekko pour le slashtag SEO Blogs. La liste suivante contient 50 sites. C’est peu et beaucoup à la […]

  • Boz dit:

    j’ai une grande curiosité pour utiliser ce moteur de recherche . il me semble très pratique .

  • un écrivain en vie dit:

    Je suis allé sur blekko et j’ai « naturellement » lancé une recherche « écrivain » et les résultats sont effarants en terme d’intérêts. Pas seulement parce que je suis absent des 60 premières réponses ! (je n’ai pas cherché plus loin…)

  • Laurent dit:

    Je crois que vous n’avez pas saisi le concept.
    En 3 clics, je tombe sur des résultats tout à fait intéressants.
    Exemple http://blekko.com/ws/+/view+/kalencap/writing

    Justement, si les résultats ne vous plaisent pas, c’est à vous de les éditer pour le bienfait de tous. Cela n’est pas possible sur Google.
    D’autant plus en français qui entraîne d’énormes problématiques pour un moteur. Blekko est performant en anglais pour l’instant.

  • Google intensifie le combat contre le spam en 2011. dit:

    […] évidente dans cette discussion sur Hacker News où Matt Cutts évoque la possibilité d’avoir un Blekko Like sur […]

  • Eva dit:

    J ai testé mais il me parait pas ultra intuitif comme moteur de recherche…

  • 1ternet dit:

    Depuis le temps qu’il est lancé, ce moteur reste toujours aussi marginal. Mais il propose pourtant des idées intéressantes.
    A surveiller notamment pour sa lutte contre le spam, comme cela fonctionne bien, Google pourrait bien s’en inspirer.

  • Le point sur la mise à jour d’algorithme Google surnommée Panda dit:

    […] à sérieusement faire tâche. D’autant plus qu’un petit moteur alternatif du nom de Blekko en a rajouté une couche sur la  « pollution » des résultats de recherche […]

  • rfpos34 dit:

    moteur de recherche qui est intéressants pour le référencement qui propose des atouts SEO spécifiques affichant de nombreuses informations comme les backlinks, les stats de crawl, le duplicate content identifié sur le site avec une nouvelle fonctionnalité les slashtags mais qui sont uniquement en anglais et il faut être inscrit créér des slashtags.